Top 14 : Quels sont les plus gros flops du recrutement pour la saison 2018/2019 ?
Top 14 : Quels sont les plus gros flops du recrutement pour la saison 2019/2020 ?
Comme chaque année, l'intersaison est l'occasion de revenir sur les Tops et les Flops du mercato. On commence par les mauvaises pioches.

Vous en avez désormais l'habitude : alors que les rugbymen amateurs profitent de l'été pour enchaîner les barbecues et les Touch sur la plage, l'intersaison est l'occasion de faire un bilan. Si 2018/2019 a trouvé pour conclusion le 20e sacre du Stade Toulousain, on s'intéresse aujourd'hui au mercato, avec notre traditionnel Top/Flop. 

A mi-saison, l'équipe avait déjà réalisé un Top 5 des pires recrues.

TOP 14 : à mi-saison, qui sont les pires recrues en 2018/2019 ?TOP 14 : à mi-saison, qui sont les pires recrues en 2018/2019 ?Parmi ce premier Top 5, seul Semi Radradra a relevé la tête, avec une seconde partie de saison plus en adéquation avec son statut de recrue star de l'UBB. Allez, c'est parti pour le bilan :

1/ Johan Goosen (Cheetahs > Montpellier)

  • 17 matchs (dont 13 de Top 14)

Le pari était risqué. Et l'arrivée du Springbok - élu meilleur joueur du Top 14 en 2015/2016 - était forcément la plus attendue. Rappel des faits : le premier passage de Goosen dans l'Hexagone s'était terminé du jour au lendemain avec une vraie/fausse retraite du joueur, devenu commercial en Afrique du Sud. Seulement, le 3/4 polyvalent a bien fini par rechausser les crampons. D'abord avec les Cheetahs, puis avec Montpellier.

Le bilan final est très pauvre, et c'est presque logiquement que Goosen n'a pas retrouvé son niveau initial malgré quelques promesses en début de saison. D'abord aligné à l'arrière pour la 1ère journée, le Sud-Af' a surtout enchaîné à l'ouverture, avec deux passages par le centre. Mais il a été touché par les blessures, et la superbe remontada du MHR en fin de saison s'est faite sans lui. Preuve qu'il n'était pas indispensable.

2/ Julian Savea (Hurricanes > RCT)

  • 22 matchs (dont 17 de Top 14)

Là aussi, beaucoup d'attentes. Mais là aussi, un flop finalement logique, au regard des performances de Savea depuis 2015. Plus titulaire avec les Hurricanes, mis à l'écart chez les All Blacks, fallait-il vraiment s'attendre à des étincelles de sa part sur la Rade ? Non, si on prend en compte sa forme, mais oui, quand on possède un CV aussi important. C'est pourquoi le Kiwi occupe la deuxième place.

Fantômatique sur l'aile, Savea n'a pas été aidé par un collectif pas vraiment capable de le mettre correctement sur orbite. Il n'empêche, Savea a déçu, même si son repositionnement au centre pourrait être une belle option en vue de la saison prochaine. Car oui, Savea sera là : Mourad Boudjellal n'est pas allé au bout de sa volonté de lui faire quitter le RCT.

3/ Dominic Bird (Chiefs > Racing 92)

  • 28 matchs (dont 22 de Top 14)

Un autre All Black sur le podium. Comme quoi... Le retrouver dans le Top 3 des flops peut paraître sévère, pour un joueur qui se sera finalement plus ou moins imposé avec le Racing 92. Et il convient de rappeler que le 2e ligne n'a jamais été un cador en Nouvelle-Zélande, avec seulement deux sélections en 2013 (face au Japon) et en 2014 (contre l'Ecosse). Mais Bird n'a pas vraiment convaincu sous le maillot francilien, où Ryan, Nakarawa et Palu ont mis en évidence leur supériorité.

Le club n'a recruté personne à ce poste pour la saison prochaine. Sûrement mieux intégré, Bird pourrait faire oublier ses premiers pas difficiles dans l'Hexagone. Côté racingman, Fabien Sanconnie a également un peu déçu, ne réussissant pas à s'imposer.

4/ Eto Nabuli (Reds > UBB)

  • 15 matchs (dont 14 de Top 14)

Eto Nabuli, Seta Tamanivalu, George Tilsley... Si l'UBB a une nouvelle fois raté le train des phases finales, c'est en partie parce que ses recrues de la ligne de 3/4 ne se sont pas montrées au niveau. A eux trois, ils comptabilisent seulement huit essais. On est bien loin de leur rendement des saisons précédentes. Fidjien d'origine mais international avec les Wallabies, Eto Nabuli est arrivé à Bordeaux avec une jolie réputation suite à de superbes saisons sous le maillot des Reds.

Las, il n'a jamais "cassé la barraque" avec les Girondins, récoltant plus de cartons jaunes (2) que d'essais marqués (1)... Résultat, c'est sans grosse surprise qu'il n'a même pas été conservé, à l'instar de Tilsley qui jouera à l'USAP l'an prochain. Seul Tamanivalu aura l'occasion de redorer son blason.

5/ La malchance toulousaine

Dire que la saison du Stade Toulousain est réussie est un euphémisme. Pourtant, le mercato estival du Stade Toulousain n'a pas forcément été convaincant : seul Alban Placines a réussi à s'imposer dans la rotation, même si l'ancien Biarrot n'a pas joué les phases finales du Top 14 ou de la Champions Cup. Pierre Gayraud (4 matchs) et Théo Belan (3 matchs), arrivés à la fin du marché des transferts, n'ont pas su s'imposer. Au centre pour ce dernier, il y avait pourtant une carte à jouer avec les blessures longue durée de Maxime Mermoz (14 matchs) et Pierre Fouyssac (3 matchs)...

Sans oublier le joker médical Sam Matavesi, arrivé presque pour rien (72 minutes jouées), même si un autre joker, Richie Arnold, s'est lui imposé dans le collectif rouge et noir.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Ada74
    1345 points
  • il y a 4 ans

Mermoz a toujours été un flop, je vois pas comment Toulouse a pu le recruter ... Au RCT il jouait même pas les matchs clés (ah si ... et le seul joué, il a donné le match à l'adversaire).

Derniers articles

News
News
Transferts
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
Amateur