[POINT TRANSFERT] Trois recrues à l'ASM, Noirot démissionne, quel avenir pour Laidlaw ?
Bézy et Pélissié seront Clermontois l'an prochain.
Le Racing, l'UBB, l'Aviron continuent leur politique de prolongations, tandis que Clermont anticipe et se renforce.

TOP 14

Clermont

On le sait Greig Laidlaw va quitter l’ASM à l’issue de cette saison. Le joueur est plein d’incertitudes. D’une part il ne sait pas dans quel club il jouera la saison prochaine (Edimbourg et Newcastle se seraient manifestés), d’autre part il songe à mettre un terme à sa carrière internationale. Au média Wales online il a déclaré qu’il souhaitait « prendre du recul », avant de se décider et d’ajouter : « Je vais rentrer, parler avec les bonnes personnes pour faire mon choix ». Sur le poste de demi de mêlée l’ASM comptera sur la doublette Morgan Parra/Sébastien Bézy. Reste à savoir si le troisième choix au poste, se portera sur Charlie Cassang ou sur le jeune Kevin Viallard.Top 14 - Sébastien Bézy : ''Je sais que j'aurais toujours été un peu derrière lui''Top 14 - Sébastien Bézy : ''Je sais que j'aurais toujours été un peu derrière lui''

Avant la fenêtre des transferts, Clermont officialise trois recrues pour la saison prochaine. L’ASM fait peau neuve avec trois calibres. Sébastien Bézy (27, 7 sélections) vient on le sait. La durée de son contrat est précisée, ce sera trois ans plus une en option. Adrien Pélissié (29 ans, 7 sélections) viendra occuper le poste de talonneur pour trois ans. Même durée pour le pilier droit d’Aurillac, Cristian Ojovan (22 ans, 4 sélections avec la Moldavie). L’intersaison n’avait pas été agitée à l’ASM en terme de transferts. Changement de cap des dirigeants et du staff. Franck Azema est satisfait « notre recrutement commence sur de bonnes bases ».

Pour compléter ces bonnes nouvelles, les Jaunards prolongent le contrat du centre fidjien Apisai Naqalevu pour deux saisons. Le recrutement de l’ASM devrait se poursuivre à brève échéance. Dans le viseur, pour son profil polyvalent, Jean-Pascal Barraque dont le contrat avec France VII arrive à échéance en 2020. Au poste de talonneur Mike Tadjer, John Ulugia et Yohan Beheregaray ne seront pas tous reconduits à la fin de la présente saison. Clermont a entamé des pourparlers avec Quentin Lespiaucq-Brettes. Sur ce dossier il y a la concurrence de l’UBB.

Bayonne

Comme son coéquipier Maxime Delonca, Filimo Taofifenua s’est bien acclimaté au Top 14. L’Aviron s’est empressé de prolonger les deux joueurs. Taofifenua est arrivé de Dax dans le club basque en 2017. Le troisième ligne, âgé de 26 ans, s’est réengagé pour deux saisons supplémentaires comme l'annonce L'Equipe.

Bordeaux

Une nouvelle donnée par le Midol la semaine dernière est confirmée sur le site de l’UBB : Cyril Cazeaux prolonge son contrat jusqu’en 2023. Lui aussi vient de Dax. Il s’est installé en Gironde en 2015, sous le statut d’espoir, mais s’est vite imposé. Malgré son jeune âge (24 ans) il est à un match de sa centième cap avec l’UBB. Quant à Mahamadou Diaby il s'est aussi réengagé avec le club girondin alors qu'il était convoité par le Stade Français. Le troisième ligne âgé de 29 ans est un élément important dans la rotation de l'UBB depuis son arrivée au club en 2017.

Racing 92

L’international tongien Ben Tameifuna est arrivé au Racing depuis les Chiefs de Waikato. Son contrat est prolongé jusqu’en 2020. Parmi les raisons invoquées par le joueur : son attachement à ses coéquipiers. Le pilier droit âgé de 28 ans était dans le squad de la sélection tongienne à la Coupe du monde.


PRO D2

Biarritz

En juin dernier Biarritz avait approché Gilles Bosch. Le BO est bien fourni au poste d’ouvreur avec Pierre Bernard, Willie du Plessis et Nick Smith sachant qu’Illan Perraux peut occuper le poste. Bernard, du Plessis et Perraux seront en fin de contrat. Les dirigeants de Biarritz ont relancé la piste Gilles Bosch, actuellement meilleur réalisateur de ProD2, qui sera dégagé de ses obligations contractuelles avec Carcassonne en juin prochain. Plaide en faveur du BO, l’opportunité pour l’ouvreur de jouer les phases finales. Mais Bosch se plaît dans l’Aude et il semble travaillé par le souvenir entêtant de son expérience mitigée dans un club ambitieux, c’était à Grenoble.


FÉDÉRALE 1

Mâcon

Benjamin Noirot (38 ans) officiait comme manager général de Mâcon la saison passée, conduisant le club en finale du Challenge Yves du Manoir. Revenu à la présidence du club Alain Piguet a destitué Noirot de ses fonctions pour en faire un simple entraîneur. L’ancien Biarrot ne s’en est jamais remis. Dans un communiqué il déclare : "A ce jour, dans l’incompréhension de ce choix, j’ai décidé de quitter l’AS Mâcon, humilié par la rétrogradation au simple rang d’entraîneur, et surtout frustré de ne pouvoir accompagner le club dans sa stratégie de jeu, je ne peux assurer la continuité de mon contrat dans un contexte où l’équipe de Fédérale 1 a besoin d’être épaulée plus que jamais."


ANGLETERRE

Des nouvelles d’un ancien joueur de Perpignan. Joe Carlisle (31 ans) ex Worcester, Wasps, Benetton Trevise, London Welsh, avait évolué à l’USAP en 2016/2017, avec des stats intéressantes : 15 matchs, 98 points. L’ouvreur anglais jouait en troisième division anglaise, à Old Ethamians, la saison dernière. Recruté par Yorkshire Carnegie il va se produire cette saison un cran au-dessus. Dans une équipe qui a connu une véritable saignée à l’intersaison (25 départs), il retrouvera
Tom Varndell, éphémère ailier du SA XV et Joe Ford, le frère de George.


MAJOR LEAGUE RUGBY

New England Free Jacks

Des quatre Français qui évoluaient à Austin, seul Simon Bienvenu est conservé. Soheyl Jaoudat a regagné le vieux continent, en Fédérale 1, et joue à Beaune. Simon Courcoul (pilier, 23 ans), ex France U20, Bayonne, Narbonne et Grasse, ainsi que Timothée Guillimin (centre, 23 ans), ex Agen et France U18, poursuivent leur aventure aux Etats-Unis. Ils ont été engagé par New England Free Jacks.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ced
    97749 points
  • il y a 1 mois

Maxime Delonca, Filimo Taofifenua, Gilles Bosch tous issus de l'Usap ...

L'ASM a aussi déjà recruté le demi de mêlée U20 des Fidji : Mesake Kurisaru. Il y aura donc deux espoirs en concurrence pour le poste de n°3.

Comme les autres clubs les plus riches du Top 14, Clermont aime recruter des espoirs déjà formés. Il faudrait renégocier les indemnités de formation, elles ne semblent pas encore assez élevées pour dissuader les équipes d'accumuler les talents. Et ça sera bien que les jeunes ouvrent aussi les yeux sur leur futur temps de jeu avant de partir.

D'ailleurs, ça serait bien de faire un petit bilan du temps de jeu des espoirs, notamment les champions du monde U20 2018 et 2019. Car normalement, ils devraient profiter de la Coupe du Monde pour jouer, non ?

@Bitch Bucannon

C'est la logique même. Les clubs les plus riches cherchent à recruter les meilleurs joueurs et les meilleurs joueurs cherchent à rejoindre les clubs les plus riches... Rien de bien nouveau en somme. Si on monte trop les indemnités les plus gros clubs feront venir les jeunes de plus en plus tôt et de plus en plus nombreux au risque de ne plus avoir de concurrence régionale. Pour le moment certains jeunes restent dans leur club formateur tout en étant suivis de près par les clubs de top 14 avec des passerelles bien définies il serait dommage de voir des clubs avec 15 équipes de minimes et les petits clubs aux alentour se retrouver avec des effectifs incomplets.

@Luern63

Est-ce qu'il est logique d'accumuler les meilleurs espoirs ? Les exemples sont tellement nombreux, c'est inutile et même contre-productif pour un club. Un joueur a besoin de temps de jeu et de confiance pour progresser.

Personnellement, je ne comprends toujours pas pourquoi les clubs investissent autant dans leur centre de formation si ce n'est pour en tirer aucun retour sur investissement. À force de recruter des espoirs déjà formés ou des seconds couteaux, ils bloquent les jeunes issus du centre de formation, qui n'arrivent jamais à percer en équipe première. Ils auront donc dépensé de l'argent inutilement.

Par ailleurs, les clubs n'ont pas le droit de recruter des joueurs avant un certain âge (16 ans ?). C'est la loi et elle est très bien comme ça. Si les plus riches veulent recruter, ils devront encore attendre l'âge légal et payer l'indemnité correspondante, qui doit être à la hauteur de l'investissement fourni par le club formateur. Cela me paraît logique de les récompenser financièrement de leurs efforts s'ils ne peuvent pas profiter des performances du joueur sur le terrain.

Si l'équipe de France a des résultats aussi médiocres, c'est aussi à cause des problèmes de formation et la disparition de clubs formateurs historiques. Il faut réinvestir dans ce domaine et donc récompenser les bons élèves (Massy, Brive, etc.).

PS : Quelles sont les passerelles bien définies ? Je trouve que le rugby ferait mieux de s'inspirer du football pour une fois. Les partenariats entre clubs et les prêts de joueurs sont beaucoup plus développés et ça fonctionne très bien.

@Bitch Bucannon

Au Racing, la CdM donne du temps de jeu à pas mal de jeunes dont plusieurs sont plutôt intéressant. Il y a quand même deux soucis :

- Les résultats sont loin d'être là, ce qui montre le fossé entre les joueurs de top 14 confirmés et ceux qui le découvrent, même dans le cas de jeunes internationaux

- quid de ces jeunes avec le retour des mondialistes ? Le jeune Gibert par exemple qui est très prometteur se retrouve dès cette semaine de nouveau barré par Russel et Volavola, sans compter le retour un jour ou l'autre de Trinh Duc et le prêt de Diaz Bonilla. C'est dommage car pour progresser, il faut aussi jouer des matchs de haut niveau, et tous ces jeunes peineront à avoir du temps de jeu après le retour des mondialistes.

@Flo Menot

Sans la Coupe du Monde, ces jeunes n'auraient sûrement pas eu l'occasion de pointer le bout de leur nez au Racing, non ? Au moins, là, ils ont eu leur chance et auront peut-être intégrer le groupe professionnel pour les entraînements, ce qui est déjà un pas en avant.

Oui, je me fais l'avocat du diable, il faut bien essayer de tirer un peu de positif de cette situation ridicule comme nous n'avons pas le choix d'y être confrontés.

Et oui, bien sûr qu'il y a un fossé de niveau mais ils ne composent pas la majorité de l'effectif aligné pendant la Coupe du Monde. Il doit y avoir encore du beau monde au Racing pour assurer pendant cette période délicate. Du moins, c'est aussi à ça que servaient les jokers comme Bonilla.

Après la Coupe du Monde, cela s'annonce compliqué d'avoir un temps de jeu important dans un club comme le Racing. Cependant, les jokers comme Bonilla ne devraient plus être là et ils pourraient gratter du temps de jeu en tant que n°3 dans la rotation. Avant 20 ans, c'est souvent la meilleure place qu'ils peuvent espérer dans un club de haut niveau. Sinon, il faut partir en prêt quand c'est bouché.

Trinh Duc, je me demande pourquoi le club l'a recruté si c'est pour barrer un jeune prometteur. Là, nous avons plutôt une erreur stratégique du club...

Si on regarde tous les clubs, je crois que les temps de jeu sont très inégaux.

@Bitch Bucannon

Le Racing ne connaissait pas le niveau de jeu de Gibert en Top 14 et a eu peur qu'il ne soit pas encore au niveau d’où le recrutement de Trinh Duc. C'est le problème de beaucoup de club du top 14, les postes sont toujours doublés, très souvent triplés, parfois même quadruplés, du coup les jeunes ont du mal à émerger en dépit de centres de formation très efficaces.

La CdM permet de voir ces jeunes à l’œuvre en top 14, mais malheureusement sur un temps trop limité pour qu'ils puissent s'aguerrir.

@Flo Menot

Que les clubs soient trop frileux, nous sommes totalement d'accord ! Je ne comprends toujours pas qu'on recrute un joueur moyen en n°3 ou n°4 plutôt que de faire confiance à un jeune.

Après, j'ai l'impression que les mentalités changent doucement. Les titres U20 ont aidé à valoriser la formation française. Et bon, soyons honnêtes, les contraintes économiques aussi obligent les clubs à promouvoir leurs jeunes plutôt que de recruter à tour de bras. Ca prendra encore quelques années mais nous allons à priori dans la bonne direction. Est-ce que les clubs maintiendront le cap ? Ou changeront de stratégie au premier échec ? Wait and see!

Si un joueur n'a pas encore le niveau Top 14, pourquoi ne pas le prêter en Pro D2 ? L'exemple Thomas Ramos montre que c'est un tremplin exceptionnel. Et bon, c'est aussi au club de l'aider à franchir ce palier. Le mettre en concurrence à outrance, ça me paraît étrange comme stratégie...

@Bitch Bucannon

Complètement d'accord.

Pour en revenir sur l'évolution globale de l'ASM, je pense que c'est quand même un sacré gâchis...
Bon certes, il y a 3 titres : 2010, 2017 et Challenge Cup 2019 mais il aurait pu (et du) faire tellement mieux. Durant la première moitié de la décennie (2010-2015), l'ASM était le 2ème club européen, derrière Toulon et juste devant les Saracens et pourtant, c'est les Saracens qui sont devenus le club dominant sur la scène européenne en cette deuxième moitié de décennie alors que l'ASM est clairement redescendu en gamme, laissant le Leinster et le Racing devenir les adversaires les plus crédibles face au monstre Anglais...
En cause, le recrutement : c'est pas avec des Pelissié que l'ASM va retutoyer les sommets ; une pointure mondiale aurait du être visée quitte à y mettre le prix : un Malcolm Marx, un Dane Coles ou un Codie Taylor...
L'ASM doit être limite au niveau Salary Cap mais bon, c'est elle-même qui se tire une balle dans le pied : à quoi cela sert-il de surpayer des types comme Fofana, Vahaamahina ou Slimani alors que ce n'est pas (ou plus pour Fofana) des joueurs qui vont te faire gagner les titres...
Pour faire un parallèle, les Saracens ont un effectif équilibré entre les meilleurs Anglais (Farrell, les frères Vunipola, Itoje, Kruis, Daly, George), des pointures internationales (L.Williams, Maitland, Skelton, Koch) et des mecs dévoués au club qui se surpassent constamment (Barritt, Wray, Wigglesworth, Lamositele).

J'aurais aimé que l'ASM devienne ce que sont devenus les Saracens mais pour parler trivialement je dirais que l'ASM a manqué de "couilles" et de flair au début de l'ère Azema-Gibbes pour prendre le leadership européen. Et dès la finale 2017, on a vu l'écart entre les 2 clubs qui n'a jamais pu être comblé depuis.
Et ce n'est pas le surcôté Stade Toulousain qui va aller contester l'hégémonie nord-londonienne. C'est tout au plus un feu de paille, amené à s'éteindre aussi vite qu'il s'est allumé...

@Jean Neymar

L'ASM ne recrute pas des stars hors de prix car elle doit déjà assurer les prolongations de ses jeunes quand ceux ci passent du statut d'espoir à celui de pros. Pour faire signer un contrat pro à Itturia, Cancoriet, Raka, Jedraziak, Falgoux.... et très bientôt Penaud, Fisher, Ezeala... Il faut mettre le paquet car tous sont convoités par les plus grands clubs.
Deuxième choses il ne suffit pas de sortir le chéquier pour faire venir un joueur il faur que le club, le projet sportif, le cadre de vie les fassent rêver eux, mais aussi leurs compagnes et de ce côté là Clermont fait bien moins rêver que Paris, Londres, ou le sud de la France...
Enfin je n'ai pas vraiment la sensation que le palmarès du Racing ces dernières années soit tellement meilleur que celui de l'ASM.

@Jean Neymar

Depuis quelques années, l'effectif est très instable, ça n'aide pas à construire un groupe comme ont su le faire les Saracens ou le Leinster, les deux meilleurs clubs européens. Oui, ne cherchons pas plus loin les raisons du succès, ça repose avant tout sur la stabilité quand on a déjà les autres ingrédients (budget, staff, infrastructures, etc.).

Même s'ils ne peuvent pas concurrencer les meilleurs clubs britanniques, ils ont encore une belle base de joueurs sur laquelle construire un nouveau projet, comme le fait le Stade Toulousain. Après, il faudrait effectivement recruter de vrais n°1 à chaque poste qui le nécessite vraiment. Recruter des n°2, ça ne mène à rien sauf à plomber son budget et son centre de formation.

@Jean Neymar

Comparer avec les saracens qui ont de gros problèmes de non respect des règles et des salaires avec un système d'argent pour les joueurs stars de l'équipe ? Faudrait peut-être trouver plus sain comme club

@noComment

Je pense que son analyse est effectivement intéressante. Ce n'est pas tant la comparaison avec les Sarracens qu'il faut retenir de tout ça mais plutôt le placement de l'ASM sur la scène européenne et là je trouve qu'il est très lucide... A part peut-être sur le passage sur le Racing qui est loin, très loin (à mon grand désarroi) d'être au niveau du Leinster et de constituer une concurrence crédible au meilleurs clubs étrangers malgré les noms ronflants affichés sur la feuille de match...

Derniers articles

Transferts
Transferts
News
Transferts
News
News
News
News
Transferts
Transferts
News