À 22 ans, qui est Thibaud Flament, ce Français qui monte en puissance chez les Wasps ?
Thibaud Flament évolue chez les Wasps.
Il semble "sorti de nulle part", un Français de 22 ans passé par l'Argentine et la Premiership joue désormais pour les Wasps.

C’est une histoire qui débute il y a quatre ans, l’histoire d’un globe trotteur à peine majeur qui débarque en Angleterre. Thibaud Flament, jeune parisien, se retrouve à la capitale européenne, Bruxelles, à l'âge de trois ans. Jusqu'à ses 18 ans, il est un pur produit du système belge, que ce soit scolaire ou sportif. Aujourd'hui, il participe à des matchs de Premiership avec les Wasps à seulement 22 ans. Thibaud évolue à un poste où la maturité vient plus tard, un poste plein d'avenir pour un XV de France en recherche d'identité. Et l'identité, elle est claire chez Thibaud : jouer sous le maillot bleu serait un rêve pour le globe-trotteur. Parcourir du pays pour mieux se retrouver, voyager pour se connaître et se débrouiller pour grandir. Un profil qui va parfaitement à son poste de deuxième ligne. Portrait.

Le système universitaire

Thibaud Flament s’inscrit à l’université de Loughborough située entre Leicester et Coventry. Cette université est entre-autre réputée pour son équipe de rugby qui brasse depuis plusieurs années de futurs professionnels. Loughborough Students évoluait à ce moment-là en National League One, le troisième niveau de la hiérarchie du rugby anglais. De nombreux internationaux ont fait par le passé leurs premières armes dans cette équipe, les Ben Kay, Ollie Smith, Tony Diprose, Daniel Hipkiss, l’ex-Castrais Phil Christophers, un certain Clive Woodward et plus récemment Henry PyrgosÀ son arrivée, Flament jouait avec l'équipe 5 de l'Université au poste de demi d'ouverture. Poste qui n’était sans doute pas approprié pour un garçon de sa taille (plus de 2 mètres). 

L'appel argentin

L’année suivante, il la passe en Argentine, dans un club réputé, celui de Newman, à Buenos Aires, où il semble avoir beaucoup progressé. Repositionné en seconde ligne, un poste plus conforme à son gabarit et à ses qualités naturelles, il fait son retour à Loughborough University et intègre cette fois l'équipe sénior.

L'abeille revient toujours 

Ses performances attirent l’oeil des recruteurs des Wasps. Qu’il rejoint la saison dernière, incorporé dans l’effectif des Wasps A. Cette dernière participe au championnat des réserves (Premiership Rugby Shield, communément dénommée la A-league, qui se déroule traditionnellement le lundi soir). Une compétition qui rassemble les joueurs pros en manque de temps de jeu, en reprise après blessure, les meilleurs jeunes de l'Academy et les meilleurs joueurs des Universités "partenaires". Sur la fiche des Wasps, il est annoncé à 2,03 mètres, pour 110 kilos :

"Le Français a participé au dernier match de 2018/19 de Premiership Rugby Shield avec les Wasps. Il s'est rapidement fait une place au club en se démarquant lors de la campagne du Seven de Premiership 2019, en marquant deux essais et en menant les Wasps à une sixième finale consécutive. À peine une semaine plus tard, il faisait ses débuts en équipe première contre les Saracens en Cup (compétition mise en place cette année, en septembre et début octobre, pendant la coupe du monde, avant la reprise du championnat). Il a fait ses quatre feuilles de match du début de championnat (une en tant que titulaire)."

Pour son entraineur universitaire, Geratd Mullen, c’est la plus impressionnante progression qu'il ait rencontrée : de l'équipe 5 de l'Université à l'équipe pro. Le Coventry Live parle à son sujet de "conte de fées" à la veille de son match contre les Saracens dans le Ricoh Arena. Le média britannique souligne que son passage en Argentine lui a été grandement profitable. Gerard Mullen confirme : "une grande partie de son développement s’est passé durant son année passée en Argentine. Cela s'est très bien passé, il nous est revenu et nous avons été vraiment étonnés de son développement. Il a joué toute l'année dans notre équipe première dans la catégorie nationale, où il était l’un des joueurs les plus remarquables de la ligue".

Cela ne me surprend pas qu'il frappe à la porte l’équipe première des Wasps. C'est un seconde ligne ou numéro six qui possède des qualités d’habileté exceptionnelles avec un ballon".

Dans une équipe qui vient de perdre Marcus Garratt, retraite prématurée, le jeune Français de 22 ans totalise déjà 3 matchs de Cup, 4 de Premiership et une de Challenge européen. Il a inscrit un essai et a été trois fois titulaire. Mais qui de mieux pour en parler que le concerné lui-même ? Au bout du fil, un jeune plein d'ambition et réaliste sur le travail à parcourir pour réaliser un rêve que peu de personne touche. Thibaud assume ses ambitions et il peut. 

Comment es-tu arrivé en Angleterre ?

Oui, je suis Français, j'ai aujourd'hui 22 ans et natif de Paris. Je suis arrivé à Bruxelles à mes trois ans et j'ai commencé le rugby à 8 ans là-bas. J'ai joué dans le club de l'ASUB jusqu'à mes 18 ans en tant que numéro 10 et derrière aussi, tout ça en étant au lycée français à Bruxelles. Après mon bac, je voulais toujours jouer au rugby et faire des études donc la meilleure option était l'Angleterre. J'ai été à l'Université de Loughborough et arrivé là-bas j'ai intégré l'équipe 5, l'équipe la plus basse, en tant que deuxième ligne cette fois. À la fin de la première année, les coachs de l'équipe m'ont approché parce qu'ils voulaient me faire progresser. Donc en deuxième année je m'entraîne avec l'équipe une et deux et je jouais avec l'équipe 3. L'équipe une jouait en Fédérale 1 anglaise et ma troisième année universitaire c'était l'année de mon stage. Je l'ai réalisée en Argentine, pendant un an au service commercial de l'ambassade de France. À côté, je jouais au club de Newman qui évolue en première division. Là aussi, j'ai commencé en équipe 5, puis 4, puis 3, 2 et j'ai fini en équipe une jusqu'à jouer la finale du championnat national au stade Bélèz après les Jaguares. Ensuite, je suis rentré pour ma 4e et dernière année d'étude à Loughborough.

Et à ton retour en Angleterre ?

J'ai intégré l'équipe une en Fédérale 1 anglaise de l'université jusqu'à l'année dernière. La saison s'est très bien passée, j'avais pour projet de rentrer en France, sauf que ça n'a pas pris on va dire. Entre temps, en décembre de l'année dernière, les Wasps m'ont sollicité et ils m'ont proposé de faire des tests physiques chez eux. En janvier, ils m'ont proposé un contrat espoir de deux ans que j'ai signé fin février. Je suis arrivé en juin au centre de formation et tout est allé très vite. J'ai intégré l'équipe une et ça fait depuis mi-août que je m'entraîne et que je joue avec la première. J'ai commencé à jouer les matchs de Cup, qui est un peu l'équipe deux, puis ils m'ont fait jouer la Premiership. Aujourd'hui, j'ai joué 4 ou 5 matchs en Premiership et ma première en Challenge Cup contre Agen. Voilà, tout va très vite, ça s'accélère et je suis très content.

On te considère comme un voyageur.

Oui, c'est un peu ça. J'ai joué en Belgique, en Argentine, en Angleterre et j'aimerais bien jouer en France, en Super Rugby. Je veux goûter un peu à tout oui. 

Et tes études ?

J'ai fait une école de commerce, j'ai un bachelor en commerce donc. J'ai pour projet de faire un Master à un moment, mais pas pour tout de suite, je me laisse le temps de voir comment le rugby évolue. 

Comment es-tu arrivé à jouer en Challenge Cup en si peu de temps ?

Marcus Garrat est parti sur blessure, du coup, on est 7 deuxièmes lignes postulants aujourd'hui dont Launchbury qui était à la Coupe du monde. Pour moi c'est fou de jouer avec lui, des Fekitoa, des Brad Shields, etc.

Ils te chambrent un peu sur le XV de France ?

Non pas trop ! Pas tellement. Ou pas encore plutôt, ça va venir je le sens.

Passport français donc...

C'est ça, je suis 100 % Français, j'ai un passeport français, je suis né à Paris et j'ai de la famille en France. 

Et donc ? 

Ah et bien oui, ça c'est sûr. Depuis que j'ai commencé le rugby c'est mon rêve. Je regarde l'équipe de France tout le temps. C'est mon rêve de jouer avec l'équipe de France, de jouer une Coupe du monde. Ce sont des rêves objectifs, je fais tout pour réussir à toucher à ça. 

Ton entraîneur de l'université a déclaré que tu avais passé un cap en Argentine.

Oui, j'ai eu un déclic. Je ne sais pas, c'est le fait d'être en Amérique Latine, de gérer ma vie tout seul pour la première fois. Je n'étais plus dans le circuit universitaire, donc je devais me démerder tout seul. Je suis parti là-bas sans stage, je l'ai trouvé sur place. J'avais juste un club de rugby, le soir je ne savais même pas où dormir. De me "dépatauger" de cette situation, il y a eu un déclic et tout a commencé à bien se mettre en place. Tout était super bien : mon stage, le rugby, etc. La communauté est superbe, j'ai toujours des liens très fort avec les joueurs, les parents de joueurs et tout le club en général. L'alchimie de l'ensemble a fait ça. Vu que j'étais en stage, j'avais pas de vacances d'été donc j'ai passé trois mois à l'inter-saison à faire 6 séances de muscu par semaine, à courir après et avant le boulot. Ça a payé sur l'après-saison.

Tu es donc un pur produit de la formation belge ?

Je jouais à l'ASUB à Bruxelles, avec qui on a été champion de Belgique en moins de 18. C'est mon premier club, j'ai toujours un lien particulier avec ce club. 

Tu souhaites rester en Angleterre ou jouer en France ?

Pour l'instant, mon objectif c'est de continuer à progresser ici, j'apprends énormément chez les Wasps. Je veux essayer de jouer le plus possible cette année. J'ai toujours le rêve de jouer pour l'équipe de France, que ce soit depuis l'Angleterre ou depuis la France. Je ne sais pas encore, je me concentre sur l'immédiat.

Il y a bien un club qui te fait rêver en France ?

Oui ! Il y en a beaucoup. Des clubs où il y a un bon public, après j'ai pas un club en particulier, mais de jouer en France ce serait spécial pour moi. On verra au fur et à mesure. Chaque chose en son temps.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pancho34
    9931 points
  • il y a 2 semaines

Son soucis majeur c'est qu'il ne sera jamais Jiff, comme Jerome Thion par le passé

  • math1907
    10086 points
  • il y a 2 semaines

J'imagine qu'il ne pourra prétendre à l'EDF que si il joue dans le championnat français !!!!!!!???????

@math1907

Comme Picamole à l'époque où il jouait à Northampton ?

  • math1907
    10086 points
  • il y a 2 semaines
@coupdecasque

Picamole était un ancien joueur de l'EDF.
Petite différence.
Mais je réagissais ainsi plutôt aux blocus mis en place avec l'équipe d'Angleterre ou chez les sudistes !

@math1907

Plutôt d'accord avec Ahma, l'exode n'a posé question qu'avec quelques très bons joueurs comme Ashton ou Abendanon et surtout à quelques moments précis.

Ces joueurs ont d'eux-même préféré rentrer.

Le côté financier permet aux anglo-saxons et au Top 14 de garder ses meilleurs joueurs.

  • Ahma
    84598 points
  • il y a 2 semaines
@math1907

Il n'y a pas d'exode massif de joueurs français à l'étranger, la question d'instaurer une telle règle ne se pose pas (au fait, les Anglais ne s'expatrient pas tant, appliquent-ils effectivement ce principe ?).

  • math1907
    10086 points
  • il y a 2 semaines
@Ahma

C'est bien ce qu'il me semble.
Les anglais ne s'expatrient pas en masse et ne l'ont jamais réellement fait ! ?
En ont ils eu le temps ?
Car oui il me semblent bien qu'il appliquent une règle qui ne permet pas de sélectionner des joueurs expatriés.
Pour ma part je trouverai judicieux de pouvoir faire grandir nos jeunes espoirs chea nous et permettre plus tard (après x sélections) aux internationaux d'aller découvrir autre chose et de partager leur expérience lors des rassemblements EDF.

  • Snark
    5835 points
  • il y a 2 semaines

S'il s'agit d"un pur produit de la formation belge", il est naturel qu'il ait la frite !

  • breiz93
    47144 points
  • il y a 2 semaines

Profil très interréssant pour beaucoup de clubs...
S'il vient jouer en France c'est au SF qu'il doit venir, il est né à Paris et un Flament en rose ça aurait de la gueule.

  • gjc
    4609 points
  • il y a 2 semaines

bravo à lui de s'être frotté au rugby argentin et anglais, souhaitons lui de continuer à progresser et de devenir un jour 2e ligne en équipe de France, poste pas très bien pourvu

et bravo à l'auteur pour avoir déniché cette belle histoire

Quelle fierté de voir un jeune français performer chez les Brits... Moins de constater qu'on n'est pas capable de garder nos pépites. Je connais bien la famille de Thibaud Flament, il n'y a pas que des hasards dans cette trajectoire... En tous cas, sa réussite fait plaisir à voir, keep going !

  • gjc
    4609 points
  • il y a 2 semaines
@PierreChe

je ne connais pas sa famille contrairement à toi, mais si il a déménagé à Bruxelles à 3 ans et qu'il n'a jamais joué en France, le rugby français n'a pas échoué à le garder, non?

en revanche si il fait son trou en équipe première des Wasps j'espère qu'il apparaîtra sur le radar de Galthié (peut-être via les ex-Wasps Ibanez et Edwards)

chapeau en tout cas pour être parti à la débrouille en Argentine et avoir réussi à concilier études et carrière pro en Angleterre

Un p'tit coup de fatigue Régis ?

@lelinzhou

ou trop de distractions?

Ce qui est vraiment marrant c’est qu’il est pas jiff

  • artillon
    107893 points
  • il y a 2 semaines

"C’est une histoire qui débute il y a quatre ans, l’histoire d’un globe trotteur à peine majeur qui débarque en Angleterre. Thibaud Flament, jeune parisien, se retrouve à la capitale européenne à l'âge de trois ans."
???? Londres ???

"Jusqu'à ses 18 ans, il est un pur produit du système belge, que ce soit scolaire ou sportif."
On parle donc de Bruxelles (une fois diraient mes amis belges) ????

"Un profil qui scie parfaitement à son poste de deuxième ligne. Portrait."
Un poste qui scie ??? Du bois par exemple ???

Franchement mais relisez-vous. Comment décourager en 1 seul paragraphe la lecture d'un article qui est pourtant très intéressant.

@artillon

Notre ami Regis a fait fort aujourd'hui

@Le Haut Landais

Corrigé et c'est ma partie de l'article. Régis n'y est pour rien 🙂

@Boukercha Oussama

@Lelinzhou
Bien au contraire! En NL, on dit "altijd de schuld schuiven".
Toujours dire que c'est la faute de quelqu'un d'autre, bien pratique quand on a fait une connerie qu'on ne veut pas reconnaitre.
Mais il faut avouer que sieur Oussama est beau joueur

@Boukercha Oussama

Faute avouée tout à fait pardonnée.

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News