La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct de la Nouvelle-Zélande et des USA
La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct des nations en compétition.
La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct des nations en compétition grâce à l'armada de correspondants dénichés par le Rugbynistère.
Deuxième épisode de notre nouvelle rubrique destinée à vous faire vivre cet événement d’une manière décalée. Mais non pas en France dans tous les autres pays en lice grâce à une armada de correspondants plus affûtés les uns que les autres. Leur rôle, prendre la température du Mondial au fil des semaines en direct sur place et vous en faire profiter. Interviews, reportages et articles en mode inside sur la manière dont les locaux vivent la Coupe du monde vont se succéder jusqu’à la finale et plus si affinités. Après l'Ecosse et l'Italie place à la Nouvelle-Zélande et aux USA.

La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct de la Nouvelle-Zélande et des USA

En Nouvelle-Zélande, le temps est au beau fixe comme nous le confirme Hugo, ce Castrais, reichel à l'UBB, qui est parti jouer au pays du long nuage blanc à travers une interview d'un rugbyman local, Raymond Legg (AKA Ray). Un natif néo-zélandais, passionné et joueur de rugby réputé pour ses soirées plus chères que son loyer.

Kia Ora Ray, comment vas-tu ? Que penses-tu des 30 joueurs nommés par Steve Hansen qui partiront pour la RWC 2015 ? Es-tu en accord avec ses choix ? Si tu en avais le pouvoir qu’aimerais-tu changer dans l’effectif ?

I’m feeling good bro’. La liste des 30 joueurs est celle que j’avais prédite. Je pense que Sonny-Bill Williams est très chanceux d’en faire partie, sur les trois derniers test-matchs qu’il a joués, il n’a pas été très efficace. Mais son grosse prestation contre l’Argentine à Christchurch lui a fait gagner des points précieux. D’autres comme Victor Vito, Barlow avaient été oubliés, mais ils reviennent dans la compétition. En écartant des joueurs comme Jane ou Dagg, cela montre l’incroyable ressource de talents que nous avons ici, je suis sûr que si tu alignes une équipe B néo-zélandaise avec tous les joueurs non sélectionnés, elle restera très compétitive !

La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct de la Nouvelle-Zélande et des USA

Comment vas-tu t’organiser pour suivre la coupe du monde à la télévision ? Sur le canapé en famille ? Avec tes amis ? Dans les pubs exceptionnellement ouverts pour l’occasion ?

Avec le décalage horaire les matchs vont être tard la nuit et tôt le matin chez nous. Ceux pendant la semaine, je vais surement les regarder en direct ou en streaming avant d’aller au boulot (ne le dites pas à mon boss). Le week-end pour les matchs important je serai bien évidemment au pub avec les amis !

Waisake Naholo et Nehe Milner-Skudder sont-ils pour toi les facteurs X ? À ce sujet, que penses-tu de l’incroyable guérison (médecine douce fidjienne) de Naholo, que personne ne le voyait jouer la coupe du monde après sa fracture du tibia ?

Milner-Skudder est définitivement la trouvaille des All Blacks 2015, il est possède un incroyable talent et il est étonnement imprévisible ! Je pense que son passé en rugby-league (rugby XIII) y joue pour beaucoup. Toute la saison de super Rugby Naholo a été énorme, mais il n’a pas prouvé au niveau international encore… Je pense que sa guérison va être importante pour sa confiance pendant la Coupe du monde. Mais s’il se porte à 100 %, je prends un billet d’avion pour les Fidji dès que je peux !!!

Penses-tu que les All-Blacks vont survoler la coupe du monde 2015 avec ce niveau de jeux qu’ils ont montré ces deux dernières années ?

La rencontre face à l’Australie pour le Rugby Championship à Sydney montre que les All Blacks ne sont pas imbattables. Ils ont fait un match énorme la semaine suivante pour la victoire de la Bledisloe cup à l’Eden Park, mais pendant la Coupe du monde tu n’as pas de seconde chance. Dans cette compétition il n’y a pas de secret, c’est l’envie que chaque équipe met pour chaque matchs qui détermine le résultat final !

La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct de la Nouvelle-Zélande et des USA

Charles-Louis est professeur de littérature française à l'université du Vermont. Il a pu assister à l'entraînement de l'équipe des Etats-Unis. Et on est loin de Marcoussis.

Imaginez assister à l’entraînement de l’équipe de France de rugby sur un terrain champêtre d’une petite équipe de 4e série, sans gradins véritables, au bord d’une route très passante, et surtout être le seul spectateur. Imaginez être si près du terrain que vous entendez les impacts, que vous sentez l’arnica, et que vous voyez la sueur dégouliner des visages. C’est ce qu’il m’est arrivé pendant quelques jours à Burlington, dans le Vermont.

La Coupe Autour du Monde #2 : le Mondial en direct de la Nouvelle-Zélande et des USA

Je suis professeur de littérature à l’Université du Vermont, et il se trouve que j’habite sur le campus. Un matin, en partant faire mon footing, je remarque une équipe en train de s’entraîner. Je regarde d’un air distrait, et remarque qu’ils jouent très bien. Je m’arrête, m’approche, et là, révélation. Il s’agit des Eagles, qui s’entraînent sur le terrain de l’équipe de rugby de l’université (qui a un niveau très respectable). Deux jours durant, j’ai pu assister à ces entraînements, et j’en ai pris plein les yeux.

Le premier jour, exercice de défense, basé sur un déplacement constant par rapport à la balle, afin de la conserver. L’intensité monte au fur et à mesure avec l’horrible exercice du « bip-bip» (mais si, vous savez, courir entre deux points avant que le deuxième bip se produise…). Un souvenir douloureux pour ceux qui l'ont pratiqué en club comme moi. Sur la mise en pratique, on remarque tout de suite que cette équipe a fait des progrès extraordinaires pour s’imposer comme étant la deuxième meilleure équipe des deux Amérique, certes assez loin derrière l’Argentine, mais faisant jeu égal avec le Canada. C’est d’ailleurs ce que l’on avait pu remarquer l’année dernière lorsque les All Blacks étaient venus rendre visite aux USA à Chicago dans le sublime Soldier Field, l’habituel domicile des Bears de Chicago de la NFL (et devant une foule de 61.500 spectateurs, au cours d’un match télévisé nationalement sur NBC). Malgré la cuisante défaite (71-6), pas un seul temps d’arrêt du match, un courage à toute épreuve, et un physique exceptionnel.

Le niveau physique, parlons-en. Beaucoup de ces Américains gagneraient à venir s’aguerrir techniquement en Europe ; les combinaisons sont encore assez gauches par moments (À noter une 89 téléphonée que l’on voyait venir de loin). Cependant, il faut remarquer que cette équipe fait mal là où elle passe. Victoires contre le Japon et le Canada, courte défaite (5 points) contre les Samoa, plus large défaite (et encore, 14 points) contre le Tonga, la machine est en marche.

Lors de ces entraînements, quelques joueurs sont sortis du lot. Chris Wyles, bien sûr, éblouissant comme toujours avec les Saracens, une grosse présence dans les lignes arrières. Ngwenya, même si vieillissant, a toujours cette magie dans ses jambes (lors d’un exercice, attaque défense à 1 contre 3, il met ses 3 défenseurs dans le vent et leur prend 10 mètres en quelques foulées, et ce 3 fois de suite). À surveiller durant cette coupe du monde, Thretton Palamo (London Welsh) et Andrew Durutalo (USA Sevens) qui m’ont fait grosse impression lors de ce stage et des matches de Pacific Cup ou amicaux. Seul énorme bémol : le forfait sur blessure de Scott LaValla, dont l’absence sur le terrain risque de peser très lourd. En effet, 10 joueurs comptant moins de 10 sélections ont été retenus dans le squad de Mike Tolkin. Seuls 10 joueurs jouent dans des équipes européennes et sont habitués à l’enjeu physique, tactique et technique des grands rendez-vous.

L’objectif ? Les joueurs que j’ai pu rencontrer m’ont fait savoir qu’ils voulaient se donner au maximum, et remporter au moins une victoire. Cependant, au vu de la poule, des résultats récents et de l’évolution de l’équipe, il me semble que les deux victoires ne soient pas impossibles. Si l’Afrique du Sud est évidemment au-dessus, je crois largement aux chances des Eagles contre le Japon, voire contre les Samoa et l’Écosse. La troisième place du groupe, directement qualificative pour la prochaine Coupe du monde, est loin d’être hors de portée.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Super !

Vive les usa ! la première est aussi très imposante notamment avec Eric Fry qui évolue en angleterre. Dommage que Todd Clever fasse les frais de son comportement jugé non adéquat par le coach qui lui a aussi enseigner la littérature mais anglo-saxonne. En tout cas merci pour ces papiers, vive le rugby et vive la littérature

Superbe article, et oui, comme le dit notre ami néo-zélandais, le fait de pouvoir se passer d'un joueur comme Dagg montre bien le vivier qu'ils ont à leur disposition...

  • VivaRCF
    17213 points
  • il y a 4 ans

Aussi faire attention au numéro 13 américain Seamus Kelly, gaillard de 24 ans avec une grosse présence défensive et une belle lecture du jeu !

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News