RUGBY AMATEUR : fini la cuillère de bois, l'AS Capelaine (1ère Série) a retrouvé le sourire
Lacapelle-Biron est en demi-finale du championnat de France.
Promotion Honneur
  • Matchs joués
  • Victoires
  • Classement
  • Points marqués
  • Points encaissés

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Lacapelle-Biron dispute ce dimanche une demi-finale de championnat de France face à Parisis.

Le club de Lacapelle-Biron, qui évolue en 1ère Série, est unique. Et devrait se spécialiser dans... les montagnes russes. C'est que les saisons de l'AS Capelaine se suivent, mais ne ressemblent pas. Ou presque. En 2015/2016, l'équipe avait atteint les demi-finales du championnat de France. Performance égalée cette saison, avec une finale à atteindre dès ce week-end, face à Parisis.

Sauf qu'entre-temps, Lacapelle-Biron est montée en Promotion Honneur... Série de défaites et cuillère de bois à la clé !

RUGBY AMATEUR : les séniors de l’AS Capelaine, ces joyeux drilles qui ont fabriqué la cuillère de bois glanée en Championnat !Les Seniors n'ont rien perdu de leur humour, et sont repartis à l'aventure en 1ère Série. Un championnat qui leur convient mieux. Clément Setze était déjà l'an dernier : il répond à nos questions :

  • Présente un peu ton club à nos lecteurs !

L'AS Capelaine est un club du Périgord-Agenais (et oui, on peut encore le dire, du moins jusqu'à la fin du mois) évoluant en Première Série. Le club a fêté ses 50 ans en 2015, et on oscille sur les dix dernières années entre la Première Série et la Promotion d'Honneur avec 1 saison en Honneur en 2008-2009. Pour ce qui est de la situation géographique, le club est basé dans le petit village de Lacapelle-Biron peuplé de 430 habitants, coincé en frontière du Lot-et-Garonne et de la Dordogne.

Le club a malheureusement peu de titres accrochés à son palmarès, mais collectionne les places d'honneur et notamment un nombre incalculable de finales perdues, que ce soit en Championnat de Périgord Agenais mais aussi en Championnat de France Promotion Honneur en 2008. Mais ce qui fait la différence entre l'ASC et les autres, c'est l'âme qui se dégage de ce club, de ce village, atypique en tous points. Partout où il passe, le club laisse une bonne image, que ce soient les joueurs - enfin, pas à tous les matchs non plus (Rires) - les dirigeants, les bénévoles, mais surtout les supporters, qui impressionnent toujours nos adversaires, tant par leur nombre que par leur soutien indéfectible.

  • Après la saison compliquée de la saison passée, vous vous attendiez à vivre une nouvelle aventure jusqu'en 1/2 finale ?

Sportivement, on ne savait pas trop à quoi s'attendre. Déjà, la saison dernière qui avait fait suite à une 1/2 finale de championnat de France, on ne l'avait pas vu venir, même si on savait qu'elle ne serait pas simple. De cette saison horrible sur le plan des résultats, on a quand même réussi a en tirer du positif car malgré les défaites, on est tous restés soudés et on n'a rien lâché, record de présences aux entrainements sur la fin. C'était signe que le groupe vivait bien.

Honnêtement, cette saison, on attendait avant tout de retrouver le chemin de la victoire pour exorciser la saison précédente. On a réussi à le faire dès le premier match, et ça nous a permis de nous libérer l'esprit, et de plus se projeter sur la suite de la saison. Je pense que dans un coin de la tête, on rêvait de revivre le même parcours qu'il y a deux ans, mais on savait aussi qu'il y allait avoir beaucoup de chemin à parcourir, avec un nouvel entraineur et donc un nouveau projet de jeu à assimiler.

Notre objectif pour être franc, ce qu'on se disait entre nous c'est qu'on voulait soulever le bouclier du PA qui était le dernier de l'histoire, mais malheureusement la chance n'aura pas basculée dans notre camp en demie. On a la chance d'avoir des dirigeants qui nous laissent travailler et nous faire plaisir sans nous mettre la pression du résultat, nos objectifs, on se les ait fixés entre nous, et on s'est fait la promesse de tout donner à la fois pour nous-même, pour ceux d'entre nous qui raccrocheront les crampons juste après, et surtout pour donner de la joie à nos supporters.

  • Selon toi, pouvez-vous aller au bout ?

Pour ma part, je pense qu'on a ni plus ni moins de chances d'aller au bout que les autres, c'est très aléatoire les phases finales. Tout se joue sur un match sec, contre une équipe que tu ne connais pas, sur un terrain inconnu, avec un arbitre qui peut avoir une sensibilité différente du jeu que ceux que tu as vu toute la saison.

Je pense que pas mal d'entre nous sont revanchards de la 1/2 perdue il y a deux ans sur un coup du sort en fin de match. Cette triste expérience peut être un supplément d'âme pour certains, mais aussi un poids pour d'autre. La préparation mentale sera hyper importante, mais j'ai confiance en notre capacité à être tous présents au moment du coup d'envoi, et à tous s'encourager pour tirer le copain vers le haut. Après, si on a la chance de jouer la finale, tout pourra arriver ! Tous ceux qui en ont déjà joué une le diront, une finale, ça nivelle les différences entre les équipes. Pour la gagner, les éléments essentiels sont l'envie, le mental, et puis la chance, aussi, il ne faut pas se le cacher.

  • Vu que vous montez, qu'est-ce qui est prévu pour éviter la cuillère de bois l'an prochain (Rires) ?

On ne se projette pas vraiment là-dessus à vrai dire, car on est vraiment tous bien concentrés sur le fait de bien finir la saison en cours. C'est sûr, on se pose tous des questions sur ce nouveau championnat de Ligue Nouvelle-Aquitaine, et sur le fait de découvrir des clubs qu'on ne croise qu'en challenge ou en championnat de France. Après, bien entendu que si notre montée est confirmée, on aura à cœur de faire mieux que la dernière fois (faire pire parait bien compliqué de toute façon).

Tu sais, notre cuillère de bois, elle nous fait rire autant qu'elle nous rend fiers d'avoir surmontés cette épreuve tous ensemble ! On l'aime vraiment bien en fait ! En plus, le joueur (charpentier de métier) qui nous l'a fabriquée a vraiment fait du bon boulot car c'est vraiment un bel ouvrage qui trône désormais au milieu de nos boucliers (de finaliste, pas de champion, bien entendu). Mais une chose est sûre, c'est qu'une seule cuillère de bois nous suffit. Même si elle aura fait parler de nous, on préfère expliquer à d'autres désormais comment s'en fabriquer une.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le bon goût du rugby de terroir..

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News