Les Samoa, future place forte du rugby à 7 sous les ordres de Gordon Tietjens ?
Les Samoa vont-elles bousculer l'ordre établi sur le circuit mondial ?
La Fédération samoane de rugby a confirmé vendredi matin l'arrivée de la légende néo-zélandaise Gordon Tiejtens. Un choix qu'analyse Jean-Baptiste Gobelet.

A partir du mois de janvier, Gordon Tietjens (60 ans) sera en charge des Samoa. Il sera épaulé par Stephen Betham (sélectionneur du XV Samoa lors de la Coupe du monde 2015 viré après leur élimination), qui assuera l'intérim jusque là, et du manager Ramsay Tomokino. Il avait pourtant été approché par de nombreuses fédérations mondiales asiatiques, européennes et africaines. Le Kenya a d'ailleurs joué la carte du bluff en annonçant sa venue hier juste avant d'annuler leur conférence de presse sur la saison 2017 du Kenya 7s.

Il avait quitté ses fonctions au mois de septembre après avoir passé 22 ans à la tête de la sélection néo-zélandaise de rugby à 7.
Il possède le plus beau palmarès de tous les temps, menant la Nouvelle-Zélande à 4 médailles d'or lors des jeux du Commonwealth (1998, 2002, 2006 and 2010), 2 Coupes du monde (2001 et 2013) et 12 des 17 sacres du World SeriesPersonnellement, je ne le voyais pas s'occuper d'une sélection aussi vite, et se replonger dans le World Series. Je l'imaginais s'investir dans le développement du 7 en Asie en allant faire du consulting dans certains pays émergents comme la Chine.

Les Samoa sur les traces du rêve olympique fidjien

Les Samoans ont une culture du 7s très forte. Il ne faut pas oublier qu'ils ont remporté le World series en 2010. Ils ont le potentiel pour revenir dans le haut du tableau avec des joueurs de classe mondiale. On les a d'ailleurs vu très compétitifs en 2016 sous les ordres de Damian McGrath (qui s'est envolé pour la sélection canadienne) en remportant le tournoi de Paris avant de s'effondrer lors des qualifications olympiques à Monaco.
VIDÉO. Les Samoa remportent le Paris 7s après une finale incroyable contre les Fidji
C'est une nation qui, comme le Kenya, a une instabilité chronique au niveau des dirigeants. Depuis 2010, on a eu 6 coachs différents en six saisons de World SeriesLes fédérations pacifiques sont très liées à la politique. Une personne comme Tiejtens peut faire bouger les lignes et assainir la fédération. Il peut, comme Ben Ryan avec les Fidji, apporter beaucoup plus de constance dans les performances ainsi qu'une sélection plus rigoureuse pour accéder à l'équipe nationale.

Le retour du choix du sang ?

Tiejtens a surtout choisi les Samoa pour la proximité avec la Nouvelle-Zélande. De nombreux Samoans vivent en Nouvelle-Zélande mais choisissent la nationalité néo-zélandaise pour jouer avec les All Blacks par fierté du maillot noir. C'est notament le cas des frères IoaneSavea, de Ma'a Nonu, Sonny Bill Williams, Tana Umaga, Mils Muliana, Aaron Mauger, etc. L'arrivée de la légende Gordon Tiejtens chez les Samoa va-t-elle convaincre les nouvelles générations de porter le maillot de leur pays d'origine ou est-ce juste un pari du gourou néo-zélandais face à ce potentiel non exploité ?

Les All Blacks et Gordon ont usé de ce système en prenant dès le plus jeune âge les pépites samoanes, tonguiennes et fidjiennes pour les naturaliser avec le laboratoire des All Blacks 7s et en affaiblissant rugbystiquement ces nations. Le sacre fidjien et le choix de nombreuses stars de refuser la naturalisation neo-zélandaise a fait couler beaucoup d'encre sur l'ile à la fougère argentée.

La dimension physique des joueurs des iles est un atout extraordinaire pour le rugby à 7 et de nombreux spécialistes comme Ryan et Tiejtens font le choix d'entraîner à la source pour toucher les sommets. 
Le fait qu'il soit Néo-Zélandais est un atout énorme pour la sélection samoane. Il va pouvoir drainer la plupart des futures stars samoanes qui sont actuellement dans les lycées néo-zélandais. Toutes les compétitions scolaires sont suivies avec attention par Gordon Tiejtens depuis 22 ans. Il connaît le système par cœur.

Le titre ou rien

On ne connaît pas les dessous de son contrat mais on peut s'attendre à un réservoir de joueurs incroyable d'ici les 2 ans. Je le vois mal revenir sur le circuit mondial pour ne pas jouer la victoire finale mais surtout le titre olympique. Il se laisse 3 mois pour régler ses affaires personnelles et professionnelles mais aussi pour décortiquer le rugby samoan sur place et dans son réseau néo-zélandais. 

Il faut s'attendre
 à voir de nombreux changements pour l'étape de Wellington au début d'année 2017, et de nouvelles stars en plein essor tel Ioane ou SaveaOn connaît les méthodes de Gordon avec des entrainements plus durs que les matchs. Associés au talent à l'état brut des Samoans, cela risque d'être explosif.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • KIWI7s
    50 points
  • il y a 2 ans

La révolution des îles Pacifiques !
Cela est une des priorités de world rugby pour les années à venir avec l'Asie et les USA.

À quand la révolution du sevens Français ?
Cela commence à être long de voir les Français performer à la 11eme place depuis que Skrela et Pomarel sont à la tête de #France7.
Tout le monde connaît leur incompétence dans le domaine, comment cela se fait qu'ils soient encore en place malgré leur Bilan...?

Derniers articles

Transferts
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
Vidéos
News
Guides
Sponsorisé Guides