6 Nations - L'Ecosse est-elle en position de faire douter le XV de France ?
Hogg et ses coéquipiers sont pas favoris pour le match contre la France dans le 6 Nations.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
C'est l'Ecosse qui se dresse devant le XV de France lors de la quatrième journée du Tournoi des 6 Nations. Cet adversaire est-il capable de battre les Bleus ?

6 Nations - L'Ecosse remporte le ''choc des perdants'' face à l'Italie non sans mal6 Nations - L'Ecosse remporte le ''choc des perdants'' face à l'Italie non sans malDimanche prochain, le XV de France va se présenter à Murrayfield dans la position du favori. Leaders du Tournoi, les Bleus ont remporté tous leurs matchs et sont en course pour le Grand Chelem. Les Écossais, eux, sortent d'un premier succès laborieux en Italie, 17 à 0. Avant ces trois essais inscrits à Rome, ils n'avaient pas réussi à franchir la ligne de craie en Irlande puis contre l'Angleterre. "Battre l'Italie et perdre contre les quatre autres équipes, comme cela s'est produit plus d'une fois au cours des deux dernières décennies, est loin d'être satisfaisant. Mais c'est mieux que de perdre contre les cinq", peut-on lire sur heraldscotland. Les Écossais aimeraient aspirer à de plus grandes choses mais il est de notoriété publique que ce match contre l'Italie définit la saison du XV du Chardon.

L'Ecosse a mieux joué lors de sa défaite en Irlande que lors de sa victoire à Rome", lance la BBC.

Les joueurs des Highlands n'ont pas toujours eu la vie facile à Rome : 27-29 en 2018, 20-21 en 2014. Aussi, ce succès nécessaire dans le choc des perdants leur a enlevé beaucoup de pression. Pourtant, tout n'a pas été parfait (17 turnovers), loin de là. "Des occasions ont été gâchées, des ballons tombés ou envoyés trop loin, le jeu haché et la maitrise de la charnière pratiquement absente", estime la BBC. Adam Hastings doit en effet encore beaucoup travailler pour être, si ce n'est l'égal de Finn Russell, une doublure qui assure. Après le match compliqué contre les Anglais sous la pluie, le fils de la légende écossaise continue son apprentissage. Townsend, qui ne ferme pas la porte à un retour du Racingman pour le match de la France, a apprécié le fait qu'il passe outre ses erreurs au pied et à la main dans le premier acte pour produire un match plus carré dans le second avec un essai à son actif et plusieurs gestes décisifs en défense.

En attaque, l'Ecosse devance la France en termes de courses et de passes : seulement 102 passes pour les Tricolores contre 131 pour l'Ecosse. Mais les Bleus ont plus avancé que les Ecossais avec 3,8m en moyenne contre 3,1. Ils sont donc bien plus efficaces. Si on regarde du côté des franchissements et des défenseurs battus, c'est pourtant similaire après trois journées. Les hommes de Galthié ont réalisé plus de offloads, 9 contre 4 pour ceux de Townsend.
Course

La défense, c'est d'ailleurs un des points forts de l'Écosse dans cette édition 2010. Les Écossais n'ont concédé que deux essais dans le Tournoi et n'ont raté que 15 plaquages. C'est presque deux fois moins que les Bleus, qui ont cependant plus plaqué. En fer de lance de la défense, Ritchie et Waston, 75 plaquages à eux deux. "En termes d'organisation défensive et d'agression, ils ont fait un grand bond en avant sous le coaching de Steve Tandy. En termes de fluidité, d'exécution et d'ambition en attaque, il reste encore un long chemin à parcourir face à des Français ambitieux et sur la pente ascendante", analyse la BBC. Des Bleus dont on ne peut plus dire qu'ils voyagent mal. Ils ont bâti leur succès sur une excellente défense, mais aussi une très bonne attaque. La confiance sera clairement dans les rangs tricolores avec de jeunes joueurs qui ont parfaitement franchi le pas entre les U20 et le niveau international. Il faudra plus qu'un exploit de Hogg pour l'emporter.Le XV d’Ecosse, parent pauvre des îles britanniquesLe XV d’Ecosse, parent pauvre des îles britanniques

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • gjc
    6759 points
  • il y a 9 mois

D'un côté très peu d'essais avec beaucoup d'incursions stériles dans les 22 adverses. De l'autre une mêlée solide, une défense solide (2 essais en 3 matches!) et une 3e ligne très forte au grattage.
Je pense qu'ils sont prenables mais attention aux contres!

  • SaintJu
    2375 points
  • il y a 9 mois

102 passes en trois matchs ...!
Misère !

  • gjc
    6759 points
  • il y a 9 mois
@SaintJu

En partie c'est tactique, c'est notre 9 qui distribue le jeu alors que dans d'autres équipes (comme l'Italie) c'est le 10 qui décide tout, ce qui implique une passe de plus à chaque lancement de jeu. Cette tactique est adaptée au talent de Dupont et d'avants très mobiles comme Alldritt, Ollivon, Marchand, Le Roux... Il y a aussi la météo qui n'a pas aidé.
Mais nos 10 et nos centres sont parfaitement à l'aise pour faire des passes, je ne suis pas inquiet.

Au risque de ne pas passer pour consensuel, je pense que paradoxalement ce déplacement à Edimbourg est peut-être le match le plus délicat du Tournoi à appréhender pour le XV de France.
Plus encore que le déplacement à Cardiff ou la réception future des Irlandais.
Je parle de paradoxe dans le sens où c'est vrai que les résultats passés ou présents ne plaident pas forcément en faveur des Ecossais. Dans le sens où, c'est vrai aussi, ils n'ont pas un contingent immense de Top-players à l'international (attention cependant ils ont qqs joueurs d'excellente facture qui plus est aux postes clef !).
Ceci dit, je pense que ce déplacement risque de s'avérer fichtrement compliqué par rapport à la nature du jeu qu'ils produisent mais aussi par rapport à l'équipe de France telle qu'organisée.
Même, si c'est vrai là-aussi, il convient d'accorder une importance somme-toute relative à l'outil statistique, j'en retiendrais une, c'est le nombre de passe.
Comparativement aux grosses écuries déjà rencontrées qui elles ont investi les zones où on les attendait de pieds ferme et avec succès (axe terrain, jeu assez frontal, recherche systématique pour ne pas dire systémique du duel gagnant), les Ecossais ont pour culture de déplacer bcp plus le ballon devant la défense (d'où la stat positive bien qu'ils aient joué un match sous le déluge). La fameuse zone des 15 évoquée dans l'article sur la Rush-défense ne tient pas de l'option pour eux mais bel & bien de l'intention première.
Leurs intentions à eux, c'est déplacer le ballon jusqu'à que la porte s'ouvre. A la différence des autres nations Celtes ou des Anglais qui sont plus dans une démarche de forcer la porte pour ensuite déplacer le ballon...
C'est en ce sens où le déplacement à Murrayfield me semble représenter un challenge assez différent des autres matchs. Je dirais qu'ils s'inscrivent plus dans la gestion du désordre que la stricte gestion de l'ordre comparativement aux autres...
Le vrai test pour notre organisation défensive, je pense que c'est celui-là avec le plus souvent des points de rencontre un peu plus éloignés des phases statiques.
Je pense que l'EDF a tout intérêt à ètre dans la possession (si tel est le cas ça devrait passer sans trop de pblm). Si tel n'était pas le cas, je pense que les Ecossais sauront mieux exploiter les fenêtres de tir sur les extérieurs que ne l'ont fait nos récents adversaires.
Je ne crois pas au piège de la suffisance pour ce qui concerne le XV de France mais si d'aventure, il y avait un tout petit relâchement ou un mauvais concours de circonstance, je crois que ce match peut devenir assez compliqué.

@MARCFANXV

Je suis plutôt d'accord avec tout cela, mais j'ose croire en cette nouvelle étape du XV de France.

A la fin du match contre les Gallois, les interviewés parlaient déjà du match contre l'Ecosse en disant qu'il avaient déjà commencé à préparer ce match. Ils savent bien qu'ils mettent les pieds dans autre chose.

Les années précédentes, on voyait un XV de France qui jouait un peu toujours pareil, même quand le jeu des équipes adverses évoluait, on voyait une équipe de France monocorde qui jouait presque tout le temps la même chose (et 'épuisait, et perdait)

Je crois en cette nouvelle ère avec l'apprentissage de l'adaptabilité. Il y aura peut-être plus de passes, plus d'espaces créés, plus de ...

... j'en sais rien, mais autre chose que les années passées déjà, j'ai envie d'être agréablement surpris et de voir de belles réponses sur le terrain.

@YannickD

Oui tu as raison, pour l'instant le XV de France a su faire preuve d'adaptation mais aussi d'imagination et de la rigueur nécessaire pour contrer les adversaires sur ses points forts (Italie dans une moindre mesure mais le matelas de qualités individuelles était suffisant). C'est un mieux certain dans le sens où, et je te rejoins, le jeu proposé ces dernières années était qq peu monocorde et laissait un espèce de sentiment d'issue inéluctable ce qui se vérifiât le plus souvent.
Si je fais ce retour par rapport à Ecosse c'est dans le sens où le type de challenge proposé par cette équipe risque de s'avérer sensiblement différent de celui contre Anglais ou Gallois. C'est une (petite) forme d'inconnue. Je pense que le plus simple reste d'ètre dans la possession face à ce type d'adversaire.
Le challenge est intéressant pour continuer à mobiliser les mecs.

@MARCFANXV

Il manque juste Russell pour gagner un peu de folie dans le jeu. Malheureusement, il est scotché.

@La petite Huguette

Si ça se trouve il sera là. Et puis je dirais que son absence ne nous avantage pas forcément. Hastings n'a pas bien sûr la dimension créatrice de Russel par contre qqs gages défensifs en mieux (considérant que c'est une zone qu'on investi bcp) et il se comporte essentiellement comme une courroie de transmission comparativement à Russel qui est plus joueur de duel. Ceci signifie, potentiellement plus de ballons sur les exters et c'est là où je les crains.

  • RNP
    2071 points
  • il y a 9 mois
@MARCFANXV

Je n'ai pas bcp vu joué Hastings mais Russel, dans un bon jour, est vraiment capable de te foutre le bordel dans une rush défense (cf. le match Racing-ST), à la fois, par sa capacité à gagner les duels et sa qualité de passe.

Si le rugby ne se jouait qu'avec des statistiques il y a des dimanches où ça n'a vaudrait pas la peine de rentrer sur le près.
D'abord tu respectes l'adversaire et après tu joues. On fera des stats à la fin du match c'est celles que je préfère.

Espérons déjà que les conditions météo seront meilleures que contre l’Angleterre

  • METI69
    5762 points
  • il y a 9 mois

Quelqu'un a déjà parlé du risque de la douche écossaise ou je me mouille ?

@METI69

C'est la fête à la grenouille!

Le plus gros danger pour les bleus serait de débarquer là-bas en pensant que le match est plié d'avance. Mais sur le potentiel, la forme du moment, la qualité des joueurs et l'organisation générale, je pense qu'il n'y aura pas photo. La 3ème mi-temps devrait être méritée cette fois-ci...(mais là aussi, pas de bêtise! Hein...)

  • CAL65
    3191 points
  • il y a 9 mois

Un match ne ressemble jamais à un autre ,je crois les écossais capables de se sublimer contre la France et de nous battre, ce que bien sûr je n'espère pas.Il faut que les français restent sur cette dynamique et ne décompressent pas après leur prestation aboutie contre le PdG!

L'Ecosse ne doit pas etre prise à la légère. Si pour l'instant la France est favorite ce n'est pas gagné il peut y avoir des surprises( cartons...) ce sera aussi l'occasion je l'espère, de voir d'autres joueurs, et le retour de Penaud...

loin le temps ou l'ECO gagnait le tournoi, comme avec Alan Tait meilleur marqueur du T5N en 99.
Je crois qu'il avait marqué un doublé à Paris d'ailleurs
En même temps, ils gagnent tous les 2 ans avec Flower of Scotland, chanté a capella 👍

Un titre du style "6 Nations - L'Ecosse est-elle en position de scotcher le XV de France ?" eût été plus enclin à nous faire peur avec ces maigres statistiques…

Ce qui est sûr c est qu il ne faudra pas négliger l'enthousiasme du XV du chardon, qui a tendance à piquer la tête et les chevilles qui enflent.

  • gregi
    4851 points
  • il y a 9 mois

L'écosse est un bonne équipe mais sans Finn Russell je ne les croit pas capable de déstabiliser notre défense.

Hastings (si ce n'est pas le bon nom du remplaçant de Finn dites le moi) ne m'a pas semblé très inspiré contre l'Italie avec un jeu assez prévisible et une exécution moyenne.

Reste Hogg mais qui ne pourra pas tout faire seul surtout qu'il ne me semble pas dans la forme de sa vie.

L'Écosse ne compte que 5.500.000 d'habitants et environ 25.000 licenciés, soit presque moitié moins que l'Italie (46.000 ou le Pays de Galles (42.000) et à peine plus que les Samoa (22.000). Ceci explique peu-être cela....

"La défense, c'est d'ailleurs un des points forts de l'Écosse dans cette édition 2010."
J'imagine que vous voulez dire 2020.

  • Jak3192
    58540 points
  • il y a 9 mois

Non.

Si ya problème,
c'est que tout ce que les bleus ont réalisé jusqu'à présent est vain.

Et ça me fatigue ces stats... 🙄😞

Derniers articles

News
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News