Ballon d'or : et si Lionel Messi avait été rugbyman ?
Ballon d'or : et si Lionel Messi avait été rugbyman ?
Il vient de soulever son 6e ballon d’or. Mais que ce serait-il passé s’il avait été rugbyman ?

Nous sommes le 24 juin 1987, à Rosario. Ce jour-là, le plus grand joueur de l’histoire du... rugby argentin vient au monde. Un certain Lionel Messi. Pourtant, rien ne le destine au ballon ovale : c’est avec un ballon de football que le fils de Jorge et Celia s’éclate, sous le maillot des Newell’s Old Boys. Surnommé El Enano (le nain en Français, ndlr), Messi ne mesure que 1,11 mètre à l’âge de neuf ans, la faute à un déficit partiel d’hormones de croissance. 

En 2000, alors qu’il n’a que 13 ans, l’Argentin rejoint le Football Club de Barcelone, qui se propose de financer le traitement du joueur, devenu trop coûteux pour sa famille. Si le traitement fonctionne, le jeune Messi est trop discret, et n’arrive pas à percer au plus haut niveau. La porte du monde du football va se fermer. Celle du rugby va s’ouvrir. Grâce à ses qualités techniques au-dessus de la moyenne, il se fait très vite remarquer. Au poste de demi de mêlée (il mesure désormais 1m70), il effectue ses débuts avec l’équipe 1 du Barça, en première division espagnole, à l’âge de 18 ans. 

Un championnat amateur qui lui permet néanmoins de commencer à faire parler de lui. Après un an passé chez les seniors du Barça, Messi rentre au bercail et signe à CASI. Club de San Isidro, dans la province de Buenos Aires, et formation majeure du rugby argentin.

El Mago et La Pulga

Là-bas, le jeune Messi impressionne pour son agilité et son jeu au pied millimétré, capable de soulager son ouvreur dans le jeu courant. Mais aussi face aux poteaux, où il termine régulièrement à 100% de réussite. Sélectionneur de l’Argentine, Marcelo Loffreda ne peut ignorer son talent trop longtemps, et choisit de l’emmener à la Coupe du monde 2007. En France, Messi sera le seul joueur amateur de l’effectif des Pumas, avec l’ailier Horacio Agulla

Au pays, on s’étonne de ce choix, qui coûte à l’historique Nicolas Fernandez Miranda (Aviron Bayonnais) un dernier tour de piste sur la scène internationale. Mais lors du match d’ouverture de la Coupe du monde, Messi met tout le monde d’accord. Face au XV de France, Agustin Pichot est touché à la cuisse, en début de seconde période. Sorti du banc, le n°20 va faire (très) mal à la défense française grâce à ses crochets au ras des regroupements. Messi offre le doublé à Ignacio Corleto, et inscrit deux pénalités de 40m en coin pour une victoire finale, 28 à 12.

Ce Mondial révèle aux yeux du monde un futur talent du rugby mondial. Si l’expérimenté Pichot commence les matchs, Messi finit le travail et son association avec Juan Martin Hernandez fait des ravages. C’est la naissance du duo El Mago et La Pulga (la puce), surnom donné au Pumita qui terminera meilleur jeune de la compétition après un doublé inscrit lors de la petite finale face… aux Bleus.

L’US Dax pour lancer sa carrière professionnelle

Comme Takudza Ngwenya, Messi reçoit de nombreuses offres venues d’Europe. Pisté par Biarritz qui rêve d’en faire la doublure de Dimitri Yachvili, le Puma rejoint finalement… l’US Dax, en compagnie d’Horacio Agulla. Seulement, le départ de Marc Lièvremont à la tête du XV de France pénalise l’équipe qui termine à la 13e place du Top 14, et ne se sauve que grâce à la relégation administrative du SC Albi. 

Mais dans les Landes, Messi prouve que son talent n’est pas commun : associé à Ludovic Courtade, il pique la place de titulaire de Nicolas Morlaes, brille sur le terrain et termine sur le podium des meilleurs réalisateurs avec Brock James et Richard Dourthe. S’il tape dans l’oeil des recruteurs, l’Argentin reste Dacquois une saison de plus, et remporte le Challenge Européen avant de prendre la direction de l’ASM Clermont qui le préfère à Morgan Parra pour succéder à Pierre Mignoni.

Le Brennus et le toit du monde

En Auvergne, Messi empile les trophées, comme ce Brennus en 2010, le premier de l’histoire du club. Mais aussi les records : d’essais, de points marqués… En championnat, comme en coupe d’Europe. Vient alors le Mondial 2011, où l’ancien joueur du Barça est évidemment sélectionné par Santiago Phelan. Première de son groupe devant l’Angleterre, l’Argentine évite les Blacks en quarts, et affronte la France de… Morgan Parra (Stade Français), titularisé à l’ouverture à la surprise générale.

Et ça se termine mal pour les Bleus, grâce (encore) à un match stratosphérique de Messi, qui mène les Pumas à leur première finale de Coupe du monde suite à une victoire 9 à 8 face au Pays de Galles au tour suivant. Mais pour la der de Mario Ledesma sur la scène internationale, l’Argentine s’incline en finale face à la Nouvelle-Zélande. Mais c’est bien l’Argentin qui est élu “Best player of the season” aux World Rugby Awards, devançant Jerome Kaino.

Le monde, et bientôt l’Europe : en marge de l’intégration de son équipe nationale au Rugby Championship, Messi enchaîne les trophées en club. La réputation de “maudit” des finales de l’ASM appartient désormais au passé… De 2013 à 2015, les Jaunards réalisent notamment le triplé en Coupe d’Europe en venant à bout des Galactiques du RCT.

Passage à l'ouverture, mais...

Pour la Coupe du monde 2015, surprise : Messi passe à l'ouverture, profitant des blessures à répétition de Juan Martin Hernandez. La Pulga assume son nouveau statut, et l'Argentine crée à nouveau la sensation en battant successivement l'Irlande et l'Australie en phases finales grâce à un jeu flamboyant et des exploits signés Messi, Cordero ou Imhoff. Mais les Pumas échouent une nouvelle fois face aux Blacks : le meilleur joueur du monde semble ne pas pouvoir soulever un jour le trophée Webb-Ellis !

Par dépit, Messi annonce même sa retraite internationale et se consacre à son nouveau club, les Saracens. Qu'il mène eux aussi au titre européen, avant de revenir sur sa parole pour retourner avec l'équipe d'Argentine. Pour cela, l'ancien joueur du Barça doit rejoindre les Jaguares, en janvier 2019. Moribonde depuis leur entrée en Super Rugby, l'équipe de Gonzalo Quesada atteint cette fois la finale, et vient à bout des Crusaders sur un drop de Messi à la 79e. 

Mais sur la scène internationale, rien à faire : l'Argentine est incapable de remporter le Rugby Championship où le Mondial. Pire : s'il a retrouvé Mario Ledesma, son ancien coéquipier à Clermont et en sélection, les Pumas sortent dès le premier tour de la Coupe du monde 2019... Et à 32 ans, Lionel Messi ne remportera probablement jamais la compétition.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

On parle du salary cap. Aujourd'hui son salaire c'est le budget du stade Français ou celui cumulé de Brive, Bayonne et Agen. S' il avait joué en Top 14, en admettant qu'il soit bon il aurait un salaire qui correspond au budget d'un gros club de F3 ou d'un petit de F2.
S'il avait joué au rugby il serait peut être encore en Argentine.

S'il avait été rugbyman, il aurait continué à prendre des hormones de croissance et il ferait 2.02 m pour 130 kg aujourd'hui!

  • vevere
    50014 points
  • il y a 3 mois

🤮🤮🤮

  • Kalou
    4691 points
  • il y a 3 mois

C'est costaud ce que vous prenez les gars !
doit pas être en vente libre vot' truc !

  • breiz93
    53608 points
  • il y a 3 mois

Trop tard c'est un pousse citrouille, et pis c'est tout.

Ils ont pas bien regardé dans leur boule de cristal le Rugbynistère.

En 2011 grâce à un essai en coin du "petit" Messi, qu'il transforme lui même, l'Argentine est sacrée Champion du Monde !!!!

Et Lionel Messi fait exploser le Salary Cap !

CQFD

Cette fiction! 😀

Je croyais qu'il était footballeur ?

  • breiz93
    53608 points
  • il y a 3 mois

Si ma tante...?

  • mimi12
    74699 points
  • il y a 3 mois
@breiz93

...en avait cela serait mon oncle ! Vous m'avez devancé !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News