Tana Umaga : « Comment les Français vont-ils gérer le froid ? »
Tana Umaga parle de l'équipe de France... et de l'exode des joueurs All Blacks

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
L'ancien All Black, passé par le RCT, a été impressionné par le match du XV de France à l'Eden Park. Il évoque également l'avenir du rugby néo-zélandais.
Domicilié dans un hôtel d'Auckland, le XV de France a eu la surprise de recevoir la visite de Tana Umaga, venu en voisin. L'ancien trois-quart centre All Black, 74 sélections, en a profité pour donner son avis sur la performance de l'équipe de France lors du match de samedi à l'Eden Park. «J'étais vraiment impressionné de les voir à ce niveau après une saison aussi longue, rapporte Francetvsport. Surtout vu le peu de temps dont ils ont disposé, avec certains joueurs qui venaient de débarquer de la finale du Top 14.» L'ancien Toulonnais, qui a côtoyé Philippe Saint-André, Marc Andreu ou Yoann Maestri sur la Rade, poursuit : «En terme de rythme, les Français ont été bons.» S'il salue également le «très bon boulot de Thierry Dusautoir», il s'inquiète de l'acclimatation... météorologique des Bleus, en vue du second test : «Ce sera aussi intéressant de voir comment les Français vont gérer le froid  qu'il fait à Christchurch en ce moment.» On espère pour les remplaçants que les couvertures et autres bonnets n'ont pas été oubliés au pays...

En attendant de découvrir le froid de l'île du sud, les Français ont donc pu passer un moment avec une des légendes de ce sport. Le genre de joueur qui inspire des milliers de jeunes rugbymen. Parmi eux... deux internationaux tricolores. Gaël Fickou et Mathieu Bastareaud ont fait partager leur bonheur via Twitter. Le Toulonnais semble le plus enthousiaste : «Avec la légende All Black, MONSIEUR Tana Umaga #Idole #CommeUnGosse»


Pas inquiet de l'exode des joueurs néo-zélandais

Dans un tout autre contexte, l'ancien capitaine des Blacks est revenu sur les départs de nombreux internationaux vers la France et le Japon. Alors qu'Umaga n'avait signé à Toulon qu'à la fin de sa carrière, nombreux sont les joueurs au top de leur forme choisissant l'exil à l'étranger. Jerome Kaino, Sonny Bill Williams, Richard Kahui et récemment Hosea Gear au Stade Toulousain... les exemples ne manquent pas. Pas de quoi inquiéter Umaga, cité par planetrugby: «Beaucoup pensent que c'est mal pour le rugby néo-zélandais de voir s'en aller nos joueurs de plus en plus jeunes mais c'est comme ça. Nous devons nous adapter, ça ne sert à rien de se lamenter.» Il se dit confiant sur le réservoir des joueurs restés au pays : «(Ces départs) nous obligent à travailler encore plus auprès des jeunes afin qu'ils arrivent au plus haut niveau. […] Nous devons nous assurer que l'âme du rugby néo-zélandais perdure

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je pense ils vont mettre des survets !
Vu l'hiver et le printemps qu'on a eu ça va pas être un gros handicap qu'il pèle dans l'ile du sud...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News