Fédérale 1 - Benoît Sevestre (Albi) : ''on est vraiment une belle bande de copains''
Découvrez l'interview du pilier d'Albi Benoît Sevestre avant la demi-finale contre Rouen. Crédit photo : Pierre Bras
Après deux années passées à Albi, le pilier Benoît Sevestre partira à la fin de la saison. Il espère que ce sera sur une montée en Pro D2.

Benoît, toi qui fait partie du groupe albigeois, comment tu sens tes coéquipiers à l'orée d'un match capital pour la survie du professionnalisme en albigeois ? 

Je sens un groupe très concentré, très impliqué avec un gros supplément d'âme. J'espère vraiment qu'ils vont le faire car on a vraiment un bon groupe de copains cette année. Je pense que ça va faire la différence dans les moments durs.Fédérale 1 - Albi domine Rouen sous la pluie et met un pied en finale [VIDÉO]Fédérale 1 - Albi domine Rouen sous la pluie et met un pied en finale [VIDÉO]

En parlant de cette bande de copains, quand tu es arrivé, c'était un peu éparpillé en puzzle, il fallait tout reconstruire après la descente car il y avait eu beaucoup de départs. On a vu cette nouvelle génération qui a un peu pris les clés du camion même si Thibaut Bisman, Mathieu André et Tunu Tavalea gardent le rôle de cadres dans le vestiaire mais cette année, on a vraiment l'impression que vous êtes une bande de frères prêts à tout affronter ? 

C'est vrai y a eu un gros projet de cohésion mis en place par le staff etc., et les cadres ont réussi à nous faire rentrer dans le moule et ça a vraiment bien marché. Cette année, c'est vrai qu'on a beaucoup de l'effectif de l'an dernier qui est quasiment inchangé, on a quelques départs quelques arrivées c'est ce qui fait qu'on est vraiment une belle bande de copains et je pense que c'est vraiment ça qui va primer sur les phases finales.

Entre le stage commando de l'an dernier et le stage à la ferme de l'été dernier, lequel a été le plus fondateur pour la cohésion ? 

Les deux ont été très différents après, c'est vrai que ce sont deux stages qui nous ont beaucoup rapproché. Le stage commando a été très compliqué, on a dû se dépasser etc., ça nous a vraiment rapproché et en faire un deuxième cette année complètement différent dans une ferme où on a dormi un peu à même la terre, c'est vrai que ça nous a un peu vachement rapproché, vachement soudé, et ça va nous aider pour les échéances à venir. 

Alors pour toi cette saison, c'est pas vraiment la même que l'année dernière. L'année dernière, tu avais beaucoup de temps de jeu. Cette année, ça a été un peu plus restreint. Comment as-tu vécu ça ? 

Oh, ça a été compliqué. C'est vrai que quand tu n'es pas sur la feuille de match, c'est toujours compliqué pour un joueur de rugby. Après, c'est le jeu, c'est comme ça, c'est le choix des entraîneurs. C'est vrai que l''année dernière, ils me faisaient énormément confiance, cette année un peu moins. Faut continuer à travailler, moi, je continue à travailler de mon côté et encore plus que l'année dernière pour perfectionner mes points faibles. C'est comme ça, c'est la vie d'un joueur de rugby. Des fois, tu peux être au-devant comme tu peux très vite retomber. Le plus dur c'est d'y rester.

Et puis une belle aventure avec les espoirs. Vous jouiez le maintien et puis à la fin vous avez quasiment failli accrocher la qualification. 

C'est vrai que quand je n'étais pas avec le groupe de la première, on a vu avec Arnaud (Méla, manager d'Albi, ndlr.) pour qu'il me fasse matcher un maximum avec les Espoirs. Il a toujours respecté ça et du coup j'ai eu beaucoup beaucoup de temps de jeu en Espoirs. On avait un bon petit groupe avec de bons mecs et je pense que c'est ça qui nous a permis d'atteindre plus que l'objectif qui était le maintien et de pouvoir se maintenir dans cette poule qui était forcément compliquée. Au final, on a failli accroché la qualif' donc oui, une grosse réussite pour l'équipe Espoirs cette année.

Et en plus avec un coach comme Benoit Sicard tu connaissais un petit peu on va dire ? 

Oui tout à fait. Après c'est un copain autant qu'un coach du coup oui c'est vrai qu'il sait faire la part des choses. C'est un très bon gars Benoit du coup, ça s'est très bien passé autant pour moi que pour les autres joueurs. 

Maintenant, on va parler de ton avenir. Il se murmure dans la cité épiscopale que tu serais sur le départ, que l'année prochaine, tu irais voir de nouveaux horizons. C'est du lard ou du cochon ? 

Oui tout à fait, et bien c'est vrai. J'ai eu une année difficile et j'ai absolument besoin de temps de jeu et de rebondir. Donc je vais aller chercher du temps de jeu du côté Niort avec le manager Laurent Daussat qui me suivait déjà quand j'étais à Tarbes qui m'a vraiment convaincu. J'ai aussi des copains qui étaient de Tarbes qui sont partis à Niort : le talonneur Jérémy Loncant, le centre Jean Baptiste Lamothe. Ces mecs-là ont tout fait pour que je vienne là-bas, que je signe là-bas. Ils m'ont garanti que je ne serai pas déçu humainement. Je marche beaucoup à l'affectif et vachement aux valeurs donc ça m'a vraiment convaincu. Ce sera une nouvelle aventure pour moi.

Et puis il y a un beau projet de jeu à Niort. Ils ont failli accrocher le Du Manoir, ça s'est joué au coude-à-coude avec les Rennais. C'est un club qui monte, ce n'est pas encore Rouen, pas encore Dijon, mais dans quelques années ça pourrait le devenir ? 

Oui, oui, c'est sûr que c'est un club qui a plein d'ambitions avec la signature de Lescalmel (Antoine, ouvreur de Carcassonne, ndlr.). Ils voulaient recruter des cadres et un gros cinq de devant qui leur a un peu fait défaut. En parlant avec le manager, c'est une équipe qui pourrait vraiment être compétitive l'année prochaine. Moi je veux vraiment du temps de jeu et ça peut être un tremplin pour moi pour rebondir. 

A Albi tu avais un contrat de trois ans. Du coup, ils t'ont laissé la dernière année de libre. Comment ça s'est passé avec Arnaud ?

Arnaud a été très clément. On en a parlé et il m'a laissé ma dernière année de libre pour que je puisse trouver du temps de jeu. Je lui ai expliqué que c'était vraiment compliqué pour moi de ne pas jouer cette année et il a été vraiment compréhensif. On a trouvé un commun accord avec le président et Arnaud.

Ton histoire en jaune et noir va bientôt se terminer. Quel sera ton plus beau souvenir en attendant une éventuelle montée en Pro D2 ? 

Tous ces matches au Stadium avec ce public formidable. On avait un très gros match à la maison contre Chambéry où on visait les 1eres places, notamment la première place occupée par Aix. On avait livré un très gros match, très abouti. On avait mis un pied vers la première place. Ça c'était un match très très abouti pour moi et un très bon souvenir ici contre Chambéry à la maison. 

Maintenant, un petit mot pour ce match de vendredi, pour le public. On en fait un peu des caisses mais il faut rabattre le banc et l'arrière banc pour venir au soutien des gladiateurs jaunes et noirs. Qu'est-ce que tu as à dire au public ? 

Tout à fait oui. Le 16e homme, c'est le plus important surtout quand on joue à la maison. C'est vraiment là qu'on a besoin d'eux c'est vrai que quand on a un public qui pousse derrière, ça n'a rien à voir. On a besoin d'un public mobilisé pour cette demi-finale pour qu'il nous aide à remonter en Pro D2. Moi j'espère de tout cœur qu'Albi remonte en Pro D2 malgré mon départ. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je viens de voir la 1/2 finale retour, M. CARDONA a été égal à lui-même.... INCOHÉRENT sur son arbitrage...

  • Ahma
    73623 points
  • il y a 3 semaines
@Cacao 81

Je peux te faire un tour de mentalisme : si tu me dis quelle équipe tu soutiens, je peux deviner quelle équipe a été favorisée.

@Ahma

En effet, tu pourrais peut-être penser que je suis supporteur d'Alibi, mais malheureusement non, j'habite dans le Tarn et je suis simplement spectateur.... Je serai plutôt supporteur de Clermont ou Toulouse mais pas de CARDONA

  • Ahma
    73623 points
  • il y a 3 semaines
@Cacao 81

Bon, je vais me lancer dans une autre carrière.

Derniers articles

News
Amateur
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
Vidéos
Amateur
Amateur