INTERVIEW. Candidat à la Ligue Occitanie, Alain Doucet veut "s’attaquer aux problématiques des clubs"
Alain Doucet, lors de la campagne pour la présidence de la FFR.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Battu par Bernard Laporte lors des élections de la FFR, Alain Doucet pourrait très bientôt être élu à la tête d'une Ligue.

Ce n’est plus un scoop, le gouvernement français par l’intermédiaire du ministère des Sports a demandé à la FFR de se mettre en conformité avec le nouveau découpage géographique des grandes régions de France. Fini ce découpage (très bizarre) des comités territoriaux de rugby, bonjour les Ligues ! Mais qui pour les présider ? Les candidats vont se déclarer petit à petit… La ligue Occitanie (2e plus grande région en superficie) aura Alain Doucet comme candidat.

L’ancien président du comité Armagnac-Bigorre a réuni 12,6 % des suffrages à la dernière élection présidentielle, intégrant ainsi le nouveau comité directeur de la FFR. Bernard Laporte n’a pas confié de commission officielle à Alain Doucet, mais il a décidé de le placer en tête de liste pour mener l’Occitanie.

Etes-vous officiellement candidat à la présidence de la Ligue Occitanie ?

Bernard Laporte me l’avait proposé très vite après les élections. J’avais dit non dans un premier temps car la campagne m’avait fatigué. Il est revenu à la charge…mes amis proches également, il ont su se montrer convaincants. Nous nous sommes réunis avec les soutiens de Bernard Laporte qui résident en Occitanie (Jean-Michel Arazo, Alexandre Martinez, Marie-Pierre Pagès, Laëticia Pachoud) il y a quelques jours à Toulouse, et j’ai accepté de mener cette liste. Nous avons toujours été en bons termes avec Bernard Laporte, il me fait confiance pour cette élection qui devrait se faire au dernier trimestre de l’année 2017.

Pourriez-vous rester dans le comité directeur de la FFR ?

Oui.

Quel sera le mode de scrutin ?

Tout comme l’élection du président de la FFR, ce sont les clubs qui voteront. Le vote électronique devrait être utilisé, mais avant ça il y a pas mal de boulot administratif avec la mise en place des statuts, la fin des comités territoriaux et les transferts de passifs/actifs et tous problèmes connexes. La FFR va s’entourer de sociétés compétentes pour mener à bien ce projet.

Avez-vous une idée de l’installation du siège de la Ligue Occitanie ?

L’évidence pour moi, vu les structures, et la qualité du bâtiment, c’est Toulouse. Narbonne est un peu exigu alors que Tarbes et Montpellier sont exclus car décentralisés.

Les comités territoriaux sont propriétaires des bâtiments pour certains. Quel va être l’avenir de ces derniers ?

Des notaires travaillent dans l’équipe de Henri Mondino (élu à la FFR) pour cette question. Fusion, absorption par la Ligue ? La fédération qui rachète ? Les réponses à ces questions vont arriver.

Que vont devenir les salariés des comités ?

Nous garderons tous les salariés, qu’ils soient basés à Tarbes, Perpignan ou Narbonne. Des missions régaliennes seront installées dans ces villes-là et nous compléterons avec des missions liées aux comités départementaux si nécessaire. Ces derniers vont avoir beaucoup plus de responsabilités.

De nombreux clubs s’inquiètent sur les distances à parcourir. Avez-vous réfléchi aux formes de compétitions territoriales ?

Les compétitions en 2017/2018 restent inchangées. 2018/2019, il sera cohérent de rentrer dans un championnat de Ligue. Sur toute l’Occitanie, il y a 50 clubs en honneur environ. Nous travaillerons sur les poules de manière intelligente. Je ne vais pas envoyer Uzès jouer à Argelès Gazost (500 km). Par contre, les clubs de la banlieue tarbaise peuvent très bien jouer à St Gaudens (futur ex-Midi-Pyrénées). Les clubs catalans peuvent être orientés vers l’Ariège puis vers l’Aude l’année suivante. Il sera intéressant de faire rencontrer les clubs pour les phases finales… champion d’Occitanie, ça aura de la gueule !

La compétition “Petit sud” ou “Grand Sud” fonctionne bien chez les jeunes même s’il faudra éviter quelques déplacements loufoques en phase de poules.


La réflexion a déjà bien avancé...

Oui, j’ai envie de faire vivre ce territoire. Pour donner de la vie à cette Ligue, j’ai envie d’animer le territoire dans son ensemble en décentralisant des commissions et en organisant des visioconférences régulières. Les démarches administratives comme l’édition des licences vont soulager beaucoup de personnes. Il va être temps de s’attaquer aux problématiques des clubs que je ne veux pas voir crever. J’ai vu que la réserve de Capvern avait fait un forfait alors que ce club était en Fédérale 2 pendant des années...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
Jeux
Vidéos
Ecrit par vous !
News
Vidéos
News
News
Vidéos