SUPERSEVENS : Les Baabaas avec des spécialistes de la discipline !
Manoël Dall'Igna mènera la sélection des Baabaas lors de la première édition du Supersevens.
Désigné entraîneur de cette sélection, Nicolas Leroux a fait appel à des joueurs de différents horizons pour tenter de créer la surprise le 1er février face aux armadas du Top 14.

L'In Extenso Supersevens c'est dans 15 jours à présent. Le premier championnat professionnel de rugby à 7 en France verra le jour le 1er février prochain à la Paris La Défense Arena, avant de connaître une formule plus développée la saison prochaine (trois phases de qualification au mois d'août et une phase finale au mois de novembre). Si certaines équipes ont déjà dévoilé certains noms, voire la totalité de leurs compositions (à l'image du Racing 92 ce jeudi), les Barbarians, eux, soulevaient des interrogations.

SUPERSEVENS : le Racing 92 avec Imhoff, Claassen, Dulin... et un nouveau maillot !SUPERSEVENS : le Racing 92 avec Imhoff, Claassen, Dulin... et un nouveau maillot !Étant venue se rajouter aux clubs du Top 14, accompagnée de Monaco (à la demande de la Ligue Nationale de Rugby), cette équipe s'est construite en quelques mois, sous la houlette de Denis Charvet, le mentor des Baabaas depuis plusieurs années, soutenu par Christophe Reigt, manager des équipes de France à 7. Ils ont tout d'abord désigné un entraîneur, Nicolas Leroux (actuellement entraîneur adjoint auprès de France 7), qui a pu réfléchir à une sélection, avec l'aide d'Alexandre Rousset (co-président des Seventise, champions de France 2019). L'objectif ? Rassembler des jeunes potentiels à 7, évoluant en Pro D2 ou en Fédérale 1, mais aussi des expérimentés de la discipline. Des joueurs principalement passés par les différentes équipes de France à 7, voire toujours sous contrat avec la FFR, et des membres actifs sur le Circuit Élite depuis sa création en 2016, comme c'est le cas de Benjamin Prier (7 Fantastics), Matthew Ford (7 Fantastics) et Titouan Cazedepats (Seventise). Le groupe sera mené par Manoël Dall'Igna, joueur français le plus capé actuellement sur le circuit mondial avec 322 matchs. Voici la liste complète de la sélection :

Barbarians Sevens :

BAUDY Thomas (Oyonnax)

BENARD Alexandre (FFR)

BRAYER Charles (Mont-de-Marsan)

CAZDEPATS Titouan (Suresnes)

DALL'IGNA Manoël (FFR)

FORD Matthew (Suresnes)

GUILLAUMOND Victor (Grenoble)

HUYARD Nisié (Tarbes)

LUCAS Pierre (USAP)

MANEVY Guillaume (Aubenas)

MANEVY Jean-Baptiste (Nevers)

METGE Nicolas (Narbonne)

PRIER Benjamin (Massy)

SEPHO Jordan (FFR)

TROUABAL Joachim (FFR)

Les Baabaas, l'exemple même de « l'esprit sevens »

« Les Baabaas, c'est un peu l'esprit du rugby à 7 au départ. Cette idée de se retrouver avec des joueurs venant de différents clubs au sein d'une même équipe et de tenter des choses parfois inhabituelles sans avoir de pression derrière. » Cadre des Seventise depuis plusieurs saisons, Titouan Cazedepats évolue à XV du côté de Suresnes en Fédérale 1. Le samedi 1er février, il aura la chance de revêtir le maillot des Barbarians sur la pelouse synthétique de la Paris La Défense Arena. Les Baabaas sauront-ils rivaliser avec les armadas du Top 14 ? Il n'a aucun doute là-dessus : « L'équipe va se réunir pendant trois jours à Marcoussis avant le tournoi. L'avantage que nous avons, c'est que nous sommes tous des spécialistes du 7. C'est un véritable gain de temps par rapport aux quinzistes qui ne pratiquent pas pour la plupart cette discipline. L'un des objectifs pour des joueurs comme nous va donc être de démontrer que l'on peut rivaliser avec des joueurs de Top 14 en rugby à 7, pour prouver que cette discipline possède des spécificités bien particulières. »

Malgré tout, les Baabaas n'auront pas le droit à l'erreur s'ils veulent se hisser parmi les meilleures équipes. Le format particulier de ce tournoi qui commencera directement par des huitièmes de finale pourrait les envoyer rapidement disputer la consolante en cas de défaite face à l'ASM Clermont Auvergne lors de la première rencontre. Ce qui laisse Titouan, habitué des tournois sur deux journées, un peu perplexe : «  Avec mon expérience, je sais que la première journée est souvent charnière pour créer de l'émulation dans un nouveau groupe et se trouver sur le terrain. Ce qui permet d'être mieux sur le deuxième jour. Là, nous n'aurons pas le temps pour ça, il faudra que nous soyons prêts d'entrée. Ça sera quitte ou double ! » Un format aujourd'hui souvent utilisé par les Anglo-saxons, mais peu développé en France. Même si pour le Suresnois, « cette forme de tournoi est la plus adaptée pour un événement comme l'In Extenso Supersevens, car il est toujours plus facile de ramener des supporters sur une seule journée. »

Une journée de lancement placée sous le signe de la médiatisation

La LNR le sait bien. Pour qu'un tel événement marche, il faut savoir organiser un excellent plan de communication. Titouan Cazedepats s'est rapidement rendu compte de l'ampleur d'un tournoi comme celui-là, puisqu'il était le seul joueur des Baabaas présent lors de la journée de lancement. « Je suis un joueur de Fédérale 1, donc ce genre d'événement est vraiment peu commun pour moi. Et puis, la Paris La Défense Arena, c'est très impressionnant quand tu es sur le terrain ! Ça m'a donné encore plus hâte d'y être ! » s'exclame-t-il. Même si côté affluence, la réponse est encore floue : « Il se dit officiellement qu'il y aura entre 15 et 20 000 personnes. Aujourd'hui, ça me paraît beaucoup, je pense qu'il y en aura un peu moins. Mais à vrai dire, j'ai dû mal à imaginer l'affluence que peut attirer cet événement. » Le match France-Angleterre du dimanche 2 février au Stade de France, à quelques kilomètres de là, ne devant pas arranger les choses...

Depuis quand le XV de France n'a pas attiré 80 000 supporters au Stade de France ?Depuis quand le XV de France n'a pas attiré 80 000 supporters au Stade de France ?Quel sera alors l'avenir des Baabaas Sevens sur le long terme ? Difficile de répondre à cette question aujourd'hui. Mais en ce qui concerne les clubs de Top 14, Titouan n'est pas vraiment optimiste : « Personnellement, je ne pense pas qu'il soit possible de faire cohabiter le rugby à XV professionnel et le rugby à 7 sur le long terme. Surtout sur un tournoi en pleine saison comme celui-là, on voit bien que peu de joueurs professionnels sont libérés par les clubs. Maintenant, il faudra voir ce que va donner le format développé à partir de la saison prochaine, à savoir des phases de qualification au mois d'août et une phase finale au mois de novembre, cela sera peut-être plus adapté. » En attendant, rendez-vous de 10 h à 23 h samedi 1er février à la Paris la Défense Arena pour suivre ces Baabaas, qui auront sûrement la cote auprès du public au cours de cette journée.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Pour l'avoir déjà vu jouer, je peux vous certifier que Titouan casse deux pattes à un canard.
Ok, je sors.

  • adourAB
    2667 points
  • il y a 4 semaines

Mettront ils l’événement sur une chaîne à péage, Une chaine de la TNT passant de la pétanque? Mettrons ils de billets gratuits pour un adulte amenant au moins un enfant? Les Tournois à 7 doivent être du sport de haut niveau, mais aussi un spectacle avec l'environnent allant avec. Je vais me faire incendier, mais un peu comme un match de foot américain, le spectacle en famille et les pop corn ou autre.

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
Transferts