Quatre Toulonnais et trois Clermontois dans le XV de Jean-Baptiste Elissalde face aux All Blacks
Le visage du XV de France en novembre ne sera pas le même qu'en 2015.
L'ancien demi de mêlée du XV de France Jean-Baptiste Elissalde a enfilé le costume du sélectionneur pour concocter une équipe pour rivaliser avec les All Blacks.
France
1
Poirot (UBB)
2
Guirado (RCT)
3
Slimani (ASM)
4
Rebbadj (RCT)
5
Jedrasiak (ASM)
6
Goujon (UBB)
8
Picamoles (MHR)
7
Gourdon (La Rochelle)
9
Dupont (Toulouse)
10
Belleau (RCT)
11
Vakatawa (Racing 92)
12
Bastareaud (RCT)
13
Penaud (ASM)
14
Lacroix (La Rochelle)
15
Ducuing (UBB)

Non nous n'avons pas envoyé Ovale Masqué dans le futur pour connaître la composition du XV de France qui défiera les All Blacks le 11 novembre au Stade de France. Ni même investi dans une boule de cristal made in China. Ce XV de départ assez inédit, c'est celui de Jean-Baptiste Elissalde dans L'Équipe du jour. L'ancien international et entraîneur des arrières du Stade Toulousain a enfilé le costume de son ancien coach en se basant non pas sur les directives du président de la FFR Bernard Laporte - qui souhait voir des jeunes - mais sur les statistiques des joueurs en Top 14. Sans oublier une certaine part d'affect.

Pour ce match au sommet, et alors que Laporte attend trois victoires en quatre matchs cet automne, Elissalde a choisi de confier les clés du camion tricolore à deux gamins de 21 et 20 ans : Anthony Belleau et Antoine Dupont. On voit déjà les supporters crier : "il faut lancer des jeunes, mais là vous allez les casser". Le syndrome Félix Le Bourhis certainement. Pour le technicien toulousain, la blessure de Camille Lopez ouvre la porte au Toulonnais Belleau, qui est sans doute le meilleur ouvreur français disponible actuellement. N'en déplaise aux fans de Lionel Beauxis. Solide face aux perches (79% de réussite) et en défense, il joue avec beaucoup de maturité et sait prendre ses responsabilités. Un profil que partage le Toulousain Dupont en jouant au ras des rucks (18 défenseurs battus).

Quelques anciens pour encadrer la jeunesse

Les jeunes ont d'ailleurs la part belle dans cette composition (25 ans et 4 mois). Ce qui implique une certaine inexpérience (18 sélections en moyenne). Pour compenser la présence d'éléments comme Swan Rebbaj et Paul Jedrasiak en deuxième ligne ou encore Damian Penaud au centre et Lacroix à l'aile, Jean-Baptiste Elissalde a conservé des cadres. Guirado (31 ans) au talon, Picamoles (31 ans) en numéro 8 et rappelé Mathieu Bastaraud (29 ans) chez les 3/4. Il a travaillé son jeu après contact (2,3 offloads/match), "gagné en tonicité et sera précieux dans le trafic" surtout avec un Penaud qui bat en moyenne 5 défenseurs par match. 

462
C'est le nombre de mètres parcourus par l'arrière de l'UBB Nans Ducuing cette saison, soit 77 mètres par match. C'est le meilleur "yardeur" de la liste Elite.

Sur le papier, c'est une équipe joueuse qui aime prendre des risques. Guy Novès osera-t-il faire les mêmes choix ? Ici, Jean-Baptiste Elissalde a surtout cherché à aligner des joueurs complémentaires et qui aime aller au contact pour tout d'abord resserrer la défense avant d'écarter au large. Pour lui, c'est une des clés stratégiques face aux Néo-Zélandais.

Il faut des joueurs paramétrés pour insister autour, des gars qui aiment le trafic, qui sont capables de gagner des un contre un et de générer de la vitesse dans un petit périmètre. On pourra ensuite écarter sur les extérieurs, où on a besoin de gars capables de jouer d'égal à égal avec les Néo-Zélandais en termes de vitesse et de duels.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • dusqual
    46143 points
  • il y a 6 ans

franchement, je veux pas lui casser du sucre sur le dos, mais avec la mutation du jeu du stade, depuis son départ, même s'il y a d'autres facteurs très important qui ont changé, je me ferais petit plutôt que de faire mon jean michel sélectionneur...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
Transferts