Ecrit par vous !
VIDEO. Rugby Europe Championship : la Géorgie prouve une nouvelle fois qu'elle n'a rien à faire dans cette compétition
Vous avez préféré regarder Italie / Irlande ? Bien vous en a pris, je me suis sacrifié pour vous résumer Belgique / Géorgie

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Pour la première journée du Rugby Europe Championships (6 nations b) la Géorgie se déplaçait avec une équipe largement remaniée chez le vaillant promu belge.

Le contexte

La Géorgie, quintuple tenante du titre est invaincue depuis 2012 dans cette compétition, entame une énième campagne européenne à ce niveau. Mais cette fois, grâce à sa performance lors de la Coupe du monde en Angleterre (3e de poule), elle est pour la première fois automatiquement qualifiée pour le prochain Mondial au Japon (2019). Le championnat d’Europe des Nations servant aussi de phase qualificative (pour les barrages cette fois), les matchs contre la Géorgie ne compteront pas dans le classement final.

Les équipes

La Belgique aligne son équipe du moment, composée de joueurs jouant dans les différents échelons inférieurs français (allant jusqu’à la Fed 2), certaines équipes espoirs et le championnat local. Nous noterons la présence de l’impact player par excellence, Christophe Debaty, dont on reparlera plus tard. 

Du côté caucasien, c’est un groupe fortement remanié qui se présente pour les deux premiers matchs du tournoi. En effet, pas de grandes stars du Top 14. Place à de nouveaux joueurs en vue de la Coupe du monde 2019. Sur les 13 avants sélectionnés, 10 connaissent moins de 7 sélections dont un banc d’avant à 0 sélection (sauf Otar Giorgadze, Toulon, 2 sélections). Derrière, c’est plus compliqué. Le réservoir géorgien étant faible, c’est (quasiment) la ligne de 3/4 - si on peut appeler ça comme ça - habituelle qui est alignée. On regrettera l’absence de Vasil Lobzhanidze qui joue peu à Brive (2 matchs) et qui aurait pu profiter de ce tournoi pour retrouver du rythme. Surprise au centre, un petit nouveau, Giorgi Koshadze (20 ans ; 2 caps), évoluant dans le championnat local sera à suivre.

Le match : la purge

Des conditions difficiles, un terrain très précaire, et une équipe de Géorgie remaniée : tout est réuni pour un match de m****. C’est donc sous ces conditions dantesques (flocons et forts vents), dans un stade de campagne en plein milieu de Bruxelles que se joue la rencontre. Les deux équipes rentrent sur le terrain. Place aux hymnes, après avoir patienté pendant cinq minutes que la musique de Pirates des Caraïbes soit finie. Le match peut commencer.

Le suspense est alors à son comble: qui de pénalité ou collectif, les deux meilleurs marqueurs Lelos, frappera en premier en cette nouvelle année 2017 ? Après avoir vu échouer son compère pénalité à quelques centimètres de la ligne, collectif, suite à une touche, envoie les Géorgiens à dame au bout de 15 minutes de jeu.

La suite ? Touches, mêlée, coup de pieds, en avants, quelques cartouches, et un carton jaune habituel pour la Géorgie. On notera quelques belles envolées belges, notamment juste avant la mi-temps et au retour des vestiaires durant lesquelles le jeu large-large a mis à mal la défense Géorgienne. C’est un véritable point faible de cette équipe, qui devrait quand même se poser des questions après s’être fait déborder 2-3 fois par une vaillante mais bien inférieure équipe de "frites". C’est donc sur sa conquête, peu maitrisée aujourd’hui, que les Caucasiens font la différence et décrochent le point de bonus offensif sur la dernière action du match. Score final : 6-31 !

Les Tops/Flops

Les Tops

Giorgi Koshadze : Le jeune centre géorgien a été très en vue. Il plaque, communique, et propose des courses tranchantes. C’est d’ailleurs sur une de ses courses qu’il vient inscrire son premier essai en équipe nationale. Face au vent, il a un peu baissé de rythme en seconde période.

La vaillance belge : Les Belges ont été impressionnants de volonté. Ils se sont accrochés, ont envoyé du jeu quand ils le pouvaient et ne se sont pas défilés quand les impacts devenaient de plus en plus fort.

Les flops :

Begadze : Le demi de mêlée géorgien n’était pas inspiré. Des plaquages ratés, des excès de gourmandise, des passes mal assurées. Il n’a pas su mettre son équipe dans les bons rails. L’absence de Lobzhanidze s’est faite ressentir. Peut-être aurait-il mieux guidé les jeunes. Malgrès son jeune âge, il joue avec eux dans les sélections inférieures depuis plusieurs années.

Les petits nouveaux : Ils avaient la chance de se montrer et pour la plupart, on n'a pas vu de performance ressortir du lot. Les avants géorgiens n’ont pas sur-dominés physiquement leurs adversaires sur les impacts. On attendait Beka Gogadze comme le futur Gorgodze, ayant tout détruit sur son passage lors du dernier mondial U20, il a été peu incisif. Il leur reste une chance la semaine prochaine face à l’Allemagne, après, les papas reviendront et quelques wagons pour la Coupe du monde seront partis.

Le moment loufoque :

Le pilier gauche Belge, Christophe Debaty, frère de Vincent, abandonnant ses coéquipiers sur la dernière mêlée car il n’en pouvait plus. Pour sa défense, il a dû effectuer le match en entier, l’autre pilier s’étant blessé dès la 3e minute. Le pauvre a mangé la neige toute l’après midi.

Le Tweet qui soulève la question :

Le coup de gueule : Qu’est-ce que la Géorgie fait elle encore dans cette compétition ?

La Géorgie n’a plus rien à faire dans ce niveau européen. Les Lelos sont invaincus depuis 2012 et tenant du titre depuis 2006. Aujourd’hui, l’intérêt majeur de cette compétition est de se qualifier pour la Coupe du monde 2019. Or, ils le sont déjà. De ce fait, les résultats des autres équipes contre la Géorgie ne seront pas comptabilisés : quid de leur motivation à jouer les matchs à 100% ?

La plupart des joueurs belges sont des amateurs (et pour les autres équipes, très peu évoluent au plus haut niveau), quand les Géorgiens sont tous professionnels ou en passe de le devenir. Pendant que les autres équipes travaillent leurs automatismes face à des nations d’au moins leur niveau, les Lelos, eux, se retrouvent à devoir faire tourner leur effectif et gagnent aisément leurs matchs au risque de tomber dans la facilité et de perdre en intensité. Le fait de jouer contre des équipes plus faibles nuit à la progression du rugby géorgien. Il est aujourd’hui entrain de stagner dû à son manque d’adversité.

Le Fédération Géorgienne doit se pencher sur un nouveau modèle de compétition à organiser et rendre attractif sportivement ainsi qu’économiquement. Il faut arrêter de compter sur World Rugby ou un potentiel (utopique) accès aux RBS 6 nations. Pourquoi pas une compétition commune internationale avec les meilleures nations du Tier 2 ?

Crédit vidéo : Georgian Rugby

Gui Kas
Gui Kas
Cet article est rédigé par Gui Kas, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Bon article
Juste Lobzhanidze n'était pas le seul trois quart absent. Le centre Kacharava, qui a joué le Challenge Européen avec le club russe de Enisei et surtout l'Agenais Tamaz Mchedlidze (centre ou ailier) trois quart géorgien le plus en vue ces derniers temps.

Ceux qui disent que la Géorgie n'a ni largent ni les structures devraient savoir que le rugby géorgien est financé par un milliardaire, Bidzina Ivanishvili qui a financé des dizaines de stades et un centre d'entraînement dignes des structures néo zélandaises d'après le coach national.

La Géorgie progresse d'année en année en axant ses forces sur la formation de jeunes. Cela s'est traduit par une qualification pour la CdM U20 aux côtés des 11 meilleures nations. En 2016 la Géorgie accroché le Pays de Galles défaite 10 a 9) et la France (défaite 27-24) et a battu l'Italie.

  • ced
    100447 points
  • il y a 3 ans

économie ... Georgie ... elle est peut être là la différence, l'Italie est un pays "riche", la Georgie a quelques wagons de retard de ce côté là alors sa Fédé ...

Sous entendu l'Italie n'a pas sa place en fait... Fait indéniable: la Géorgie doit être dans un autre tournoi. Pourquoi pas avec Tonga, Samoa, Fidji, Japon, etc. Peu importe l'éloignement c'est le cas pour le Four nations.
Maintenant je suis sans doute réac mais le tournoi n'a pour moi rien à voir avec la méritocratie. Ce qui me fait plaisir c'est le côté traditionnel d'une institution qui a plus d'un siècle. C'est une ligue fermée et elle doit le rester. D'ailleurs je ne vois pas pourquoi on ferait pression sur les décisionnaires. Cela ne regarde que les parties déjà présentes. Quand on fait un repas de famille, le voisin a beau être sympa il n'est pas invité.
Peu importe le niveau de l'Italie et le fait qu'elle ne progresse pas, c'est une équipe cool, capable d'exploits ponctuels, qui fait le nombre en permettant d'avoir un match en plus.
La remplacer c'est dire à un enfant adopté "tu fais partie de la famille maintenant" et le virer quand on s'en lasse.
Faire un système de montée/descente c'est complètement dénaturer le tournoi. Déjà que le bonus... Pourquoi pas un Euro non plus, puisqu'on suit les pas du football. Avec un bon Géorgie Espagne! Je pense que ça fait rêver.
Enfin voilà, je pense que c'est un sport qui doit rester assez conservateur pour rester attractif.

  • KAKI
    1908 points
  • il y a 3 ans
@nroyer1982

Si tu lis bien l'article, il est mentionné que l'accession au 6 nations et utopique et qu'il faut se pencher sur un autre projet pour la Fédération.
Cette vision conservatrice empêche le développement du rugby. Et si tu regarde la vision du world rugby (disponible sur son site) leur but est d'avoir à chaque coupe du monde de plus en plus d'équipes capables de remporter le titre

  • tom4995
    16788 points
  • il y a 3 ans
@nroyer1982

C'est pas avec des raisonnements rétrogrades comme le tien que le rugby va progresser...
Bien sûr qu'à terme le 6 Nations va muter en Euro, c'est une évidence. Mais ça ne se fera que dans longtemps, quand beaucoup plus d'équipes seront au niveau.

@tom4995

Ce n'est même pas un raisonnement, c'est un point de vue, donc par définition subjectif. Et d'ailleurs affirmé comme conservateur, donc le "rétrograde" tu es gentil mais... À l'échelle du modeste spectateur que je suis, on s'éclate à mon avis beaucoup plus à voir un championnat type tournoi actuel qu'un championnat d'Europe ou un tournoi avec Italie - Géorgie. Après je n'ai pas la prétention de vouloir faire "progresser" le rugby. D'ailleurs quel sens revêt le mot progresser? Voir le jeu s'améliorer ou observer un développement géographique du rugby?

En intégrant l'Italie en 2000, l'idée d'aider les Transalpins partait d'un bon sentiment tout en créant de fait ,une "recette supplémentaire".... de là à penser que seul le trésorier de chaque fédération est intéressé ......

Le souci c'est surtout que les instances ont peur de revenir en arrière, dans les années 2000 le rugby italien semblait prometteur avec beaucoup d'expatriés en france qui donnaient un espoir, 15 ans plus tard les clubs italiens n'apportent rien sinon 5 pts en phase de poule et la sélection baisse de niveau à chaque départ des historiques.

Les géorgiens ont la même chose que les italiens à l'époque, mais ils payent peut être l'échec de ces derniers.

  • AKA
    50389 points
  • il y a 3 ans

On peu dire que les Lebos ont "le cul entre 2 sièges". Je ne crois pas qu 'ils feraient mieux que l' Italie, mais c' est vrai que ces derniers végètent au fond du classement depuis longtemps! De plus je ne pense pas que beaucoup de Fédérations du Tournoi majeur aimeraient aller ferrailler en Géorgie...

  • vevere
    53396 points
  • il y a 3 ans

c'était mieux avant 😊

  • epa
    36976 points
  • il y a 3 ans

C'est ridicule de vouloir éliminer l'Italie du tournoi. C'est même complètement crétin et je reste poli. Si on part du principe qu'une équipe arrive souvent dernière doit être éliminé. On commence par éliminer l'Italie puis l'Ecosse puis dans le désordre les gallois les irlandais les français et les anglais ... Youpi plus de tournoi. Si on fait rentrer un autre pays il va finir dernier aussi car pas au niveau sur le premier tournoi l'Italie va descendre de niveau car elle à raté le tournoi et elle va revenir plus faible ce qui va faire descendre le niveau général du tournoi......

Me font marrer les "L'Italie n'a plus sa place dans le tournoi A" ou "Je ne sais pas si la Géorgie aurait sa place dans le 6 nations, ce qui est sur c'est que l'Italie ne l'a plus selon moi.".
Il y a 6 équipe donc il est assez facile de se retrouver 6ème, pour rappel les derniers de chaque tournois:
2000 Italie
2001 Italie
2002 Italie
2003 Galles
2004 Ecosse
2005 Italie
2006 Italie
2007 Ecosse
2008 Italie
2009 Italie
2010 Italie
2011 Italie
2012 Ecosse
2013 France
2014 Italie
2015 Ecosse
2016 Italie

Pour moi le seul moyen pour avoir une certaine equité sportive et pour que le rugby ne soit pas considéré comme un sport fermé faire un système de monté descente entre le 6 Nation et le 6 Nation B.
Pas forcement une bonne règle pour les financiers de World Rugby mais tellement plus juste d'un point de vue sportif, imagine comment ça boosterai toutes les nations du tournois B à progresser et celle du tournois A à batailler pour pas descendre!

Les lelos sont invaincus depuis 2012, si on avait appliqué ce système Italie, Ecosse et la France serait allé voir ce qui se passe en Espagne et en Belgique!

@EliepoinT

World Rugby n'a rien à faire ici. C'est une décision qui doit être prise par les Six Nations.

  • KAKI
    1908 points
  • il y a 3 ans
@Armchair Fan

Je te conseil de te renseigner. Les Six nations ont une autorisation de World Rugby pour pouvoir organiser le tournoi. World Rugby touche le pactole grâce à ça ( et il n'y a rien de mal à ça). Mais à un moment, comme entre la FFR et la LNR il faut penser à tout le monde et non qu'à l'Elite.
Alors pour répondre à ton commentaire: World Rugby à tout à faire ici. C'est lui qui décide si la rencontre peut se jouer ou pas.

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans
@EliepoinT

France-Espagne va y avoir des morts.
Brive à envoyé il y a quelques années son équipe B et ses jeunes chez un club Espagnol, il y a eu 114 à 3.

@Chams

3-116 en 2010 face à El Salvador, qui souffrait d'une énorme crise financière. Mais un an plus tard Brive a de nouveau joué en Challenge Cup contre La Vila en 2011 et ce fut 18-47 et 38-13.

De toute façon l'équipe d'Espagne est quasi entièrement basée en France, soit parce qu'ils ont émigré soit parce qu'ils sont nés en France de parents ou grandparents espagnols...

@Armchair Fan

Je pense que ni l'Italie, ni la Géorgie n'ont leur place dans le tournoi des 5-6 nations. L'italie actuellement c'est le bordel et la Géorgie y'a pas vraiment de structure qui laisseraient penser qu'ils ont un avenir.
Je pense tout simplement qu'il faut mettre en place une espèce de grande Coupe d'Europe tout les 4 ans, pas exemple, où des nations comme la Géorgie s'exprimeraient, mais que le tournoi devrait revenir à 5 nations.
Mettre un système de relegation serait je pense très compliqué, voir le pays de galle descendre et ne revenir que 2 ans apres pour une annee compliquée ... un tournoi c'est que 5 matchs, c'est rapide de descendre ...

Ce n'est que mon avis et je comprend qu'il ne soit pas partagé.

  • KAKI
    1908 points
  • il y a 3 ans
@Godwin21

La Fédération Géorgienne est structurée. Les equipes jeunes sont en place avec de très bon résultats, ils organisent d'ailleurs le mondial U20 cette année. Ensuite il y a un championnat en place qui est de bon niveau et bien organisé. Enfin, il y a pleins de stades et infrastructures neuves ou en bon etat pour pleins de clubs

  • jose5
    20251 points
  • il y a 3 ans

"Otar Giorgadze, Toulon, 2 sélections" ???
Giorgadze est espoir à Clermont, il n'a jamais joué à Toulon. Il a même fait des matches de top 14 avec l'ASM, marquant un essai décisif face à Grenoble.

  • mlna
    3855 points
  • il y a 3 ans

Otar Giorgadze c'est Clermont* 😉

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans

Dans la même hype que la Georgie, faut aussi parler du Canada, des USA, et du japon, qui ont les capacités économiques et sportives de progresser rapidement. Surtout les deux derniers.
Combien de temps, si on intégre les USA aux 6 nations, mettront-ils à devenir vraiment bons?

@Chams

Les résultats du Canada et des États-Unis restent bien loin de ceux de la Géorgie. Vraiment loin. Ils sont repartis de la dernière CDM à zéro victoire...

Et le Japon reste très privilégié en comparaison avec la Géorgie. Ils accueillent des tournées d'équipes d'élite tous les ans.

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans
@Armchair Fan

Je suis globalement d'accord bien que les USA ont eu une poule difficile et ont fait des bons matchs. Mais rien n'est fait pour les faire progresser.
Du coup la même question se pose : comment on envisage des les intégrer à une vrai compétition? Ils ont les moyens financiers et sportifs d'être excellents (on parle d'un pays quasi-équivalent à l'Europe entière)

@Chams

L'Argentine leur a organisé l'Americas Rugby Championship, World Rugby a soutenu le PRO Rugby financièrement même s'il semble avoir fait failite, la Nouvelle Zélande, l'Australie et les Maoris ont joué contre les États-Unis ces derniers temps. Je ne dirais pas que rien n'est fait pour faire progresser les États-Unis. Et puis le Pro12 cherche de façon insistent à trouver les moyens pour mettre là-bas quelques franchises.

@Armchair Fan

Les Américains n'ont pas l'air très enthousiaste avec le rugby ... peut être que les JO vont faire bouger les choses ...

Les américains pourraient être excellent dans le rugby s'ils y mettent l'argent, ils n'ont pas besoin d'un tremplin comme la Géorgie ou les nations du pacifique, ils faut juste qu'ils s'y mettent correctement.

Il va de toute façon falloir penser à une nouvelle organisation. L'Italie n'a plus sa place dans le tournoi A, eux n'ont pas leur place dans le tournoi B, mais les premiers ont il leur place dans le tournoi B et les Géorgiens leur place dans le tournoi A ?

Il faudrait bien sûr commencer par un match de barrage entre les deux équipes pour que le meilleur joue dans le tournoi A. Je ne vois pas pourquoi l'Italie peut conserver cette faculté sans l'offrir aux Géorgiens qui ne progressent plus dans le B et doivent profondément se sentir exclus. Mais l'Italie ne survolerait elle pas non plus ce tournoi ? Après la première année, il faudrait voir comment cela se passe.

A défaut, il faudrait penser à une nouvelle organisation. Un tournoi A à 7 ? Un tournoi intermédiaire avec des équipes extérieures se qualifiant régulièrement pour la coupe du monde ? Ou bien rester sur un match de barrage. Je ne sais, pour le moment pas, mais faudra choisir, la situation actuelle ne permet pas une équité nécessaire.

Perso c'est ridicule cette hype autour de la Géorgie au détriment du rugby transalpin. Je veux bien qu'on soutienne son entrée (j'y suis d'ailleurs plutôt favorable) dans le VI NATION mais pas à la place de l'Italie. C'est du n'importe quoi. Il y a encore quelques années on parlait des progrès dantesques réalisés par l'Italie et on se félicitait de leur avoir laissé une chance de rester dans la compét, et maintenant on tire dessus à boulets rouges car ils sont dans une mauvaise dynamique. Je vous rappelle que l'année dernière, on est pas passé loin de la défaite à domicile face à la même équipe hein. Bref c'est évident qu'il faut que la fédé italienne reprenne les choses en mains et bouleverse certains choses mais de la à l'évincer du VI Nations c'est ridicule.

Qu'a de plus la Géorgie? c'est l'effet de la nouveauté? Pour sur la Géorgie se prendrait des roustes au moins aussi conséquentes donc là n'est pas le problème.

Le souci du rugby est qu'on a un sport fermé qui a du mal à s'internationaliser. Au final le rugby mondial se joue seulement entre 8 nations qui ont la main mise, dont une largement au-dessus.

Donc soit on garde le système plus ou moins tel quel avec uniquement les nations historiques et on l'assume, soit on essaie d'internationaliser le rugby, mais pour de vrai en créant des compét cohérentes et en donnant le moyen aux petites nations de progresser.

Dans tout les cas il faudra réformer ce calendrier démentiel.

Oui, ils devraient s'incruster dans la Pacific Nations Cup. Qui perdurait son nom, mais c'est pas grave. Il pourrai ainsi jouer pour de vrai et mettre une Géorgie A dans le tournoi des Six Nations B.
Après, le pb des Géorgiens, ce qui fait que c'est une équipe en dessous, c'est que le 8 de devant est très bon, mais derrière, c'est faible. il y'a l'ailier de Agen, qui est pas mal, mais il reste quand mm en proD2 quoi...

@Vae Victis Brennos

La Pacific Nations Cup? Ils ont déjà battu à domicile les Fidji et les Tonga et fait match égal contre les Samoa en juin alors que certains de ses meilleurs joueurs étaient encore retenus en Top 14... Et les matchs à Tbilisi, à quand? Vas-tu faire déplacer des fédérations pauvres comme les îliennes pendant tout un moi de Tbilisi au Pacifique et viceversa?

@Armchair Fan

Bah ! Ça coute pas beaucoup plus cher que d'aller au Canada ou aux États-Unis. C'est vite compensé par les sponsors, doits TV et cie.
Actuellement, ils sont meilleurs, mais bon... Si ils préfèrent continuer avec les belges..

Pourquoi le dernier du 6 Nations A ne jouerait pas un match de barrage l'été suivante contre le premier du 6 Nations B ? Ainsi une porte s'ouvre à un potentiel promu dans le 6 Nations A chaque année, gage d'une visibilité accrue et belle carotte pour les équipes du B. Gage aussi d'une compétition accrue dans le A pour éviter la dernière place.

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans
@Les courses en houle

Parce que les 5 nations prennent un risque de descendre quand elles ont un coup de moins bien (Nous et les Gallois une fois, les Ecossais plusieurs fois, les Anglais à l'époque du 5 nations etc...).
Et que c'est eux qui choisissent.
Et que une Règle qui ne s'applique qu'a l'Italie est trop injuste.
Donc la situation est bloquée, d'autant que WR n'en a fondamentalement rien à foutre de la Georgie : la formule coupe du monde fait vendre, et les équipes de niveau B sont faiblement peuplées (Georgie, Tonga, Samoa, Fidji) et n'ont pas de pognon.
L'émergence du Japon, des USA et du Canada sont bien plus intéressantes financierement, et il n'y a que ça qui les intéresse.
Par extention, dans la formule actuelle, une Georgie forte qui pourrait se qualifier au dépend d'une nation A (5 nations + 4 nations du Sud), schéma dans l'immédiat peu probable, ferait peut-être perdre du pognon en téléspectateur sur une CDM (j'exagère probablement un peu sur cet argument, mais en gros ya rien à y gagner pour WR).
Le rugby à 7 est plus intéressant à développer, les efforts seront faits la dessus.

@Chams

Je comprends bien entendu tous les leviers financiers impliqués dans cette décision de Statu Quo depuis des années, je me demandais juste si "logistiquement" c'était pas la solution la plus simple. Si tant est comme tu le dis que WR décide ENFIN de faire du rugby à XV un sport mondial...

@Chams

Le problème est que le rugby à 7 devient souvent une trappe à développement. Chez les pays du Tier 2 ou 3, les moyens restent divisés, les meilleurs joueurs doivent privilégier 7 ou XV... Tu n'as qu'à regarder les parcours 7/XV de la Russie, le Portugal ou l'Espagne ces cinq dernières années. Quand une modalité est à la hausse, les résultats de l'autre souffrent.

Je ne sais pas si la Géorgie aurait sa place dans le 6 nations, ce qui est sur c'est que l'Italie ne l'a plus selon moi. Leur génération dorée n'est bientôt qu'un souvenir et leurs jeunes joueurs ont du mal à éclore, les 2 provinces intégrées à la ligue celte sont les 2 dernières et il paraît que financièrement ce n'est pas la joie ...

Je me pose cependant la question d'une structure géorgienne professionnelle, assimilable à une province, qui pourrait être engagé dans la petite coupe d'europe ? Les russes le font, les roumains aussi, il y a eu des espagnols y'a pas très longtemps il me semble, pourquoi pas les géorgiens ? Qui sont supérieurs à toutes les nations précédente.

@Godwin21

Plusieurs équipes géorgiennes participeront l'année prochaine en Challenge Cup Qualifying Competition, qui de plus va transformer son format. On dit que ce sera un ligue de dix équipes européennes T2 et que les deux premières se disputeront les deux places en Challenge Cup avec les deux meilleurs clubs italiens.

Si la Géorgie n'a pas participé ces deux dernières années en Europe c'est parce que les Tbilisi Caucasians furent un désastre à niveau organisation (peu d'entraînement) en 2014 et puis les coûts de déplacement sont trop chers. Donc ils ont dû bien discuter fédé géorgienne, clubs et EPCR (Rugby Europe) avant de retourner en compétitions européennes

@Armchair Fan

Merci pour ta réponse tres complète. J'avais souvenir de cela mais je pensais plutôt à un espace de "super club" qui regrouperait les meilleurs géorgiens. Meme si je pense que des joueurs comme Gorgodze ou Chilachava ne retourneront pas jouer au pays, il est possible que d'autres y jouent et que cette equipe ait un niveau pas ridicule, en tout cas je l'espère ... Quand on regarde le nombre d'avant géorgiens dans notre top 14 ça fait peur je trouve ...

7 nations ?

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

Sorti du chapeau, la solution miracle :
Passer au tournoi des 7 nations !
Et avant la première plainte, qui commencera par « Ya pad’ date dispo… », un éclaircissement : On garde le même nombre de dates.
Comment ça marche ?
Chaque année, un match à lieu entre l’Italie et la Géorgie pendant le tournoi. Le vainqueur gagne le droit l’année suivante de jouer contre les 3 meilleures nations du tournoi. Le perdant jouera contre les 2 nations les moins bien classées.
En résultat, les 5 nations (France, Angleterre, Irlande, Ecosse, Pays de Galles) jouent bien 5 matchs, comme actuellement. Le meilleur du couple Italie-Georgie joue 4 matchs au lieu de 5 (3 meilleures nations et le match Italie-Georgie). Le moins bon de ce couple joue également 4 matchs (2 moins bonnes nations des 5, match Italie-Georgie, et un match contre le vainqueur du tournoi B).

Ça permet de faire jouer des matchs intéressant à la Géorgie et de la faire progresser, de diminuer d’un match le calendrier des deux nations les plus faibles(4 au lieu de 5 dates, c’est largement suffisant), de conserver le même nombre de dates aux 5 nations majeures, de libérer une place dans le tournoi B, de créer un match contre une équipe du tournoi A (même si c’est la plus faible) pour le vainqueur du tournoi B pour sa progression, d’évaluer le niveau du vainqueur du tournoi B par la même occasion, et de varier les affiches.

On perd complétement en lisibilité du tournoi, mais en quelque part tout le monde s'en branle de l'Italie et de la Géorgie, et se dira juste "tiens, on joue la Géorgie au lieu de l'Italie cette année"

@Chams

Je ne comprends pas pourquoi ne pas faire seulement un match de barrage entre le dernier du 6 nation A et le premier du 6 nation B chaque année ?
Ce n'est pas possible de faire si simple ?

  • Chams
    7093 points
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

C'est au détriment d'une des 6 nations.
Si on peut probablement admettre que World Rugby s'en branle de l'Italie, on prend le risque de faire descendre une des 5 nations comme l'Ecosse (4 fois, la France et le PdG 1 fois ), ce qu'ils ne voudront jamais.
On privilégiera jamais la Georgie à l'Ecosse, au mieux c'est "en plus"

@Chams

OK, donc considération politico-financiere. J'ai pigé.

@Chams

Il faut aussi prendre en compte le côté institution du tournoi des 6 nations, autrefois 5 nations. Un tournoi censé rassembler les meilleures nations d'Europe. Aujourd'hui ce n'est plus le cas puisque l'Italie est moins bonne que la Géorgie.
sa légitimité tiens du fait que c'est un grand pays d'Europe contrairement à la Géorgie qui reste une petite nation. Aux yeux du grand public il vaut mieux un France-Italie qu'un France-Géorgie ...

Peut être une compétitions style Euro comme au foot tous les 4 ans ?

@Marc Lièvre Entremont

Ça paraît compliqué d'un point de vue calendrier ... et mettre en place un système de montée/descente nuirait, apparement, à l'image du tournoi (institution presque légendaire du rugby mondial) ...

Non seulement la motivation de la Géorgie est en déclin, mais les autres équipes n'ont aucun intérêt à appeler leurs meilleurs joueurs contre les Lelos, l'objectif étant la Coupe du Monde. Et même l'Espagne a décidé de mettre aux enchères ce match, ce qui fera que l'Espagne-Géorgie soit joué en plein milieu de la campagne, à Medina del Campo (20.000 habitants)...

@Armchair Fan

Le problème c'est que ce titre de "meilleure équipe de deuxième division européenne" n'apporte rien. Les gars sont motivés, montent des projets mais une fois que le projet marche ils se rendent compte que cela n'offre rien. Tu as beau être le meilleur des "petites" nations, cela ne t'ouvre pas les portes vers les grandes nations. Donc ton projet finit par s'essouffler et tu rentres dans le rang, pendant qu'un autre lance un projet et prends ta place. On a eu la Roumanie qui a longtemps eu ce rôle, on a actuellement la Géorgie et dans quelques années on en aura probablement un autre.
Et l'exemple de l'Italie montre que même quand on t'ouvre la porte, cela ne garantit en rien que tu puisses t'installer durablement. Après avoir été en essor, l'Italie est aujourd'hui en déclin. Son rugby de club a quasiment disparu, l'équipe nationale souffre et il n'y a aucun renouveau à l'horizon...

  • KAKI
    1908 points
  • il y a 3 ans
@Team Viscères

La marche est trop haute entre le tiers 2 et les grosses nations. Il faut, pour progresser, un niveau intermédiaire qui n'existe qu'en mixant les différents continents

Derniers articles

News
News
Ecrit par vous !
News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
Transferts
News
News