''Parole de père'', la dernière chronique de Jacques Verdier dans le Midi Olympique
Jacques Verdier était un amoureux du rugby.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Jacques Verdier, ancien directeur de la rédaction du Midi Olympique, est soudainement décédé samedi à l'âge de 61 ans. Voici sa dernière chronique dans le journal.

"Midol, c’était Jacques. Et Jacques, c’était Midol." Les mots du journaliste du Midi Olympique Nicolas Zanardi font sens. Jacques Verdier a été l'âme du plus célèbre journal sportif dédié au rugby pendant tant d'années. Arrivé au sein de la rédaction du "jaune" en 1980, il en a été le directeur entre 1997 et 2018. Ancien troisième ligne pour Saint-Gaudens en Haute-Garonne, il était amoureux de ce sport. Il a connu l'évolution de la discipline, sa professionnalisation, des grands moments de sport comme la finale historique de la Coupe du monde 1995 en Afrique du Sud, les hauts et les bas de l'équipe de France mais aussi du rugby en général. Aussi son regard était tantôt admiratif tantôt critique.

C'est à la fois un sport de combat et d'évitement. Mais c'est surtout le seul sport de combat collectif. C'est très important et même essentiel car ça veut dire que j'ai besoin de l'autre. Toutes les valeurs qu'on prête au rugby sont inhérentes au jeu. Un avant, aussi fort soit-il, s'il est seul, il ne sert à rien. C'est un sport éducatif extraordinaire. On y apprend le courage, le don de soi au service de l'autre. Il peut être difficile d'accès pour le commun des mortels mais c'est un sport intelligent, j'en suis convaincu.

Vendredi, à la veille de sa disparition soudaine à l'âge de 61 ans, et bien que néo-retraité, il avait adressé ce qui sera sa dernière chronique au Midi Olympique. Nul doute qu'en cette période compliquée pour le rugby français, ses mots trouveront une fois de plus un écho chez les amoureux de ce sport.

Le jour où l’un de mes fils, victime d’une double fracture du plancher orbitaire et de la pommette, décida à 19 ans, la mort dans l’âme, d’arrêter de jouer au rugby, j’en fus singulièrement soulagé. Sa mère, lassée par les diverses fractures qu’il avait dû essuyer auparavant (cheville, arrachement des ligaments de l’épaule), n’était pas pour rien dans l’affaire. Elle ne comprenait pas que l’on puisse sacrifier ses études et sa santé dans l’exercice d’un sport qui, chaque semaine, apportait son lot de contusions, de confusions.

Comment exprimer cela au plus près de mes sentiments ? Comment expliquer sans effusion ni ridicule, qu’un homme qui a passé le plus clair de sa vie à aimer un sport, à le mythifier, à le prolonger par la parole ou l’écrit, qui y a trouvé des amis, qui y a puisé des exemples, qui lui a prêté, toute subjectivité bue, plus de vertus qu’aucune autre activité sportive ne pouvait à ses yeux en déceler, puisse être « soulagé » de voir son fils cesser cette pratique ? Par quelle aberration en est-on arrivé là ? Par quel dévoiement, quel crétinisme ?

Je redoutais au fond de moi, comme de trop nombreux parents désormais, que ne survienne un drame comme celui qui vient de coûter la vie à Nicolas Chauvin, quatre petits mois seulement après le décès de Louis Fajfrowski, et sept mois après celui d’Adrien Descrulhes. J’essaie humblement aujourd’hui de me mettre à la place du père de Nicolas, appelé, lundi dernier, au chevet de son fils plongé dans le coma. J’essaie d’imaginer l’horreur. L’indicible chagrin. Un gosse qui meurt, à 19 ans, et le monde qui s’écroule. Comment accepter cela ? Comment ne pas hurler ?

Le rugby était un sport de fête, un jeu fraternel, qui ne faisait certes pas toujours dans la dentelle. Il arrivait que, comme chez les Gaulois d’Astérix, on s’y file des baffes plus souvent qu’à notre tour, mais c’était, dans la grande majorité des cas, pour mieux s’y rejoindre le match terminé, festoyer de conserve, échanger, débattre. Qu’est-il devenu ?

Sur fond de primat économique – il n’est plus question, de toutes parts, que de revenus, de bénéfices, de transferts mirifiques – dans une quête sauvage et éperdue d’un « toujours plus » délétère, on a fabriqué des monstres bodybuildés dont le dessein premier est aujourd’hui de « casser la ligne » et d’asséner des plaquages comme autant de coups de fusils. Et tout ça pourquoi ? Pour favoriser l’ego de quelques présidents en mal de reconnaissance, la force d’une compétition qui se repaît de ralentis sulfureux, l’avidité d’un nouveau public soudainement rendu aux jeux du cirque.

Mesure-t-on l’effroyable bêtise de cette évolution ? Mesure-t-on à quel point ce sport intelligent, aux règles complexes, qui en a longtemps appelé à des codes chevaleresques, qui s’est enorgueilli d’élever ses enfants au rang d’hommes, sur fond de courage, de générosité, de respect de l’autre, s’est déshumanisé en vingt ans ? Est-ce là, la formidable « modernité » des choses ? Est-ce cela que l’on veut pour nos enfants ?

La Ligue et la Fédération en appellent désormais à World Rugby pour que le règlement soit enfin revu et corrigé. Pour que cesse ce rugby de « muerte » qui, si on ne fait rien, conduira demain à d’autres décès, à d’autres drames. Mais n’est-il pas déjà trop tard ? C’est qu’il faut tout repenser dans ce sport, tout refondre. Ce ne sont pas des « mesurettes » qui vont changer le cours des choses. Mais qui osera s’attaquer au fond du problème ? Qui aura le front et les moyens de dire Non ! De dire basta ! Qui saura résister à l’insupportable mouvance actuelle ? Qui ?

Le Rugbynistère tient à témoigner tout son soutien et ses plus sincères condoléances à la famille de Jacques Verdier ainsi qu'à ses proches.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Très belle chronique, il ne devait pas savoir que c'était sa dernière en l'écrivant mais elle a presque une résonance testamentaire pour un tel passionné. J'espère qu'il sera entendu et que quelqu'un saura s'attaquer courageusement aux problèmes de sécurité car comme lui je ressent comme un certain malaise maintenant quand je regarde ce sport que j'aime tant être pratiqué avec un esprit aussi destructif. La métaphore du jeu du cirque est très bien choisie pour illustrer l'indécence du spectacle actuel

  • Seyfr
    4495 points
  • il y a 1 an
@Sébastien.451NXe

Chacune de ses chroniques était un leg. Il brûlait tellement de passion cet homme, qu'il faisait tout pour la transmettre à travers ses mots. Je pense qu'il voulait laisser une trace dans le paysage du rugby français.
Après il était peut-être conscient que c'était sa dernière chronique s'il n'avait pas prévu de revenir (étant retraité)

Rien à ajouter, tout est dit et fort bien !

Entre lui et Cormier , le rugby a perdu deux beaux serviteurs que j'aimais lire et relire

J ai découvert le Midol il y a ... quelques années. Les Edito de Mr Verdier ne m ont jamais laissés insensibles, parfois élogieux sur le jeu du WE, parfois cruels si certains matchs ne rentraient pas dans les standarts attendus, parfois donneur de leçons, avec pertinence souvent et abus de temps en temps.
Je me suis vu soulagé en lisant l analyse d un match sévèrement perdu lors d un test du XV de Fce car les critiques étaient souvent suivies d une perspective de rebond (c etait jadis).
Mais que dire de l article ci dessus, ces mots sonnent comme la lettre du condamné, comme si Mr Verdier ne supportait plus ce dernier outrage de son sport adulé, comme si Nicolas en fermant les yeux lui avait fait ôter le gout de vivre Rugby.
Cette chronique j aurai rêver l écrire mais je n ai pas le talent de ce Monsieur, je ne peux qu adhérer à toutes ces réflexions.
Décidément cette fin 2018 est tragique, un peu comme la fin d une ère. Soit notre sport ne s en relèvera pas, soit il renaîtra de ses cendres.
Puisse les meilleures leçons de l homme de St Gaudens être retenues par les instances du rugby mondial.

Qui ? En effet...
J Verdier était une plume magnifique et sûrement un homme remarquable pour tous ceux qui ont eu la chance de le connaître. Pour les plus nombreux, comme moi, qui attendions ses mots dans le midol, il va nous manquer. Son rugby, sa sagesse, sa bienveillance et surtout ses coups de gueules, sa vision des évolutions Top 14, fric etc... ! Bien rédigés, avec la flamme de la passion pour le Rugby, pour le beau jeu.
Son dernier papier est encore une fois un beau et touchant témoignage, pour l'avenir de notre sport. Même s'il n'apporte pas LA solution...
Pensées amicales de soutien pour tous ses proches.

Qui?
C'est à chacun d'inventer le monde de demain.
Si on attend tous que quelqu'un d'autre le fasse, il ne se passera jamais rien.

  • Khris
    19611 points
  • il y a 1 an

Un des derniers représentant des valeurs du rugby nous a quitté, ça plume permettait de répandre la bonne parole , puisse son dernier message tenter une dernière fois de renverser la bêtise humaine et d’y arriver.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos