PRO D2 : le CS Bourgoin-Jallieu est au bord du dépôt de bilan
Le CSBJ est en danger.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le CSBJ est en danger, et pourrait être relégué administrativement à l'échelon inférieur. Voire pire. Triste nouvelle.

Actuel dernier du classement de la Pro D2, le club de Bourgoin-Jallieu restera-t-il chez les professionnels la saison prochaine ? Rien n'est moins sûr. Surtout que le club va mal... Le Progrès révèle que le club "a été rattrapé par ses vieux démons." Pour rappel, la situation alarmante des Berjalliens ne date pas d'aujourd'hui : il avait été relégué administrativement en Fédérale 1 en 2012, quand son président a été obligé de signer un chèque de 2 millions d'euros pour permettre au club de repartir en Pro D2 l'été dernier. Sans oublier les huit points retirés au classement pour les déboires avec la DNACG...

Toujours selon Le Progrès, il manquerait 1,6 millions d'euros dans les caisses : "le dépôt de bilan de la SAS paraît inéluctable, [...] éventualité évoquée lors d'une réunion des actionnaires." Que risque le club ? Une descente en Fédérale 1, ou pire : un passage par la Fédérale 3 et une perte du centre de formation... Enfin, un investisseur asiatique pourrait arriver dans les pas d'André Roibet (président de l'entente Génas-Pusignan), qui pourrait intégrer le club. De quoi le faire repartir de l'avant ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

C'est toujours la même chose... On pensait repartir du bon pied lors de notre première relégation mais on a fait n'importe quoi, on vire des entraineurs, le président saute, mauvais choix des types dirigeants, on met au placard des joueurs talentueux qui nous ont fait remonter de Féd1 et l’entraîneur avec ça...
Par contre là où je me réjouis c'est qu'une plainte a été déposée par l'association et que les pseudos sponsors qui prêtaient de l'argent (avec intérêt bien sûr) vont enfin dégager et pourquoi rendre les tunes qu'ils ont piquées au passage.
Au revoir et pas merci pour avoir brisé mon club!

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 3 ans

Une petite fusion avec le Stade Français?

  • mimi12
    75795 points
  • il y a 3 ans

Encore un grand club qui va disparaître !

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans
@mimi12

...et c'est pas fini 🙁 🙁 🙁

https://www.dropbox.com/s/55h52cfaa5x3nd0/DNACG.png?dl=0

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 3 ans
@vevere

Intéressant cet article merci!

depuis que le mégalo Martinet est parti avec sa poule aux oeufs d'or ça fait une mauvaise salade au CSBJ.
mais comme je l'ai toujours dit le jour où le LOU passe en top 14 cela signifiera le début de la fin pour ce club historique. il n'y a pas de place pour 2 grands clubs si près géographiquement

@nicoXV_ST

Pas forcement, le Stade Toulousain s'en sort honorablement dans l'ombre du grand Colomiers 😉

@Silkerin

déconnes pas , le banquier m'a appelé on est à -3 000 000€

  • cahues
    119509 points
  • il y a 3 ans

Pro D2, fédérale, les personnes qui valident ces budgets doivent avoir de sacrés problèmes avec les mathématiques.

Tiens où est Papé avec ses discours sur la disparition d'un club historique? Si l'appel du chèque n'avait pas té si séduisant, lui, Chabal et consorts seraient peut-être encore au club.

@matabiau

L'appel du chèque et surtout l'appel de la compétitivité du club, de la situation géographique.

Bref réduire son choix à juste un appel du fric est quand même super réducteur.

Tiens, c'est l'article de l'an dernier ?

Et ça continue encore et encore...

C'est quand même extraordinaire qu'un club puisse vivre au dessus de ses moyens. C'est triste à dire mais s'ils ont pas les moyens de jouer en PRO D2, il faut pas qu'ils y jouent.

@Puchpuch

Ben c'est pas si extraordinaire, puisque c'est le cas de la majorité des clubs pro, après on en entend parler que lorsque plus personne ne veut cracher au bassinet...

Sinon ca prouve bien que les clubs n'ont strictement aucun interet a faire de la formation. Le CSBJ est probablement le plus gros pourvoyeur d'internationaux des annees 2000-2010 mais n'en a tire aucun benefices avec leurs departs successifs pour d'autres clubs, qui eux du coup en ont profite a fond (Pape, Fritz, Parra, Bonnaire, Chabal, David, Nallet, Pierre, Glas...la liste est longue).
Donc les petits clubs ne peuvent faire fonctionner leur economie grace a la formation et les gros clubs n'en ont pas besoin puisqu'eux peuvent recruter qui ils veulent. Qui va former la nouvelle generation du coup? Les Fidji et la Georgie?

@Silkerin

100% d'accord avec toi sur le fond mais il ne me semble pas que Fritz et Parra (au moins) aient été formé à Bourgoin. Villeurbanne pour Fritz je crois. Et parra y a explosé mais n'y a pas été formé si ?

@loufenec

Parra arrive de Metz en effet si je me souvient bien, mais tres jeune (16-17 ans peut etre). Pareil pour Fritz qui arrive au CSBJ de l'ASVEL a 18 ans. Donc tu as raison, techniquement non formes au CSBJ, mais c'est leur 1er club pro.

@Silkerin

Parra arrive à 17 ans mais de Dijon où il était parti suivre un sport-étude.

Le CSBJ c'était typiquement le club de haut niveau qui était un maillon clé de la lance de rampement des jeunes. En bas on avait des clubs comme Massy qui attiraient les meilleurs jeunes de la région, vers 20 ans ils partaient pour un club pro comme Bourgoin où ils jouaient en Top14 (Nallet 21ans, Pierre 22, Chabal 21, Bonnaire 21 ans), et une fois à maturité vers 24-25 ans ils partaient pour les très gros clubs comme le Stade Toulousain.
Puis le professionnalisme est arrivé et les jeunes ont commencé à arriver de plus en plus tôt au CSBJ (Fritz 18 ans, Parra 17 ans), et avec le CSBJ en souffrance à cause d'une mauvaise gestion pendant que les gros clubs devenaient de plus en plus avides ces joueurs ont commencé à repartir du plus en plus tôt vers les gros clubs (Fritz 20 ans, Parra 21, David 21). Mais au moins ils jouaient à Bourgoin de 18 à 20 ans, et jouaient ensuite dans leur "gros" club.
Aujourd'hui on a carrément court-circuité les clubs intermédiaires comme Bourgoin. Les gros clubs vont directement se servir dans les clubs comme Massy en piochant des gamins de 17 ans pour les mettre sur le banc, juste pour être sûr de ne pas rater une pépite ou se la faire voler. Les surdoués grapilleront du temps de jeu, les autres feront des années blanches et perdront du temps. Pendant ce temps les clubs intermédiaires qui surmontaient leurs gestions approximatives grâce à quelques résultats sportifs ne voient plus passer ces jeunes, gardent seulement leurs gestions sportives approximatives et coulent en silence.

@Team Viscères

ouep... bien dommage tout ça.

@Silkerin

C'est ce qu'a dit Boudjellal : la formation est une charge pour les clubs, si on veut de la formation, il faut que la formation devienne quelque chose de rentable. Mais lorsqu'il dit ça, on lui reproche de ne parler que de pognon.

@Grand Sachem aux sages commentaires

Je ne vois pas 36 solutions du coup:
- marche des transferts. On fait signer de longs contrats aux jeunes qu'on forme et on les vend. Dans les faits, ca commence deja a se voir ces derniers temps.
- interdiction aux clubs de vivre au dessus de ses moyens. Le mecene peut donner ce qu'il veut en sponsoring au debut de saison, mais derriere il faut un budget a l'equilibre, pas de renflouage permis.
- on revient sur terre et on baisse les salaires des joueurs. Mais ca, ca n'arrivera pas, y aura toujours qulqu'un quelque part pour proposer plus.
- du coup le plus probable: on change rien et on attend que ca s'effondre en se paluchant sur nos valeurs en se disant que de toute facon c'est la faute a Mourad.

@Silkerin

Des pistes de solutions on en a, à creuser avec tous les intervenants pour en déceler les failles et faiblesses afin de ne garder que les meilleures idées.

Déjà on commence par définir précisément ce qu'est un "club formateur", à savoir de quel âge à quel âge on considère qu'un joueur est "en formation". Tous les clubs par lesquels il sera passé dans cette tranche d'âge sont estampillés "club formateur du joueur".

Ensuite on lie le joueur à son premier "club formateur" pro où il est obligé de signer son premier contrat pro pour un certain nombre d'années (2, 3?). Ainsi on protège les clubs comme feu Bourgoin en leur garantissant de profiter sportivement de leurs jeunes. Pour éviter de bloquer des jeunes on peut fixer un temps de jeu par saison en-dessous duquel le joueur peut se libérer de ce contrat ce qui en même temps met la pression à son club formateur pour le faire jouer. Et pour éviter de bloquer le club on lui permet de libérer un jeune contre une indemnité, par exemple un club en souffrance financière pourra lâcher un de ses jeunes prometteurs pour remettre les finances dans le vert.
À la fin de ce contrat "formation", si le joueur part vers d'autres horizons le club qui vient le sortir de son club formateur doit s'acquitter d'une indemnité. Ton joueur m'intéresse et je peux lui permettre d'atteindre le niveau supérieur, mais c'est toi qui en a pris soin jusque là et a payé pour l'emmener au niveau qui m'intéresse donc je te paie.

Puis on fixe une taxe "formation" sur les contrats des joueurs. Le club qui emploie un joueur doit payer un pourcentage de son salaire en taxe "formation", taxe qui sera reversée aux différents clubs estampillés "clubs formateurs" du joueur (au prorata du temps passé dans chacun de ces clubs formateurs). Il y a probablement là un double effet bénéfique : plus les clubs flambent à coup de gros contrats pour obtenir les joueurs plus les clubs formateurs empochent, et le fait de devoir allonger davantage quand tu sors un contrat mirobolant va peut-être freiner un peu la surenchère.
Entre cette taxe annuelle et l'indemnité lors du départ du joueur, on protège les clubs comme Bourgoin en leur garantissant de profiter financièrement de leurs jeunes. Axer la politique de son club sur la formation (comme ce que fait Porto ou ce que vise Monaco aujourd'hui au foot) devient une alternative viable.

À côté de cela, il y a une multitude d'autre pistes à creuser : imposer un salaire maximum (fin de la surenchère), imposer un effectif maximum (obligation de faire jouer des jeunes pour compléter l'effectif), envisager un marché des transferts, indexer une partie des droits TV reversée aux clubs sur le temps de jeu des jeunes, favoriser les prêts de jeunes joueurs.
On peut même réfléchir à carrément réformer le système de clubs formateurs, avec par exemple des clubs formateurs élite FFR avec des équipes alignées en Fédérale 1 et ProD2 (suivant l'âge des minots) et un système de draft à la sortie de ces clubs formateurs FFR : les clubs du Top14 viennent piocher à tour de rôle un jeune, avec comme dans le système US les clubs moins bien classés qui piochent en premier (le club promu ou qui a échappé de peu à la relégation aura du temps de jeu à offrir au minot le plus doué de sa promoton). On peut même rajouter des bonus/malus dans l'ordre pour choisir en fonction du temps de jeu offert aux jeunes sur la saison qui vient de s''achever, pour récompenser ceux qui jouent le jeu de la formation.

Il y a probablement des failles à déceler, des garde-fous à rajouter, il y a des précisions à apporter (le montant des indemnités, de la taxe, des clauses pour protéger le joueur davantage, etc.), des idées qui sont carrément débiles. Mais le truc c'est que ça, c'est juste des idées couchées sur du papier par un pauvre type sur internet qui y a pensé seul. Si tous les acteurs concernés (FFR, LNR, les clubs pros, les clubs formateurs, les joueurs) commençaient à vraiment creuser le sujet, en quelques mois on aboutirait à un projet un million de fois plus abouti que ce que j'ai écrit.
Sauf que tout le monde s'en branle parce que chacun ne pense qu'à sa gueule et qu'à court terme. Et que personne ne semble se rendre compte qu'à moyen et long terme, ils seront tous perdants si personne ne se bouge. Notre rugby est assis sur une bulle en expansion qui va forcément éclater tôt ou tard, et plus on attend et plus on se rapproche de "tôt".

  • vevere
    50738 points
  • il y a 3 ans
@Team Viscères

2 dérives majeures potentielles :

- transfert d"une partie importante de la rémunération (officielle, facilement vérifiable, non contestable) des joueurs vers des éléments plus difficilement quantifiables (parts de société, droit à l'image...) donc diminution mécanique de la base de rémunération des clubs formateurs

- spéculation sur la valeur "économique" des joueurs (cf. marché des transferts au foot, "vente" de joueurs à des sociétés,...)

@vevere

Je pense qu'en fouillant on peut trouver facilement bien plus que 2 failles dans mes propositions😊
Au passage la première dérive est plus qu'une dérive potentielle, c'est une dérive qui est déjà bien ancrée chez nous. Les guéguerres Lorenzetti-Boudjellal ou encore la comparaison entre le salary cap et la gueule des effectifs au tarif actuel des joueurs ont depuis un moment mis en lumière le fait qu'une bonne partie des salaires se fait de façon détournée.

Mais pour moi c'est ainsi que la bande de guignols au pouvoir devraient fonctionner.
Type 1 : j'ai une idée, pourquoi on ne ferait pas comme ça?
Type 2 : moi je vois 2 dérives potentielles dans ta proposition
Type 1 : ouais en effet, mais peut-être qu'en faisant cela on peut limiter la première dérive
Type 3 : pour l'autre dérive j'ai une idée de garde-fou, si on essayait de faire ça et ça?
Type 4 : attention la première dérive est déjà là aujourd'hui.
Type 2 : tu as raison, avant de développer cette idée cherchons comment stopper cette première dérive.
Type 5 : et si au lieu de l'idée de Type 1 on essayait cette idée, elle est peut-être moins performante par rapport au sujet de base mais elle permettrait de mettre fin à la dérive en question.

Bon c'est sûr ce serait fatigant de devoir réfléchir et communiquer en s'écoutant les uns les autres et en acceptant que nos idées ne sont pas parfaites et ne seront peut-être jamais retenues. Mais ce serait mieux que le système actuel
Type 1 : on va adopter mon idée elle est génial, je vous dirai plus tard ce que c'est.
Type 2 : ton idée elle est nulle, pas besoin de nous dire ce que c'est.
Type 3 : de toute façon Type 1 c'est un blaireau.
Type 4 : tu soutiens Type 1 parce que c'est ton pote.
Type 3 : c'est pas vrai, d'abord toi et Type 2 vous êtes amoureux.
Type 5 : bon bah c'est la fin de la réunion, on va aller au resto et on reprendra dans 2 semaines.

Aucune raison de s'inquieter, il est evident que Laporte va les aider a s'en sortir puisque en tant que president de la FFR il est inconcevable qu'il puisse favoriser un club au detriment d'autres. Donc il va bien sur faire la meme chose pour le CSBJ que ce qu'il fait pour le SF et trouver un repreneur. Et Pape il en pense quoi de la disparition du club qui l'a mene a l'EDF?

  • Iyhel
    22954 points
  • il y a 3 ans
@Silkerin

Ouais enfin la dernière fois que Laporte a trouvé un repreneur pour le SF...

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News