TOP 14 : le Top 10 des déceptions de la saison 2016/2017
Ian Madigan a déçu sous le maillot de l'UBB.
Découvrez le classement des dix joueurs qui nous ont le plus déçus cette saison, et votez votre plus grosse déception.
Alexandre DUMOULIN (MHR – 18 matchs, 18 titularisations) :

C’est un peu le même refrain chaque année. C’est une déception, car lorsque le centre montpelliérain joue, il est souvent bon. La paire de centre qu’il formait avec François Steyn faisait saliver et avait de la gueule. Malheureusement pour lui et pour nous, il se blesse relativement souvent (et à chaque fois sur une longue période !). Même quand il joue, il ne finit pas beaucoup de match et sort à cause de petits pépins… Espérons pour celui qui aura 28 ans en août prochain qu’il arrivera, enfin, à réaliser une saison complète l’année prochaine. Car mine de rien, les joueurs techniques, puissants et solides en défense comme lui ne sont pas légions en France.

Hugo Bonneval (SFP - 27 matchs, 25 titularisations) :

On a hésité entre Pascal Papé et Hugo Bonneval dans ce Top 10. D'un côté, le 2e-ligne international mettait un terme à sa carrière, et n'a pas franchement cassé la baraque, se faisant plutôt remarquer par son indiscipline ou sa simulation ridicule en Challenge Cup. Mais l'ancien capitaine des Bleus était sur la fin, et il a eu le mérite de jouer un rôle dans la rebéllion de son club suite à l'épisode de la fusion. S'il a très vite signé à Toulon, son coéquipier Hugo Bonneval a pourtant symbolisé la très mauvaise passe du champion de France 2015, méconnaissable en début de saison. Loin du niveau international qui fut le sien, il semble avoir disparu des radars de la Fédération.

François TRINH-DUC (RCT – 18 matchs, 17 titularisations) :

Annoncé comme la recrue phare de Toulon, celui qui était censé faire enfin oublier Jonny Wilkinson après de nombreux échecs à ce poste a déçu. Entre des prestations bien ternes et des blessures, il n’est pas parvenu à s’imposer à Toulon. Il est vrai que les blessures ne l’ont pas aidé, mais à 30 ans, on a le sentiment de ne pas avoir encore vu le vrai potentiel de Trinh-Duc. La saison prochaine sera cruciale pour lui, car s’il était l’ouvreur numéro 1 dans l’esprit de Guy Novès, pas certain que cela soit encore le cas aujourd’hui. Encore moins après l’énorme saison de Camille Lopez. Bref, à deux ans de la prochaine Coupe du monde, le temps presse pour lui.

Sébastien BEZY (ST – 27 matchs, 22 titularisations) :

C’est peut-être un peu sévère de ne citer que lui au vu de la piètre saison du Stade Toulousain. Mais on s’attendait à mieux de sa part, surtout avec ce qu’il nous avait montré en début de saison dernière. Mais que ce temps paraît loin aujourd’hui… S’il avait été en-dedans l’an dernier après avoir connu ses premières sélections, il n’a pas réussi à relever la tête cette saison, ni même à redonner un semblant de jeu au Stade. Samuel Marquès lui a d’ailleurs été préféré à un certain moment de la saison. Avec l’arrivée du jeune Antoine Dupont, il va falloir retrouver un tout autre niveau pour affronter une concurrence qui s’annonce rude au poste de demi de mêlée.

Drew MITCHELL (RCT – 15 matchs, 14 titularisations) :

Le désormais ex-joueur du RCT aura vécu une saison compliquée, c’est le moins que l’on puisse dire. Souvent blessé, il n’aura été que le fantôme du joueur talentueux que l’on a connu. Particulièrement lors des phases finales, où il ne devait sa présence qu’aux forfaits de ses coéquipiers. D'ailleurs, il l'a réellement joué, cette finale ? C’est d’autant plus frustrant quand on sait quel joueur il a été. On ne va pas parler de #LaSaisonDeTrop, mais on n’en est pas loin…

Ayumu Goromaru (RCT - 5 matchs, 4 titularisations) :

Son nombre de match disputé parle pour lui. Et lorsqu'il fut aligné, le Japonais n'a pas réussi à se défaire de l'image d'un joueur venu en France pour son apport marketing, et non sportif. Excellent avec les Nippons lors du Mondial 2015, buteur fiable, Goromaru n'aura jamais été mis dans les dispositions à même de le faire s'imposer dans l'Hexagone et dans le Top 14.

Pierre Bernard (RCT - 21 matchs, 14 titularisations)

Au rayon des ouvreurs, le Rugby Club Toulonnais n’a pas été à la fête et semble avoir du mal à trouver la stabilité. Après François Trinh Duc, Pierre Bernard n’a pas vraiment réussi à s’imposer. D’ailleurs le jeune Anthony Belleau lui a été préféré pour les phases finales, et le n°10 va même prendre la direction de la Pro D2… Dommage pour ce joueur expérimenté, espérons qu’il réussisse à se relancer sur la côte basque.

Rory Grice (FCG - 12 matchs, 11 titularisations)

Le terme de gâchis n’a jamais aussi bien porté son nom. Le numéro 8 grenoblois, impressionnant lors de la saison 2015-2016 (avec 6 essais inscrits), n’a été que l’ombre de lui-même pour cette édition 2017. Et c’est plutôt les « off » qui ont fait parler. Inutile d'en rajouter, mais la claque a beaucoup influencé son rugby. Futur Oyomen, après avoir eu les faveurs de Clermont, on voudrait le revoir aussi resplendissant que les années précédentes, à base de charges monumentales et d’envolées fantastiques. Rory revient !

Antonie Claassen (Racing 92 - 21 matchs, 13 titularisations)

Il y a quelques temps, Antonie était considéré comme le numéro 8 de l’équipe de France. Aujourd’hui, il peine à se faire un trou dans l’effectif francilien. On ne peut pas vraiment le blâmer quand on voit la pointure qui était aligné en 3e-ligne centre en la personne de Chris Masoe. Mais lors des roulements, Nakarawa lui était préféré à ce poste… Dur, tant on se souvient de ses prestations au CO et à son arrivée chez les ciels et blancs. Le Néo-Zélandais désormais retraité, il est temps pour lui de récupérer son dû, il va falloir faire vite à l’aube de ses 32 ans.

Ian Madigan (UBB - 20 matchs, 12 titularisations)

On n’en parle pas assez, mais l’Union Bordeaux Bègles n’a toujours pas réussi à confirmer les espoirs des saisons passées. Malgré un effectif alléchant et un recrutement prometteur à l’image de Ian Madigan, ouvreur du XV du Trèfle (derrière Sexton). On imaginait déjà un apport de taille dans l’effectif pour l’ancien joueur du Leinster, il n’en sera rien. Barré par Simon Hickey, joueur de 23 ans, il va quitter la Gironde pour Bristol après une saison seulement... Ses prestations de la Coupe du Monde 2015 semblent très loin.


Hors concours : 

Johan Goosen (Racing 92 - 3 matchs, 3 titularisations) :

Oui, oui, il existe encore. Quel gâchis… Même s’il est facile de le dire aujourd’hui, il a énormément manqué à la formation francilienne cette saison. C’est une énorme déception que de l’avoir vu quitter, et de la façon que l’on connaît tous, le Top 14, championnat pour lequel il avait été élu "meilleur joueur" l'an passé.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kad Deb
    37576 points
  • il y a 6 ans

Pffff ! Voter pour descendre des joueurs... C'est pour concurrencer R...ma ?
On voit que les vacances approchent : il y a du relâchement dans l'esprit du site. Allez, les gars ! on se reprend pour trouver une idée plus drôle et plus enthousiasmante : par exemple, le joueur qui a le plus d'humour sur le terrain, les actions les plus drôles (ratées ou insolites), les ratés des arbitres ou leurs meilleures répliques, idem pour les entraîneurs et, bien sûr, la plus belle BAGARRE !

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
News
Transferts
Transferts
News
Vidéos