PAYS DE GALLES. Un jeune joueur suspendu 4 ans après un contrôle positif
Pays de Galles : un joueur suspendu quatre ans pour dopage.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Joseph Phelps, 21 ans, a été suspendu pour avoir été contrôle positif à la nandrolone. Le 13ème cas au Pays de Galles, en quelques mois.
La lutte contre le dopage de la WRU (Fédération galloise de rugby) continue de porter ses fruits. Joseph Phelps (21 ans), joueur du Hafodyrynys RFC vient d'écoper de 4 ans de suspension pour avoir été contrôlé positif à la nandrolone, lors d'un test effectué en juin dernier. Mais ce qui saute aux yeux, c'est le nombre impressionnant de cas de dopage détecté ces derniers mois : treize, selon Wales Online.

Mais alors, pourquoi le Pays de Galles est-il autant touché par ces problèmes de dopage ? En fait, il faut aussi y voir l'efficacité de la politique de la WRU et de l'UK AD, soit l'agence britannique anti-dopage. En décembre 2014, la Fédération avait d'abord lancé une vaste campagne de prévention, avec de nombreux conseils pour les joueurs et les staffs quant aux règles en vigueur. Les clubs du pays en ont également été informés individuellement, les éducateurs formés pour parler du problème et Sam Warburton - capitaine de l'équipe nationale - a été érigé en symbole du clean rugby.

Wales Online dévoile également que des sanctions de quatre ans loin des terrains ont donc été mises en place, en cas de test positif ou de refus de se faire contrôler.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

pour qu'on en parle, il a du se charger en public... parce que vu l'unanimité des posts, le problème (si il a problème...) est général et universel, mais finalement peu de sanctions... Ne pas poser de question quand on ne veut pas connaître la réponse... Allo la Fédé???

J'ai lu le titre un peu vite: un jeune joueur suspendu de 4 ans ... Merde ils sont précoces ces Gallois. Cela finira bien comme ça un jour ou l'autre, c'est qu'une question de temps 😊

Pour y avoir été ( au Pays de Galles) je peux vous assurer que ces mecs là ne jure que par la muscu, les prots et les produits dopants. Y a qu'à voir de toute façon le gabarit de l'équipe du PDG pour comprendre

  • ced
    100335 points
  • il y a 4 ans
@Montmirail

je suis d'accord avec Montmirail, le dopage est gros mot pour certains c'est pas mon cas.
les Gallois sont certainement les joueurs les plus chargés, du moins là où la charge a été le mieux réparti et Sam Warburton en symbole de clean rugby quelle rigolade, Amstrong doit bien rigoler lui aussi, il doit attendre qu'on le nomme symbole du clean vélo.
je propose aussi Sharapova et Gasquet symboles du clean tennis.

  • Kad Deb
    29877 points
  • il y a 4 ans
@Montmirail

Alors que les joueurs de l'EdF sont tous de petits maigrichons : Atonio, Bastareaud, Maestri, Poirot, Pelo, Jedrasiak... Comme disait Coluche en parlant de Monique : "ils sont maigres, mais maaaiiiigres !" 😉

  • Zejack
    16746 points
  • il y a 4 ans

Reste plus qu'à espérer que Sam Warburton ne se dope pas.

@Zejack

Mais puisqu'on te dit qu'il est clean! 😉

Le dopage au rugby est un problème majeur, mais un problème qui n'est pas encore suffisamment pris en compte chez nous je pense. Il n'y a qu'à voir la levée des boucliers qu'il y avait eu lorsque Bénézech avait souligné le problème. Si son propos était critiquable sur certains points (pas toujours très pro, comme les "machoires carrées"😉, les réactions de nombreux acteurs du rugby français tenaient plus lieu de l'aveuglement que d'autre chose...

Ne serai pas un symptôme du rugby, qui s’oriente de plus en plus vers le physique et la rapidité, qui force certain jeune joueur pour être au niveau des autres de se doper?
Après faut pas se leurrer, je pense qu'en France le problème est tout aussi répandu.

  • Iyhel
    22990 points
  • il y a 4 ans
@Salade de Phalanges

La différence c'est qu'au Pays de Galles on serait à priori plus sur un dopage "organisé" par les clubs dès les catégories de jeunes, avec une fédé un peu hypocrite qui se donne bonne conscience tout en en retirant les fruits en équipe nationale, là où en France le dopage reposerait plus sur des initiatives personnelles - avec la cécité bienveillante des clubs et de leurs structures médicales archaïques, ainsi que de la fédé pour qui c'est un non-sujet.
Mais avec effectivement le même moteur : le rentre-dedans érigé en seule philosophie de jeu.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News