Bongi Mbonambi, l'homme qui a poussé le meilleur talonneur du monde sur le banc
Coupe du monde - Bongi Mbonambi s'est imposé en première ligne avec l'Afrique du Sud.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Comment Bongi Mbonambi est passé de doublure de Malcolm Marx a titulaire en puissance dans cette Coupe du monde 2019.

John Smit, Bismarck Du PlessisSchalk Brits, l'Afrique du Sud a connu de grands joueurs au poste de talonneur. En 2018, Malcolm Marx semblait bien partie pour suivre ces légendes, deux ans seulement après ses débuts avec les Springboks. En sélection comme chez les Lions, le successeur d'Adriaan Strauss a imposé un style énergique ballon en main mais aussi dans les rucks. On le présentait comme le meilleur numéro 2 du monde tandis que Bongi Mbonambi jouait les doublures. Pourtant, le talonneur titulaire dans cette Coupe du monde, ce n'est pas le premier mais bien le second nommé. Mbonambi a en effet joué quatre matchs de ses cinq matchs comme titulaire, tandis que Marx a ciré le banc quatre fois sur cinq. Pourquoi un tel renversement ?

Les anciens entraîneurs choisissaient quelqu'un qui était là depuis des années, même si vous pouviez voir que le joueur ne faisait plus le boulot. Maintenant, vous êtes choisi sur la base du travail que vous faites et comment vous l'exécutez, explique Mbonambi via sarugbymag.

Bongi Mbonambi est l'exemple parfait de la nouvelle politique du sélectionneur Rassie Erasmus. Nommé en 2018 à la tête des Boks, le technicien a mis un point d'honneur à choisir ses joueurs en se basant sur leur état de forme et le mérite plutôt que la couleur de leur peau ou leur loyauté. Mbonambi, qui n'avait pourtant presque pas joué en raison de blessures, a su saisir sa chance en juin puis en novembre 2018 pendant que Marx connaissait un coup de moins bien. Son essai salvateur contre le XV de France pour une victoire 29 à 26, après plusieurs excellents lancers en touche, a marqué les esprits. C'était d'autant plus marquant qu'il avait été critiqué dans cet exercice après la finale perdue de Currie Cup cette année-là. A l'inverse, Marx, plus épié que jamais après ses performances, a failli contre l'Angleterre avec trois lancers manqués à quelques mètres de l'en-but. Même s'il n'a pas la même hargne que Marx pour casser les plaquages et gratter des ballons, Mbonambi a montré lors de ses entrées en jeu qu'on pouvait compter sur lui sur les fondamentaux de la touche et de la mêlée. Et ce dont a besoin une équipe pour gagner des matchs de haut niveau.

Bongi Mbonambi a joué pour les Bulls en Super Rugby de 2012 à 2014 sans vraiment faire son trou (seulement 12 titularisations en 34 matchs). C'est avec les Stormers qu'il va s'imposer au poste de talonneur puisqu'il va débuter 27 de ses 32 matchs en deux saisons. Ce qui lui ouvre les portes de la sélection en 2016. Mais l'après Coupe du monde ne réussit pas aux Springboks sous les ordres d'Allister Coetzee avec notamment des défaites face à l'Italie (20-18) et des humiliation contre les All Blacks (15-57 puis 57-0). Sous les ordres d'Erasmus, il est titularisé contre l'Angleterre en juin 2018 et réalise de très bons matchs.

Les qualités de Bongi Mbonambi et le plan de jeu de Rassie Erasmus font qu'il passe devant Marx. Le sélectionneur sud-africain ne le cache pas : Mbonambi est un talonneur plus physique, brutal, et solide en mêlée que Marx. Dans les matchs serrés comme c'est le cas en phasez finales, il apporte plus en première période notamment avec sa très bonne défense et son art pour mener les mauls surpuissants des Sud-Africains. Si le jeu s'ouvre dans le second acte, les jambes et l'habilité de Marx peuvent alors faire la différence. Les Boks se paient désormais le luxe d'avoir un joueur tel que lui comme impact-player. Face à des packs mobiles comme celui du Japon, le travail de sape des hommes de Rassie Erasmus a payé. Mais les Anglais ont montré contre les All Blacks qu'ils étaient à la fois solides et mobiles.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Ahma
    94817 points
  • il y a 1 an

Conclusion de tout ceci :
Marx et Coles étaient quasi unanimement considérés comme les deux meilleurs talonneurs du monde ces dernières années.
Ni Marx ni Coles n'étaient titulaires lors de la Coupe du monde.
Guirado était titulaire.
Donc Guirado est le meilleur talonneur du monde.

  • ced
    100443 points
  • il y a 1 an

Marx philosophe beaucoup trop, il a du être écarté de peur qu'il ne créait une révolution au sein de l'équipe

On le dit, on le répète, on insiste, il n'est pas titulaire "en puissance", il est titulaire.

Le fait qu'il soit un joueur puissant ne change rien à l'affaire, "en puissance" veut dire "potentiel".

@Glas.Wegian

"il n'est pas titulaire "en puissance"
Il n'est pas assez puissant pour tituler ?

@lelinzhou

Il me semble assez titulant pour cesser de potentialiser. Nuance (spéciale dédicace aux trolls du blog Yahoo de Pierre Salviac).

@Glas.Wegian

Tu as de mauvaises lectures.

@lelinzhou

J'avais, maintenant je ne lis plus que le rugbynistère (sauf les pubs crampons avec Basta et les mangas de la GMF), et parfois un peu de Tolstoï... je me reprends en général à la 2e page et revient rapidement à la première option. Faudrait pas manquer un "WTF".

Mbonambi et sa puissance physique pour fatiguer en 1ère période puis Marx et son capital intellectuel pour finir le job. Pour moi ils sont à 50/50.

  • ced
    100443 points
  • il y a 1 an
@Mat RCK

capital intellectuel ? on parle des avants là
qui plus est Sud Africain

@ced

Ah? Je pensais à Karl. Mince

  • Ahma
    94817 points
  • il y a 1 an
@Mat RCK

Dans ce cas c'est Engels qui serait titulaire.

Pour le sélectionneur sud-africain c'est "tout bénéfice" d'avoir deux talonneurs de ce niveau...seront-ils capable de renverser l'ogre anglais ( avec leurs coéquipiers j'entends ) samedi...??
Wait & see

On a vu quand même une grosse différence quand Marx est rentré . Mbonambi est pas mal du tout mais bien moins complet que Marx a mon sens .

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News