Sous l'impulsion d'un Tricolore passionné, les Lions bulgares montrent les crocs
Romain Balmisse au centre de la photo officielle des Lions bulgares.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Romain Balmisse est le sélectionneur de la Bulgarie depuis plus de deux ans. Sous ses ordres, les Lions bulgares ont remporté sept matchs sur huit.

Aussitôt le Tournoi des 6 Nations terminé, les joueurs du XV de France quitteront Marcoussis pour retourner dans leurs clubs respectifs. Mais le CNR ne sera pas vide pour autant. Du 27 au 30 mars, la sélection bulgare y effectuera en effet un stage de préparation. Ce rassemblement en France doit servir aux Lions bulgares à préparer deux rencontres importantes programmées au printemps : la réception de la Turquie et le déplacement en Andorre. La Bulgarie est engagée au sein de la Conférence 2 Sud, le quatrième échelon du Rugby Europe International Championship. Après deux journées, elle domine les débats avec des victoires probantes sur la Serbie (71 à 7) et la Bosnie-Herzégovine (3-51). 

En ligne de mire, l'accession à la Conférence 1.
 "Il reste deux matchs pour atteindre cet objectif : la réception de la Turquie le 2 mai à Sofia et un déplacement en Andorre le 16 mai prochain ; deux rencontres qui s’annoncent décisives mais excitantes !", lance le sélectionneur des Lions bulgares Romain Balmisse. Si son nom ne sonne pas très local, c'est parce que Romain est Français. Qu'est-ce qui a motivé ce professeur d'EPS, passionné et joueur de rugby à débarquer en Bulgarie ? L'envie de changer d’air, de redynamiser son métier et de vivre une nouvelle expérience, explique-t-il. "Offrir également l’opportunité à nos 2 enfants de s’enrichir sur les plans culturel, linguistique et social a été un grand leitmotiv."

La fiche d'identité de Romain Balmisse :

"Issu d’une famille passionnée de rugby, j’ai commencé le rugby au plus jeune âge au RC Mauriac dans le Cantal. Suite à une mutation professionnelle, j’ai repris le rugby à Maurs (Fédérale 3), puis à Decazeville (Fédérale 2). En parallèle, j’ai coordonné des sections sportives scolaires Rugby dans les établissements où j’ai exercés."

Il a donc postulé à l'étranger et son CV a été retenu du côté de Sofia. "Après deux bonnes semaines de réflexion, ma femme et moi avons décidé de tenter l’aventure !" Très bien accueillis sur place, Romain a rapidement eu des résultats avec le NSA Sofia : champion de Bulgarie Rugby 7s et Vice-champion national à XV en 2017. Des résultats avec le club et un investissement au lycée (création d’une école de rugby avec 80 enfants de U8 à U18) qui lui ont permis de postuler au poste de sélectionneur national. Dans un pays où le rugby n'est pas le sport numéro 1, ses responsabilités après deux ans et demi dépassent désormais largement celles d'un simple entraîneur.

Mon rôle est donc de détecter les joueurs à fort potentiel, choisir l’équipe la plus compétitive pour participer au championnat d’Europe et proposer un plan de jeu cohérent avec les forces en présence. Développer une image positive autour du rugby, dans un pays qui compte peu de licenciés, est également un enjeu important de ma mission.

Au niveau national, Romain Balmisse peut notamment compter sur une douzaine d'éléments évoluant à l'étranger dont la France (Ivailo Ivanov (15) et Kostadin Petkov (2 ou 6) à l'AS Rouen UC) et l'Angleterre. Ils apportent une expérience et un vécu rugby important à la sélection bulgare, confie le technicien français. Si le staff, où on trouve un autre Tricolore en la personne de Julien Lafitte, s'efforce de donner un cadre clair aux joueurs pour leur permettre de progresser quand ils regagnent leur club respectif, il y a encore du travail à faire pour permettre aux Lions de grimper les échelons. Au niveau national, "le niveau général est encore en dessous des standards européens." Notamment en raison d’un fonctionnement qui n’a pas évolué depuis longtemps. "Le chantier est immense en termes de promotion du rugby dans ce pays, l’accès aux écoles, l’organisation des différentes formations (arbitres, coachs, joueurs, dirigeants), ou encore la recherche de financement et de partenaires."

Mais cela n'empêche pas Romain d'avoir de l'ambition pour l'avenir. "Match après match, je constate les progrès et les garçons comprennent de mieux en mieux les attentes." En deux ans, la Bulgarie a gagné 23 places au classement World Rugby. Il aimerait désormais stabiliser la sélection à un niveau qui correspond au potentiel optimal bulgare tout en axant le travail sur les moins de 18 ans et les plus jeunes. "C’est un pays où les gens aiment le sport et où le culte du corps compte beaucoup. Les joueurs bulgares ne font pas exception à la règle, ils sont imposants physiquement et dégagent une certaine puissance. C’est donc un jeu principalement basé sur le défi physique." Il a donc fallu mettre en place un projet de jeu qui tient compte de leurs qualités naturelles tout en développant une stratégie sur le mouvement et les déplacements, analyse Romain. Mais tout cela prend du temps et comme les nations mineures, la Bulgarie manque de matchs pour se tester et progresser.

A ce titre, les Lion bulgares sont à la recherche d'une opposition idéalement Espoirs, Fédérale 1, 2 voire 3 le 28/03 entre 10h et 13h ou le 29/03 entre 11h et 15h (début du coup d'envoi).

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Article très intéressant et fort agréable à lire. Merci Nistère

  • Jak3192
    56551 points
  • il y a 4 mois

Joli tout plein cet article
C'est frais, léger, aérien, enthousiaste
👍

Et respect au passionné franco-bulgare
Bon courage pour la suite
👍👍👍

Merci au Rugbynistere pour cet article!. Cela fait vraiment chaud au coeur de voir le travail de Romain ainsi mis en avant. J'habite en Bulgarie depuis longtemps et je peux témoigner de ses extraordinaires qualités de transmission. J'étais déjà très heureux de le voir arriver au lycée français de Sofia il y a 3 ans. Mon fils a progressé de façon fulgurante. Quant à ma fille, qui n'avait aucun intérêt pour le rugby malgré son père, il lui a fallu 1 heure de jeux menés par Romain avec 3 autres enfants, pour qu'elle me dise "Papa je veux faire du rugby". Et comme l'explique assez bien l'article il a réussi à transfigurer l'équipe nationale malgré des conditions peu favorables (fédération corrompue et grabataire, emprise d'une équipe et de joueurs violents sur le championnat, ...). Bravo au Rugbynistere. Romain mériterait encore bien d'autres articles et reportages.

Pour une équipe espoir cela ferait un bon entraînement (il y a de grosses coupures dans leur championnat) et aussi une bonne action.

  • breiz93
    54988 points
  • il y a 4 mois

Euh..., les bulgares aussi sont tricolores, bon d'accord ce ne sont ni les mêmes couleurs ni le même sens, mais quand même ! 😁

  • adourAB
    5100 points
  • il y a 4 mois

Peut être plus facile de rencontrer une sélection militaire davantage disponible. Mais je ne connais pas leur niveau.

@adourAB

Pour te donner une idée, l'AS Rouen UC, ou jouent les deux Bulgares cités, évolue en Fédérale 3 !

  • adourAB
    5100 points
  • il y a 4 mois
@Noir&Blanc

Merci, mais mon commentaire était imprécis, je voulais parler du niveau de l'équipe de France militaire. Il n’y a plus les appelés de bon niveau.

@adourAB

Je pense à peu près le même !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Transferts
News
News
News