Mais au fait, pourquoi le rugby sud-africain marche-t-il autant sur la tête ?
Bryan Habana, vieux soldat des Springboks.
L’Afrique du Sud inquiète à l’heure d’affronter le XV de France. Sa place sur le podium au Mondial 2015 semble être l’arbre qui cache une forêt menacée de se transformer en désert.

L’information est passée presque inaperçue en France, mais elle a de quoi étonner. Demi de mêlée titulaire des Boks depuis la dernière Coupe du monde et révélation des Lions en Super Rugby, Faf de Klerk évoluera l’année prochaine… à Sale. Un transfert qui étonne, tant l’équipe de la banlieue de Manchester ne semble pas pouvoir offrir un challenge sportif à la mesure de son talent. À moins que le challenge sportif n’ait rien à voir là-dedans ?

N’y voyez aucun sous-entendu sur les salaires proposés en Europe… mais plutôt sur la qualité de vie qu’offre ce continent. Ces dernières semaines, plusieurs internationaux sont montés au créneau pour évoquer les raisons qui les poussent à fuir leur pays natal : le taux de crime élevé et la politisation du rugby. Le Toulonnais Bryan Habana est de ceux-là, comme il le confie à Sky Sports :

Je crois que beaucoup de personnes ne comprennent pas qu’il se passe des choses uniques en Afrique du Sud. On pense qu’un joueur de rugby va à l’étranger pour gagner de l’argent, pour devenir sélectionnable avec un autre pays, mais il y a tellement d’autres facteurs à prendre en considération.

Dans le Times, Richardt Strauss va plus loin. Né à Pretoria, le talonneur a porté à 17 reprises le maillot de l’Irlande. Il explique avoir voulu “protéger sa famille” : “quand je regarde les nouvelles d’Afrique du Sud, c’est dur de ne pas s’inquiéter. Ma famille a été chanceuse : il y a eu des voitures volées, cambriolées, mais pas de crimes violents. Je ris quand les gens se plaignent de la vie en Irlande, mais de quoi se plaignent-ils ? [...] J’ai peur de retourner en Afrique du Sud, et d’attendre que quelque chose arrive.” L’image des fameux “mercenaires” en prend forcément un coup.

Pas forcément les bienvenues en Europe

Le problème ? Si l’herbe semble définitivement plus verte ailleurs, le flux massif de joueurs sud-africains n’est pas nécessairement vu d’un bon oeil en Europe. On ne compte plus le nombre de débats sur la question des étrangers dans le championnat de France. Et pour un Duane Vermeulen, un Bismarck du Plessis ou un Bryan Habana, combien de seconds couteaux venus tout droit de Currie Cup, sans même avoir goûté au Super Rugby ? Les formations de l’Hexagone usent de cette “main d’oeuvre” avant de - parfois - s’en débarrasser dans l’anonymat le plus total. Qui se souviendra des Kevin Buys, Wilhelm Steenkamp, Cameron Wright ou Arno Van Wyk, non conservés par leurs clubs en vue de la saison prochaine ? Derrière le rugbyman, il y a aussi l’humain.

De l’autre côté de la Manche, en Irlande du Nord pour être plus précis, on ne fait pas preuve d’un plus grand tact. Ainsi, il fallait voir l’émotion de Ruan Pienaar, obligé de quitter l’Ulster après sept années passés à porter le maillot de la province de Belfast.

VIDEO. Pro 12 - La belle émotion de Ruan Pienaar après son dernier match avec l'Ulster

De son propre aveu, le futur demi de mêlée de Montpellier se sent “chez lui” dans une province qui a vu naître ses deux enfants. C’est là-bas qu’il souhaite vivre à la fin de sa carrière. Seulement, “un règlement de la Fédération irlandaise (IRFU) interdit désormais à un joueur non-éligible pour le XV du Trèfle de signer plus d'un contrat sur le sol irlandais.” Alors merci, et au revoir. Ah, le monde pro et ses valeurs…

Règle d’éligibilité et niveau du rugby local en baisse

Dans le même temps, World Rugby tente de freiner le phénomène : la règle 8 permettant à un joueur étranger de porter le maillot d’une sélection après trois ans de résidence va évoluer, avec un passage à cinq années. Mais que vaut une carrière internationale face à la possibilité de mettre sa famille à l’abri ?

World Rugby dévoile un changement historique pour l'éligibilité des étrangers en équipe nationale

Dans le même temps, le niveau du rugby local est logiquement en baisse, en témoigne le niveau des cinq franchises sud-africaines en Super Rugby. Si les Lions font honneur à leur statut, les Stormers comptent 26 points… soit moins que les Blues, pourtant classés derniers de la conférence néo-zélandaise ! Pire : la réforme du championnat majeur de l’hémisphère sud menace de faire disparaître les Cheetahs de Bloemfontein. Dans le même temps, les Southern Kings luttent pour être au niveau… mais font tout de même mieux que l’ancien géant des Bulls, battus cinq fois en huit rencontres. Des Bulls qui vont d’ailleurs perdre Jan Serfontein, futur joueur de Montpellier. Une fuite des talents qui concerne également les entraîneurs : Johan Ackermann, l’homme derrière la résurrection des Lions, sera à Gloucester l’an prochain.

Les Springboks à la traîne

Avait-on déjà vu une équipe sud-africaine aussi faible que celle ayant porté le maillot des Boks en 2016 ? Troisièmes du Mondial 2015 malgré une défaite d’entrée face au Japon, les hommes du capitaine Strauss ont peiné dans le Rugby Championship, perdu à domicile face à l’Irlande, mais aussi en Italie… Et à regarder de plus près les feuilles de match, on serait à peine surpris. Les problèmes de réservoir - chez les Boks comme au sein du XV de France - seraient-ils liés ? Ça tombe bien : les deux nations se rencontrent cet été !

Et si on ne sait pas vraiment à quoi va ressembler l’équipe d’Allister Coetzee (déjà privé d’Handre Pollard sur blessure), on est tentés de faire la liste des joueurs natifs de la nation arc-en-ciel représentant actuellement une autre équipe nationale : CJ Stander, Richardt Strauss, WP Nel, Scott Spedding ou Bernard Le Roux pour les plus connus… Autant de joueurs attirés par l’Europe ou poussés à fuir le climat local, qu’on imagine facilement percer chez les Boks s’ils étaient restés au pays.

Rugby à 7, quota et Coupe du monde 2023

Médaillés de bronze aux Jeux Olympiques, les septistes ne semblent pas concernés par la crise. Premiers des World Series en 2017 et logique favoris du Paris 7s disputé ce week-end, les Blitzboks ne sont pas non plus touchés par les problèmes… de quota, éternel serpent de mer du rugby sud-africain et symbole de la politisation évoquée par Bryan Habana. Pour rappel, la SARU souhaite voir évoluer 50% de joueurs de couleur d’ici le prochain mondial, en 2019, qui s’annonce coriace avec la Nouvelle-Zélande dans la même poule.

Coupe du monde Japon 2019 - La compositions des poulesQuid du Mondial… 2023 ? Il y a un an, le manque de joueurs de couleur dans l’équipe nationale avait poussé le gouvernement à mettre entre parenthèses l’organisation de l’événement. Depuis, des progrès ont été constatés, et “le droit de candidater pour l’organisation d’événements sportifs majeurs est immédiatement réinstauré”, déclare le ministre des sports. Un concurrent de plus, donc, pour la France et l’Irlande. Mais dans six ans, quelle sera la place du rugby sud-africain sur l’échiquier mondial ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • etche
    12338 points
  • il y a 2 ans

Il y a de nombreux problèmes en Afrique du Sud, et le rugby en est victime et n'est pas une priorité...juste une vitrine mediatique
Violence, viols, emploi, racisme ....
Et politiquement des quotas sont imposés à tous les niveaux. Je bosse sur des chantiers avec des boîtes locales et les quotas sont un élément majeurs (% de noirs diplômés, non diplômés, % de femmes idem, % de minorités locales....)
Ça peut paraître aberrant vu d'europe mais après en avoir discuté, on m'a dit que sans ca, il y aurait encore moins de perspective car le pouvoir et surtout les richesses sont concentrés dans les mains blanches.
Comme on m'a dit, " il y a 20 ans, ils nous tenaient par les chaînes, aujourd'hui ils nous tiennent par l'argent..."
Bref je crois que c'est un problème sociétal profond. Les blancs sont enviés et se sentent en insécurité. Une faible proportion de noirs s'en sortent..
Et également n'oublions pas le poids du passé. C'est très récent! Difficile de pardonner à ses bourreaux du jour au lendemain quand un vit dans un township et l'autre en résidence ultra sécurisée. Le fossé est immense malheureusement et difficile à boucher.
Voilà mon point de vue plus sociétal que rugbystique ...

  • Nbat64
    8321 points
  • il y a 2 ans
@etche

En effet ces quotas c'est pas réservé au rugby mais dans toutes la société. Pour l'avoir vue en milieu universitaire ca a du bon mais aussi du mauvais. Bref si en apparence cela peut ressembler a la nation arc en ciel de carte postal des qu'il y a des problèmes le racisme ressort rapidement (dans les deux sens). L’ insécurité est a un niveau bien supérieur a chez nous, je comprends que migrer en Europe ou Australie soit une bonne option pour eux.
Bref pour le rugby faux pas croire que la France va aller gagner facilement en RSA.

Le pays est en grave crise ça c'est évident, mais au niveau sportif c'est pas encore si nul que ça. Certes ils ne sont plus rayonnant comme ils l'ont été et la concurrence avec les NZ est déséquilibrée, surtout parce que les provinces NZ progressent extrêmement rapidement.
Mais le réservoir des joueurs est encore impressionnant, en tout cas pour les trois-quarts. Après devant c'est un peu léger quand on compare avec la génération championne du monde 2007.
Par contre, je serais beaucoup plus inquiet concernant l'Australie car rugbystiquement, c'est devenu incroyablement faible.
Regardez le classement général aujourd'hui: Lions 3èmes, Sharks 5èmes.
Par contre première équipe australienne: Brumbies... 10èmes!! La baisse de niveau du super rugby se trouve là. D'ailleurs les rebels sont en danger et pourraient se voir éjecter du championnat au même titre que les cheetas, notamment en raison d'un déficit financier énorme.

  • dusqual
    27106 points
  • il y a 2 ans

oui, outre la qualite de vie, la politisation de leur rugby met en grand danger la selection.
il parait evident que la plupart des joueurs qui ont assez de talent pour etre recrutés ailleurs fuient ce pays si dur. mais ils ont enormement de jeunes qui percent chaque année (certainement pour se donner un tiquet de sortie également), ce qui permet de conserver une dynamique au sein des effectifs.
l autre probleme majeur est lui politique. en infligeant cette histoire de quota de non blancs, qui au passage est super raciste, la selection n' est pas qu une histoire de mérite sportif. le meilleur ne sera pas forcement choisi, de la meme maniere que coetzee n a pas ete choisi pour ses resultats mais pour les meme raisons.
pas les meilleurs dirigés par pas le meilleur, forcement ils pourront jamais avoir la meilleure equipe possible. d'autant plus que comme disait vivarcf, coetzee gere pas bien le coup car malgre ces histoires de quotas, il pourrait avoir une meilleure equipe que celle actuelle.

Malheureusement, l'Afrique du Sud va mal, et le rugby n'est pas une priorité lorsque l'on y réfléchi vraiment.
La population noire a, même 20 ans après, encore beaucoup de mal a côtoyer les bourreau de leur frère, sœur ou de leur enfant... Ils l'expliquent très ouvertement et il est difficile de les en blâmer.
Il faudra surement que les générations qui ont connu l'apartheid et ses horreurs ne soient plus de ce monde pour que les choses évoluent vraiment dans ce pays qui a tout pour être extraordinaire.
Le rugby sud-africain et bien d'autres aspects de la société se relèveront ensuite. En tout cas je l’espère.

  • bubbly
    1809 points
  • il y a 2 ans

Jusque là j'avais un regard plutôt moqueur sur les raisons de l'exode sud-af, mais depuis qu'un Springbok a failli crever il y a deux semaines, ça remet pas mal de choses en perspective.

  • Kad Deb
    24620 points
  • il y a 2 ans

Bah, ils ont quand même une chance de bien figurer à la prochaine CdM. Ils ne seront ni dans la poule de la mort ni dans la poule des Japonais 😉

  • Nbat64
    8321 points
  • il y a 2 ans

Pays en crise (Zuma et l'ANR) le Rands qui ne fini plus de chuter, la criminalité qui ne change pas (c'est claire en comparaison l'Europe c'est de la rigolade). Bref je comprends que partir en Europe soit un bon choix (et les clubs francais ne se privent pas pour les faire venir). Mais ils leur restent de joueurs compétitifs au pays.
Avec une equipe base sur les Lions, les jeunes Sharks et quelques Stormers ils peuvent battre la France. Par contre Le Roux et Spedding ca ne leur manque pas, faux pas deconner non plus.

Dans le cas du Sevens, il existe une explication culturel : le 7 est un sport beaucoup moins "chic" que le XV et intéressent d'avantage les populations noirs, en témoigne les performances de Speckman, Geduld, Afrika...
En revanche, quelle tristesse de voir cette grande nation rugby sur le déclin...

Au niveau de l'équipe nationale il y a vraiment un gros retard niveau stratégie. Ils pensent que la vieille technique "on écrase tout avec nos avants et on enquille les pénalités" marche encore. Or en 2017 ce n'est plus suffisant. Et les Du Plessis, Botha, Matfield, Burger et consorts ne sont plus là dans le pack et les buteurs de très haut niveau (M.Steyn et Pienaar) ne sont plus là non plus.

Le problème des quotas est aussi très inquiètant. Au delà de la non-sportivité de l'affaire, c'est très mal géré par Coetzee. Pourquoi des joueurs de couleurs talentueux comme Mapoe, Ulengo, Senetla ou Kolbe n'ont pas leurs chances, alors que des joueurs clairement moins doués se sont installés, comme Kolisi, Mbonambi, Paige ou Mohoje. Et quand je pense que Zane Kirchner a fait la CDM 2015, alors qu'il est pire que nul ...

Il leurs faudrait vraiment un coach compétent, et ils en ont avec Erasmus ou Ackermann.

@Ali-Papé Ratini

"Erasmus", pour une équipe qui voit ses joueurs fuiter vers l’étranger, je suis pas sûr ^ ^

  • bubbly
    1809 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

Bien d'accord avec toi. Il faut ressusciter le running rugby en Afrique du Sud. Depuis l'avènement de Botha, ils n'ont plus envie de porter le ballon, pourtant Jantjes (si Coatzee le laissait jouer avec davantage de latitudes) pourrait libérer le jeu Springbok!

L'autre jour j'ai été surpris de voir que les supporters sud-africains ne veulent pas des Kolbe et consorts pour la seule raison qu'ils seraient trop petits. Or je ne pense pas qu'être petit empêche de bien plaquer pour autant. Il faut faire confiance aux jeunes espoirs et les faire grandir, comme le fait actuellement Novès pour le XV de France. Si on coupe des têtes à la moindre petite faute, ça n'avancera jamais !!

Ps : par contre je suis persuadé qu'il est une nécessité absolue de limoger Coatzee et quelques autres "têtes pensantes" au sein de la SARU

@bubbly

Je trouve qu'il y a encore un problème de confiance avec les joueurs des Lions, alors qu'ils déchirent tout en club. Pourquoi ne pas installer Marx qui est de loin le meilleurs talon du pays depuis la retraite inter de Strauss ? Pourquoi ne pas faire plus confiance à Kriel et Mapoe en 3l, alors qu'ils rayonnent en SR ? Idem avec la charnière de Klerk-Jantjies que je trouve formidable, à condition de la laisser manœuvrer effectivement. La plus grosse incompréhension pour moi est Rohan Janse van Rensburg, que pas beaucoup doivent connaitre ici, mais qui est le meilleurs centre du pays (et peut être même un des meilleurs au monde actuellement) qui est à peine considéré comme un réserviste, alors que son association, très équilibrée, avec Mapoe fait des ravages avec les Lions.

Il a fait confiance à Mostert et à Combrinck avec beaucoup de succès, pourquoi pas les autres ? S'appuyer sur la colonne vertébrale des Lions me semble être une excellente stratégie pour le renouveau des Boks (Marx-Mostert-Kriel-Whiteley-de Klerk-Jantjies- Janse van Rensburg-Mapoe-Combrinck)

  • VivaRCF
    14931 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

Tu as parfaitement raison.
C'est quand même incroyable : ils ont la preuve sous leurs yeux que le rugby de 2007 ne les fera plus gagner (juste en comparant les résultats des Lions avec les franchises plus conservatrices). Même les Kings avec un plan de jeu plus aéré commencent à gagner des matchs. Mais les instances semblent être le gros point noir de cette affaire... Parce que effectivement Van Rensburg, Skosan, Marx, Jantjies devraient être titulaires chez les Boks, Vorster pas très loin, ...
Je pense simplement qu'ils se sentent sur un siège éjectable chez les Boks c'es joueurs des Lions, et que le plan de jeu est trop restrictif pour eux. Du coup pas facile de jouer à fond

  • vevere
    46238 points
  • il y a 2 ans

Peut être aussi parce qu'une minorité (moins de 9% de la population) détient toujours le pouvoir réel de ce pays...malgré la fin de l'Apartheid il y a plus de 20 ans 🙁 🙁 🙁

@vevere

Et bien peut-être parce que le rugby n'intéresse pas la population noir du pays. Dans une moindre mesure, c'est pareil en France.
Parmi tout les groupes que j'ai connu (travail, étude, équipe de hand... et équipe de rugby), la proportion la plus faible d'africains était dans mes équipes de rugby.

  • vevere
    46238 points
  • il y a 2 ans
@Vae Victis Brennos

"Et bien peut-être parce que le rugby n'intéresse pas la population noir du pays. Dans une moindre mesure, c'est pareil en France."

Jamais je n'aurai cru lire ça sur le Rugbynistère... 🙁 🙁 🙁

@vevere

Peut-être me trompe-je, mais je ne pense pas que VVB n'ait eu une quelconque pensée raciste (si c'est ce qui te préoccupe).
Cela ne me semble pas être le genre du bonhomme et personnellement je ne l'ai pas ressenti en lisant son poste.

@Marc Lièvre Entremont

Merci Marc ! C'est tout juste.

PS : désolé pour ce soir, vous vous rattraperez en Top 14 ! 😉
Tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Je serai avec vous en cette fin de Top 14 !

@Vae Victis Brennos

You'r welcome, merci pour le soutien rugbystique ^ ^

  • vevere
    46238 points
  • il y a 2 ans
@Marc Lièvre Entremont

Je veux bien te croire mais ces phrases à l'emporte pièce ont souvent des relents noséabonds...

D'ailleurs, quand je lis (plus haut) l'intervention de DUSQUAL "cette histoire de quota de non blancs, qui au passage est super raciste" (sic) je suis gêné pour par dire plus...

@vevere

Dit moi honnêtement combien tu as eu de coéquipier d'origine africaine dans tes équipes. Parce que moi c'est pas plus de 2%.

Et oui, le racisme est un concept de "race" qui peut être pris contre les noirs ou contre les blancs selon l'interprétation souhaitée.

Par ailleurs, je vous conseil de proscrire de votre vocabulaire l'emploi de grands mots non-maitrisés. En effet, le terme de race renvoie à une composante génétique dont il n'a jamais était question ici.

Cordialement, au plaisir de ne plus vous revoir.

@Vae Victis Brennos

À la louche, entre 20 et 30%.
Forcément si tu joues au fin fond de la Corrèze et si tu joues en banlieue parisienne les chiffres n'ont rien à voir, c'est difficile d'en tirer des conclusions générales. J'ai joué du côté de Massy, où la population est plus métissé et où le rugby est plutôt bien implanté chez les jeunes. Je me doute que ce n'est pas partout pareil, mais je pense quand même que l'on ne puisse pas comparer la France et l'AFS sur ce sujet. Il suffit de regarder les sélections respectives : sans avoir besoin de mettre en place de quotas, notre équipe est plus métissé que la leur : Dusautoir, Nyanga, Ouedraogo, Betsen, Fofana, Camara, Camara, Fickou, Diarra, Ntamack, Marlu,

La question à se poser n'est pas de se demander si le rugby intéresse les blacks, les beurs ou les roms. Parce se demander si en France on est intéressé par un sport par rapport à sa couleur de peau ou ses origines c'est je pense passer complètement à côté du sujet (et je pense que c'est ce qui fait que Vevere est parti sur le thème du racisme). Parce que les raisons qui font qu'un black de 18 ans habitant dans une cité délabrée du 93 ne joue pas au rugby n'ont rien à voir avec les raisons pour lesquelles un black banquier d'affaire à la Défense ne joue pas au rugby.
La vraie question, c'est quelles populations en terme de niveau social ou de situation géographique jouent au rugby. Là où je jouais, une majorité de joueurs arrivait au rugby via le rugby universitaire : soit en découvrant le rugby parce qu'un pote de la fac le traînait à un entrainement, soit y jouant déjà mais en arrivant "à la capitale" comme ils disaient pour leurs études. Du coup mon constat (du moins pour la région parisienne), c'est que de façon naturelle le rugby n'est pas accessible aux classes sociales les plus défavorisées. Et ce n'est pas une surprise : le rugby est plus confidentiel, le rugby est compliqué à suivre pour un néophyte (déjà que pour certains "connaisseurs" cela ne semble pas évident), tu ne peux pas improviser un match de rugby en bas de ton immeuble, tu n'as pas un club de rugby dans chaque ville. Les jeunes de banlieue qui arrivent au rugby y arrivent parce que des clubs comme Massy, Bobigny et compagnie font un travail monstrueux sur le terrain pour faire découvrir le rugby, sinon ils passeraient complètement à côté de ce sport sans même savoir qu'il existe. Mais ce n'est pas parce qu'ils sont d'origine africaine, leur voisin de palier qui est d'origine maghrébine ou portugaise ou italienne passe tout autant à côté, juste parce qu'ils vivent à un endroit où le rugby n'existe pas. C'est le même constat qu'en Afrique du sud, la différence c'est que tu peux résumer la séparation "sociale" là-bas par noir/blanc alors que chez nous elle est moins marquée.

@Vae Victis Brennos

Pour l'Afrique du Sud c'est un sujet complexe, le rugby intéresse clairement moins les populations des townships mais pour de nombreuses raisons qui sont indépendantes de leur volonté. Il est beaucoup plus difficile d'accès que le foot pour ces populations et surtout a conservé son étiquette de sport de riches blancs. Dans une société fracturée aussi nettement, c'est compliqué de motiver des gamins à se lancer dans un sport qui appartient à la minorité d'en face.

@Team Viscères

Et puis le foot, ça ramasse plus de pognon. Dans les populations en souffrance, le sport de haut niveau est une réelle perspective.

@Marc Lièvre Entremont

Clairement. Si les gamins africains viennent aussi facilement dans nos centres de formations de foot, ou les fidjiens dans nos centres de formations de rugby, c'est avant tout parce que l'objectif est de subvenir aux besoins de leur famille. D'ailleurs si le foot était popularisé aux Fidji, les gamins viendraient tenter leur chance dans nos clubs de foot plutôt que de rugby.

@vevere

Je croyais que tout ça c'était fini et que tout le monde aimait tout le monde là-bas... ils l'ont dit dans le film de Clint Eastwood.

  • VivaRCF
    14931 points
  • il y a 2 ans

Plusieurs choses :
1) Concernant les joueurs qui partent en Europe, il faut distinguer les projects-players (Nel, Stander, ...) qui avaient un avenir au pays mais ont préféré suivre une autre voie de joueurs qui ont eu leur chance en Europe seulement, et pas chez eux (Le Roux, Spedding par exemple).
2) Il y a un sérieux problème de politisation et de sélection chez les Boks. De la qualité, ils en ont en nombre et à tous les postes => les Lions ont des joueurs incroyables à tous les postes, les Sharks sortent de jeunes talents formidables, les Kings ont une ligne de trois-quarts remarquable, les Stormers de jolis joueurs. Mais Coetzee est vraiment un coach qui n'a pas le niveau et qui fait preuve d'un conservatisme dans le jeu comme dans sa sélection qui est tout bonnement incompréhensible. Il a les joueurs pour jouer joliment un rugby expansif, mais reste à ce que font les Boks depuis 10 ans, sans changer les joueurs alors même qu'ils sont en panne.
3) Il faut vraiment qu'ils trouvent un moyen d'arrêter la fuite, ça devient inquiétant. Ackerman déjà, qui pourrait révolutionner leur rugby si on lui donnait les clés. Mais aussi les joueurs : Faf de Klerk a 25 ans, Serfontein 24, Cheslin Kolbe 23, c'est des gars qui ont 100% leur place en sélection qu'on laisse partir. C'est triste, et c'est sans précédent. Ils doivent vite réagir.

Même un enfant de 5 ans pourrait y répondre : parce qu'ils habitent de l'autre côté du globe.

  • Ahma
    76330 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Celle-là , ça aurait été plus sympa de la laisser à l'enfant en question .

@Ahma

Je me la suis laissée, cela revient au même.

  • Ahma
    76330 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Je disais ça parce que tu l'as faite avant moi , pure jalousie .
Fait rien , je me suis rattrapé avec Doumayrou .

@Ahma

Il faut être courageux comme Mike Brown pour s'attaquer à Sweetbutginger le all-black, c'est trop pour moi.

  • Ahma
    76330 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Au fait , j'étais pas là au début , aurais-tu la bonté de m'expliquer quelle est l'origine de cette histoire de Doumayrou all black ?

@Ahma

Une interview l'année dernière de Greg Cooper, un coach néo-zélandais qui était venu aider au SF et dans laquelle il déclarait à propos de Doumayrou :
"C’est un trois-quarts centre de classe mondiale, il n’y a pas de débat possible là-dessus. Sérieusement, je ne comprends pas qu’il ne soit pas appelé en équipe de France. S’il était Néo-Zélandais, il jouerait avec les All Blacks."

Cela n'a pas échappé à l'oeil de la Boucherie, et c'est devenu un running gag comme Castres dans l'Aveyron.

  • Ahma
    76330 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Merci !
Je vais enfin pouvoir dormir sereinement .

Parmi les plus connus, il y a aussi Rory Kockott qui ne semble pas pour l'instant à la retraite 😉

Derniers articles

News
News
Transferts
Transferts
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News