Tournoi des 6 Nations : les statistiques qui prouvent que dominer n'est pas gagner
Tournoi des 6 Nations : un nouveau modèle pour gagner les matchs.
Graphiques à l'appui, voici la preuve que dominer ne suffit plus pour gagner dans le rugby moderne, et notamment dans le Tournoi des 6 Nations.
« Pas faire de fautes, pas faire de fautes ! ». Les années passent, mais la sortie de Bernard Laporte, lors d'un FranceItalie au cœur de l'hiver, reste en mémoire. Ce jour-là, le sélectionneur d'alors reprochait aux Bleus de ne pas respecter l'adversaire tout en compromettant leurs chances de victoire. La discipline, disait-il, n'était pas au rendez-vous. Et la Squadra Azzurra de Diego Dominguez se retrouvait en position de force. Alors, logique, ce coup de gueule ? Le constat semble établi : une équipe qui subit, se fait pénaliser et n'a pas le ballon ne peut gagner un match, sauf exception. Or, le rugby évolue. Il a suffi d'un tweet, posté par Thomas Lombard, pour ouvrir le débat.

Au sortir de la 3e journée du Tournoi des 6 Nations, il semblerait que la défense ait clairement pris le pas sur l'attaque. Vérifications en chiffres :

L'analyse est claire, les chiffres vérifiés : sur les trois rencontres, les trois vainqueurs (Pays de Galles, Angleterre, Écosse) ont laissé la balle à leurs adversaires, laissant même ces derniers jouer dans leur camp. Forcément, les trois perdants (France, Irlande, Italie) ont réalisé plus de passes, obligeant l'opposant à faire des fautes et à multiplier les plaquages. Pour gagner un match du 6 Nations, c'est donc d'abord la défense qui prédomine. Pas étonnant à ce qu'il y ait aussi peu de spectacle, et aussi peu d'essais... Si on regarde d'autres matchs de la compétition, comme le Pays de Galles – Écosse de la 2e journée (27-23, score final), la conclusion est exactement la même. Mais le XV de France n'aimant pas faire comme tout le monde, les statistiques s'inversent totalement lors du match des Bleus face à l'Irlande. Victorieux 10 à 9, les hommes de Guy Novès avait eu ce jour-là la main-mise sur le ballon, se faisant beaucoup de passes et obligeant le XV du Trèfle à beaucoup défendre. Paradoxalement, beaucoup ont pensé à un hold-up au moment de commenter le résultat.

Une exception du Nord ?

La dernière Coupe du monde de rugby a été marquée par la domination totale de l'hémisphère sud, en témoignent les demi-finalistes de la compétition : Nouvelle-Zélande, Australie, Afrique du Sud et Argentine. Alors, le Mondial 2015 a-t-il été « victime » de ce « New Deal », comme l'appelle Thomas Lombard ? Vérifications en chiffres, sur les deux derniers matchs de la compétition.

Ici, l'analyse est clairement intéressante. D'un côté, les All Blacks gagnent leur match – la finale ! - en ayant le ballon, tout en se faisant beaucoup de passes... et en se montrant plus solides en défense que l'Australie. Bref, on comprend tout de suite pourquoi la Nouvelle-Zélande est championne du monde, tout en pratiquant un jeu salué par l'ensemble de la planète. De l'autre côté, le profil de « perdant » de l'Argentine se rapproche plus du modèle actuellement en vigueur dans le 6 Nations. Les Pumas nous ont littéralement régalé, et le total de 245 passes face aux Boks en est la preuve, comme le fait de passer 63% du match dans le camp sud-africain. Au final, ce sont pourtant Habana et cie qui sont montés sur le podium avec une victoire 24-13. Avec un jeu – tiens, tiens... - considéré comme restrictif.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Vintom
    777 points
  • il y a 7 ans

Comme quoi, ce début d'étude statistique ne fait que confirmer qu'en rugby c'est le combat qui est premier ("l'opposition au corps" dirait Pierre C.) et que le 1er des "FONDAMENTAUX" (toujours Pierre C.), qui ne sont bien évidemment pas la touche et la mêlée, c'est AVANCER, avec ou sans ballon. L'attaquant, en rugby, c'est celui qui avance, pas celui qui a le ballon...et quand on lit, à 4 mois d'intervalle, dans deux éditoriaux d'un certain journal (plutôt jaune) que pour des journalistes, soi-disant spécialistes, "la passe est l'essence du jeu de rugby", on a compris qu'ils n'ont rien compris et qu'on n'est pas sorti de l'auberge....

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News