BOLIVIE : un Français au cœur d'un superbe projet avec l'organisation du Tournoi de Santiago de Machaca
Le rugby existe en Bolivie.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Jean nous donne de ses nouvelles et évoque l'organisation d'un tournoi pour les jeunes boliviens.

BOLIVIE : le beau projet humanitaire de Jean pour rassembler les enfants autour du rugbySouvenez-vous : il y a quelques mois, on faisait la rencontre de Jean Fontayne. Parti trois mois en Bolivie - le pays où il est né il y a 27 ans - ce rugbyman était rentré en France - le pays où il a grandi - animé d'une seule volonté : réaliser un projet et apporter son soutien aux jeunes du village de Santiago de Machaca. Diplômé de formation éducateur spécialisé, éducateur de jeunes enfants et titulaire d’une licence en sciences de l’éducation, Jean s'est donc battu pour enseigner le rugby dans le village et monter un tournoi de ballon ovale à Santiago de Machaca. Il raconte son aventure.

L'origine du projet 

Après deux mois d’enseignement du rugby dans les communautés de Catacora et de Santiago de Machaca, j’ai proposé aux jeunes de se rencontrer lors d’un tournoi regroupant d’autres jeunes de leur âge. Il a fallu pour cela instaurer une relation de confiance avec eux, en venant aux entraînements, en discutant avec eux de leurs parcours scolaires également. À savoir que le sport dominant ici est le football, et que les jeux plurinationaux occupaient davantage d’espace dans leur tête que le rugby.

J’ai donc proposé d’épauler les professeurs d’éducation physique en proposant des exercices physiques et techniques qui serviraient à la fois au football et au rugby. Comme des exercices de cohésion par exemple pour souder un groupe. Puis, avec l’accord des professeurs d’éducation physique, nous avons commencé à créer une sélection qui participerait au grand tournoi de rugby. Le premier dans toute la province, peut-être même dans toute la Bolivie.

Le coeur du projet

Tous les mardi et jeudi, j’étais à Santiago de Machaca, une semaine sur deux. Car l’autre semaine, j’étais à Catacora afin d’assurer une équité des cours de rugby données. Ce fut bien plus que des simples cours, car les jeunes étaient très attentifs, participaient avec envie et enthousiasme. La progression fut impressionnante. Le simple fait de faire une passe en arrière, tout en avançant, est normalement assimilé par des joueurs débutants au bout d’une demi-année. Eux, ont mis deux mois à prendre l’attitude et les gestes pour faire une passe ou pour plaquer.

Comme c’est un sport tout nouveau qui est instauré dans le village auprès des jeunes, il suscite la curiosité et à la fois l’interrogation. J’ai pu entendre à plusieurs reprises : « ça ressemble à un œuf de poule ? Mais qu’est-ce qui va sortir de la ? » Parfois même quand j’allais gonfler les ballons chez le garagiste du village, les gens, surtout les adultes, venaient poser des questions. Et je leur proposais de faire des passes, de toucher le ballon, et je leur expliquais que j’entrainais les petits tous les mardis et mercredi. Je les invitais ensuite à venir regarder l’entraînement et même à prendre part à celui-là.

Dans le fond, ce projet se servait du sport comme un support de médiation et de relation et il permettait de proposer une autre manière de voir le sport, de l’appréhender et de le comprendre. Je me souviens qu’après un des tous premiers entraînements à Catacora, les jeunes m’ont posé pleins de questions. Davantage tourné vers mes centres d’intérêt en France, et la musique que j’écoutais en France. Puis nous avons écouté de la musique et nous avons même dansé (la bachata, célèbre ici en Amérique du Sud). Ce fut un moment convivial et de partage que le rugby a pu créer et il y en a eu d’autres.

Le principal était qu’ils s’amusent avant tout, et pour cela j’avais prévu des équipements, du matériel, et en plus de tout cela, un terrain synthétique était mis à disposition sur demande.

L'organisation

Voilà comment s’est déroulé l’organisation :

  • Réservation du terrain pour le dimanche 28 ai et dès 8 heure
  • Matériel (table, serviette et gobelets) afin d’installer les récompenses ainsi que le petit-déjeuner
  • Matériel sportif prévu durant tout le long du tournoi
  • Matériel communicatif (pancartes, affiches avec scores, dessins des jeunes sur le rugby)
  • Rafraichissement prévu pour les équipes dès leur arrivée jusqu’à la fin du tournoi
  • Amplification et micro pour animer le tournoi
  • Présence d’un corps médical pour les premiers soins à donner en cas de blessures
  • Invitation et Présence des directeurs de chaque communauté
  • Mise en valeur des récompenses, trophée et médailles afin de stimuler les joueurs
  • Des arbitres officiels pour chaque match
  • Des entraîneurs pour chaque équipe

Afin de préparer au mieux ce tournoi, j’ai été invité avec mon équipe de l’association à présenter le tournoi auprès des parents lors d’une réunion parents-professeurs. C’est avec le soutien du professeur de sport que j’ai pu exposer d’une part ce que j’étais en train de réaliser avec les jeunes. Tous les parents ont pu avoir l’occasion de s’exprimer à ce moment-là, sur leur doute ou leur satisfaction à voir leurs enfants s’amuser sur le terrain et demander à jouer au rugby.

De plus, nous avons pu parler d’un éventuel partenariat franco-bolivien qui serait renforcé à ce moment-là. C’est avec l’appui du directeur de l’école primaire que le projet a été approuvé par l’ensemble des parents présents. Nous avons même pu échanger des passes avec quelques parents à l’issue de cette réunion, car ces derniers, autant que leurs enfants, sont intrigués et enthousiastes à l’idée de découvrir ce sport.

L'échange interculturel

J’aimerais parler de l’aspect interculturel qui a eu lieu lors de ce tournoi car il a été très fort et très présent au bord du terrain. Il y a un groupe de personnes qu’on appelle le conseil des familles et qui rassemble les parents des enfants de l’école primaire afin de préparer à manger pour les scolaires chaque jour. C’est ce même conseil des parents vers qui je me suis tourné afin d’exposer mon projet de partager un repas ensemble après le tournoi. Ils se sont qui occupés de préparer le fameux Aptapi, que l’on pourrait traduire par un repas partagé en commun

Ils ont déroulé une nappe en aguayo sur le sol, puis ont déversé dessus de la nourriture en abondance afin que tout un chacun puisse manger aux côtés de son voisin. Il avait été décidé que chaque parent d’enfants participant au tournoi puisse apporter de la nourriture afin de nourrir les participants du tournoi. Mission accomplie, nous avons vécu un moment intense !

Le tournoi

4 équipes étaient présentes :

  • Santiago de Machaca : section masculine
  • Santiago de Machaca : section féminine
  • Catacora (communauté voisine de Santiago de Machaca) section mixte
  • Collège franco-bolivien : section masculine

Les équipes étaient formées de 10 joueurs minimum et de deux entraineurs par équipe. Chaque équipe a disputé trois matchs et jouait sur une moitié de terrain balisée par des plots. Sur un terrain que nous appellerons terrain A, était organisé un match de façon plus pédagogique, c’est-à-dire que le jeu était arrêté avec commentaires de l’arbitre et explications au public pour qu’ils puissent comprendre les règles au fur et à mesure.

L'ambiance

J’avais envisagé avec mes collègues de faire la promotion du tournoi une semaine auparavant, et la semaine même, ce qui fut une réussite puisqu’une partie des tribunes étaient remplies. D’autre part, j’ai pensé à reproduire le même schéma de présentation des équipes que lors des jeux plurinationaux. Ainsi, chaque équipe s’est présentée, donné son nom, son capitaine et le nom des entraineurs afin d’officialiser sa participation.

Le fait que les joueurs du collège franco-bolivien arrivent en premier et qu’ils commencent à s’échauffer avec sérieux a sans doute incité les autres joueurs à s’entrainer et s’échauffer avant d’entamer ce tournoi.


Les objectifs étaient les suivants : réunir trois équipes de jeunes sur un même terrain au même moment pour un premier tournoi de rugby, attiser la curiosité du public en organisant cet évènement et partager un repas traditionnel entre joueurs et participants ainsi qu’avec les parents à la fin du match.

Il y a eu de belles surprises : des jeunes talents ont éclos lors de ce tournoi, les parents se sont pris assez vite au jeu au bord des terrains en encourageant leurs enfants et les seconds du tournoi sont ceux qui ont eu le moins d’entraînement de rugby (Catacora). Deux sections féminines ont vu le jour, dont une section mixte, le tournoi s’est déroulé sans blessure et les membres de l’association étaient présents, avec les joueurs du La Paz Rugby Club.

Conclusion

Les joueurs, parents, enfants, amis de la famille ont passé un moment convivial et agréable. Pour preuve, ils sont restés jusqu’à la fin du tournoi. La communion entre le public et les joueurs s’est faite de manière très naturelle : sans savoir les règles par cœur, les parents ont soutenu les joueurs de toute leur force. Les représentants de chaque école étaient présents pour remettre les médailles.

Une première confrontation entre tous les joueurs de section -13 ans a permis une évaluation du niveau de chacun. Les entraînements vont continuer par la suite, et vu la réussite du premier tournoi, un deuxième pourrait être organisé d’ici la fin de l’année.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News