Louis Picamoles : « Il y a plus de rythme en Premiership qu’en Top 14 »
Louis Picamoles : « Il y a plus de rythme en Premiership qu’en Top 14 »

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !

Comme vous le savez déjà, le XV de France se réunit aujourd'hui à Marcoussis pour un stage de 3 jours visant à préparer les test matchs du mois de novembre. Et parmi les 30 joueurs retenus, il y a un absent de marque : Louis Picamoles.

Celui qui est peut-être le seul joueur français de classe mondiale à l’heure actuelle reste évidemment un des cadres de l’équipe de Guy Novès. Mais en accord avec le staff des Bleus, le nouveau joueur de Northampton a préféré rester en Angleterre pour se préparer à jouer un match important pour les Saints, face à Exeter vendredi prochain.

Après 4 matchs sous ses nouvelles couleurs, quel bilan Picamoles tire t-il de ses débuts en Premiership ? Plutôt positif, si l’on croit son interview donnée au journal Le Parisien. Dans cet long entretien, l’ancien N°8 du MHR et du Stade Toulousain revient sur plusieurs sujets, comme la différence entre la Premiership et le Top 14, notamment au niveau du rythme ou des entraînements :


Sur le plan du rugby, ce n’est pas une révolution. Mais j’ai la sensation d’un rythme plus soutenu qu’en Top 14. L’arbitrage y est pour beaucoup. On responsabilise beaucoup les joueurs. On ne hache pas le jeu. A l’entraînement, toutes les séances sont à 110 ou 120 %, même les lundis, alors qu’en France on a plutôt tendance à digérer le match du week-end. On n’est pas là pour passer le temps, il faut que ça serve, être à bloc. »


Picamoles, qui n’est pas vraiment bilingue (on a pu s’en rendre compte en lisant ses tweets, diront les mauvaises langues) doit également s’habituer à son nouvel environnement, ce qui n’est pas toujours aisé :


C’est un gros changement pour moi et ma famille, mais c’est très rafraîchissant. Je découvre une autre culture, un nouveau championnat, une nouvelle façon de fonctionner. C’est fatigant aussi, car il faut se faire à la langue. Mais c’est compensé par l’excitation de la nouveauté, de la découverte et de l’apprentissage (…)  Je dois dire que je ne maîtrise pas encore très bien la langue... Je fais des erreurs. Mes coéquipiers me corrigent. C’est aussi pour apprendre à parler anglais que j’ai voulu venir en Angleterre, pour la suite mais aussi pour ma famille (…) Mes coéquipiers ont été très accueillants, mais pas intrusifs. Ils m’ont tout de suite dit qu’ils étaient là en cas de besoin. A la fin des réunions, ils viennent me voir pour savoir si j’ai bien saisi, et me réexpliquent ».


Enfin, si vous étiez inquiets, rassurez-vous : le XV de France reste un objectif majeur pour le puissant troisième ligne, qui espère bien être présent à la Coupe du monde 2019 au Japon. Selon lui, le staff des Bleus et le club de Northampton devraient parvenir à s'entendre en bonne intelligence : 


Le XV de France reste un objectif majeur. Quand j’ai pris la décision de partir, je m’étais assuré que ça ne poserait pas problème pour jouer en bleu. J’ai envie de participer à toutes les aventures, et notamment la prochaine Coupe du monde. Ce qui a été mis en place, cette nouvelle convention qui va donner plus de temps aux internationaux, est une très bonne chose (…) Normalement, il n’y aura pas de souci. On en discutera prochainement et on devrait trouver un terrain d’entente. J’ai toujours émis le souhait de continuer en bleu et Northampton est parfaitement conscient de cela. Mon club sera compréhensif sur ce point. »


Malgré un début de championnat compliqué pour les Saints, qui ont été battus à domicile pour la 2ème fois ce week-end contre les Wasps, Picamoles réalise pour le moment des performances intéressantes avec son nouveau club. Les supporters français auront l’occasion de le voir à l’oeuvre prochainement en Coupe d’Europe, puisque le Castres Olympique affrontera Northampton le 22 octobre prochain au stade Pierre-Antoine.

Pour lire l’intégralité de l’interview de Louis Picamoles au Parisien, cliquez ici.


Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kadova
    31045 points
  • il y a 3 ans

Bien heureuse de voir que Picamoles s'acclimate bien a la Premiership. Et qu'il pense deja a son avenir post-rugby. Bien sur qu'on le verra a la prochaine CdM, (sauf blessure).

C'est malheureux quand même de devoir attendre que ça sorte de la bouche d'un joueur français pour reconnaître que les anglais travaillent plus que nous et que le rythmes des matchs et l'exigence vis à vis des joueurs en Angleterre est plus élevé.
Ça fait bien 3-4 ans qu'on le dit (moi en tout cas j'en étais convaincu).

@crazyrugby

Que les rythmes des matchs et l'exigence sont plus élevés ça n'a rien de nouveau sauf pour ceux qui ont des oeillères. Le rythme dans le SR est bien plus élevé que les championnats européens et depuis belle lurette 🙂

@Androsfortdufruit

On parle pas du Super Rugby là....

@crazyrugby

C'était juste pour démontrer encore plus qu'en France on est tous simplement pas inviter, on entrevoit le dernier wagon du train internationale sans le pouvoir le prendre. Les anglais mettent du rythme depuis 2saisons maintenant après avoir analyser que leurs fondamentaux qui était excellent ne suffisent plus depuis 5-10ans. Ils ont un objectif claire et ils ont évoluer, nous on a même pas encore commencer.

@crazyrugby

Le Calife le disait déjà, comme PSA, comme Chabal, comme Ibanez.
Cela n'a strictement rien changé.

Picamoles dresse un constat vraiment intéressant. Il y a une vraie réflexion autour de son aventure en Angleterre, et je vois plusieurs avantages à ça : en gros il nous dit que les Anglais bossent plus (ce qu'on savait plus ou moins), et cette critique fait du bien, surtout venant d'un français installé en GB plutôt que d'un anglo-saxon.. ; le jeu est plus aéré et plus dynamique et d'autres internationaux français pourraient aller y jouer, il y a tout à gagner au niveau cardio à aller jouer là-bas ; les infos qu'il va apporter à l'EDF concernant les Internationaux anglais peuvent vraiment compter.

@artillon

Malheureusement ce n'est pas nouveau, comme tu le soulignes.
Y'a pléthore de grands joueurs français qui ont été essayé le rugby anglais et qui dressaient déjà le même constat y'a 20 piges.
Donc ça m'étonnerait que ça change quoi que ce soit. À moins que le Tractopelle se transforme en meilleur troisième latte centre de tous les temps.

@Marc Lièvre Entremont

Essayés *

C'est intéressant de souligner la responsabilisation des joueurs par les arbitres.
Quand on voit le nombre d'arrêts de jeux qui plombent la qualité des rencontrent chez nous on se dit que ce ne serait pas du luxe de piquer cette idée aux anglais.

@Marc Lièvre Entremont

euhhhhh Ashton il a été responsabilisé la semaine dernière ??
ce serait quoi si il n'avait pas été responsabilisé ...

@noComment

Euuuuh, cela n'a rien à voir !
Tu parles d'un phénomène isolé d'agression caractérisée, alors que Picamoles parle de l'arbitrage au sens large pratiqué en PremierShip pour expliquer pourquoi ça va plus vite de l'autre côté de la Manche !
Faut pas tout mélanger.

@Marc Lièvre Entremont

je m'explique vu que tu n'as pas compris

c'était une boutade, une mise en relation de 2 éléments du même championnat !
si tu ne veux pas comprendre cet humour ...

et le fait de responsabiliser existe aussi en france, avec le micro arbitre, on entend leurs efforts
et le peu de réaction de nombreux joueurs

tu as lu tout l'entretien de pica ?

@noComment

Aaaaah c'était une boutade !
Je manque d'humour, désolé.

  • epa
    36704 points
  • il y a 3 ans
@Marc Lièvre Entremont

J'ai bien aimé... c'était assez drôle... le Ashton responsabilisé. 😉

@epa

merci !

Il y a plus de rythme dans une partie de scrabble avec ma grand-mère que dans certaines rencontres de Top14.

@Team Viscères

"Que dans la globalité des rencontres"?!

@Androsfortdufruit

Non, 4-5 fois par saison on a un bon match de rugby. Et parfois ma grand-mère est fatiguée...

Derniers articles

Arbitrage
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos