Rugby, Cameroun et scolarité : le nouveau combat de Serge Betsen
Serge Betsen continue son combat depuis maintenant 15 ans.
Serge Betsen n'a jamais cessé d'être actif depuis sa retraite. Il a simplement changé de terrain d'action.

Il est de ces grands noms du rugby français. De ceux qui montraient le chemin sur le terrain par leurs performances sans ne jamais dire mot. Serge Betsen n'a cessé ses activités en dehors du terrain. Après un livre, entraîneur, président de Provale et consultant, il est aujourd'hui engagé dans son association la Serge Betsen Academy qui fonde son action sur les enfants au Cameroun, son pays natal. Depuis 2004, il accompagne les jeunes camerounais durant leur scolarité en assurant également un suivi médical de ces derniers. C'est important pour lui, de redonner ce qu'on lui a donné. Durant tout notre échange, un mot revient souvent à mes oreilles : apporter. Pour Serge, il est important d'apporter au Cameroun et à l'Afrique en influant sur l'avenir qui est bien évidemment les enfants. Discret, souriant et à l'écoute. Notre entrevue m'a permis de mieux comprendre les actions et objectifs d'une association qui a aujourd'hui 15 ans, menée par un homme pétri par le rugby. Ce rugby qui l'anime depuis toujours n'est qu'une "excuse" comme il le dit.

Bonjour monsieur Betsen, expliquez-nous l’objectif de l’association.

L’objectif de l’association était de pouvoir aider des enfants défavorisés au Cameroun, d’où je suis originaire. Leur donner accès à l’éducation et à la santé. On utilise les valeurs du rugby pour parler de partage, d’entraide et de soutien de ces enfants et familles qui sont dans le besoin. Ça fait 15 ans qu’on mène cette action et on aide plus de 400 enfants tous les ans à être scolarisés et à venir dans nos 5 centres présents au Cameroun. Ça leur permet d’avoir un cadre dans lequel ils peuvent étudier et avoir un suivi médical. De temps en temps à jouer au rugby aussi, mais le rugby reste une excuse pour parler d’éducation et de santé.

C'est le nombre d'enfants qui ont déjà été soutenus par l'association depuis sa création il y a 15 ans. Environ 400 tous les ans.
5600

En quoi consiste les centres ?

Ce sont des lieux d’accueils qui sont destinés aux enfants qui vivent aux alentours. Ils viennent après l’école et l’idée est d’amener une plus-value dans leur cadre. Pour moi, ça représente ce que j’ai vécu avec le rugby. Un club de rugby, c’est un lieu sûr. Un lieu qui accueille les enfants de n’importe quel coin de la région. Il y a des bénévoles, des parents, des dirigeants qui sont là pour l’enfant. C’est un peu cet esprit que j’ai voulu recréer dans nos centres. Les enfants qui viennent savent qu’il y a la lumière, ils ont à manger une à deux fois par semaine. Il y a des enseignants qui viennent donner des cours de soutien. C’est ce qui fait l’accompagnement qui nous paraît important pour que justement, l’action soit ancrée dans le dur pour qu’ils apprennent et être autonomes plus tard.

Serge durant la journée caritative à Bayonne. (crédit photo : Lili Gérenton, Sylvie Dunatte, Théo Cheval et Steph V. Photos)

Vous rencontrez des difficultés sur place ?

Les difficultés, on n’en a pas énormément puisqu’on a voulu le faire de manière très très très modérée. N’ayant pas de moyen et le rugby est un sport n’ayant pas de moyen pour moi, il faut donc avoir des idées. De pouvoir faire en sorte de pérenniser l’action, c’était le plus important. On ne voulait pas déroger aux valeurs qui étaient de faire les choses de manière simple. Les seules difficultés qu’on peut avoir, c’est de pouvoir avoir l’accompagnement des autorités qui ne répondent pas toujours de manière positive. Mais c’est pas grave, à un moment donné, il faut faire les choses. Il faut pouvoir initier les choses. Maintenant, on essaye d’intégrer des entreprises, des individus qui nous aident au quotidien. Je les remercie, je remercie tout ce qui à chaque fois qu’on parle de l’association, nous donne un coup de main.

82%
Aujourd'hui, les enfants de la Serge Betsen Academy ont un taux de réussite de 82% à leurs examens dans un pays où la moyenne nationale est de 41,23% et où, selon l'UNESCO, 13% des hommes et 40% des femmes sont analphabètes.

Vous avez un partenariat avec la fédération camerounaise ?

C’était compliqué jusqu’à présent, elle était suspendue de toute compétition. Ils sont à priori réintégrés, mais je ne suis pas sûr. On a essayé de faire des partenariats, mais c’était pas évident. Du coup, depuis 15 ans, on n’a jamais voulu que ce soit axé sur le sport donc ça ne m’a jamais dérangé. Mais en même temps, je suis aussi fier de dire que j’initie le rugby à des enfants au Cameroun depuis 15 ans. Et certains sont arrivés à jouer au plus haut niveau, c’est une fierté. Le haut niveau n’était pas la priorité. J’espère qu’on aura l’occasion de reparler avec la fédération et pouvoir faire des choses beaucoup plus importantes. Oui, on a besoin d’aide, on a besoin que les autorités sur place nous soutiennent et j’espère que ce sera le cas dans l’avenir.

Il y avait du beau monde lors du dîner de Gala de la Serge Betsen Academy. (Crédit photo : Lili Gérenton et Sylvie Dunatte)

Est-ce que l’avenir de l’Afrique ne passerait pas par le rugby ?

C’est une bonne question. L’avenir de l’Afrique passera par le rugby, oui. Oui, forcément, parce que le rugby intègre tellement de valeurs qui, moi, aujourd’hui m’ont permis de devenir qui je suis. C’était donc cette volonté-là et cette vision d’emmener à ces enfants que l’entraide et le partage est la base des relations humaines. Et c’est vrai que, quand on n'a pas beaucoup, on a tendance à garder pour soi. J’essaye, à travers cette vision, de dire que le rugby m’a apporté le fait que ce n’est pas avoir qui compte, mais partager. Travailler en équipe et savoir que les uns peuvent apporter aux autres, c’est vraiment quelque chose de fondamental pour moi. C’est pour ça que je pense que le rugby a une place capitale en Afrique.

La Serge Betsen Academy a ouvert cinq centres au Cameroun : L’Eau Claire, Etoudi, Jardin Eden, Bafia et Zoétélé.
5

Quel est l’horizon pour l’association ?

Il y a des projets, ça fait 15 ans que l’association est vivante et de manière continue, elle évolue chaque année. Aujourd’hui, on est fier de pouvoir se dire que nos enfants qui suivent une scolarité ont la chance d’avoir le bac à la fin de l’année. On est fier de dire que 100% des enfants qui ont passé le bac et que l’on suit, l’ont eu. Par rapport au taux de réussite en Afrique ou au Cameroun qui est de 35%, on est à 85%. C’est une plateforme pour leur amener cette possibilité de pouvoir avoir un métier un jour. On était avec l’association en janvier au Cameroun et on a rencontré des entreprises pour pouvoir justement avoir des partenariats pour les prendre et qu’ils aient un métier. C’est vraiment l’évolution dans laquelle on veut voir l’association se développer. À travers ça, c’est une intégration dans la vie sociale de ces familles et de ces enfants et qu’ils aient une vraie place dans la société camerounaise et africaine. C’est une réussite assez importante pour moi, j’espère qu’on continuera dans cette lancée.

Les stands sont la première forme de contact de la Serge Betsen Academy. (Crédit photo : Lili Gérenton, Sylvie Dunatte, Théo Cheval et Steph V. Photos)

Comment peut-on aider ?

Déjà, parrainer ! Ce sont des actions avec des stands pour parler de nous et promouvoir l’action. Derrière, on a des actions de ballons de recyclage et des journées de lever de fond comme les 15 ans qu’on a fait il y a quelques semaines à Biarritz. Allez sur le site internet de l’association et derrière vous verrez qu’il y a plein de moyens de pouvoir nous aider et de partager nos réussites et nos histoires à vos contacts. Ça nous permettra d’avoir beaucoup plus de communication sur les réseaux sociaux. Ça nous permettra de faire grandir notre action.

65%
Plus de 65% des enfants au Cameroun vivent dans la pauvreté. Des causes comme la malnutrition, la faiblesse du système de santé, le prix des aliments, la vaccination, le manque d’accès à l’eau potable, toutes contribuent à un niveau élevé de pauvreté et plus encore dans les régions rurales du Cameroun où l’accès est plus difficile.

La Serge Betsen Academy, c'est...

  • plus de 5600 enfants suivis et aidés

  • 5 puits et 3 châteaux d'eau construits

  • 5 centres dont 2 récemment construits et agrandis

  • 2 infirmeries

  • l'envoi de 4,5 tonnes de matériel

  • 60 joueurs de rugby, tous assurés

  • plus de 400 enfants et jeunes qui fréquentent nos centres chaque semaine

  • 2 écoles rénovées pour permettre à 200 enfants du village de Bangangté d'étudier dans les meilleures conditions et notre fierté, chaque année plus de 75 % de réussite aux examens scolaires.

  • C'est aussi depuis janvier 2018, 5500 repas qui ont été servis grâce à la coopérative des mamans.

Pour soutenir la Serge Betsen Academy, en parler, s'informer ou relayer, c'est par ICI ! Ou directement par l'adresse mail [email protected] 
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Généreux comme sur le terrain! BRAVO Serge

  • Utilisateur anonyme
  • il y a 1 semaine

Le commentaire a été supprimé par son auteur.

@lelinzhou

Concernant Helloasso : "la participation à Helloasso est facultative vous pouvez modifier le montant jusqu'à 0€ en cliquant sur le bouton "modifier" lors de votre don"

@Boukercha Oussama

Au temps pour moi, je viens de réessayer et cette fois-ci, ça marche. Mais lorsque je l'ai fait la première fois (et répété) ce bouton "modifier . était inactif. Plus d'objection, j'envoie mes 56 euros.
PS Ça serait quand même mieux si la page de paiement éta sécurisée...

@lelinzhou

[Commentaire modéré]

Bis repetita placent ?

  • batelier
    44941 points
  • il y a 1 semaine
@lelinzhou

Perseverare.... Diabolicum....

  • breiz93
    45362 points
  • il y a 1 semaine

DEPUIS LE DEBUT!
Serge Betsen est un Seigneur, aussi bien sur le terrain que en dehors.

  • duodumat
    11128 points
  • il y a 1 semaine

Chapeau !

Derniers articles

News
News
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Transferts
News
News
News