6 Nations - L'Italie, sparring-partner ou véritable adversaire ? Que nous disent les stats ?
Romain Ntamack a fait le boulot contre l'Angleterre contrairement à Canna face aux Gallois.
Avant le deuxième match du XV de France face à l'Italie, on fait le point sur les stats importantes de la première journée.

L’Italie est le prochain adversaire de l’équipe de France. Battue sur un score sans appel (42-0), l’Italie ne devrait pas être l'adversaire le plus coriace des Bleus dans ce 6 Nations 2020. Attention à ne pas mettre la charrue avant les bœufs. Nos voisins italiens ciblent chaque année le match contre les Tricolores. Et parviennent parfois à se transcender. Alors oui, ils ne les ont jamais battus au Stade de France. Mais ils pourraient faire douter les hommes de Galthié si ces derniers ne les prennent pas au sérieux. À travers les chiffres de la première journée, tâchons de voir ce qui a fonctionné au sein de la Squadra Azzura, sur un plan collectif et individuel. Mais aussi les points où ils ont été à la rue.  Les Italiens les plus rapides dans les rucks ! Qui l'eut cru !Les Italiens les plus rapides dans les rucks ! Qui l'eut cru !

Sur le plan offensif, on voit nettement que les Italiens sont des dévoreurs d’espace… Hélas stériles. Alors que le XV de France pratique un jeu plus « fermé », mais efficace. La stratégie des Italiens passe beaucoup par l’axe Braley-Allan (120 passes). A l'inverse, les Bleus proposent plus de diversité puisque l’axe Dupont-Ntamack ne cumulant que 49 passes, dont seulement 6 pour l'ouvreur toulousain. Au niveau de la défense, trois statistiques ont retenu notre attention : le nombre de plaquages, le pourcentage réussi et les turnovers réussis. Les chiffres ne sont pas alarmants pour les Italiens, mais le score est là : 42-0.

Ainsi, la Squadra Azzura n’est pas dernière au niveau des plaquages. Elle en a manqué 19 sur 178 réalisés, ce qui la place à la quatrième place à hauteur de l’Irlande. Elle est dans le ventre mou en ce qui concerne les turnovers réussis (4) et le nombre de franchissements (3). Sur les fondamentaux, elle alterne le (très) bon (2e en touche avec 93,3 % de réussite) et le très mauvais : avant-dernière en mêlée avec 75 %, loin, très loin des autres.

Qui sort du lot individuellement ?

Pas de grandes révélations. Matteo Minozzi (142 mètres), Mattia Bellini (105 mètres) et Sebastian Negri (87 mètres) sont les trois points d’ancrage, les trois éléments qui ont parcouru le plus de mètres. Trois joueurs que les Bleus vont s’appliquer à mettre sous l’éteignoir. La surprise c’est de voir Carlo Canna diablement efficace en défense. Il se classe quatrième de la première journée du 6 Nations, avec 17 plaquages n’en manquant aucun. Tommaso Allan, titulaire, ne rend que 5 plaquages, très loin de son vis-à-vis, Romain Ntamack (15). C’est peut-être une zone à cibler pour les Bleus, même si son homologue de la charnière Callum Braley n’a manqué aucun de ses 11 plaquages.

Le jeune Niccolo Cannone, vu à son avantage, aura été aussi bon en défense, avec 15 plaquages réussis pour 1 de manqué, qu’en touche où il se partage la moisson avec Negri (3 prises chacun) et Steyn (5 prises). Bon match aussi de Jake Polledri. Il est le joueur qui a réussi le plus de turnovers (3) lors de la première journée, mais qui a concédé le plus de pénalités au sein de l’équipe italienne (3).

France - Italie, à qui l'avantage ?

Mètres parcourus :

Ballons joués à la main:

  • Matteo Minozzi (14), Sebastian Negri (13), Mattia Bellini (12)
  • Grégory Alldritt (11), Antoine Dupont (10), Vincent Rattez (7)

Passes :

  • Callum Braley (86), Tommaso Allan (34), Carlo Canna (15)
  • Antoine Dupont (43), Romain Ntamack (6), Teddy Thomas et Charles Ollivon (4)

Plaquages :

  • Carlo Canna 0/17 (100%)
  • Niccolo Cannone 1/15 (93%)
  • Luca Morisi 1/13 (86%)
  • Callum Braley 0/11 (100%)
  • Jake Polledri 0/9 (100%)
  • Luca Bigi 2/9 (81%)
  • Giosuè Zilocchi, Alessandro Zanni, Braam Steyn, Sebastian Negri 0/8 (100%)
  • Mattia Bellini 0/6 (100%)

Turnovers réussis :

  • Jake Polledri (3), Tommaso Allan (1)
  • Jefferson Poirot (2), Cyril Baille, François Cros, Charles Ollivon, Grégory Alldritt (1)

L’Italie a fait 18 fautes de main. Les plus coupables sont : Mattia Bellini (4), Callum Braley et Braam Steyn (3). Comparativement, les Bleus n’en ont fait que 13 dont 4 par Charles Ollivon. Antoine Dupont paraît bien plus sûr que son vis-à-vis Callum Braley. 

Pénalités concédées :

11 pour l’Italie, 8 pour la France.

Touches :

  • Braam Steyn (5), Cannone (3), Negri (2), Lovotti et Riccioni (1)
  • Charles Ollivon (7), François Cros (3), Paul Willemse (1)
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • gregi
    5342 points
  • il y a 4 ans

Comme d'habitude contre l'Italie cela dépend de l'attitude sérieuse ou non de nos petits coqs

Derniers articles

News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
News
News