DOPAGE. Laurent Bénézech contre-attaque et pointe du doigt plusieurs internationaux français
Dopage : Laurent Bénézech persiste et signe lors de son procès.
DOPAGE. Attaqué en justice par Provale, Laurent Bénézech persiste et signe en pointant du doigt plusieurs internationaux français
L'affaire avait fait grand bruit il y a environ un an. L'ancien joueur du XV de France, Laurent Bénézech, avait tenu des déclarations fracassantes au sujet du dopage dans le rugby. Déclarations qui avaient secoué le monde de l'ovalie et provoqué la colère d'un grand nombre de ses acteurs.

L'ancien joueur du Stade Toulousain et du Racing Club de France avait notamment prétendu avoir été dopé à son insu lors de la préparation du XV de France à la Coupe du monde 1995, ce qui lui avait valu les foudres de Pierre Berbizier, sélectionneur de l'époque. Avant de laisser sous-entendre que plusieurs joueurs en activité prendraient des hormones de croissance, ce qui, selon-lui, se verrait en constatant l'évolution de la taille de leurs mâchoires.

Provale, le syndicat des joueurs de rugby français, n'avait pas tardé à réagir en attaquant en justice l'ancien consultant de l'Équipe. François Carilo, ex-joueur l'Aviron Bayonnais, avait également porté plainte après que Bénézech ait insinué que l'accident cardiaque dont il avait été victime en décembre 2012, était suspect.

Quelques mois plus tard, Bénézech n'a pas changé d'attitude. Toujours aussi offensif, il espère aussi que son procès « soit aussi celui de l'irresponsabilité du rugby envers l'accompagnement médicalisé de la performance (...), une science d'apprentis sorciers qui ne maîtrisent rien de ce qu'ils font ».

Leucémies chez les Brivistes et le cas Paul Jedrasiak ?

Et pour prouver le bien-fondé de ses accusations, il n'hésite pas à de nouveau pointer du doigt certains joueurs. Le cas du jeune seconde ligne clermontois Paul Jedrasiak a notamment été évoqué. Selon lui, ce grand espoir du rugby français aurait pris 20 kilos de muscles entre le printemps et l'automne 2013, chose impossible sans recours au dopage. Il a également apporté des photos de plusieurs internationaux comme Thierry DusautoirFrédéric Michalak, Benjamin Kayser, William Servat, Wesley Fofana ou Nicolas Mas, suggérant que l'évolution de la forme de leurs visages pourrait être liée à la consommation de prroduits dopants.

Ensuite, Bénézech est revenu sur la finale de Top 14 2006 entre Biarritz et Toulouse, finale où Biarritz a « écrasé physiquement » son adversaire, selon ses mots (score final sans appel, 40 à 13). Un msytère pour lui, jusqu'à ce qu'Alain Camborde (ancien préparateur physique de certains joueurs du BO, de Pau et de l'Argentine) soit mis en examen pour importation et détention de marchandises prohibées et exercice illégal de la profession de pharmacien. En 2013, Camborde a écopé de trois mois de prison avec sursis.

Enfin, l'ancien joueur des Harlequins poursuit sa démonstration en évoquant les joueurs du CA Brive, sacré champion d’Europe en 1997. Il affirme que 5 cas de leucémie ont été découverts au sein de l’effectif depuis 1995.

Bénézech était soutenu par quatre témoins, dont un ex-gendarme du GIGN, venu raconter comment l'un de ses collègues avait pris 14 kilos de muscles en quelques semaines, en utilisant des compléments alimentaires offerts par l'équipe d'Angleterre après le Mondial 2007 en France.

L'avocat de Provale s'indigne

Si Serge Simon, le président de Provale, était absent lors de l'audience, Maître Romuald Palao, avocat du syndicat et François Carilo, s'est indigné contre ces accusations :

On peut être amené à dire des bêtises, mais mettre en pâture nommément des joueurs, c'est inexcusable, On peut d'autant moins l'excuser que c'est un ancien sportif, qu'il a une parfaite connaissance de la matière. Elle est où la bonne foi ? On ne peut pas dire qu'il a été trompé, abusé (…) Personne ne dit qu'il n'y a pas de dopage dans le rugby (…) Le rôle de l'alerteur, c'était vrai il y a 40 ans. Aujourd'hui, il fait ça avec manque de respect. Bénézech, c'est l'éclaireur pas éclairé »

Palao réclame un euro symbolique de dédommagement pour chacun de ses 134 clients. Le jugement a été mis en délibéré au 26 septembre.

Vous pouvez retrouver le témoignage de Laurent Bénézech devant la Commission d'enquête sur la lutte contre le dopage au Sénat en 2013 : ici.

Sources : Sud-Ouest, L'Équipe et Rugbyrama.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ced
    100698 points
  • il y a 9 ans

Mr Rousse ! wwouaaaaaahh je me suis esclafé, merci Yandelug.
et Mr Rousse y a pas que la connexion qui est limitée ...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News