Quand un Français monte un club en Roumanie pour aider les jeunes joueurs
Bonne ambiance à Cluj Napoca en Roumanie. / Crédit Photo : Mihai Medan
Partez à la découverte du rugby en Roumanie avec le club créé par Félix Benard, un Français expatrié à Cluj Napoca, et d'autres joueurs roumains.
Découvrez le projet de Félix Benard, un Français expatrié en Roumanie.

Comment en êtes-vous venu à habiter en Roumanie ?
J'ai connu la Roumanie lors d'un stage de fin d'études en 2008. J'ai pas mal bourlingué et suis littéralement tombé amoureux du pays. Après une licence et une année de break en Irlande, j'ai voulu reprendre mes études à l'étranger. La Roumanie s'est, du coup, imposée comme une évidence. J'ai trouvé un master en français à la fac d'économie de Cluj Napoca et j'ai fait ma rentrée 2010. Le master me laissant énormément de temps libre, j'ai décidé de me trouver un travail. J'ai trouvé un boulot dans ma branche (le marketing) et après mon master, en 2012, j'ai décidé de rester parce que, non seulement, j'ai un travail stable, j'aime ce pays, mais aussi parce que ma copine est d'ici. Étant donné les restrictions migratoires imposées aux Roumains, le retour n'était pas vraiment une option.

Faisiez-vous déjà du rugby en France ou ailleurs ?
J'ai joué plus de 12 ans au rugby. Cela a toujours été à Nantes. D'abord à l'ASPTT et puis au Stade Nantais ou, ironie du sort, l'ancien capitaine et recordman de sélection de l'équipe Roumaine, Cristian Petre, jouait jusqu'en janvier de cette année. Enfin j'ai aussi joué en Roumanie, avec des étudiants dans un club loisir non-officiel mais de manière irrégulière.

Vous avez monté une équipe de rugby en Roumanie. Pouvez-vous nous dire comment cela s'est passé ?
Le club loisirs que nous avions a rapidement atteint ses limites. On ne se voyait presque jamais en dehors. Les gens venaient et partaient comme dans un moulin et, surtout, il n'y avait pas de compétitions. L'idée a germé sur plusieurs mois et après avoir obtenu l'accord verbal de plusieurs joueurs m'assurant qu'ils rejoindraient le club officiel, on a décidé de se lancer.

Cela n'a pas été facile. Beaucoup de papiers et surtout le refus des acteurs sportifs locaux (pour raisons budgétaires notamment). Comme il était hors de question qu'on abandonne sans avoir tout essayé, j'ai cherché du côté de la fédération Roumaine de rugby. Je suis tombé sur un homme, Lorin Cantor (que je surnomme affectueusement "the man that make things happen"). Il s'avère qu'il avait été responsable du développement du Rugby en Transylvanie pendant quelques années avant de devenir manager du "Universitatea, l'équipe de Cluj Napoca (1ère Division Roumaine, professionnelle). Je l'ai contacté au culot sur internet disant qu'on était une bande Frenchies qui voulait monter une équipe et jouer dans le championnat amateur. Lorin s'est montré emballé par cette équipe et a vu l'opportunité d'en faire un projet.

Quand un Français monte un club en Roumanie pour aider les jeunes joueurs

Quel type de projet ?
L'équipe est comme une réserve pépinière. On accueille les juniors (juste passé 18 ans) pour qu'ils soient au contact du rugby "à la française". Cela leur permet de continuer le rugby et de se préparer à l'équipe pro car le problème, c'est qu'un nombre limité signe un contrat après 18 ans et comme il n'y a pas d'équipe de réserve ou de structure pour les accueillir, ils arrêtent le rugby. Les clubs peinent de plus en plus à trouver des talents pour approvisionner leurs équipes. On espère vraiment avoir la chance d'envoyer, d'ici 2 ou 3 ans, quelques juniors (ils sont près de 15) en équipe pro.

Un des avantages de notre équipe c'est d'avoir la chance de côtoyer, au quotidien, des joueurs qui ont joué avec leur équipe nationale et même en coupe du monde (2003, 2007 et 2011 pour plusieurs d'entre eux). Il y'a aussi des joueurs qui évoluent avec l'équipe nationale de Rugby à 7. Ils nous donnent plein de conseils et d'astuces au niveau physique et technique que l'on n'aurait jamais pu avoir en France.

Dans le même temps, on transmet nos valeurs, notre style de jeu ou encore le fameux "french flair" qui relance à la main sous pression dans les 22. On échange en anglais, français et roumain ce qui permet à tout le monde de s'améliorer et d'apprendre une nouvelle langue. Par exemple, l'entraîneur, Mircea Nistor ne parle que Roumain et s'est, du coup, mis à apprendre le Français notamment pour parler avec sa petite fille qui vit en France. L'autre aspect de ce projet que l'on essaye de monter est le "Summer Tour". On voudrait tourner en France/Europe cet été pour des matchs amicaux. L'objectif étant d'offrir à nos juniors un voyage hors de la Roumanie et pourquoi pas se faire repérer par un club ou de rejoindre un centre de formation.

Quid du rugby en Roumanie ?
Le rugby en Roumanie est trop sous-estimé et ne fait pas le poids face à la surpuissance du football. On parle de entre 5000 et 10000 licenciés et il n'y a que très peu de clubs. On manque de tout ici, arbitres, entraîneurs, etc. Mais l'esprit est bien là ! Les gens sont très motivés pour faire évoluer les choses dans le bon sens et pour que la Roumanie regagne sa place sur la scène européenne.

Quand un Français monte un club en Roumanie pour aider les jeunes joueurs

Néanmoins, le rugby progresse parce que beaucoup de joueurs de talent viennent jouer dans notre championnat : Petru Balan a joué des années à Biarritz, Marius Tincu à l'USAP et actuellement, il y a Valentin Ursache à l'US Oyonnax, Mihaita Lazar au CO, Mihai Macovei à Saint-Nazaire, etc. Ces joueurs, en général, sont sélectionnés en équipe nationale où ils partagent leur expérience et leur technique et puis quand la retraite se rapproche, ils reviennent jouer ici (Cristian Podea et Ionut Dimofte à Cluj ont joué à Rouen en Fédérale 1 et sont venus terminer leurs carrières à la maison) et/ou deviennent entraîneurs et partagent tout ce qu'ils ont appris. Sans oublier l'apport des joueurs étrangers. L'encadrement de l'équipe nationale compte un Français, un Gallois, etc. Plusieurs équipes comptent des joueurs Néo-zélandais (Timisoara ou Baia Mare notamment) et ces mêmes équipes ont aussi des staffs techniques d'Afrique du Sud ou d'autres nations "majeures" du rugby mondial.

La Roumanie participe au Tournoi des 6 nations B. Comment est perçue la compétition ?
Le 6 nations B prend une sacrée importance. La Roumanie reçoit le Portugal (victoire 24-0) et l'Espagne les 1er et 22 février ici à Cluj Napoca. L'équipe jouera dans le grand stade qui s'appelle la Cluj Arena et on attend des supporters de tout le pays. Ce sera mon premier match de l'équipe nationale, car d'habitude tout se passe dans la capitale à Bucarest. On espère 2 victoires, car les matchs comptent pour la qualification pour la prochaine coupe du monde. Si la Roumanie se qualifie il y a une chance qu'elle finisse dans la poule de la France (et à ce moment-là, ça promettra de sacrés moments rugbystiques).

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

En avril 1990, juste après la chute de Ceaucescu, je suis allé à Cluj avec 2 ballons de rugby Wallaby issus d'une collecte au club du RCPontoise. Trop heureux du "cadeau" j'ai été invité par un homme très sympathique et jovial qui n'était autre que Mircea Rusu, ancien 3eme ligne international de la grande époque ! Tout ça s'est fini au club housse autour d'une bonne bière ! Grand souvenir et pensées à Mircea Rusu.

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
News
News
Vidéos
News
News