Candidat à la FFR, Alain Doucet veut une vraie séparation entre amateur et professionnel
Alain Doucet veut aider les clubs.
Opposé au projet du Grand Stade porté par le président actuel de la FFR, Pierre Camou, Alain Doucet a également sa petite idée pour aider le monde amateur.

C'est avec "un an de retard" par rapport à Bernard Laporte qu'Alain Doucet va débuter sa tournée des comités. A trois mois des élections pour la présidence de la FFR, il estime que c'est maintenant que tout se joue. "Je pense que ce sera suffisant pour faire monter la pression. J'étais contre le fait de perturber le rugby français trop en avance. On a d'autres problèmes que les élections. Bernard a fait un peu d'agitation et il y a perdu des forces à mon avis. Il serait parti maintenant, les dés auraient été lancés différemment."
Candidat à la FFR, Alain Doucet veut délocaliser les matchs du 6 Nations
L'ancien secrétaire général de la FFR, démisionnaire en juillet dernier, compte se rendre dans les 27 comités pour exposer son projet. Modifications réglementaires, de la formation, des écoles de rugby et surtout des championnats seront au programme. Son bébé, "cette Pro D3 que nous appelons "promotion professionnelle". Avec son équipe et ses colistiers Lucien Simon (ex-président d'Aix) et Eric Champ (international, ancien président de Toulon), il veut aller "vers un rugby du 21e siècle" : "on considère que tout ce qu'on impose aux clubs n'est pas dans un système de libertés, de souplesse, de facilités. On est là pour faire jouer les gens. À partir de là, le règlement doit s'adapter au jeu et pas l'inverse." Pour ce projet, il s'est beaucoup inspiré du football. 

Le football en exemple

Tarbes, où je vis, est en CFA (premier niveau amateur, ndlr). Cette année, un débat a eu lieu pour savoir s'il fallait donner le grand stade Maurice-Trélut (15 000 spectateurs, ndlr) au foot et le petit (3000 spectateur, ndlr) au TPR qui joue en Fédérale 1 améliorée (Tarbes fait partie de la poule d'accession à la Pro D2 avec 9 autres clubs, ndlr). À l'heure actuelle, le club de foot reçoit Monaco 2, l'OM 2, Nice 2, etc, ça fait quand même de sacrées affiches pour le foot haut-pyrénéen.

En partant de plusieurs constats, je me suis posé cette question : "c'est quoi être professionnel ? Est-ce que c'est un hasard sportif, comme ça a pu être le cas avec Lannemezan ? Ils étaient en Fédérale 1 il y a quelques années puis est arrivé le printemps, les pâquerettes, les bandas, ils ont été champions de France et sont montés en Pro D2. Ils ne voulaient pas trop, ils hésitaient mais ils sont montés. Résultat des courses, ils n'ont gagné qu'un match de l'année, à Tarbes justement, et ils sont redescendus. Ils sont maintenant en Fédérale 2 et ont du mal à vivre.

Un club qui monte chez les pros, on lui demande un centre de formation, de nouvelles infrastructures pour son stade, des contrats, etc. Comme je suis démocratique, contrairement à certains de mes collègues, je poserai la question : est-ce qu'il ne faut pas aller vers une vraie séparation du monde amateur et du monde professionnel ? Avec des pros en Top 14 et en Pro D2 puis une division "open" cogérée par la LNR et la FFR, qui serait cette fameuse promotion professionnelle, que certains appellent Pro D3. Moi, je n'aime pas le "3", pour des raisons de représentativité, de marketing, de partenariats.

La suite en page 2 >>

Quid de la promotion professionnelle

Ce championnat serait tout d'abord composé de 14 clubs issus des comités "qui n'ont pas de pros comme les Pays de la Loire, la Normandie, les Flandres, Alsace, Drôme-Ardèche, Armagnac-Bigorre". Des formations qui ont des structures pros comme Tarbes, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Massy, Limoges, etc, auxquelles il souhaite ajouter les 14 équipes Espoirs du Top 14, "en mode amélioré du style Espoir-association".

Un championnat à 28 équipes où Strasbourg pourrait par exemple affronter le Stade Toulousain, faire le plein de son stade et aurait "une autre opposition que les Espoirs de Montauban qu'ils rencontrent depuis des lustres".
Les clubs "promotionnels" auraient alors d'autres affiches pour se promouvoir et se tester. Et ceux qui descendront de Pro D2 "ne retomberaient pas dans un monde fédéral pur et dur avec des couleurs de licences, des réserves à 13h30, des choses qu'ils ont complétement oubliées."

Rendre ses lettres de noblesse au rugby amateur

Alain Doucet estime que pour des clubs comme Tarbes, "de retour dans une Fédérale 1 qu'ils n'ont pas connue depuis 20 ans", la réadaptation est parfois difficile. il voit cette promotion professionnelle comme un sas, un airbag pour ces clubs pros et pense "qu'à ce jeu-là, tout le monde serait gagnant." Pendant quelques années, et en accord avec l'assemblée générale de la FFR, il bloquerait les relégations et les accessions. Le temps pour la Fédérale 1 de devenir un véritable monde amateur comme la CFA. "Il y aurait pendant quelques saisons, un barrage pour permettre à des équipes comme Strasbourg, Nantes, Rouen de se stabiliser dans ce monde semi-pro sans craindre la relégation trop rapide qui perturbe les esprits, la maturité." Il souhaite leur laisser le temps tout en les contrôlant financièrement pour qu'ils ne fassent pas n'importe quoi et n'importe comment.

Selon lui, l'idée générale est là et interpelle beaucoup les gens. Il est conscient qu'il faudra aussi aménager les championnats fédéraux derrière pour permettre à des clubs comme Lombez-Samatan, "qui a servi de sparring-partner à Nevers ou Massy", d'ambitionner un titre champion de France. "Ils pourront dire qu'ils ne sont pas au 4e niveau du rugby français, mais au premier niveau du championnat de France amateur. Dans l'esprit des gens, dans la vision qu'on a d'un club, c'est important."

"Le rugby français est à un croisement"

Le candidat à la présidence de la FFR d'évoquer les nombreuses faillites de clubs de Fédérale cette année et de se demander pourquoi est-ce qu'il veulent tellement accéder à la Pro D2. "Il faut leur faire comprendre qu'une fois qu'ils ont atteint leur Graal, qu'ils sont au maximum de leur possibilité, qu'il n'y a aucun déshonneur à être cinq fois de suite champion de France amateur. Et ce serait très bien." Il considère que si les présidents de clubs sont en partie responsables, les dirigeants du rugby français doivent aussi assumer leur part de responsabilité compte tenu "des routes qu'on leur propose."

Pour Alain Doucet, le moment est venu de se mettre autour d'une table et d'évoquer tous les problèmes.
 "Aujourd'hui, il y a un gouvernement à la Ligue et un à la Fédé et on ne se voit jamais. Mais ça ne peut plus rester en l'état. On ne peut plus vivre dans notre coquille. Il faut qu'on se rende compte que le rugby français est rentré dans le 21e siècle. Il n'appartient à personne mais il faut que des gens se lèvent pour accepter de le gérer dans la difficulté. Le rugby français est à un croisement." Reste à savoir quel chemin il empruntera le 3 décembre prochain.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

La proposition un peu Electoraliste (Tous en font leur Cheval de Bataille sous des formes différentes !!!) de mélanger Espoirs et Elite de F1 témoigne d'une méconnaissance (ou alors il s'agit de faire un peu de populisme ?) du réel niveau des 2 niveaux de compétition....Le niveau d'1 Equipe Club Espoir, correspond tout au plus à du bon F2...A la limite 3 ou 4 Sélections Espoirs sur de larges Régions composées du Gratin de la Catégorie et sous l'Egide de FFR pourraient faire la maille...Mais garder Espoirs en l'Etat pour les Opposer au Top du F1, c'est envoyer ces mômes au massacre, certainement pas Formateur...Il suffit de voir ces cohortes de Jeunes Estampillés Espoir X ou Y qui viennent alimenter les Clubs de F2 ou F3 et qui sont tout juste à niveau...L'idée est séduisante certes mais, il faut le dire, le niveau n'y est pas...Alors peut-être démarrer + bas, emprunter au Foot système de Montées/Descentes pour les Equipes 2 (= signe de vitalité de la Formation maison & le constat est aussi valable pour les Equipes de Jeunes !), faciliter Règlementairement(dans les 2 sens) le Passage Pro/Equipe 2 serait déjà une bonne amorce....

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos