Djossouvi Koumiba au pays du rugby pour se ressourcer
Djossouvi Koumiba au pays du rugby pour se ressourcer.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Koumiba Djossouvi, 3e ligne aile de France Féminines, a choisi de quitter l’Hexagone pour quelques mois afin de découvrir le pays du rugby, la Nouvelle-Zélande.
Après un Grand Chelem et une belle troisième place avec l’équipe de France à la Coupe monde, Koumiba Djossouvi (32 ans, 18 sélections), 3ème ligne aile de France Féminines, a choisi de quitter l’Hexagone pour quelques mois afin de découvrir le pays du rugby. Une expérience sportive et humaine qui lui tenait à cœur.

Quand avez-vous décidé de partir en Nouvelle-Zélande ?

Je me suis décidé quelques semaines après la Coupe du monde. J'y avais pensé un temps, mais je n'avais rien de bien défini, je ne savais pas comment j'allais m'y prendre, etc. Je ne savais pas si c'était vraiment ce que je voulais, même si au fond de moi, je savais que ça me plairait énormément. Depuis deux ans, j'ai mis beaucoup de choses de côté comme beaucoup de sportifs de haut niveau et je ne regrette rien, mais après deux coupes du monde à VII et à XV, j'ai fait le point et j'avais besoin de souffler mentalement et physiquement mais aussi de soigner quelques bobos récurrents, une tendinite notamment.

De plus, j'entreprends une formation très prenante en hydrothérapie que je repousse depuis longtemps et qui débute en avril. Celle-ci m'empêchait de finir la saison. Tout cela réunit, je me suis dit que c'était peut-être la bonne saison pour partir. Une fois la décision prise, je me suis lancé à la recherche d'un club avec l'aide de Nicolas Ménard et Maroussia, des Amis. Plusieurs clubs m'ont répondu et c'était parti...

Djossouvi Koumiba au pays du rugby pour se ressourcer

Comment s'est organisé votre départ vis-à-vis de votre club notamment ?

J'ai annoncé au club de Montpellier, qui me savait en phase de réflexion, que je partais à l'étranger. Puis au staff France, par l'intermédiaire de Nathalie Janvier, pour le XV, laquelle était enchantée par la nouvelle, et à David Courteix pour le VII. Celui-ci m'a beaucoup aidé et encouragé, c'est une saison charnière pour le VII mais, sans parler pour lui, je pense qu'il a quand même compris mon choix et je l'en remercie encore. C'est d'ailleurs par son intermédiaire que j'ai pu avoir contact avec Tony Marsh (ancien international français).

Tony Marsh est votre coach personnel ?

Concrètement, je m'entraîne en salle avec lui sur Auckland avant de rejoindre le club de Christchurch mi-décembre pour jouer au Touch et au Seven.

La suite en page 2

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News