Pour Wilkinson, Owen Farrell a tout d'un grand joueur
Wilkinson parie sur Owen Farrell pour mener l'Angleterre.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Jonny Wilkinson évoque l'avenir d'Owen Farrell au sein du XV de la Rose. Un joueur qu'il considère comme son digne successeur bien qu'il écarte toute comparaison.
Il y a deux ans à peine, Jonny Wilkinson était encore ce joueur. Celui vers qui tous se tournaient avant un grand rendez-vous pour trouver dans la présence et le comportement de quoi se rassurer avant d’aller au combat. Car Wilko était (est) le genre de joueur qui, de par son sang-froid, sa minutie et son professionnalisme, apportait un sentiment de sécurité et une once de confiance à tout un vestiaire. Aujourd’hui la relève c’est Owen Farrell, 21 ans et 149 jours, biberonné aux exploits de son aïeul alors qu’il cirait encore les bancs de l’école. « Je ne suis pas dans le vestiaire mais ce que j’ai pu en voir me donne l’impression que les joueurs se disent, « merci mon Dieu ce mec est là » ou encore « j’ai hâte de voir ce qu’il va encore faire sur le terrain. » Owen est un leader, et un grand joueur qui va devenir encore meilleur. J’ai hâte de voir à quel point » , confie Sir Wilkinson au Daily Mail.

Si le maître encense l’élève et que celui-ci le dépasse, qu’adviendra-t-il de nous pauvres pécheurs français. « Certaines personnes essaient de nous comparer. Mais oubliez-moi. Owen écrit sa propre histoire en ce moment et il le fait très bien. » Pour le moment, l’ouvreur des Saracens fait honneur à son glorieux prédécesseur. Impérial au pied face à l’Ecosse, Farrell a ensuite marqué l’intégralité des points de la rose dans un match haletant à Dublin.

Ce qui rend le jeune joueur si exceptionnel aux yeux de l’homme aux 1214 points sous le maillot anglais, c’est cette capacité à ne pas se contenter uniquement de faire le show avec de gros plaquages, de jolies passes ou des coups de pied décisifs. « Je parle du fait d’être capable d’enchaîner plusieurs phases défensives en quelques secondes, puis de se relever, recevoir le ballon et faire le bon choix d’attaque avant, quelques instants plus tard, d’avoir à se préparer pour un coup de pied qui peut changer le court d’un match. » Tout ça requiert une solidité mentale qu’Owen Farrell possède selon l’ouvreur du RCT. Nul doute, qu’elle va être une nouvelle fois mise à rude épreuve à l’occasion du Crunch.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le 10, c'est celui qui donne le rythme. Ce n'est pas forcément un attaquant hors pair, mais ce doit être le mec qui voit toujours 1 coup plus loin. Il faut avoir beaucoup de sang-froid pour occuper ce poste. Le sang froid dont sont dotés Sexton, Farrell et autrefois Larkham et Wilkinson. Carter est un ovni dans la galaxie des 10, il combine toutes les qualités, il est juste inatteignable.

  • RIchard
  • il y a 7 ans

"c’est cette capacité à ne pas se contenter uniquement de faire le show avec de gros plaquages, de jolies passes ou des coups de pied décisifs."

Normal pour un jeune qui a commencé sa carrière à XIII ...

Derniers articles

News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
News