Ecrit par vous !
Le Cantalien, ce joueur exotique qui vient grossir les rangs d'Issoire
Faut pas croire tout ce qui est écrit.
Fédérale 1
  • Matchs joués
  • Victoires
  • Classement
  • Points marqués
  • Points encaissés
Monsieur Rusigby a sélectionné 35 de ses meilleures chroniques pour concocter un livre. En voici une en exclu.

On vit la mondialisation du rugby avec les moyens qu’on a. Ici, on a bien voulu se mettre au goût du jour et acheter quelques joueurs exotiques pour faire comme tout le monde, mais on l’a fait avec nos petits moyens et en gardant la tête froide. Ainsi, depuis quelques saisons, une communauté tend à se développer au sein du club. Une communauté différente de nous autres. Avec sa propre culture, sa propre langue, ses propres traditions et surtout sa propre nourriture. Ils sont désormais une dizaine à jouer en équipe une ou en réserve, et même si leur intégration n’est pas toujours simple, ils font malgré tout parti du paysage rugbystique issoirien.

Eux, ce sont les Cantaliens, que l’on peut aussi appeler les Cantalous sans leur manquer de respect. Et parmi cette communauté, un petit dernier est arrivé juste avant le début du championnat, sans faire de bruit, en provenance d’un des clubs cantaliens reconnus : Arpajon. Quentin C. joue centre en réserve et nous sommes allés à sa rencontre pour le connaître un peu mieux et savoir s’il s’acclimate bien dans son nouveau club et sa nouvelle vie. 

Il nous a reçus chez lui, dans son appartement décoré aux couleurs de son pays, avec des belles photos du Plomb et du Jean Alric plein comme un œuf. Au-dessus de la cheminée, un trophée de Mouflon empaillé. Et, pour nous mettre très à l’aise, Quentin n’a pas hésité à mettre le dernier album de Traucaterme en fond sonore. On a tout de suite senti qu’il était fier de nous faire découvrir sa culture et ses traditions. Après nous avoir offert une gentiane accompagnée de Pounti , il nous a expliqué dans un français quasi parfait, qu’il avait connu Issoire grâce aux autres Cantaliens qui, quand ils revenaient au pays n’en disaient que du bien. 

D’ailleurs, a-t-il rajouté, avec les arrivées de Benoit T. et de Matthieu C. cette saison, les anciens du club originaires du Cantal ont remis en place, une soirée par mois chez l’un ou chez l’autre, ou l’on parle des mauvais noirs, mais aussi du pays en mangeant une truffade préparée par l’une des femmes de la communauté. Cette tradition jusqu’alors un peu laissé en sommeil a permis aux nouveaux de mieux comprendre le fonctionnement du club et de la ville en général.

Machinalement, quand Quentin nous expliquait cela, il s’amusait à remuer une de ces boules en cristal qui se recouvre de neige quand on la retourne. À l’intérieur de cette boule, le viaduc de Garabit, ouvrage ferroviaire majeur du paysage cantalien. Comme nous avons pu nous en rendre compte par nous-même, le Cantalien n’est pas difficile à vivre et s’acclimate plutôt bien à la vie issoirienne. Et comme le dit Quentin : "en cas de blues, je sais qu’il existe à Issoire, une brasserie tenue par l’un des nôtres, ou je peux me rendre quand je veux". 

Malheureusement et même si tout parait parfait, une ombre vient quelques fois noircir le tableau. Les entraineurs issoiriens redoutent à chaque fois les périodes de trêves ou les intersaisons. Ces périodes sans rugby sont généralement l’occasion aux Cantaliens de retourner au pays, de retrouver la famille, les amis, mais aussi la bonne gastronomie locale. Nos coachs ne savent alors jamais dans quel état ils vont retrouver leurs joueurs qui se seront gavés de fourme de Cantal doux, d’entre deux, ou de Cantal vieux, de tripoux, ou de viande Salers dont le Cantalou est friand.

Monsieur Rusigby s'amuse depuis quelques saisons à écrire sur ce qu'il connaît le mieux : le rugby amateur à travers l'US Issoire Rugby et ses désormais célèbres mauvais noirs. Tantôt drôle, tantôt acide, des fois sensible, il chronique au fil de ses humeurs sur une page FB. Aprés une réflexion de pas longtemps, il s'est décidé à sélectionner 35 de ses chroniques pour en faire un petit livre intitulé : "Chroniques en terrain connu". 10 euros la bête (et 12,80 par le facteur), pas trop de pub, pas de distribution, il décide comme tout bon Auvergnat un peu paysan de vendre directement du producteur au consommateur. Et le plus drôle, c'est que ça marche. Et comme dit Monsieur Rusigby : "si j'avais su, j'aurai fait un vrai livre !
Pour commander, c'est pas compliqué: soit sur Facebook ou bien par mail. Pas compliqué on vous a dit.
RUSIgby
RUSIgby
Cet article est rédigé par RUSIgby, référent du club US Issoirienne, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Au top. Et hop, directe sur la page FB pour une autre tranche de rugby.

Notons également comme autre qualité de ce joueur sa parfaite hygiène de vie. Durant la saison, pas une goutte d'alcool, y compris durant les troisièmes mi-temps. Un exemple pour les autre joueurs, qu'il ramène chez eux quand ils ont dépassé la limité légale.

Il est en quelque sorte devenu le Sam d'Issoire.

Bel hommage au rugby amateur...cela me touche d'autant que mon Père a joué au Stade aurillacois dans les années 50...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Transferts
News
News
News