Fédérale 1 Elite : zoom sur les cinq clubs éligibles à la montée en PRO D2
Zoom sur les cinq clubs éligibles à la montée en deuxième division, dont le Stade Rouennais. Crédit photo : André Roques
Cinq équipes de la poule de Fédérale 1 élite sont annoncés comme éligibles à la montée en PRO D2. Tour d'horizon, club par club.

Fédérale 1 Elite - Seulement cinq clubs éligibles à la montée en Pro D2


Sporting Club Albigeois

Le classement : 4ème (un match en moins à rejouer le 1er avril 2018, au RC Aubenas Vals)

La stat :

5

C'est le nombre de matchs sans défaites du SCA depuis sa déroute à domicile face au leader, Provence Rugby. Cinq prestations convaincantes, voire plus qu’abouties comme lors des matchs face à Bourgoin et Chambéry. Une dynamique tarnaise qui fait de l'équipe un prétendant naturel à la Pro D2 !

Après une saison rocambolesque qui a vu joueurs, staff, dirigeants et supporters se fractionner, le SCA a fait peau neuve avant d'entamer un championnat qu'il n'avait pas connu depuis presque quinze ans, le SCA à fait peau neuve. Un nouveau président, un nouveau staff emmené par le charismatique Arnaud Méla, et un groupe renouvelé à 60%... Albi a démarré cette Fédérale 1 Elite en rodage, et quelques fantômes du passé tourmentaient encore les anciens restés au bercail ! Les deux défaites à domicile face à l'US Bressanne et Provence Rugby ont eu le mérite de mettre les joueurs au pied du mur. L'ancien président Jean Jacques Castanet ayant laissé des finances saines à son départ en juin 2017, son successeur a pu faire rentrer le club tarnais dans le cahier de charges de la Pro D2. Albi fait donc parti des cinq heureux élus à la Pro D2, son objectif assumé ! 

Le joueur à suivre : Gaëtan Bertrand (centre)

Venu cet été du monde amateur (Lavaur), Gaëtan Bertrand n'était pas une des têtes d'affiche de ce Sporting Club Albigeois, version 2017/2018. Mais son sens du sacrifice, sa volonté de fer et son abnégation en ont fait le joueur le plus utilisé par Arnaud Méla (10 titularisations en 11 matchs, dont un capitanat face à Tarbes). Bon défenseur, équipier modèle, et surtout gros bosseur, ce garçon originaire du Limousin et ayant débuté dans le club de Montignac est vite devenu, malgré une certaine timidité, un des incontournables du vestiaire albigeois. Comme le disait, Arnaud Méla cet automne : « Gaëtan, si j'en avais 15 comme lui, je pourrais partir à la guerre ! »

La décla : Alain Roumegoux, président du SCA : « Il y a quand même un problême avec cette poule élite d'accession, il n'y a que cinq clubs, qui sont habilités, cela fausse le championnat, c'est pas normal ! »

Crédit photo : Samir Messaoudi


US Bressane

Le classement : 2ème

La stat :

4

Soit le nombre de bonus défensifs obtenus en cinq défaites (à l'extérieur) par des Bressans accrocheurs.

Invaincus à domicile, les coéquipiers de l'ouvreur Jérémy Bourlon ont marqué leur territoire en allant s'imposer à Albi lors de la troisième journée. Un succès de prestige arraché à cinq minutes du terme qui a lancé la saison des Bressans. Très difficiles à manier, ils s'affichent comme un candidat sérieux à la montée en PRO D2. Eux qui avaient validé leur ticket pour la deuxième division en barrant la route à Aix-en-Provence en 2008. Le week-end du 25 février pourrait donner une indication sur la suite de la saison avec la réception de Provence Rugby...

Le joueur à suivre : Fabien Perrin (centre)

Après huit saisons à défendre les couleurs berjaliennes, Fabien Perrin a choisi Bourg-en-Bresse à l'intersaison. Devenu une pièce maîtresse de la formation bressane (dix matchs, trois essais), le Franco-Espagnol de 29 ans forme une paire de centres complémentaires avec Arnaud Perret, qui connaît bien la maison bressanne.


Provence Rugby

Le classement : 1er

La stat

322

Soit le nombre de points marqués par Provence Rugby en onze matchs, ce qui en fait la meilleure attaque de la poule.

Les hommes de Pezery et Fraser n'ont pas fait dans la dentelle et il est logique qu'ils se placent parmi les principaux favoris à la montée en Pro D2 à mi-parcours. . Autour de Labarthe (5 essais, meilleur marqueur), Vakacegu, Cibray ou encore Molcard - autant de joueurs qui ont connu les divisions supérieures - le groupe s'est construit sur de belles victoires sur les pelouses d'Aubenas, d'Albi ou contre Tarbes (43-14). Une phase retour corsée (déplacements à Chambéry et Bourg-en-Bresse, entre autres) va permettre au groupe de s'étalonner. En cas de bonnes performances, Provence Rugby sera, sans nul doute, dans le bon wagon pour retrouver la deuxième division, quittée il y a un an et demi.

Le joueur à suivre : Florent Massip (arrière)

Arrivé à l'intersaison d'Oloron, l'arrière s'est imposé comme une pièce maîtresse du dispositif provençal. C'est bien simple, en onze matchs, il n'est jamais sorti du groupe et a débuté toutes les rencontres. Meilleur marqueur de points des Noirs et Blancs (177 dont trois essais), il fait désormais partie intégrante du paysage aixois. S'il n'a jamais joué en PRO D2, Florent Massip pourrait rapidement y goûter en continuant à mener ainsi les pensionnaires de Maurice David.


Stade Rouennais

Le classement : 8ème

La stat : 

4

Soit le nombre de joueurs de nationalité anglaise titularisés dans la ligne de trois-quarts de Rouen face à Strasbourg (Henry, Gidlow, Drauniniu, Arscott) lors de la sixième journée. Richard Hill et le staff normand ont su se renforcer chez le voisin : on n'est pas loin d'un remake inversé de Guillaume Le Conquérant !

Le Rouen Normandie Rugby est peut-être la plus grosse surprise parmi l'annonce des clubs éligibles à la PRO D2. Après le titre de champion de France de Fédérale 1 Jean-Prat l'an passé, les Normands participent à leur première saison en Poule élite. Si l'apprentissage a été difficile mais encourageant (trois défaites avec trois points d'écart ou moins), les hommes de Richard Hill et Martin Hagg montrent que le Stade Rouennais a de nombreuses cartes dans sa manche. La grosse victoire à Aubenas pour lancer 2018 pourrait augurer de belles choses dans un groupe qui peut compter sur l'expérience du troisième-ligne Gambo Adamou (31 ans, ex-Castres, Oyonnax, Tarbes, Massy et Bourgoin), du demi de mêlée gallois Martin Roberts (31 ans, ex-Northampton, Ospreys) ou de l'arrière Arthur Cestaro, qui a connu le Top 14 avec La Rochelle.

Le joueur à suivre : Gabin Villière (ailier)

INTERVIEW - Du Jean Prat avec le Stade Rouennais à France 7, Gabin Villière frappe encore !Grand artisan du titre rouennais la saison dernière, l'ailier Gabin Villière progresse aussi vite que sa formation. Titularisé à neuf reprises depuis le début de la saison pour deux essais, il a même été sélectionné en équipe de France à VII. Issu de la formation normande, il représente à la fois, à 22 ans, le passé, le présent et l'avenir pour les pensionnaires de Jean Mermoz.

Crédit photo : André Roques


Tarbes Pyrénées Rugby

Le classement : 9ème

La stat : 

3

Soit le nombre de matchs perdus par les Tarbais dans leur antre de Maurice-Trélut depuis le début de la saison (face à Chambéry, le VRDR et Strasbourg)

L'historique TPR connaît, pour le moment, un championnat délicat. La saison avait pourtant parfaitement débuté avec une victoire à Strasbourg mais les Pyrénéens n'ont pu bonifier leur victoire à l'extérieur avec une défaite, à domicile, au match suivant face à Chambéry. Alternant le bon (victoire contre Bourg-en-Bresse notamment) et le moins bon (déroute à Maurice David), les Rouges et Blancs se retrouvent donc à la dernière place au classement des clubs éligibles à la PRO D2. Ils devront relever la tête pour espérer jouer les trouble-fêtes avec un groupe de joueurs qui ne manque  pourtant pas d'expérience et de qualité.

Le joueur à suivre : Jean-Baptiste Claverie (arrière)

Ayant déjà participé à deux montées dans sa carrière chez les professionnels (de PRO D2 à Top 14 en 2012 avec Mont-de-Marsan et de Fédérale 1 à PRO D2 avec Vannes en 2016), Jean-Baptiste Claverie est l'homme à tout faire du TPR. Ses dix titularisations depuis le début de la saison le prouvent, lui qui endosse fréquemment le costume de buteur des Rouges et Blancs. Son expérience pourrait compter dans la course à la montée. Jamais deux sans trois pour Claverie ?

Sur les onze clubs engagés en poule élite en début de saison, seulement cinq ont donc été retenus pour jouer la montée et participeront aux phases finales d'accession. Cela se place en contradiction avec la règle initialement émise et qui devait envoyer en barrage les cinq clubs les mieux classés. La Fédération a finalement tranché en se basant sur les dossiers : soit sur l'aspect financier (Bourgoin, Limoges, Valence-Romans...), soit sur l'aspect matériel comme pour Aubenas ou le SO Chambéry, qui devra agrandir son stade et améliorer ses installations pour prétendre à l'échelon du-dessus. Pour permettre la pérennité de ces clubs et ne pas les envoyer au ''casse-pipe''. Ce n'est, peut-être, finalement que partie remise notamment pour les Savoyards et les Drômois, auteurs d'une grosse saison et concernés par un beau projet. En face, nul doute que les cinq clubs choisis jetteront toutes leurs forces dans la bataille pour être parmi les deux élus en mai prochain.

Selon vous, qui montera en Pro D2 à l'issue de cette saison ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Depuis 1066 l’île de l'autre côte de la Manche c'est la Normandie...
C'est comme Wilko à Toulon quand tu joue les Anglais avec le XV de France tu les déteste, quand ils font gagner ton équipe ils sont naturalisés. A Rouen on a des armes mais faut pas brûler les étapes; la montée c'est sportivement qu'il va falloir la chercher pour essayer de s'installer durablement chez les pro.

je retiens 1 truc:
" Il y a quand même un problême avec cette poule élite d'accession, il n'y a que cinq clubs, qui sont habilités, cela fausse le championnat, c'est pas normal ! "
dixit le Prés. SC Albi
Voila tout est dit.
Le reste n'est qu'un épiphénomène

Les choses sont assez simples. D'un côté tu as le rugby euros et celui là sera bientôt en ligue fermée et de l'autre tu as le rugby centimes et au sommet de ta gloire tu pourras jouer en F1.
De temps en temps tu auras un jeune qui ira chez les pro et un vieux qui viendra chercher sa petite mort a la campagne.
Tu as la LNR d'un côté et la FFR de l'autre et celle qui mène la danse n'est pas celle qui le croit

Mouais... Entre éviter que des clubs soient en faillite et empêcher un club, des joueurs, un staff, des supporters d'accéder à la Pro D2 alors qu'ils l'ont gagné sur le pré ? Je ne sais pas quelle est la meilleure solution. Par contre, il semblerait que l'argent passe avant le sportif... Et c'est bien dommage.

  • spir
    14617 points
  • il y a 1 an
@Amis à Laporte

La réponse morale est simple : distribuer plus de fric du daube14 vers la prod2 et surtout les "amateurs" qui peuvent y monter. S'il n'y a que 5 clubs qui peuvent monter, c'est pas que leurs moyens sont indécents (trop faibles), c'est que ceux des étages au-dessus sont indécents (trop élevés).

On se plaint, à juste titre, que l'équité sportive soit gâchée par les nécessités financières et que la course à la ProD2 soit faussée par le besoin de remplir certains critères sans rapport avec le terrain.

Et bien, je trouve que c'est un mal pour un bien.
Certes, en tant que joueur, j'aurais bien les boules de ne pas monter après m'être battu toute la saison pour la victoire finale, mais ça évite en tout cas de voir des équipes monter en ProD2 pour repartir directement en Fédérale 2 ou 3 pour cause de problèmes financiers.

Et au petit jeu des comparaisons, nous qui aimons nous dire que chez nous c'est moins bien qu'ailleurs, sachez qu'en Angleterre la 2e division (Championship) n'est même pas totalement professionnelle !! Richmond par exemple se targue d'être le club amateur au plus haut niveau du pays. Les stades sont minuscules, Ealing ne peut guère accueillir plus de 1000 personnes, et encore.

C'est d'ailleurs ce qui a coulé les London Welsh lors de leur montée, il n'avait pas de tribunes ! Ils avaient donc dù louer un stade à Oxford et leurs supporters ne s'y déplaçaient pas, créant un trou énorme dans les finances. Résultat le club est aujourd'hui dans le bas de tableau du niveau amateur.

Tout ça pour dire que finalement, ce système, bien qu'un peu bancal, est certainement bénéfique au rugby français.

@Imanol votre idole

Il y a aussi le cas du Lille Métropole Rugby qui a dû un peu échauder les instances. Finances peu contrôlées au niveau amateur et beaucoup plus suivies lors du passage au monde pro.
Au moins maintenant, ça évite de se retrouver avec des clubs qui doivent monter en proD2 et pour lesquels, quand les contrôles commencent, on se rend compte qu'il y a un déficit énorme et le club dépose le bilan, détruisant des carrières de joueur et de dirigeants.

@Imanol votre idole

Entièrement d'accord. Malgré ses limites et son aspect peu attirant, ce format est actuellement le moins mauvais pour les clubs. On ne peut pas à la fois reprocher à la FFR d'avoir laissé se produire des situations comme celle de Lille et leur reprocher de prendre des mesures visant à éviter des situations comme celle de Lille.

@Team Viscères

Tu n'as pas osé le : "C'est l'moins pire !" ???

@Team Viscères

Le championnat est tronqué: à mis saison, grosso modo, 5 matches sont importants.
effectivement, la FFR se penche sur le problème...
Mais la solution actuellle n'est pas la bonne.
Seuls les 10 matches concernant les 5 clubs élus doivent être réellement pris en compte.

@Jak3192

Donc si tu ne peux pas gagner le championnat/monter, les matchs ne servent à rien? Drôle de vision du sport. Oyonnax n'a plus besoin de jouer en Top14 et on arrête de compter les résultats contre eux vu que leur saison est déjà cuite?

@Team Viscères

Ah la la !!!
Déçu de ton commentaire !!!
Oyonnax en début d'année peut devenir champion,
et à tout moment de l'année il peut encore le devenir
Ta comparaison est spécieuse mais pas sérieuse
et surtout hors de propos !
C'est plutôt, ta vision à toi est plutôt étriquée (Cf. "...drôle de vision du sport..." 😀)
ou alors,
je me suis mal fait comprendre dans le post précédent ?
Je reprends donc puisque je me suis mal exprimé (🙂):
à ce jour, seuls 5 clubs de "F1 Elite"peuvent prétendre à atteindre la ProD2, quel que soit leur classement.
Meme si le 1er de ces club ayant les conditions nécessaires termine la saison... disons 6eme,
il pourra accéder à la ProD2.
Mais les 5 premiers, non éligibles, seront recalés , n'ayant pas satisfait aux critères nécessaires à l'accession.
C'est pas pour rien que je dis 6eme, vu qu'en F1 Elite ils sont 11, et que dans mon exemple, les 5 premiers de ce classement imaginaire (sorti de mon cerveau de grand malade) seraient non éligibles....
Mais c'est une éventualité qui serait drôle si d'actualité...
Heureusement pour la bienséance, à ce jour, en F1 Elite, classement:
1. Aix en Provence (elu)
2. Albi (élu)
3. Bourg en Bresse (élu)
4. Chambéry (recalé)
5. Roval Drome (recalé)
6. Strasbourg (recalé)
etc...
et comme le dit l'Equipe:
"En conséquence, le club le mieux classé parmi les cinq heureux élus à l'issue de la saison régulière montera en Pro D2. Le deuxième ticket se jouera sur une phase finale entre les quatre autres clubs en question."
Donc si j'ai bien compris,
1. le classement général sur les matches A/R sur l'ensemble de la saison (20 journées de championnat) est pris en compte pour les 5 élus.
Ma remarque concerne le fait suivant: ce serait ballot de terminer 2eme de ces 5 élus (disons à moins de 4 points du 1er), suite à un match perdu ou toute l'équipe a choppé une gastro en meme temps, contre une équipe non eligible.
2. phase finale: donc surement une "demi", puis une finale.
Donc,
Avoir passé toute l'année à trimer pour finalement faire une poule de 5,
ya malgré tout un côté comique...
Cela me rappelle les aventures footballistiques de la charmante ville de Luzenac (je connais de loin, mais je connais) qui, sur le terrain était premier du chamionnat de 3eme div, mais qui a pas été retenu pour la L2
(en fait les autres clubs voulaient pas aller dans le trou du cul du monde pour taper dans une balle à un bon niveau)
et ya encore un dernier truc que je trouve comique:
si la saison se termine avec l'un des 5 élu à la dernière place du championnat régulier, et qu'il gagne sa 1/2, puis la finale, il accède à la ProD2 tout en étant le dernier du championnat...
toi je sais pas,
mais pour moi,
ya un os.
😮

@Jak3192

En début d'année tous les clubs de la poule Accession peuvent encore monter, tout comme Oyonnax peut rêver d'être champion.
Et puis en cours de saison on abandonne les rêves et la réalité s'impose : certains clubs n'ont pas la structure pour monter en ProD2 et Oyonnax ne peut plus être champion (l'histoire de Oyo qui peut encore être champion, c'est du fantasme/romantisme/branlette intellectuelle... Metz peut encore gagner la Ligue 1 devant le PSG tant qu'on y est). Ce n'est pas pour autant qu'on arrête de jouer.

Ce que je ne comprends pas dans ton raisonnement, c'est le postulat "les clubs qui ne peuvent plus monter faussent le classement". Ce n'est pas parce qu'une équipe ne peut plus monter qu'elle ne va pas jouer sérieusement et que son résultat ne doit plus compter. La preuve la semaine dernière Strasbourg (recalé) est allé taper Tarbes (validé) à l'extérieur. Si tu ne comptes pas le résultat, tu dis aux Strasbourgeois qu'ils ont joué pour rien (sympa la reconnaissance) et aux Tarbais qu'ils n'ont pas à se fatiguer contre les recalés parce que ça ne comptera pas? Les gars sont recalés, pas pestiférés ou handicapés. Ils savent toujours aussi bien jouer au rugby qu'en novembre et continueront de jouer sans tricher. Les validés devront s'arracher pour aller chercher les points pour jouer la montée (heureusement, sinon paye ton arrivée en ProD2 si tu n'as joué que 4 matchs sérieusement depuis janvier).
Donc oui je trouve ta vision du sport où une équipe qui ne peut plus rien gagner ne compte pas plus qu'étrange.

Et je trouve qu'il y a bien moins d'os ou de comique dans un fonctionnement clair et connu de toutes les équipes avant le début de la saison que dans les situations comme celle de Lille (un club qui meurt, un championnat faussé parce qu'une équipe disparaît en cours de saison).

@Team Viscères

Vois tu ou non que le résultat est tronqué ?
Le principe de montée descente ne se fait plus sur le terrain, mais dans des dossiers.
Et cette année, ça tombe bien: seuls 5 clubs sont retenus, pour 5 places (le 1er qualifié, puis les 4 autres se rencontrent). Drôle ? Bizarre ? Hasard ? faire coller une réalité à une nécessité ?....
que se passe-til si 6 clubs sont retenus ?

D'ou à mon avis 2 phases championnat distinctes:
1. Le championnat se déroule en début d'année avec les 11 équipes.
2. milieu d'année les dossiers de chaque club permet ou non l'accession éventuelle en ProD2.
3. à partir de ce moment là, 2 classements:
a. ceux qui sont élus
b. ceux qui ne le sont pas
Objectif: ne permettre qu'aux élus d'avoir un vrai résultat entre eux, sans qu'il soit interféré par les non élus. A savoir tel club élu perd contre un non élu, et en fin de saison, il termine 2nd des élus avec 3 points de retard sur le 1er. C'est à ce niveau que le résultat est tronqué.

Au final, tu as donc 3 classements:
- le classement général des 11 équipes
- le classement des élus
- le classement des recalés

a aucun moment le problème de terrain n'apparait
Le seul soucis est encore le truc suivant:
connaissant le cahier des charges d'accession, pourquoi tel club s'inscrit dans ce championnat si 2 ans auparavant le cahier des charges n'est pas respecté ?

@Jak3192

Bah non, je ne vois toujours pas les soucis.

Le principe de montée ne se fait pas dans les dossiers : il se fait dans les dossiers ET sur le terrain. Sinon il y aurait 5 montées cette année puisqu'il y a 5 clubs validés sur dossier.

Se demander si avoir 5 clubs validés est une coïncidence... sérieusement, on va partir en mode #complot? Il y a 5 clubs validés parce qu'il y a 5 clubs qui remplissent les critères, c'est aussi simple que cela. S'il y en avait 3 on en aurait validé 3, s'il y en avait 8 on en aurait validé 8. Ce qui me fait flipper, c'est que des gens préfèrent pointer du doigt la poule Elite parce qu'il y a 5 clubs validés plutôt que de s'interroger sur la situation de nos clubs pour qu'on n'ait que 5 clubs de Fédérale 1 suffisamment structurés pour affronter la ProD2.

Si 6 clubs sont validés, alors le promu est le premier des 6 et les clubs classés 2 à 5 parmi les validés jouent des playoffs. Le règlement prévoit tous les cas de figure, de celui où tous les clubs de la poule validé au cas ou aucun ne serait validé. Il suffit de le lire pour avoir la réponse.

Pour ton histoire de classement distinct, je ne comprends pas et je ne comprendrais jamais pourquoi un club qui ne peut pas monter fausserait le championnat. C'est quoi le raisonnement, l'enchaînement logique entre "club qui ne peut pas monter" et "les matchs ne comptent pas"?
Je peux moi aussi te prendre un exemple tordu : un club A validé gagne contre les autres validés mais perd tous ses autres matchs de la saison (8 victoires, 12 défaites), avec ton système il termine premier du championnat devant un club B validé qui aurait gagné tous ses matchs de la saison sauf les deux matchs contre A (18 victoires, 2 défaites). Où est la logique sportive là-dedans?
Un championnat prend en compte tous les matchs disputés, point. Peu importe si le club est validé ou non, cela ne change rien à ce qu'il se passe sur le terrain. Tu ne peux pas dire "hé les mecs, ce que vous faites sur le terrain ne comptera pas parce qu'il manque 2000 places dans votre stade".

Et pour le cahier des charges, même réponse qu'à chaque fois : pourquoi trouver bizarre que pour accéder à une poule Accession de Fédérale 1 on n'applique pas les mêmes critères que pour accéder à la ProD2? Est-ce que tu trouverais logique qu'on interdise à un club de jouer en ProD2 parce que son stade n'est pas apte au Top14?
Tu appliques les critères "poule Accession" pour rentrer dans la poule Accession, et tu appliques les critères "ProD2" pour rentrer en ProD2. C'est aussi simple et logique que cela. Ensuite c'est aux clubs qui veulent monter de faire évoluer leur dossier entre leur entrée dans la poule et une éventuelle montée.

@Team Viscères

1. "... il y aurait 5 montées cette année puisqu'il y a 5 clubs validés sur dossier."
ben non, puisqu'il n'y a pas 5 clubs qui vont monter... 🙂
2. "... S'il y en avait 3 on en aurait validé 3, ..."
et quid du tour final ? A savoir des 4 qui doivent se rencontrer en play on ? on fait une poule de 3 ?
Difficile: le règlement édité en début d'année
précise des 1/2 puis une finale 🙂
ya aussi des retransmissions télé à respecter probablement (ya pas que le "terrain", ya aussi de la lecture de l'activité pour le plus ou moins grand public, et du pognon à la clé... 🙂)

@Jak3192

3. "... s'il y en avait 8 on en aurait validé 8"
Et c'est la ou ce pourrait être drôle: 8 validés, dans un championnat ou se melent élus et non élus, avec les places 6,7,8 qui auront été obtenu par match perdus sur des clubs non élus.
Et là, les Président qui se sont fait caguer sévère pour faire parti des élus se retrouvent gros jean comme devant parcequ'ils ont perdus contre Lille et Strasbourg. Naturellement, dans ton raisonnement ils l'acceptent et ferment leur bouche... A voir 🙂

@Jak3192

4. "Se demander si avoir 5 clubs validés est une coïncidence... sérieusement, on va partir en mode #complot?"
Ya pas de complot.
Ya des hasards.
toutefois, me demande si l'an prochain le même systeme sera conservé...
on en reparle cet été ?

@Jak3192

5. "s'interroger sur la situation de nos clubs pour qu'on n'ait que 5 clubs de Fédérale 1 suffisamment structurés pour affronter la ProD2."
Alors la dessus, entièrement d'accord avec toi.
Ne pas avoir les moyens tangibles pour un sport majeur dans ce pays, c'est surprenant*
D'ou une fébrilité réelle entre la réalité et les envies.

@Jak3192

6. "Un championnat prend en compte tous les matchs disputés, point. "
Ben non,
pas "point".
Parceque les enjeux ne sont pas les mêmes entre une montée traditionnelle et une autre liée à un accord préalable,le fameux dossier. Et un accord très lourd semble-t-il.
D'ou la nécessité de distinguer plusieurs championnats au sein de cette meme poule:
- un classement global qui mêle tous les clubs éligibles ou non (il y aura le bouclier de F1 Elite),
- un classement entre les recalés (eux aussi pourraient avoir un bouclier 🙂),
- et un autre pour les élus, qui servira de base pour les qualifications
Je ne vois absolument pas ou il y a un problème et l'honneur (important dans le rugby) est sauf pour tout le monde.
C'est pour cela que je partage à 100% le raisonnement du Près. d'Albi

à mi-saison ton sort est joué là ou le sportif prend fin et le pognon gère.
OK l'élite nécessite des moyens, mais quitte à rester qu'entre clubs "bien lotis" autant arrêter de faire des descentes et des montées et faisons comme le sud et la ligue celte.

@schallerthomas17

On s'y dirige lentement, le fossé entre le monde pro et amateur se creusant de plus en plus on finira par ne plus avoir aucun club semi-pro avec les reins assez solide pour aller se frotter à la ProD2.

Autres temps, autres moeurs ... À la lointaine époque où l'avenir des clubs se jouait sur la pelouse, suffisait d'un gros pack et d'un bon buteur pour monter. Maintenant faut en plus un sponsor très généreux.

@lelinzhou

il faut bien payer le gros pack et le bon buteur

@Dormeur 15

Ben vi, oeuf corse. Alors qu'avant, un ch'ti poste d'employé municipal, une gérance de bistrot ou de tabac et c'était dans la poche...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts
News
News