XIII : plus fort que le All Star Game, qu'est-ce que le State of Origin ?
XIII : plus fort que le All Star Game, qu'est-ce que le State of Origin ? Crédit photo : Instagram @NRL

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Ce mercredi, l'édition 2019 du State of Origin débute avec un premier duel entre les Queensland Maroons et les New South Wales Blues.

On parle souvent de "La Mecque" du rugby à XIII, mais au fait, en quoi consiste l'événement, très populaire en Australie puisqu'il est l'événement sportif le plus suivi à la télévision ?

Les origines

Ce duel en deux matchs gagnants trouve son origine et son appellation officielle en 1980, mais les deux équipes se sont affrontées tout au long du 20e siècle. Il est un peu l'équivalent du All Star Game en NBA, mais n'oppose pas l'est et l'ouest : en Australie, les Queensland Maroons défient les New South Wales Blues. Soit l'état du Queensland (et sa capitale, Brisbane) contre l'état de la Nouvelle-Galles du Sud (et sa capitale, Sydney).

Autre différence par rapport à la NBA : un joueur évoluant aux Rabbitohs de Sydney peut très bien défendre les couleurs des Maroons. Sa sélection n'est en fait pas basée sur son équipe actuelle, mais sur l'état dans lequel il a effectué ses débuts professionnels. Et les Maroons, comme les Blues, ne sont pas ouverts aux joueurs étrangers, à moins que ces derniers soient sélectionnables pour jouer avec les Kangaroos, l'équipe nationale.

Le palmarès

Avec 21 séries remportées, le Queensland devance la Nouvelle-Galles du Sud, victorieuse à seulement 14 reprises. En tout, les Maroons ont gagné 61 matchs, contre 51 pour leurs rivaux historiques (pour deux matchs nuls). En 1999 et 2002, les deux équipes se sont d'ailleurs retrouvées à égalité sur l'ensemble des trois matchs (une victoire, une défaite, un nul)... et c'est finalement le Queensland qui l'avait remporté, le règlement stipulant que le trophée revenait au tenant du titre.

Voir cette publication sur Instagram

Tale of Tape ? #Origin

Une publication partagée par NRL (@nrl) le

Aujourd'hui, cette règle a évolué : en cas d'égalité sur le dernier match, un golden point a été mis en place.

L'an dernier

Depuis 2006, le Queensland n'a laissé le State of Origin qu'à... deux reprises aux Blues. Dont l'édition de l'an passé, où les Blues ont remporté les deux premières rencontres (22-12 ; 18-14) dans le sillage d'un excellent James Tedesco. Les Maroons avaient sauvé l'honneur lors du dernier match (18-12) avec un doublé de Valentine Holmes, qui évolue désormais en NFL.

Les équipes

Le légendaire Greg Inglis a raccroché, et n'est plus là. Idem pour les anciens, de Cameron Smith à Jonathan Thurston en passant par Darius Boyd ou Billy Slater. On l'a dit, Holmes est parti découvrir le football américain. Mais les Maroons peuvent compter sur Kalyn Ponga, sensation de ces dernières saisons. En face, les Blues sont au complet, dans le sillage de Tedesco, Mitchell, Addo-Carr ou du capitaine, Boyd Cordner.

Boycott de l'hymne national

Si les Wallabies ont récemment rendu hommage à la culture indigène en dévoilant leur nouveau maillot, la place des Native Australians, comme les aborigènes, est un vrai sujet de société dans l'état-continent. Ainsi, quatre joueurs d'origine aborigènes (seulement 5% de la population actuelle) ont choisi de rester silencieux pendant l'hymne australien, chanté avant le coup d'envoi du State of Origin.

« Ce chant ne nous représente pas, » a expliqué Will Chambers, qui porte le maillot du Queensland.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le State Of Origin c'est super, c'est beaucoup plus fort que les All-Star Games car il y a une vraie rivalité qui s'est créée entre les 2 sélections.

Il faut dire que ce match est probablement de plus haut niveau que n'importe quelle rencontre internationale à XIII (cela est du au fait que l'Australie est vraiment au dessus des autres sélections, ce qui n'empêche pas les NZ et dans une moindre mesure les Anglais de rivaliser).

Je conseille vraiment aux gens que le XIII intéresse d'essayer de voir ces matchs ou leur rediffusion, c'est en général un super évènement en termes d'enjeu et de jeu proposé.

Pour le côté plus sociologique du truc, il faut avoir en tête que le XIII en Australie est vraiment un truc de Sydney (la Ligue est composée de 10 franchises de Sydney, 3 du Queensland, 1 à Canberra, 1 à Melbourne et 1 en Nouvelle-Zélande).
Donc le réservoir de talents est plutot du côté des NSW Blues, certains journalistes le disent, ils ont l'équipe qui compte les joueurs les plus talentueux, par contre les Maroons gagnent plus souvent ces dernières années grace à un mental et une cohésion impressionnante.

@Ahma Une remise en cause de l'hymne australien qui ne prend pas en compte les aborigènes, encore un pas vers peu être une meilleure reconnaissance en terme symbolique ? Comme quoi le symbolique a énormément de valeur surtout pour les minorités ! 😉

@coupdecasque

Comme le dit Ahma, tu ne peux pas comparer les deux actions qui n'ont rien à voir. Dans un cas tu as une entité qui réalise une action au nom (sur le dos) d'une minorité sans que l'on entende l'avis de cette minorité, dans l'autre tu as cette minorité qui s'exprime de façon claire et distincte. Que les deux actions soient des symboles ne fait en rien qu'accepter la seconde légitime la première, ou inversement que rejeter la première invalide la seconde.

C'est comme si mon employeur déclarait qu'il distribue des bonbons à ses employés et organise des ateliers maquillages pour lutter contre le mal-être au travail (que personne ne rigole, c'est réellement le cas) et que tu considérais que c'est une action positive pour les employés puisque c'est symbolique même si c'est minime et que la situation globale est compliquée. Et que le jour où je vais manifester de façon symbolique contre mon employeur tu m'expliquais que puisque j'accorde de la valeur à ce symbole de la manifestation, cela démontrer que l'action bonbon de mon entreprise est positive puisque c'est un symbole aussi. En effet c'est un symbole aussi, mais cela ne l'empêche pas d'être un symbole hypocrite et inefficace (en plus d'être de la grosse merde).

@Team Viscères

Alors je sais que l'article du rybinistère ne le mentionnait pas mais le maillot a été dessiné par un artiste aborigène donc oui il y a l'avis de la minorité et si cela n'avait pas été le cas les même associations qui mobilisent les aborigènes auraient protestées.

Le fait de protester contre quelque chose montre que la communauté aborigène s'exprime et donc qu'elle a conscience de son rôle et de son devoir de militer. Dans l'article sur le maillot j'évoquais la place nouvelle et le renouvellement des sources concernant les aborigènes, c'est aussi ce genre de renversement qui permet à des joueurs de se constituer en tant que communauté. Toutes les protestations de minorités commencent par la conscience de soit, de sa culture et de sa connaissance etc. L'Etat australien donne des subventions pour développer la recherche historique sur les aborigènes et cela ne peut être ignoré.

Pour l'exemple de ton entreprise ce n'est pas la même chose, ton entreprise en distribuant des bonbons contre le mal-être ne lutte pas en effet contre ce mal-être car la seule façon serait de diminuer les heures de travail, augmenter les salaires, améliorer les conditions de travail (par exemple si tu es prof avoir moins d'élèves t'évites beaucoup de soucis).

Si je reprend ton analogie c'est plutôt comme si ton entreprise finançait des historiens pour mettre en valeur l'histoire forte des luttes sociales. Dans ce cas là l'Entreprise dont le but est de gagner de l'argent subventionnerait quelque chose qui lui est contraire idéologiquement car cela encouragerait les ouvriers à se voir comme une classe au sens marxiste. Ainsi cela encouragerait les ouvriers à faire grève car il comprendrait que tous les avantages acquis (par exemple durant 1936) l'ont été par une grève générale, illimité. Le rapport de force changerait.

Pour en revenir à la minorité aborigène, l'Australie lui a donné le statut de minorité, c'est à dire un statut qui donne des droits en plus de façon à essayer de protéger les survivants. L'histoire permet de cultiver cette culture aborigène et de faire comprendre aux aborigènes leurs droits et surtout d'où vient ce droit (en gros parce qu'ils étaient là avant tous les colons). Donc s'il y a un problème aborigène, notamment sociale de nos jours, il est très facile de parler d’hypocrisie juste parce que l'Australie n'arrive pas à intégrer parfaitement les aborigènes. De ce que j'ai compris les aborigènes du nord sont plutôt autonomes depuis qu'ils ont récupéré leurs terres mais ceux de la côte et des villes ont besoins de terre.

Pour conclure ce n'est pas parce qu'il existe encore de nombreux problèmes qu'on ne peut saluer les efforts de l'Etat pour l'endiguer. Donner aux aborigènes la place qu'il mérite à pour effet de les voir revendiquer la place qui leur appartient dans tous les symboles du pays (que ce soit le maillot ou dans l'hymne national).

PS: C'est discriminant de faire un atelier maquillage en plus d'être con non ?

  • Ahma
    95257 points
  • il y a 1 an
@Team Viscères

Tu éludes la question essentielle : ça te va bien le maquillage ?

@Ahma

Ce n'est pas dans mon service, on n'est pas assez maltraités pour obtenir des bonbons. Mais il y a un point discrimination à traiter, l'atelier maquillage était réservé aux femmes. J'alerte immédiatement les organisations syndicales.

  • Ahma
    95257 points
  • il y a 1 an
@coupdecasque

Un hommage hypocrite des autorités sous forme de symbole, je n'achète pas.
Le rejet d'un symbole par une population, qui peut déboucher sur une mobilisation concrète et de vraies luttes, c'est différent.

@Ahma

Si l'Australie décidait d'intégrer des paroles en aborigène comme c'est le cas en Afrique du sud ou même au Pays de Galle où certaines paroles sont en gaélique (si je ne dis pas de bêtise), tu n'achèterais pas non plus ?

Tu ne peux pas à chaque fois qu'il y a une avancée dire que c'est hypocrite, la société australienne a tellement nié l'existence des aborigènes qu'elle ne peut pas tout faire tout de suite non ?
La faire rentrer dans sa culture actuelle, lui redonner la place qu'elle aurait dû avoir de puis toujours dans l'Histoire du pays c'est déjà un commencement non ? La lutte légale qui permet aujourd'hui de redonner des terres aux aborigènes qui leur appartient depuis toujours c'est déjà un commencement non ?

Evidemment ça ne sera jamais parfait mais si la situation sociale des aborigène est ce qu'elle est aujourd'hui, leur donner plus de visibilité n'est pas leur donner plus de légitimité ? Les reconnaître en tant que minorité n'est-il pas une bonne façon de leur redonner de plus en plus du pouvoir ?

@coupdecasque

"Si l'Australie décidait d'intégrer des paroles en aborigène comme c'est le cas en Afrique du sud ou même au Pays de Galle où certaines paroles sont en gaélique (si je ne dis pas de bêtise), tu n'achèterais pas non plus ?"

Si la minorité discriminée n'achète pas, non je n'achète pas non plus. Si elle est satisfaite, je suis content pour eux. S'ils n'expriment ni accord ni désaccord je me contente de mon avis personnel, tout limité et conditionné par ma vision pessimiste qu'il soit.

Mais en aucun cas introduire un couplet dans une langue ne peut être factuellement positif ou négatif. Il n'existe pas de grande règle universelle décidant de quelle action est positive ou négative, tout dépend du contexte historique et social local. Une mesure bien acceptée par une minorité dans un pays ne le sera pas forcément dans un autre pays, parce que les situations passées et actuelles de ces minorités ne sont pas les mêmes.
Un acte symbolique peut-être acceptée comme la promesse d'une véritable réconciliation quand elle s'inscrit dans une démarche globale, tout comme il peut être vécu comme un affront quand elle vient s'ajouter à d'autres actes symboliques qui n'ont jamais été suivis d'effets. Décider qu'un acte est un commencement, c'est autant partial que de dire que c'est hypocrite et ne sera suivi de rien. Dans 10 ans on pourra peut-être dire que c'était le début d'un changement (et je l'espère pour eux), mais aujourd'hui rien ne permet de l'affirmer. C'est juste toi qui extrapole la suite des choses en y collant ta version optimiste des choses, tout comme nous l'extrapolons en y collant notre vision pessimiste.

@Team Viscères

Ah, tu reconnais que ton avis est pessimiste, c'est normal de toujours en vouloir plus pour les intégrer mais ça n’empêche pas de voir le positif non plus tu ne crois pas ?

Sur l'hymne ils disent que cela ne les représente pas donc c'est bien qu'ils veulent être représenté dans cet hymne comme c'est le cas ailleurs.

Nous sommes bien d'accord sur les actes symboliques, mais pourquoi refuser à l'Australie une démarche qui dans les faits démontre sa volonté de réconciliation et de "régler" le problème sociale des aborigènes ?

Et bien justement non je ne crois pas que j'extrapole. Il me semble que nous pouvons essayer de voir une dynamique de la part de l'Etat Australien. Cette dynamique qui a engendré toutes les avancées pour les aborigènes et qui a toujours commencée par un petit pas puis sur un recentrage sur la culture aborigène. C'est le grand pas de la reconnaissance historique des faits et de la culture aborigène comme n'étant pas seulement pour les aborigènes ou folklorique mais étant une partie essentielle de l'Histoire de tous les australiens qui me fait dire que cette dynamique est positive.

La version négative des choses est pour moi trop facile et je répéterais toujours que l'Histoire à son utilité dans l'affaire car c'est en faisant de l'Histoire que les aborigènes ont récupéré les terres de leurs ancêtres tout comme les juifs en leur temps ont récupéré des biens spolié par les nazis.

La comparaison avec les autres cas et le contexte d'aujourd'hui, tout semble me dire que c'est une dynamique positive commencée il y a plusieurs dizaines d'années, évidement qu'il faudra faire le bilan régulièrement mais tous ces symboles sont pour moi le début d'une courbe positive.

Arrêtez moi si je dis des bêtises, mais il me semble que le critère de sélection repose plus sur l'état où les joueurs ont grandi et joué leurs années junior que leurs premiers matchs pro. Par exemple Inglis n'a jamais joué en pro dans le Queensland, il a commencé au Storm.

  • Ahma
    95257 points
  • il y a 1 an
@Imblairable Connord

Ni junior, ni pro : le premier match en senior.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Blog
News
Ecrit par vous !
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News