Jérémie Zeitoun, ce Français qui a amené le rugby au Kosovo
Jeremie Zeitoun, le Français qui a apporté le rugby au Kosovo.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le Français Jérémie Zeitoun, co-fondateur du club de Pristina, fait partie des personnes qui ont amené le rugby au Kosovo, il nous raconte son histoire.
Jérémie Zeitoun, ce Français qui a amené le rugby au Kosovo

Le Français Jérémie Zeitoun fait partie des personnes qui ont amené le rugby au Kosovo. Il nous raconte son histoire.

Pourrais-tu nous parler des raisons qui t'ont poussé à t'expatrier au Kosovo ?

Mon départ au Kosovo s'est décidé pour des raisons professionnelles, lorsque j'ai rejoint en 2012 une ONG d'aide au développement. J'ai tout de suite consacré beaucoup de temps au rugby, tout d'abord en parallèle de mon activité professionnelle. Puis lorsque notre programme s'est progressivement développé, j'ai décidé de m'y consacrer à temps plein au début de cette année. Ceci me permet d'être sur plusieurs fronts : non seulement j'entraîne l'équipe de Pristina, mais je contribue également au développement d'autres clubs au Kosovo (à Mitrovica, à Gjilan, à Peja), à la recherche de partenaires, à la visibilité internationale... tout ce qui nous permettra d'établir une véritable Fédération, notre objectif immédiat.

Avant ton arrivée, quel était le niveau de développement de ce sport?

Le club de Pristina, dont je suis l'un des co-fondateurs, est premier club de rugby de l'Histoire récente du Kosovo. Il a vu le jour en février 2013. Quelques tentatives isolées avaient eu lieu par le passé dans la région, notamment du fait des nombreux soldats et personnels de l'ONU anglo-saxons venus au Kosovo dans l'immédiat après-guerre 1998-1999. Mais il s'agissait alors surtout d'un loisir pour "expats" plutôt que d'une réelle volonté de faire bénéficier la population locale de manière durable. Nous en sommes donc encore aux balbutiements du ballon ovale au Kosovo, mais les progrès accomplis en un peu plus d'un an sont remarquables.

As-tu senti une importante demande locale ?

Dans un premier temps, il a fallu démythifier et expliquer le rugby de manière simple et abordable pour les non-initiés. La plupart des Kosovars avaient tendance à l'assimiler au football américain par exemple. Lors d'une présentation que j'ai faite récemment à la faculté de sport, j'ai constaté que seuls 10% des étudiants connaissaient vraiment le rugby. Puis l'intérêt a rapidement augmenté, grâce aux réseaux sociaux notamment et surtout grâce à notre président, Denis Dautaj, un Kosovar ayant joué à Liverpool et au Luxembourg et qui a su donner le goût du rugby à de nombreux jeunes. Un mois après la création du club, nous étions entre 20 et 30 joueurs à chaque entraînement ! Le rugby a été adopté par les Kosovars, friands de sports de contact. Les arts martiaux sont très populaires ici, la boxe et le handball aussi. Par exemple la judokate kosovare championne du monde, Majlinda Kelmendi, est une vraie star ici. Le rugby apparaît aussi comme un sport nouveau et international, deux aspects qui aiguisent la curiosité d'une jeunesse très ouverte sur le monde extérieur.

Les Kosovars ont-ils accès via la télévision à quelques matchs des Six Nations, du Top 14, de Premiership... ?

L'exposition médiatique du rugby est quasi inexistante. Seuls quelques "expats" se pressent à l'Irish Pub de Pristina les jours de Six Nations. Pour le reste, il faut trouver des diffusions sur Internet. L'année dernière, nos jeunes ont pu rencontrer des joueurs de rugby professionnels grâce à l'ONG Sport Sans Frontières, très active au Kosovo, qui a fait venir deux joueurs du Top 14 comme ambassadeurs : Robins Tchalé-Watchou et Pierre Rabadan. Ce fut un plaisir immense pour nos joueurs, qui ont pu avoir pour la première fois une idée concrète du rugby professionnel européen.

A quelles barrières as-tu dû te heurter au début?

La barrière la plus importante, qui perdure encore, est d'ordre financier. Notre seule source de revenu pour 2013-2014 a été à ce jour une subvention de l'Ambassade de France au Kosovo. Un premier pas, mais encore largement insuffisant pour couvrir nos besoins. Dans un pays où 60 % des jeunes sont au chômage et où le taux de pauvreté frise les 30%, difficile de demander à nos joueurs de verser leur écot ! Nous sommes donc à la recherche de sponsors pour financer nos déplacements. Une grande partie du matériel a été donné par des clubs solidaires que nous remercions chaleureusement (en Irlande notamment) et aussi par Robins Tchalé-Watchou et Pierre Rabadan lors de leur séjour.

Jérémie Zeitoun, ce Français qui a amené le rugby au Kosovo

Quel est l'état des infrastructures dédiées au rugby?

Il s'agit là encore d'un obstacle majeur : l'infrastructure rugbystique est inexistante. Plus généralement, l'infrastructure sportive est déficiente au Kosovo. Après la guerre, la priorité des pouvoirs publics a été la reconstruction des bâtiments, des routes, des réseaux d'électricité, d'eau, d'évacuation. Le gouvernement a donc largement laissé la place à l'initiative privée pour les terrains de sport, il n'y a presque pas d'infrastructure publique, communale par exemple. Cela renchérit le coût du sport pour nos clubs qui doivent louer leur accès au terrain la plupart du temps, parfois à des prix prohibitifs, ou s'entraîner sur des terrains vagues.
Jean Tafernaberry (Le Rugbynistère)
Jean Tafernaberry (Le Rugbynistère)
Cet article est rédigé par Jean Tafernaberry (Le Rugbynistère), un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • HH
  • il y a 5 ans

Intéressant et très bonne remarque de Galtier .... ce n'est pas trop tendu sur le terrain entre serbes du Kosovo et kosovars? Mitrovica est dans la partie serbe du kosovo....

  • sha1966
    54779 points
  • il y a 5 ans

Encore une fois dans cette rubrique , un super article ! Bravo pour cet engagement !!
Et bravo pour le lecteur qui veux developper le rugby en Islande

article super interessant
ce jeremie a la foi
ça rafraichit l'atmosphère
je ne sais pas dans quelles conditions y sont allés chale watchou et rabadan mais c'est vraiment chouette

Super article, pour y avoir passer quelque mois en 2009 je trouve sa enorme que le rugby se devellope au kosovo, bon chance pour que le ghampionat puisse se mettre en pkace ainsi qu'une equipe nationale. et en esperant que le rugby poura enfin rassembler serbe et albaner car de ce que jai vu il ne pouvait meme pas se voir.

Bonjour,

Je joue en région parisienne, et aussi pour l'équipe d'Islande, pour laquelle je m’investis beaucoup. Si ca peut vous intéresser pour un article contactez-moi, ca nous donnerai un coup de pouce pour attirer des équipes Francaises en Islande pour des tournées et des matchs.

Rugbystiquement

Christian

sacré challenge, je suis toujours admiratif de type tels que jeremie...perso, je ne m en sentirais pas capable...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News