VIDÉO - Le jour où Carlo Canna a réalisé un Full House face au XV de France !
VIDÉO - Le jour où Carlo Canna a réalisé un Full House face au XV de France !
Le n°10, aligné au centre ce dimanche, avait connu une sacrée première dans le Tournoi des 6 Nations.

Que des n°10 dans ma team, disait Booba. Vous ne le saviez peut-être pas, mais le Duc est visiblement connu en Italie. Du moins en Afrique du Sud, d'où est originaire Franco Smith, le nouveau sélectionneur de la Squadra Azzurra. Car ce dernier a amené une nouveauté au sein du XV de départ transalpin : la titularisation de deux demis d'ouverture, Tommaso Allan, et Carlo Canna.

Habituellement concurrents, les n°10 de Trévise et des Zebre ont respectivement joué ouvreur et premier centre face au Pays de Galles, la semaine passée. Malgré la défaite, les deux ont été reconduits pour défier le XV de France, ce dimanche. Après avoir muselé la paire Ford-Farrell, la défense tricolore va devoir se méfier.

Le XV d'Italie pour défier la France est là, découvrez la composition !Le XV d'Italie pour défier la France est là, découvrez la composition !Surtout que Carlo Canna a de bons souvenirs sur la pelouse du Stade de France.

Le contexte

Nous sommes en février 2016, et le XV de France sort d'une Coupe du monde catastrophique. Sortis par la (très) petite porte, les Bleus ont un nouveau sélectionneur, Guy Novès, qui fête ses 62 sélections. Mais aussi plusieurs nouveaux joueurs (Danty, Bézy, Jedrasiak, Camara...) et un capitaine nommé Guilhem Guirado. Pour le premier match de l'ère Novès, l'Italie de... Jacques Brunel se présente avec un nouvel ouvreur : Carlo Canna, 7 sélections, mais aucune dans le Tournoi.

Âgé de 23 ans, il vient à peine de rejoindre les Zebre en provenance de Rome, qui dispute l'Eccellenza, le championnat local. Suffisant pour convaincre le sélectionneur de lui donner sa chance.

L'homme du match

Carlo Canna, justement. Préféré ce jour-là au Kiwi d'origine Kelly Haimona, le n°10 impressionne pour sa première, et réalise un Full House. Soit un essai, un drop, une pénalité et une transformation dans le même match, une rareté au niveau international ! Dès la 7e minute du jeu, il claque un drop sans pression, pour ouvrir le score. En début de seconde période, il passe sans problème une pénalité.

La suite est encore plus heureuse. Après un bon travail de Parisse qui échoue sur la ligne, Canna attaque l'intervalle. Lancé et servi par Gori, il marque en force, et transforme lui-même... En tout, il inscrit treize points.

Le match

Malmenés, longtemps menés, les Tricolores s'en sortent grâce à... Jules Plisson, qui inscrit la pénalité de la gagne dans les dernières minutes. Damien Chouly et Hugo Bonneval avaient marqué un essai, c'est dire qu'il peut s'en passer des choses, en quatre ans ! Finalement, Sergio Parisse avait tenté l'impossible dans les arrêts de jeu, avec un drop. 

La France l'emporte 23-21.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Les débuts de Canna étaient il est vrai très prometteurs.

Par contre j'ai du mal à voir la valeur ajoutée d'avoir Tommaso Allan en 10 et de décaller Canna en 12.

Pour moi Canna n'a pas le profil du tout d'un 12 dans le rugby actuel, et il me semble sur ce que l'on a vu dans ce premier match, qu'en le mettant à ce poste ils se passent de ses qualités, pourtant plus intéressantes à mon sens que celles d'Allan qui est un peu juste au niveau international.

Quand à Kelly Haimona, je l'avais oublié celui-là, quelle catastrophe avec la maillot Italien ce joueur. Ce qui explique probablement que Parisse ait pris le drop goal.

Cela dit pour revenir là-dessus, ce fameux drop goal m'a convaincu que Parisse malgré son immense talent (ce jour là en tout cas) un piètre coéquipier.

Ses coéquipiers sont largement en position d'obtenir une pénalité de la gagne bien placée. Même dans l'hypothèse d'un drop ils sont en position de se mettre en place proprement. Haimona fait un tournoi catastrophique mais il a un bon jeu au pied et c'est normalement son rôle de le faire. Le fait que Sergio la tente "sauveur de la patrie" comme ça à ce moment-là c'est un sacré crachat à la gueule de ses coéquipiers à mon sens.

"Il peut s'en passer des choses en 4 ans", c'est vrai - et il peut s'en passer des choses en quelques mois aussi. En 2 ans complets chacun les deux derniers entraîneurs n'ont pas été fichus de rendre un match véritablement maîtrisé contre une nation majeure. En qqs mois, tu prends un staff qui saisit bien ce qu'est le Rugby moderne de haut niveau et t'as des résultats sur le premier match. Deux ans contre premier match...

Derniers articles

News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
Arbitrage
News
News
News