XV de France. Agacé et inquiet, Olivier Magne estime que les Bleus sont à la fois responsables et victimes
Olivier Magne veut voir le XV de France gagner.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
L'ancien troisième ligne du XV de France, Olivier Magne, livre un constat sans langue de bois de l'état du rugby français actuel.

Comme beaucoup d'observateurs, avisés ou amateurs, Olivier Magne a été passablement déçu par la deuxième prestation du XV de France samedi dernier à Durban. Pour l'ancien troisième ligne international et entraîneur de l'équipe de France U20, les responsabilités de ces échecs sont multiples. Les joueurs sont bien évidemment en cause, mais il n'hésite pas via L'Equipe à pointer du doigt le comportement des dirigeants, et leur inactivité, le championnat de France ainsi que la formation. Pour lui, tout est à revoir, quitte à connaître plus de revers pour remonter la pente plus tard.

Des Bleus moins bons qu'avant

Pour y avoir participé, il sait que ces tournées estivales sont compliquées. "Tu es en fin de saison, un peu mâché, mais bon, tu dois courber l'échine et ne pas faire de promesses que tu ne peux pas tenir." Dire que l'on va montrer un autre visage et être en capacité de le faire, sont deux choses différentes. Il fait le constat général que les joueurs sont de plus en plus tournés "vers la dimension physique, l'athlétisation, ce qui est bien sûr primordial. Mais ils oublient le côté stratégique de ce jeu." Les Bleus actuels, comme les Bleuets, péchent d'un point de vue foncier mais également tactiquement et techniquement. "J'ai été très surpris par le déchet technique des joueurs et surtout leur faible compréhension du jeu".

Aujourd'hui, il est quasiment impossible d'aligner un Français dans un XV mondial. "C'est significatif". Alors les Tricolores sont-ils trop fainéants à l'entraînement ? Non, le fait est qu'ils ont accumulé trop de retard. Et ce n'est pas en passant plus de temps ensemble qu'ils pourront le rattraper. "Il faut arrêter de dire des conneries. Si tu es médiocre pendant quatre mois, tu le resteras pour les test-matches." Leurs aînés n'étaient pourtant fondamentalement pas meilleurs, mais "on nous avait rendus meilleurs", lance Magne. Savoir prendre une décision sur l'instant en pleine rencontre, "ça s'apprend dans la formation du joueur, au travers des matches, par la transmission des anciens.

"Notre système de formation n'a pas suivi"

Certes de jeunes talents pointent le bout de leur nez, mais pour un Serin, un Dupont ou un Penaud, combien de Baby Blacks seront champions du monde un jour ? "Un petit Français et un petit Néo-Zélandais, à sept ans, n'ont pas plus de qualités et défauts l'un que l'autre. Et pourtant, à dix-neuf ans, le jeune Néo-Zélandais et bien meilleur que le Français. Qu'est-ce qui amène à ça ?" Il y a des manques qui ont été clairement établis depuis des années. Et si les joueurs actuels sont responsables, Olivier Magne estiment qu'ils "sont aussi les victimes de nos dirigeants, d'un système qui n'a su évoluer". L'ancien 3e ligne a sa part de responsabilité puisqu'il en a fait partie. "J'ai l'impression de brasser du vent. Ça fait quinze ans qu'on tire la sonnette d'alarme et qu'on passe un peu pour des vieux cons.

Si une partie de la génération actuelle, produit de cette formation, est sans doute perdue malgré son investissement et celui du staff, qui lui travaille dans l’immédiateté, il y a de l'espoir pour la suivante. À condition de faire les bons choix et de prendre les mesures qui s'imposent. "Engageons-nous. Acceptons de perdre des matches maintenant pour en gagner d'autres dans la durée." Le nouveau président de la FFR. Bernard Laporte, sera-t-il l'homme de la situation ? Il l'espère. "Il faut qu'il le fasse." Olivier Magne l'invite à faire le ménage en écartant "ceux qui ne servent à rien. C'est un sport professionnel, alors mettons des professionnels avec des objectifs, une vraie pression de résutalts sur la préparation, la formation."

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Bon, c'est bien, on remet en débat la Formation corrélativement aux résultats des EDF en Af du Sud !
Chacun s'accorde à dire qu'elle dysfonctionne...
La 1ère question à se poser devrait être "Mais qu'est ce qui dysfonctionne ?"
Alors, et alors seulement, on peut y aller gaiement dans les solutions, remèdes à apporter !
Là, j'ai un peu l'impression que c'est au gré du vent, selon l'inspiration du jour, sous couvert d'expérience personnelle, parce que ça fait bien que de le dire, parce que c'est ça qui boite un peu de mon coté que l'on se prononce...Pas toujours avec le recul, la lucidité nécessaires...Et surtout sans avoir analysé quand et où ca coince dans la Chaine de Formation...
Bref, l'important n'est pas tant de formuler moults remèdes, ni-mm de compiler les signes cliniques que de diagnostiquer l'origine du mal....

Un discours semblable à ce que je répète à chaque fois..

le problème c'est pas en équipe de France qu'on va le régler mais tout en bas de l'échelle en cadet ou junior voir même avant.
L' équipe nationale est là pour faire jouer les meilleurs joueurs, si ces joueurs sont nuls l'équipe nationale n'y est pour rien.

Les bleus sont responsables de quoi? leur formation a-t-elle été bonne? si elle ne l'a pas été les joueurs ne peuvent en aucun cas être tenus pour responsables. Il faut revoir la formation française en profondeur, et commencer par former plus d'éducateurs, on travaille pas de la même façon avec un jeune de 12 ans et un jeune de 15 ans. Dans certains sports il faut un diplome pour être éducateur, en rugby il suffit d'amener son gosse le mercredi et dire qu'on a du temps libre pour diriger 20 gosses sur un tournoi le dimanche, comment peut-on former un jeune sans savoir comment s'y prendre?

Avant de penser réformer le rugby il faut savoir quelles sont les qualités nécessaires à chaque catégorie pour jouer au rugby et lesquelles sont un bonus, et j'ai jamais entendu quelqu'un en parler. Il faut aussi savoir quelles sont nos qualités naturelles et quels sont nos défauts.
Une fois qu'on aura répondu à ces questions on aura un axe de travail, et après on pourra former des éducateurs pour aller vers ce qu'on veut mettre en place

@fabien81

Actuellement la sélection des meilleurs jeunes se fait sur le même modèle qu'un concours de taureau du salon de l'agriculture. Tant qu'on privilégiera du physique par rapport au sens du jeu on évoluera pas.
D'ailleurs faut pas s'étonner si le 10 est le poste qui nous pose le plus de problème au niveau international, on sort des Basta et des Lamerat mais des Cruden ou des Ford c'est pas pour demain.

  • mounjet
    23178 points
  • il y a 3 ans
@fabien81

tu voudrais bien pas confondre le haut niveau et le derby pompertuzat-La Roumoulette? D'accord avec toi il faut revoir la formation DE HAUT NIVEAU, pas sûr qu'on doive se ronger les ongles dans mon école de rubi de village si l'edf est nulle...
Pour ce qui est des éducs diplômés, perso j'en suis, j'espère toi aussi ou que vu ton discours tu vas t'y atteler.... Même dans le Tarrrr y'a besoin de monde. Bises

@mounjet

je parle pas d'un petit club qui fait avec les moyens du bord.
Mais si on veut vraiment évoluer il faut commencer à réformer à partir des benjamins ou minimes.
C'est pas en cadet qu'un joueur doit apprendre les bases, c'est dans toutes les écoles de rugby que ça soit au Stade, au CO ou dans un petit village perdu. Si un jeune a trop retard en sortant des minimes il pourra jamais le rattraper, aussi bon soit-il.
La formation de haut niveau sert à amener les meilleurs joueurs au sommet, mais si ces meilleurs joueurs ont trop de lacunes la formation de haut niveau ne pourra rien en tirer.

On peut dire ce qu'on veut mais aujourd'hui la formation française est minable. Avec les moyens qui sont les nôtres on devrait être au niveau des meilleures équipes du monde dans chaque catégorie, et aujourd'hui on en est loin. Comment font les NZ avec leurs petits moyens pour à chaque génération sortir presque à chaque poste un joueur meilleur que chez nous?
Il n'y a que 2 réponses possible, soit en France on s'entraine très mal, soit on est génétiquement inferieurs.

Je suis moi aussi diplomé, mais pas en rugby.
Et j'arrive toujours pas à comprendre comment on peut voir des gens au bord du terrain encadrer des jeunes sans diplome. Et c'est aussi impressionnant le nombre d'éducateurs qui parlent de combat avant de parler de jeu en école de rugby

  • mounjet
    23178 points
  • il y a 3 ans
@fabien81

Euh sisi tu parles d'un petit club qui fait avec les moyens du bord puisque tu considères qu'il faut revoir de A à Z la formation...
Sisi on travaille de la même façon avec un joueur de 12 ou 15 ans, on prépare un projet de jeu adapté à l'âge et au niveau du public et avec des objectifs et des moyens et on décline. Les différences se situent dans cette adaptation et il me semble que les éducs connaissent assez bien ces problématiques.

Bon, on pourra pas être d'accord, rien de grave.

2 petites remarques cependant:
-le but d'un éduc' de quartier est de fidéliser des pratiquants pour alimenter son club, tout en participant au développement social physique et intellectuel d'un enfant. Ceux qui sont doués naturellement (physiquement, socialement, intellectuellement de façon combinée) sont repérés et si ça se passe bien intègrent une formation vers le haut niveau. Ce passage se fait fin - de 14 en intégrant les sport-et' ou en postulant 1 an après pour les pôles espoirs. Le repérage se fait hélas dans les sélections edr, véritables marchés aux bestiaux d'ailleurs. Et de cette sélection vont émerger quelques talents amenés au haut niveau. Tous les gosses qui passent ces étapes sont d'excellents joueurs de rugby et ont les bases que tu appelles de ces voeux. Mais ce n'est pas suffisant pour devenir pro voire international. Donc ne mettons pas la charrue avant les boeufs stp. Le monde amateur n'a que foutre des problèmes de l'élite... Il a du et devra se démerder seul sans compter sur sa fédé ou les clubs pro.
-Manifestement, tu fréquents assidûment les bords de pelouse, je suppose que tu as un(e) gamin(e) qui pratique. Si les clubs sont obligés de faire appel à des bénévoles non formés, c'est que peu de personnes s'impliquent pour se former. Pourquoi pas faire le pas?
Petite précision quand même, il est obligatoire pour chaque équipe d'avoir au moins un éduc' diplômé avec le niveau adéquat en bord de touche. La labellisation école de rugby très importante pour les petits clubs est fonction en particulier du nombre d'éducs diplômés. Enfin, mon club de série régionale ne propose pour les catégories EDR que des éducs diplômés... Qui savent parler autant de combat que de déplacer le ballon et jouer les intervalles (projet de club mis en place dans toutes les catégories).
T'auras compris, ami, que j'en ai un peu marre de me détroncher bénévolement toute l'année pour entendre qu'on fait tous de la merde à longueur de forums parce que fickou est pas capable d'aligner 2 passes et un coup de tatane...

  • epa
    36704 points
  • il y a 3 ans
@mounjet

Tu as raison. parfois je tente de dire que les critiques sont toujours intéressantes mais qu'il faut un peu d'humilité. Dire qu'un joueur pro est nul alors qu'on a pas réussi à se faire sélectionner dans l'équipe1 de fédérale 2, je trouve ça d'une prétention sans nom. Dire que les éducateurs sont nuls alors qu'on a jamais mis la main à la pâte, c'est pareil. C'est très différent de "j'aime et j'aime pas". La vie est pleine de "YAKAFAUKON" . Dire que sélectionner untel ou untel c'est incompréhensible alors que Bru et Noves ont non seulement plus d'expertise dans le rugby que nous tous réuni mais ont aussi les joueurs à l'entrainement plus les données GPS des déplacements, plus les résultats des tests physiques ....
Merci de passer du temps avec les gamins et ne t'inquiète pas tous ceux qui savent "mieux" vont bientôt venir de donner un coup de main..... ou pas 😉

@mounjet

j'ai dis nulle part que tu fais que de la merde, je comprends pas trop ta réaction.
Tant mieux si ton club fait ce qu'il faut pour le rugby mais sa ne concerne pas tous les clubs.
Un bénévole qui débute est par nature non formé, après c'est au club de lui payer une formation, et si il n'en a pas les moyens au comité, mais là c'est un autre débat.
Si Fickou ait pas faire 2 passes c'est pas la faute de Noves mais de tous les éducateurs qui l'ont formé entre l'école de rugby et les juniors, c'est pas à Noves de lui apprendre à faire des passes

  • mounjet
    23178 points
  • il y a 3 ans
@fabien81

la formation est gratuite... Tout éducateur qui débute se voit demander de passer au moins le brevet éduc école de rugby (12 soirs/an, + une bonne bringue à la fin).
Les passes, fickou il sait les faire, à 2000 à l'heure avec 4 mecs en pression et 15ms pour réagir c'est plus dur; c'est là le haut niveau et le fossé avec les bourrougnes comme moi.

am'en donné, faut savoir ce qu'on dit et pas enfiler les perles...

@mounjet

Tu as absolument raison Mounjet....Mais c'est tellement, tellement plus commode que de dire : "C'est la faute à l'éduc U8 !"....Un peu comme le chômage c'est la faute au chômeur !

  • Fanch
    20411 points
  • il y a 3 ans

Je suis Charly.
Ou du moins j'aurais voulu être Charly. Il a (encore) tout bon sur ce coup.

@Fanch

Comme Jacques.

  • dom666
    43942 points
  • il y a 3 ans

Engageons-nous. Acceptons de perdre des matches maintenant pour en gagner d'autres dans la durée."

Sauf que les matchs, l'EDF les perd déjà maintenant...

@dom666

Sauf qu'on les perd pour les même raisons qu'avant et qu'on change pas d'approche. La preuve, le discours de laporte pour l'anniversaire de Guirado.

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans

ah y a pas a dire, on voit bien la différence avec le "charly levrette"

  • Kad Deb
    29797 points
  • il y a 3 ans

La situation est simple : la France est la 3e nation du monde par le nombre de licenciés et la 2e plus riche après les Anglais (budget de la fédé, des clubs pro, droits TV, etc.). Or elle n'est même plus dans le Top 4 mondial. C'est peu de dire que les dirigeants du rugby français sont des incapables pétris dans l'immobilisme depuis de longues années...

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans
@Kad Deb

y a une question que je me pose depuis quelques temps, c est combien a ton de licenciés sélectionnables dans nos licenciés. j aimerais bien avoir un % par division pour me faire une idée. parce que c est bien beau d avoir tant de licenciés, mais si un tiers n est pas sélectionnable, ca fausse un peu les données.
rubinistere si vous m'entendez...

  • Iyhel
    22982 points
  • il y a 3 ans
@dusqual

On a 450000 licenciés. Tu retires 50000 dirigeants, 20000 joueuses, ça t'en laisse quand même un paquet. À titre de comparaison, les Fidji comptent 45000 licenciés, l'Écosse 38000, Galles 80000, l'Irlande 60000.

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans
@Iyhel

les fidjiens jouant en top 14 sont licenciés en france, ceux en super rugby le sont dans le pays de la province qui les accueille...
ce qui fait qu ils ne le sont pas chez eux. donc ils boostent le nombre de licenciés dans les pays d accueil, et reduisent celui des fidjis, pareil pour tous les autres.
qu on ait énorme de licenciés est lié au fait qu on ait beaucoup d clubs dans beaucoup de divisions, tout simplement.
alors je te l accorde, ca fait toujours plus qu ailleurs, mais ça ne répond pas du tout a la question.

  • Ahma
    94004 points
  • il y a 3 ans
@dusqual

Le pourcentage d'étrangers est relativement important chez les pros, sur l'ensemble du rugby français cela ne modifie pas sensiblement l'ordre de grandeur.
Même à supposer qu'il y ait plusieurs milliers d'étrangers qui jouent en France, ça laisse toujours cinq fois plus de sélectionnables qu'en Écosse.

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans
@Ahma

on est d accord, mais combien de sélectionnables en élite, parce que les sélectionnables de division honneur ou série, on a peu de chance de les voir atteindre le haut du chapeau. dans le tas certains le feront, mais un % infime.
c est en ça que ma question a un sens, le nombre de licenciés, a mes yeux est moins important que la richesse de la fédé.
de la meme maniere, notre fédé est riche, mais gère trois fois plus de clubs que la nouvelle zélande.
les chiffres c est bien beau, certains pensent meme que ca explique tout mais la plupart se contente de les énoncer comme des maximes ou des vérités, sans tenir compte des facteurs environnants, du contexte, en pointant seulement un point précis, qui nourrit leurs arguments.
un peu comme quand tu regardes les stats d un match et qu elles te disent que telle équipe aurait du gagner, sauf que c est le contraire qui est arrivé, car même dominée, l équipe a su saisir toutes les opportunités alors que l autre a cafouillé devant la ligne.

  • Ahma
    94004 points
  • il y a 3 ans
@dusqual

Pour faire simple : le nombre de pratiquants n'est pas le seul critère à prendre en compte mais il a forcément son importance, la France en a beaucoup plus que la plupart de ses rivaux ( et ce quelle que soit la façon de les compter ) donc sur ce plan elle a un avantage indéniable.

@Ahma

C'est un fait il y a plus de licenciés en France que dans la plupart des autres grandes Nations du Rugby.
C'est un fait aussi, en bout de cycle, notre Formation peine à sortir autant de jeunes joueurs que ses concurrents !
A qui ? A quoi la faute ?
Au système d'acheminement vers le haut niveau tel que calibré chez nous...Ca c'est la a réponse à quoi !
La réponse à qui ? Ce sont ceux qui entretiennent (et par la mm occasion qui en vivent) le système qui en portent l'entière responsabilité !!!

Merci Charly.

On Ecosse, on envoie 2-3 jeunes entraineurs et 2-3 jeunes joueurs (Russel la fait)prometteurs en NZ pendant 6 mois. Mais bon, ils parlent anglais.

@Adderdabadder

Honnêtement, de plus en plus de jeunes en France sinon parlent du moins sont sensibilisés à l'anglais par les séries, la musique, les films etc. Je suis d'accord avec toi, les Espoirs par exemple devraient passer une demi saison dans un pays de l'Hemisphère Sud (Sud Af, Argentine, NZ, Australie, même Japon) ne serait-ce que pour voir autre chose.

Et il en va de même pour nos formateurs, si on ne les envoie pas au plus tôt à l'autre bout du monde (notamment chez les jeunes) faudra pas qu'ils se plaignent qu'on recrute des formateurs étrangers à terme.

Charly a ete un de mes joueurs preferés pendant des annees et je suis content d'entendre ses commnetaires qui sonnet tres justes

heureusement qu'il y a encore des gars comme ca dans le rugby pour tenir un peu la barraque

Bof Bof. Autant je suis d'accord sur le fond avec lui, autant je trouve qu'il soulève plus de problèmes qu'il n'apporte de solution concrète.

S'il a les bonnes solutions, qu'il les propose à BL (s'il l'a pas déjà fait) et surtout qu'il nous les expose... En attendant il est pour moi comme tous les amoureux du XV de France, il critiques (a raison) sans rien apporter.

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans
@Puchpuch

beh il a peut etre pas envie de faire le boulot pour lequels d autres sont payés...

J'ai lu cette interview. C'est bien que les anciens (surtout ceux qui ont gagné) sortent du bois pour que le rugby français progresse.
Mais il ne cite pas de noms, et ne pointe pas ceux qui faisaient partie du sérail et n'ont fait que recruter de l'étranger il y a plusieurs années. Les Toulonnais notamment ont causé un dérèglement du marché, une surenchère. On n'en est toujours pas sorti.
Il faut baisser les salaires, retourner aux bases du rugby pro. Comme il le dit, comment un jeune peut-il avoir faim quand il est aussi gâté ? Les néo-z ne se forment pas dans une telle opulence.

  • dusqual
    31803 points
  • il y a 3 ans
@artillon

oui c est encore quelque chose qui se règlerait si on etait en ligue fermée, sans descente.
les salaires augmentent par les surencheres auxquelles se livrent les agents.
si un club mise sur la formation, ce qui est impossible dans la configuration actuelle, il pourra prétendre a moyen terme, sans avoir a payer des salaires de branques.
sauf que le spectre de la descente l oblige a maitriser son cycle en cours pour ne pas aller a l accident financier.
d autre part, le nombre de jiff pouvant prétendre a l edf etant plutot faible, leur salaire va exploser comme ce fut le cas de yacouba camara par exemple. et comme on peut pas vraiment miser sur la formation, ce nombre risque de rester stable...

  • ced
    100168 points
  • il y a 3 ans
@artillon

je te rejoins sur le point qu'avec les salaires qu'ils touchent certains se contentent de gérer leurs carrières, le meilleur exemple ... Ibanez
mais je suis pas non plus convaincu qu'en baissant les salaires on s'en sorte mieux

  • benny
    15373 points
  • il y a 3 ans

Si on importait une portée d'entraineur néo zed , on les fait adopter par les ecoles de rugby et ils s'amusent avec les gamins. Ca permetra un development du jeune dans la joie et l'amour du ballon ovale et l'entraineur néozed aura un toit rempli d'amour

trop de cacochymes à tous les niveaux dans les deux institutions. Un jeu quasiment ccès sur le bourrin. Même chez les minots un gros gabarit sera toujours préféré à un petit (pourtant très technique et bien meilleur rugbyman (c'est du vécu). Le petit NZ passe très souvent par le VII avant le VX ou le XIII il y apprend beaucoup de skills mais aussi et surtout de jouer l'évitement.

@Tartignol

En NZ il y a aussi un systeme tres interessant qui fait que les jeunes sont classes par categorie de poids et non d'age. Donc a physique egal, c'est la technique individuelle qui fait la difference, contrairement a chez nous ou des le plus jeune age on donne la balle au gros et on le regarde marcher sur ces adversaires.
Je pense aussi que developper le VII particulierement chez les jeunes est une piste interessante pour developper les capacites physiques et la vision de jeu, sans faire du rentre dedans et des petits tas non-stop. C'est aussi un sport accessible au college et lycee alors qu'aucun prof d'EPS ne fera faire du rugby a 15 a ses eleves.

  • Iyhel
    22982 points
  • il y a 3 ans
@Silkerin

Du XV non mais du Touch oui, c'est quand même assez courant - en tout cas ça l'était il y a 20-25 ans et ma fille en primaire a déjà eu l'occasion d'en faire aussi. Après ça reste beaucoup plus marginal que le foot, le hand et le basket.

  • Ahma
    94004 points
  • il y a 3 ans
@Silkerin

Si je ne m'abuse les jeunes sont par catégories de poids ET d'âge, ce qui nécessite une très grosse densité de jeunes pratiquants, ce n'est probablement pas transposable ailleurs. Même en Nouvelle-Zélande il me semble qu'ils ne peuvent appliquer ce système que dans certaines zones ( lequel système a apparemment été mis en place pour rassurer les parents inquiets à cause des gabarits hors-norme des jeunes Polynésiens ).

  • Kad Deb
    29797 points
  • il y a 3 ans
@Silkerin

Tout-à-fait. Mais si on en parle à des dirigeants de clubs ou de comités, on a droit à des haussements d'épaules ou des sourires condescendants.
Pour beaucoup, il est préférable de voir ses chers petits gagner le tournoi du dimanche, peu importe comment. La technique et la tactique, on verra ça plus tard...

Regardez les entraineurs de Top 14 aujourd'hui. Que des anciens joueurs ou presque. Donc systeme tres ferme avec des personnes qui appliquent les recettes qu'ils connaissent le mieux, mais qui ont 15, 20 ans. Il me parait necessaire d'avoir une nouvelle vague d'entraineurs avec une idee plus moderne du rugby et arreter avec les copinages et recompenses d'anciennes goires qui n'apportent pas grand chose et que l'on voit a tous les niveaux en serie comme en Top 14. On a trop d'entraineurs qui pensent qu'un bon discours et des coups de casques vont permettre a un joueur de courir plus vite, mieux voir le jeu et faire les bons choix. Il faut commencer par former une nouvelle generation de coach avant de former une nouvelle generation de joueurs.

  • Ahma
    94004 points
  • il y a 3 ans
@Silkerin

La différence entre ces traditions que tu décris en France et le système néo-zélandais me frappe depuis longtemps : ils sont capables de confier leur équipe nationale à un Graham Henry, qui n'est pas un ancien joueur de haut niveau mais un coach formé dans le rugby scolaire. Le rugby français de haut niveau, qui ne connaît pas ce type de filière, se prive probablement de certains talents potentiels de techniciens.

@Silkerin

Tu peux être un ancien avec des idées d'actualité. Regarde ce qu'a fait l'entraîneur de Grenoble, ancien international, il a pris une année pour voyager et voir ce qu'il se fait de bien à l'étranger. Galthié connait bien l'Argentine. Collazo la NZ. Le problème n'est pas la qualité de la personne mais sa compétence. Les entraîneurs français par ailleurs enregistrent de bons résultats avec leurs clubs. Le pb c'est la formation parce que la formation d'un jeune ne porte ses fruits que dix ans après. Donc si n a commencé à se réveiller il y a même cinq ans (et c'est fort probable que ce soit après), on a entre 5 et 10 ans de vache maigre devant nous.

Tout à fait d'accord avec lui. Ce qui signifie que trop de pseudo-techniciens nous vendent leur science dans de trop nombreux clubs alors qu'ils ne servent à rien, si ce n'est de parler, parler et encore parler en se faisant passer pour ce qu'ils ne sont pas. L'objectif d'un entraîneur ( tout comme la majorité des joueurs français d'ailleurs ) est d'être bon, non pas pour faire évoluer le rugby mais pour décrocher un bon contrat. On touche le fond aujourd'hui et il faut arrêter de voir s'embourgeoiser notre rugby. Revenons aux bases et ce qui faisait notre force, cette volonté de jouer et non pas de vouloir ressembler aux autres nations. Croisons les doigts pour que cesse le massacre et cette mascarade de rugby qui nous ronge depuis déjà trop longtemps.

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News