Fédérale 2 - La colère gronde à Voiron après la perte de six points en appel [VIDÉO]

Fédérale 2 - La colère gronde à Voiron après la perte de six points en appel [VIDÉO]
Fédérale 2 - SOV. Thierry Peyraud n'a pas mâché ses mots.
Sanctionné par la commission d'appel de la FFR au motif de non-conformité de la licence d'un joueur, le SO Voiron ne compte pas rester là.

Le geste est symbolique, mais il montre bien l'état d'esprit dans lequel sont les présidents du SOV Thierry Peyraud et Frédéric Chabert. Ce vendredi soir lors d'une conférence de presse, ils ont décidé de brûler leur licence FFR. Un geste qui intervient alors que la commission d'appel de la fédération a débouté le club isérois sur un dossier qui concerne son joueur Florian Faure. Suite au match gagné contre Tournon/Tain au sein de la poule 3 de Fédérale 2, le délégué du match à remarqué que la licence du deuxième ligne n'était pas conforme. Diligentée dans un premier temps, la commission de discipline a sanctionné le club d'un match perdu et d'un retrait de deux points, soit six points perdus au total. Une sanction qui voit le SOV sortir des places qualificatives.

Or, les dirigeants voironnais ont décidé de ne pas en rester là. Très remontés contre la commission de discipline mais surtout contre la FFR, ils ont décidé de porter l'affaire devant le Comité National Olympique et Sportif Français. Ils estiment être dans leur bon droit et sont très confiants quant à l'issue de cette affaire. Selon eux, le règlement de la Fédération comporte plusieurs trous. Thierry Peyraud a rappelé de son côté qu'un club, Annecy, avait été dans la même situation cette année, et qu'il n'a eu aucune sanction à son encontre après avoir migré la licence de son joueur. Si on est en colère à Voiron, c'est aussi parce qu'il a fallu attendre le 13e match pour qu'un délégué "fasse son travail" en consultant toutes les licences. 

Ancien joueur professionnel passé par Grenoble et plus récemment Oyonnax, le deuxième ligne évolue désormais en Fédérale 2 depuis deux saisons. Lors de son recrutement par le SOV l'an dernier, le club lui a trouvé un CDI, condition obligatoire pour qu'un ancien joueur pro (au cours de l'une des deux dernières saisons) évolue chez les amateurs avec une licence normale. Sa licence a été renouvelée au début de l'exercice en cours sans être enregistrée correctement par la FFR au niveau informatique. Le Sport Dauphinois expliqu'"iI n’est à aucun moment écrit qu’un club ayant justifié une première année le CDI, et conservant le joueur une seconde saison, se retrouve à nouveau obligé de justifier le caractère continu d’un contrat à durée indéterminée…" Au SOV, on insiste en effet sur le terme "contrat à durée indéterminée" en expliquant qu'il ne faut justifier un changement que s'il y a rupture du contrat ou changement du contrat. "Et ça, la Fédé ne veut pas l'entendre". Mais le SOV compte bien clamer haut et fort ce qu'il a à dire.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Transferts
Transferts
News