Pro D2 - Massy. Christophe Desassis remet en cause le test du protocole commotion

Pro D2 - Massy. Christophe Desassis remet en cause le test du protocole commotion
Pro D2 - Massy. Christophe Desassis pourrait raccrocher les crampons à 30 ans.
Le troisième ligne et capitaine de Massy Christophe Desassis enchaîne les commotions. Il connaît très bien le test HIA 1 et ses limites.

Pro D2 – Massy : Geoffrey Sella contraint de suspendre sa carrière en raison des commotionsGeoffrey Sella, fils du célèbre international français Philippe, et joueur de Massy en Pro D2 a décidé il y a quelques semaines de mettre sa carrière entre parenthèses suite à plusieurs commotions. Derrière cette décision se trouve le docteur Chermann, un neurologue et spécialiste des commotions dans plusieurs sports, dont le rugby, le football et le judo, explique L'Équipe. S'il a consulté ce spécialiste, c'est sur les conseils de son coéquipier et capitaine Christophe Desassis. En janvier dernier, le troisième ligne a subi une quatrième commotion en un peu plus d'un an. Il venait tout juste de reprendre le rugby après plusieurs mois d'arrêt suite à un choc à la tête. Alors qu'il se voyait jouer jusqu'à 40 ans, il pourrait raccrocher les crampons à tout juste trente ans. Un choix qui n'est pas sans rappeler celui de l'ouvreur international sud-africain du Racing 92 Pat LambieRACING 92 : Pat Lambie avoue s'être ''menti à lui-même'' après sa dernière commotionAprès réflexion et du repos, il va se donner une dernière chance. Il estime avoir beaucoup donné sur un terrain et ne veut pas faire le match de trop. Entre ses deux dernières commotions, il avait même coupé avec le rugby avant de reprendre. Comme Lambie et d'autres joueurs, il a parfois fait le choix de rester sur le pré après un choc. "Sur des matches, j’ai subi des chocs qui ont déclenché des maux de tête et je n’ai rien dit car on jouait le maintien. La responsabilité du joueur, elle s’arrête quand il y a de l’enjeu." Désormais, il pense différemment : "Je voudrais que nous, les joueurs, dépassions cette notion, qu’on dise non, notre vie est plus importante". Nombreux sont ceux qui n'osent pas dire qu'ils ne peuvent pas rejouer par peur de perdre leur place. Ils "apprennent par cœur les listes de mots. Ils pensent que la plupart des chocs sont anodins."

Et si on en croit Christophe Desassis, le test HIA 1, qui fait partie du protocole commotion, n'est pas infaillible. Un joueur peut tout à fait le réussir, retourner sur le terrain après avoir été commotionné. Tous les chocs ne sont pas des commotions, ils existent les sub-commotions, qui peuvent avoir un énorme impact sur un cerveau qui n'est pas sain. Quant aux symptômes, ils n'apparaissent pas tout de suite. "Sur le coup, à part le champ de vision un peu rétréci, on est tellement plein d’adrénaline qu’on ne ressent rien d’autre." Pour le joueur de Massy, le test n'est pas fiable. "On te demande de répéter des mots et c’est souvent la même liste. [...] C’est simple de retenir cinq mots, même en étant commotionné. Dire des chiffres à l’envers aussi." Depuis Christophe Desassis n'a plus confiance dans ce test. "Je reprendrai le rugby cet été, et les contacts début août. Si je ressens à nouveau des maux de tête, ce sera la fin pour moi." Dans un communiqué, son club a indiqué que ses propos n'engageaient que lui. Mais il n'est peut-être pas le seul à penser comme ça.

Une attitude qui interroge chez les supporters.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Transferts
Transferts
News