Provale poursuit Bénézech pour diffamation, Berbizier dément également
Pierre Berbizier dément le dopage organisé du XV de France en 1995.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le syndicat des joueurs a décidé de poursuivre Laurent Bénézech pour diffamation suite à ses déclarations sur le dopage dans le rugby. Attaqué, Berbizier dément
Énième rebondissement dans «l'affaire Benezech» : Provale, le syndicat des joueurs, a porté plainte pour diffamation contre l'ancien pilier international Laurent Bénézech. Pour rappel, l'ex-pilier du Racing, en plus de déclarer avoir été dopé «à son insu» pendant le Mondial 1995, avait dénoncé les pratiques dopantes dans le monde du rugby : «Quand je croise des joueurs de rugby et que je vois, par exemple, une évolution de leur mâchoire, ce qui est la marque d’une prise d’hormones de croissance, je ne peux qu’être inquiet de l’évolution de mon sport et de la santé à long terme de ses joueurs», avait-il déclaré au Midol. La plainte de Provale est accompagnée de celle de 200 rugbymen, visés par les propos de Bénézech. Serge Simon, le président du syndicat confie à L’Équipe : «Les assignations ont été déposées il y a trois semaines, un mois

Et Berbizier dément...

Sélectionneur des Bleus pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud, Pierre Berbizier a répondu à son ancien joueur, qui l'accusait de dopage organisé. Appelé à auditionner devant le Sénat, l'ancien entraîneur du Racing se défend : «Ce sont des propos surréalistes, déplacés. Je démens complètement ces propos qui mettent en cause une fédération qui, en tout cas à l'époque de Lapasset (président de la FFR de 1991 à 2007), n'a jamais trempé là-dedans.» Mais bizarrement, Berbizier reste vague quant à l'évocation d'un système de dopage dans le rugby. En 2001, il déclarait que «les cadences infernales et l'arrivée de l'argent», étaient des «conditions pouvant créer le dopage» et que le dopage dans le championnat de France était une «réalité». Interrogé par le Sénat sur ces propos, Berbizier a préféré resté ambigu, clamant ne pas avoir voulu dénoncer mais appeler à la vigilance.

Confrontés deux fois dans sa carrière à des cas de dopage mineurs (comme avec Mathieu Lorée, suspendu 4 mois pour consommation de cannabis), Berbizier a avoué avoir rencontré des joueurs accros à la créatine. Il rajoute que Bénézech n'a pas tort quand il évoque la prise d'hormones de croissance.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ced
    100323 points
  • il y a 7 ans

les 200 rugbymens, ils ont tous la mâchoire carrée ?
pour une fois qu'il y en a un qui ose soulever le débat, c'est triste

donc pour Provale il est normal de prendre des hormones de croissance, je comprends pourquoi il n'y a pas de dopage si tous les produits sont interdits.
EN cyclisme un coureur qui prend des hormones de croissance fait la une du JT et prend 2 ans de suspension, en rugby il a le droit. C'est facile de dire que le cyclisme est un sport de dopés si c'est le seul qui interdit certains produits

  • Bonobo
  • il y a 7 ans

L'hypocrisie à ce point là c'est grave, je n'applaudit pas provale... Il en feront les frais un jour ou l'autre, on ne modifie pas la physiologie humaine impunément.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News