Et pour vous, c'était quoi le rugby des années 90 ? Vos meilleurs souvenirs [VIDÉO]
En 30 ans, le rugby a beaucoup changé.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
A lire vos réponses sous notre premier article consacré au rugby des années 90, c'est une période qui vous tient beaucoup à coeur.

Tu sais que tu as connu le rugby des années 90 quand...Tu sais que tu as connu le rugby des années 90 quand...Vous avez adoré le premier opus consacré au rugby des années 90. Vous avez été nombreux à commenter en nous disant ce qui vous avez marqué pendant cette période. Et nous avons pu constater que nous n'avions pas pensé à tout. Il faut dire que cette décennie a été riche. Certains ont été marqué par un match avec la défaite contre les Boks en 95, un titre comme celui de Brive, un joueur comme Lomu. D'autres se souviennent de la manière dont on jouait avant et après la professionnalisation. Retrouvez tous vos meilleurs souvenirs de l'époque en vidéo

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Les seuls titres du CAB, le Du Manoir sous la neige à Charletty en 96 et la Coupe d'Europe le 25 Janvier 97.

La demi-finale CDM 1999, c'était le summum du rugby joué par une équipe de france: un pack en mode rouleau compresseur, une charnière visionnaire et métronomique, des arrières en feu.

La fête dans les rues de Toulouse après un titre du Stade. Dans les années 90 on a été gâté.
Et la demi-finale de 97. Un match légendaire.

Gimbert Moscato et Simon ..... 😉

  • Ahma
    93217 points
  • il y a 4 mois
@ludovicguyomard

Pourquoi il faut toujours que quelqu'un vienne mettre les pieds dans la soupe de la nostalgie ?

1999 !!!!

  • BoBoB
    7957 points
  • il y a 4 mois

L'essai du bout du monde et la tournée victorieuse de 94 avec probablement la plus belle EDF de tous les temps.

  • Ahma
    93217 points
  • il y a 4 mois
@BoBoB

Avec pourtant quelques noms qui ne feraient pas rêver grand monde : Saint-André, Lacroix, Accoceberry, Benezech... ou Deylaud ou Gonzalez, qui ont sans doute leurs fans mais ne sont généralement pas considérés comme des joueurs de légende.
Voilà pour l'idée assez répandue selon laquelle les résultats de l'équipe de France depuis 10 ans vient de ce qu'elle n'a plus de grands joueurs.

  • BoBoB
    7957 points
  • il y a 4 mois
@Ahma

Je te trouve dur PSA et Gonzalez 😊 et cette equipe ne manquait pas de talents :
Il y avait cette 3eme ligne magique, magistrale, inégalée (?) que le 5 de devant faisait briller.
Sella! (what else? éventuellement Jauzion mais c'est juste pour éviter les foudres de TEAM)
Le plus bel arrière français de tous les temps.
Et Lacroix faisait quand même un sacré 5/8.
Sans oublier le 1er pilier moderne de l'histoire.
Y avait de sacrés grands joueurs et pas qu'un.
(Pffff j'ai les yeux qui brillent en faisant remonter ces souvenir)

  • Ahma
    93217 points
  • il y a 4 mois
@BoBoB

Je ne nie pas les qualités des joueurs que j'ai cités. Mais si on te demande de citer les noms des grands joueurs de l'histoire du rugby français et que tu réponds Accocebery, Lacroix ou Saint-André, tu risques quand même de faire un peu sourire. Or on a l'impression aujourd'hui, à lire certains commentaires, que le marasme de l'équipe nationale provient essentiellement d'une carence de qualité individuelle, et qu'il faudrait impérativement avoir des joueurs d'exception à tous les postes pour espérer être performants. Or cette équipe victorieuse en Nouvelle-Zélande comprenait des joueurs comme Sella ou Ntamack, certes, mais aussi d'autres qui à titre individuel étaient loin de jouir de la même réputation (on peut d'ailleurs rappeler que même des joueurs comme Ntamack ou Benazzi avaient de nombreux détracteurs virulents à l'époque).

  • BoBoB
    7957 points
  • il y a 4 mois
@Ahma

Tu as raison.
J'ai juste envie de (te) répondre pour prolonger la plongée dans les souvenirs.
Et ce 3 juillet, le réveil à 5h du mat et les hurlements tout seul dans l'appart à 7h du mat. Un débile 😊.

  • adourAB
    5100 points
  • il y a 4 mois

La fin du rugby des champs, de l'éponge miracle, des joueurs sur le terrain à la mi-temps dégustant des quartiers de citron ou d’orange. La fin de l’amateurisme marron et l’arrivée du professionnalisme avec des dirigeants amateurs n’ayant pas les moyens d’assumer leurs ambitions. Je n'ai pas fait de recherches sur la chronologie exacte, mais pour moi c'est diffus, un long procédé inexorable. Les diffuseurs prenant le pouvoir et deux organismes la Ligue et la FFR se partageant le morceau.

Moi le rugby des années 90, c'est :
- Abdel à qui il manque quelques centimères (95) ; il a aplati mais pas marqué 🙁
- un jeune ailier AB qui va écraser Mike Catt et marquer de son empreinte notre sport,
- le ST qui va marquer de son empreinte le championnat national et emporter sa première étoile européenne

@amoureuxdubeaujeu

la fin de légende comme Blanco et Sella

  • Kad Deb
    29793 points
  • il y a 4 mois

Parce que

  • Kad Deb
    29793 points
  • il y a 4 mois

Amusant cette image des crampons à bouts carrés, parce que c'était une mode en net déclin dans les années 1990. L'ouvreur de Castres, Francis Rui, en portait encore lors du titre de 1993 et passait pour un original nostalgique. La seule fois où j'en ai portés, c'est le président de mon club qui m'avait passé les siens parce mes crampons s'étaient déchirés en match. Terrible souvenir de souffrance et de lourdeur : autant porter des sabots en plomb.
Et le ballon Wallaby d'Adidas n'était plus trop en vogue non plus face au Gilbert à revêtement synthétique plus agrippant. Crampons carrés et ballons en cuir ont été en vogue jusqu'aux années 1980 plutôt.

  • adourAB
    5100 points
  • il y a 4 mois
@Kad Deb

Les avants ont longtemps eu des crampons style basket tenant la cheville, et les arrières des crampons style tennis. Fallait faire quatre voir plus du tours de la chaussure avec des lacets de plus d’un mètre.

  • Kad Deb
    29793 points
  • il y a 4 mois
@adourAB

Bien sûr, mais les bouts carrés étaient des modèles des années 1970-80. Dans les années 1990, si les modèles pour avants avaient encore des tiges hautes, le bout en était arrondi. Mais il restait toujours quelques nostalgiques : une côte ou une tête à redresser, de-ci de-là...

  • CEVEN
    169801 points
  • il y a 4 mois
@Kad Deb

Votre datation me semble exacte.
Le mitan des années 80 marque le déclin des bouts carrés et du Wallaby tout cuir
Peut-être la fin coïncide avec la 1° CDM ?

@CEVEN

@Kad Deb
je pense avoir joue avec des ballons cuir super lourds jusqu'au debut des années 90.
les ballons synthétiques avec du grip, c'était pour la premiere exclusivement.

  • Kad Deb
    29793 points
  • il y a 4 mois
@Le Haut Landais

Comme je l'ai écrit, au début des années 1990, mais en déclin.
Ton club était-il si pauvre ? Mon petit club de série s'était procuré un jeu de ballons synthétiques pour toutes les équipes, de l'école de rugby à la première. Ils n'étaient d'ailleurs pas plus chers que le Wallaby, qui était quand même un ballon de luxe.

@Kad Deb

c'est loin, j'ai peut-être tort, ou toi? ca n'a aucune importance

  • CEVEN
    169801 points
  • il y a 4 mois
@Le Haut Landais

Après (rapides) recherches, le Wallaby était encore le "cuir" de référence au début des '90ties
mea culpa
Illustration: finale du Chpt de France en 90.
Cf. https://i.rugbyrama.fr/2016/05/12/1853421-39065631-2560-1440.jpg?w=900

  • Kad Deb
    29793 points
  • il y a 4 mois
@CEVEN

Comme je l'ai écrit, son utilisation était en déclin. Encore vu au début des années 1990, mais c'était son chant du cygne. Esthétiquement très beau, mais une vraie savonnette au fil du match, une fois imprégné de la sueur des joueurs ou, pire encore, s'il pleuvait.
Les ballons synthétiques avaient mauvaise presse au début car ils avaient parfois une trajectoire "flottante" lors des coups de pied et passaient pour des ballons "pas sérieux" et de qualité inférieure face au bon vieux "cuir". Mais la première fois que mon entraîneur a fait jouer l'équipe avec un bon synthétique, plus personne ne voulait entendre parler du Wallaby : 2 fois moins d'en-avant et avec de la colle sur les mains, nous nous prenions pour des handballeurs.

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News