Qui a tué Richie McCaw, épisode 6 : Le Président
Ovale Masqué part à la rencontre de Mourad Boudjellal...

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Mais bordel à cul à la fin, qui a tué Richie McCaw ? Cette semaine, Ovale Masqué interroge Mourad Boudjellal, et espère en apprendre plus......
Résumé des épisodes précédents : Après sa rencontre musclée avec Craig Joubert en Afrique du Sud, Ovale Masqué s'envole pour Toulon (en avion hein, à ce jour on ne sait toujours pas s'il a vraiment des super-pouvoirs, à notre avis il se fout un peu de notre gueule) pour rencontrer Mourad Boudjellal. En effet, le président du RCT aurait rencontré Richie McCaw quelques jours avant sa disparition...

Episode 6 : Le Président

Toulon - FRANCE

Quand on s'apprête à pénétrer dans le siège du RC Toulon, on s'attend à vivre quelque chose de particulier. Dans ma tête, j'avais un peu imaginé ça comme le château du boss de fin de niveau dans Super Mario : des rivières de lave qui traversent les pièces, des boules de feu qui sortent des murs, des squelettes armés d'épées qui gardent les portes, des trappes cachées dans le sol... bref, quelque chose de baroque et grandiloquent, à la hauteur du personnage de Super-Vilain que Mourad Boudjellal s'était forgé, en bon amateur de bande dessinée. Mais une fois passé le seuil de la porte, rien de tout cela. Il s'agissait d'un bureau tout ce qu'il y a de plus normal, avec des meubles Ikea, des plantes vertes et des stagiaires, bref, tout le mobilier habituel. Finalement, c'était peut-être encore plus louche comme ça.

L'entrée de l'immeuble était gardée par deux grands baraqués. J'ai tout de suite reconnu Nicolas Jeanjean et Jacques Boussuge. Chez Mourad, tout le petit personnel était certifié JIFF. C'était sa façon de se mettre bien avec la LNR, je suppose. Pour décrocher ce rendez-vous, j'avais dans un premier temps songé à me faire passer pour un joueur étranger désireux de signer au RCT. J'avais donc pensé à me faire passer pour Adam Jones, mais mon accent gallois n'était pas au point. J'ai donc opté pour la seconde chose que Mourad ne pourrait jamais se refuser : une interview. J'avais donc produit de faux papiers pour me faire passer pour un journaliste de Var Matin. Depuis quelques mois, la section sport du journal était en quelque sorte devenue le Skyblog personnel de Mourad. Connaissant le personnage, il n'allait sûrement pas tarder à demander à se faire rémunérer pour ses piges.


J'ai donc présenté ma carte de presse aux deux anciens Brivistes au chômage, qui m'ont ensuite redirigé vers Allison, la jeune secrétaire stagiaire de 17 ans (et demi). Allison était en fait la petite amie d'Alexis Palisson, et elle avait réussi à se faire pistonner pour décrocher ce job d'été. Plus tard dans la vie, elle voulait devenir Barbara Morel : devenir célèbre sur Twitter et poster des photos d'elle et de son mec à longueur de journée sur Instagram. Une bien noble ambition. Elle m'a conduit jusqu'à l'ascenseur, et m'a dit de monter au dernier étage. C'est là que se trouvait le bureau du Big Boss.


Je pénétrais donc dans l'Antre du Démon, dans la demeure de celui qui parait-il, voulait détruire le rugby français et ses Valeurs ©. Je l'avais lu dans les commentaires Facebook d'un article du Rugbynistère, donc c'était sûrement vrai. Mais là encore, la déco me déçut. Je m'attendais à quelque chose du style Tony Montana. Je me suis retrouvé dans une chambre de post-adolescent : partout sur les murs des vieilles affiches de Rahan, le fils des âges farouches, des couvertures encadrées de la série « Lanfeust », des portraits de ses idoles : Mohammed Ali, Jacques Brel, et bien sûr lui-même, Mourad Boudjellal. Il était assis derrière son bureau, dans son accoutrement habituel t-shirt et veste noire. Il ne m'a même pas accordé un regard. Il était plongé dans la lecture du Midol, et lisait avec attention l'édito de Jacques Verdier.

- Le rugby c'était mieux avant, de mon temps gnagnagna, Mourad il est méchant blabla, l'argent c'est pas bien – ce qui m'empêche pas de mettre 20 pages de pub XXL dans mon torchon – il y a trop d'étrangers ma bonne dame, le XV de France il va mourir, les jeunes c'est des fainéants... dis donc il est en forme le Jacques, il a réussi à caser toutes ses obsessions habituelles en un seul édito, sacrée performance ! Les grandes vacances ont dû lui faire du bien, sa plume est affutée comme un ailier fidjien après les fêtes de Noël.

-Euh, oui...

-T'es qui toi ?

- Bonjour Monsieur Boudjellal. Je me présente, Hervé Lantier. Je suis journaliste à Var Matin, nous avons rendez-vous ce matin pour une interview, vous vous rappelez ?

- Plantier tu dis ? Hey, mais je te connais pas toi. On m'envoie des stagiaires maintenant ?

- Euh, je...

- Il faut que je fasse quoi, que je rachète le journal pour qu'on m'envoie des gens compétents ? Oh regarde sur Twitter, y'a Matt Giteau qui a dit qu'il s'était acheté une nouvelle poire de douche à Leroy Merlin. Vite, faut que tu fasses une brève sur le site !

- …


Pour la première fois depuis que j'avais pénétré dans la pièce, il m'a regardé, et m'a fixé droit dans les yeux. Me voyant me décomposer lentement, comme un Clermontois un jour de finale, il s'est finalement mis à sourire, et m'a donné une petite tape sur l'épaule.

- Allez je déconne le stagiaire, fais pas la gueule va. Ca fait au moins 4 jours qu'on a pas parlé de moi, donc je vais pas faire le difficile. Allez, on se met au boulot, j'ai un rendez-vous avec l'agent de Bismarck du Plessis dans une heure.

- D'accord. Bon, j'ai préparé quelques questions...

- Non, t'as pas préparé de questions. Ca marche pas comme ça. Par contre, si tu veux, moi j'ai déjà préparé mes réponses. Alors voilà, aujourd'hui j'ai envie de parler de ce gros lard de Serge Blanco, ça fait longtemps !

- Euh, oui, mais j'ai...

- Attends j'ai trouvé une bonne formule : « Serge Blanco rentrait déjà plus dans ses polos, maintenant il rentre plus dans ses frais ! ». Ah ah ! T'en dis quoi ?

- Mmmh, oui, enfin...

- Quoi ? Ouais nan t'as raison, c'est pas terrible. Qu'est-ce que tu dis de celle-là : « L'effet papillon : Quand Serge Blanco tombe à l'eau à Biarritz, Kelly Slater remporte un nouveau titre de champion du monde à Hawaï ».

- Mouais, je...

- Ah nan t'as raison c'est pourri. Je sais pas ce que j'ai en ce moment, petit coup de blues.

- Ben qu'est-ce qui va pas ?

- Je sais pas. Parfois, je me lasse un peu de tout ça. Etre Mourad Boudjellal, l'homme le plus détesté de l'Ovalie. Passer mon temps à crier au complot. C'est fatiguant ce personnage. Puis le RCT, je sais pas...

- Oui ?

- C'est plus comme avant. Avant, il y avait du challenge. Quand je suis arrivé, le club était au fond du trou. Faire venir Umaga, Gregan, Matfield et Merthens en ProD2, ça c'était bonnard ! Tout le monde se disait « il est fou, ce mec ! ». Maintenant je pourrais bien recruter Oscar Pistorius à l'aile que personne serait choqué. Ca ferait juste un Sud-Africain de plus, quoi.

- Finalement Jacques Verdier a raison, c'était mieux avant...

- Peut-être. Essayer de se maintenir en Top 14 avec une charnière Norman Jordaan – Ramiro Pez... aller chercher Jerry Collins ivre mort dans les bars pour éviter qu'il se batte avec des gangs de bikers... ça, c'était marrant ! Maintenant on est champions d'Europe, on gagne tous nos matchs et Eric Bayle passe son temps à nous la sucer à l'antenne sur Canal. On est rentrés dans le rang ! Des fois putain, je me dis même qu'on va finir par ressembler au Stade Toulousain. T'imagines Laporte qui fait constamment la gueule au bord du terrain, blasé après avoir remporté son 19ème titre en 10 ans ? Palisson qui se marie avec ma fille ? Bastareaud qui ouvre un restaurant végétarien sur la Rade ? L'horreur !

- Mais non Mourad, le RCT restera toujours un club à part, vous le savez.

- J'espère que t'as raison, Flantier. Allez je vais pas me laisser abattre. Je vais aller faire les soldes et m'acheter un ou deux Springboks, ça va me remonter le moral.

- Ou pourquoi pas un Néo-Zélandais... j'ai entendu dire que vous vous intéressiez à l'un d'eux récemment.

- Comment ça, « j'ai entendu dire » ? Un journaliste sportif qui a des infos ? Et puis quoi encore ? Te fous pas de moi.

- … enfin si ce que j'ai entendu est vrai, c'est dommage... avec ce qui lui est arrivé, il pourra plus venir. Un drame terrible. Oh ça oui.

- Hein ? De quoi tu...

- Je sais que vous avez rencontré Richie McCaw quelques semaines avant sa disparition.


Soudainement, Mourad avait perdu son assurance légendaire. Il était livide et tentait de reprendre contenance.

- Peut-être bien. Mais qu'est-ce que ça peut te foutre à toi, petit gratte-papier ?

- Rien... je trouve ça juste un peu étrange. Vous rencontrez McCaw, et pouf quelques semaines après il disparaît...

- Ah bah, oui, forcément ! Y'a un mec qui meurt, donc forcément, tout de suite on suspecte l'Arabe. Un Arabe du sud-est en plus, là c'est bonus offensif ! Vous pouvez me mettre directement en garde à vue !

- Hey, me faites pas dire ce que j'ai pas dit, je n'ai rien contre les Arabes, j'adore le couscous ! Juste que je trouve ça un peu bizarre, c'est tout...

- Et pourquoi je voudrais tuer McCaw, abruti ? J'essayais de le recruter ! Il va m'être vachement moins utile maintenant, tu crois pas ? C'est vrai que depuis Rocky Elsom et Juan Smith j'aime bien recruter des éclopés... mais un mort, faut pas déconner.

- Peut-être qu'il a dit non. Peut-être qu'il a refusé une « offre qu'il ne pouvait pas refuser ». Et vous Mourad Boudjellal, vous ne supportez pas qu'on vous dise non, pas vrai ?

- Ce que je supporte pas, c'est qu'un petit connard de pisse-copie vienne m'insulter dans mon bureau. Sécurité !

- Mourad a actionné le petit bouton rouge qui se trouvait sous son bureau. En moins de deux, Jeanjean et Boussuge ont débarqué pour me ceinturer. Je tentais tant bien que mal de me débattre, mais il était plus facile de taper sur Craig Joubert que sur deux anciens rugbymen. Après m'avoir maîtrisé, Boussuge s'est adressé à Boudjellal.

- Chef, on a appelé Var Matin. Ils connaissent pas d'Hervé Lantier. Ce mec n'est pas journaliste.

- Mais tu es qui, alors ?

- Euh... je travaille pour la FACEM !

- Très bien, puisque te refuses de parler...


Puis il y a eu un bruit sourd, puis plus rien.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

On dirait qu'elle a du mal à venir la suite...

  • juju64
    353 points
  • il y a 7 ans

Vraiment génial vivement la suite !! 🙂

Vivement la suite...

  • loky
    1161 points
  • il y a 7 ans

aller vivement la suite 😊 du grand art Ovale 🙂

"je n'ai rien contre les arabes, j'adore le couscous!" haha, postule pr les dialogues d'OSS117

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 7 ans

C'est superbe ! Vivement la suite...

  • Beb963
    25561 points
  • il y a 7 ans

Je suis étonné que les gardes du corps de MadMourad ne soit pas plutôt Bakkies et Danie.
Ça correspond plus à leurs styles...

Excellent Ovale, j'ai hâte de lire la suite ...... tout le monde prend cher c'est aussi très bien.

Jacques Verdier en prend pour son grade, mais c'est tellement vrai !
Et dire que y'a pas si longtemps que ça tu essayais de postuler au Midol 😊

Si l'on se rapporte a la derniere sceance d'interogation (si si, celle avec des argentins), ca va encore finir sous les douches en versions BDSM tout ca!

"Bastareaud qui ouvre un restaurant végétarien sur la Rade ?"
Même Mourad n'aurait pas osé l'imaginer ça ! 😊

  • okctrash
  • il y a 7 ans

Nicolas Jean-Jean et Guillaume Bousses m'ont tué !

"je n'ai rien contre les Arabes, j'adore le couscous !"
Elle était belle celle là!!
J'ose pas parler des vannes sur Serge... en tant que Bayonnais on va me taxer de racisme ou d'anti-BO-isme primaire!!
Ovale si tu l'édite en papier ton roman (ta nouvelle?) ben je l'achète direct!! (sur amazon hein je vais pas non plus me déplacer pour ça faut pas déconner!)

Derniers articles

News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News