VIDEO. Reportage sur le jeu dur pratiqué en France dans les années 70
Reportage sur le jeu dur pratiqué en France dans les années 70.
Dans les années 70, la quête de résultats avait pris le pas sur le plaisir de se passer la beuchigue. Pour certains entraîneurs, la fin justifiait les moyens.
Nombreux sont ceux qui à l’heure pensent que les enjeux financiers ont pris le pas sur le jeu. Aujourd’hui, les investissements grandissants des clubs exigent que l’équipe tourne à plein régime et que les résultats s’enchaînent sous peine de voir la machine s’enrayer et les rentrées d’argent diminuer. Il faut par exemple éviter au maximum de perdre à domicile. Si le professionnalisme a considérablement changé le visage du rugby dans l’hexagone, cette situation n’est pas nouvelle.

Dans les années 70, la quête de résultats avaient déjà pris le pas sur le simple plaisir de se passer la beuchigue. Pour certains entraîneurs, la fin, à savoir gagner à tout prix, justifiait les moyens. D’où le recours à ce qu’on appelait le jeu dur. « Le rugby se joue à 15 contre 15, mais si on peut jouer à 15 contre 14, c’est pas plus mal », notait Jean-Michel Aguirre dans un reportage qui revient à travers plusieurs témoignages et images sur les pratiques pas très sport de l’époque.

Crédit vidéo : Claude Ybe

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

c'est marrant comme les discours n'ont pas changé en 40 ans, le jeu va plus vite, les athlètes sont plus athlétiques(oui je sais ça fait un peu lourd), l'enjeu l'emporte sur le jeu, on entends ça encore aujourd'hui !!!

@ Grand Sachem aux sages commentaires : Je suis pas Brittanophobe, j'adore Abendanon, je révère Wilkinson même si il a crucifié plusieurs fois et l'équipe de France et l'ASM, je pense que Halfpenny à son plein régime est une vraie plus value à la fois pour le RCT et pour le Top14, mais POC, j'ai du mal. C'est pas contre les britanniques que j'en ai, juste après lui. C'est comme avec Papé, c'est épidermique, ça ne passe pas ... même si à côté de ça, il faut quand même reconnaître que c'est un joueur de très grande qualité, malgré tout, je l'aime pas ...

Et oui, en effet, dans les années 70, les grosses brutes venaient de France (même jusque dans les 90's, rappelons nous les Rapetous par exemple totalement pris au hasard ...) et les anglais étaient beaucoup plus gentlemen. J'ai fait un raccourci fâcheux, je veillerai à ce que ça ne se reproduise plus.

  • Harry
  • il y a 4 ans

On constate que rin n'a vraient changé quant aux motivations:defaites interdites à domicile etc...ce qui a tout changé c'est le professionnalisme ,les feuilles de matchs à 22 puis 23 qui ont fait que les joueurs font tout mieux et moins bêtement...et que les arbitres et autres instances assument mieux leur responsabilité...on voit moins d'arbitres bien faire attention à bien siffler la fin près de l'entrée des vestiaires et quitter les terrains au sprint
Un pensée pour JC Noble que, selon son souhait, on a enseveli pour l'éternité dans le sable qui longe les magnifique plage infinie de Kribi à Campo, près du Rocher du Lion ou il a passé ses derniers moments de bonheur dans les cases ou certains de ses anciens partenaires ont eux aussi fait d'agréables escapades

@WarriusZero. Je suis entièrement d'accord avec la 1ere partie de ton commentaire mais ta britannophobie t'égare : 1- O'Connell n'existait pas lorsque ce reportage a été tourné ; 2- Il n'est pas britannique ; 3- N'en déplaise aux chauvino-nombrilistes, le rugby français était beaucoup plus violent et beaucoup moins fair-play que les rugbys britanniques, irlandais ou NZ jusqu'à récemment, ce qui avait notamment valu à l'EdF d'être exclue du tournoi dans les années 30. Le comportement des spectateurs français, dont quasiment aucun ne connaissaient la règle mais persuadés de la partialité des arbitres, avait également contribué à cette exclusion. Ça n'a pas changé depuis.

Ce qui me fait beaucoup marrer, c'est qu'on a à faire à un reportage des années 70 et qu'est ce qu'on écoute comme témoignage : "le jeu s'intensifie, les joueurs deviennent de vrais athlètes", "on attend tout de l'arbitre et de la commission de discipline mais il faut que les clubs sachent responsabiliser leur joueurs" ...
Je ne vais pas vous faire une litanie de citations, mais il y a 45 ans, on disait là même chose à propos du rugby qu'aujourd'hui ... le discours, à quelques cols pelle à tarte et pantalons patte d'éléphants près, est le même ... Et je trouve ça très marrant de voir que malgré les années qui passent, on en arrive toujours aux mêmes conclusions : le rugby évolue, qu'on le veuille ou non.

Par contre, je m'inscris en faux par rapport à ce que dit l'un des intervenants quand il prétend que les britanniques ne filent jamais de coups de pieds dans la tronche de leurs adversaires. Et O'Connell, il a fait quoi déjà ??? Ah, la commission de discipline a dit qu'il n'a rien fait, ha bon ben d'accord, j'ai du avoir une poussière dans l’œil parce que moi je l'ai clairement vu tenter un drop avec la tête d'un mec au sol ... (et oui, je fais partie des gens pas forcément hyper enthousiaste de voir le rouquemoutte à moitié chauve du Munster débarquer chez nous ... espérons que les commissions de disciplines françaises seront moins partiales que les commissions irlandaises ...)

Les coups de pieds... Jamais compris comment on peut se regarder en face après avoir frappé un gars avec ses pieds, qui plus est, avec ses crampons :/

Mais pour les poings, là, allez y messieurs 😉

Derniers articles

News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos