Moody : « Remporter le Grand Chelem n'est pas forcément une bonne chose »
L'ancien international réévalue l'importance du Grand Chelem.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Plusieurs champions du monde 2003 et grands chelemards estiment que remporter le Grand Chelem maintenant n'aurait pas un impact positif sur la préparation à la Coupe du monde.
Alors que le XV de France va devoir se battre pour éviter la cuillère de bois, les Anglais sont eux sur le chemin du Grand Chelem. Une performance qu’a connu l’ancien capitaine de la rose Lewis Moody (34 ans, 71 sélections) en 2003, date du dernier tournoi parfait des Anglais. En dépit de l’honneur que cela représente, le grand chelemard estime que ce ne serait pas une bonne chose pour les hommes de Lancaster : « Remporter le Tournoi est très important cette année, et ils vont le faire, déclare Moody à The Telegrah. Mais en ce qui concerne le Grand Chelem…Une partie de moi ne veut pas qu’ils gagnent parce cela signifie qu’ils n’auront plus le droit à l’erreur. » Deux victoires séparent aujourd’hui le XV de la Rose de l’honneur européen. Si l’Italie se dresse en premier sur la route des Anglais, ce sont bien les Gallois, champions en titre, qui représentent le plus gros danger pour eux.

Même son de cloche du côté du champion du monde, Josh Lewsey (36 ans, 55 sélections) : « Dans l’optique de la Coupe du monde, cela n’a pas beaucoup d’importance. » L’arrière polyvalent voit en effet plus loin pour la sélection nationale : « Ce qu’ils accomplissent fait espérer de très grande choses pour 2015. » Selon Moody, « la sélection avance dans la bonne direction ». Fier du succès des siens contre la France, le troisième ligne aile n’en fait pas pour autant une performance notable mais seulement « une bonne victoire » : « Parfois l’essentiel est seulement de battre l’équipe qui se présente en face. » Lewsey estime également que seuls les trois matchs éliminatoires de la Coupe du monde revêtent une importance. « Avant cela, tout le reste ne concerne que la progression et l’accumulation d’expériences. »

2003 était une année de Coupe du monde. Remporter le Grand Chelem à cette époque avait beaucoup plus de signification. Sur la route du mondial, la sélection anglaise n’était plus en préparation. « Nous étions ensemble depuis très longtemps. Pour le moment, cette équipe n’a rien du produit fini que nous étions en 2003. Il leur reste encore du travail. » Ils semblent cependant en bonne voie après deux années aux résultats plutôt irréguliers. « Suite à un très bon Tournoi (2011), il y a eu des mois difficiles et des matchs perdues qui leur ont servis de leçon, juge Richard Hill (39 ans, 71 sélections), de l’aventure en 2003. Ils sont revenus à un plan de jeu plus simplifié et tout en construisant leur succès sur une excellente défense. » En cas de Grand Chelem, l'histoire dira s'il était trop tôt ou non pour les Anglais.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kadova
    31045 points
  • il y a 7 ans

On voit qu'ils ont connu 2003, ils sont realistes, les anciens de la Rose.

  • Scrumgreg
  • il y a 7 ans

Entièrement d'accord avec eux la route est encore longue pour le xv de la Rose même s'ils sont en bonne voie : travail sacrifice et humilité pour conquérir la gloire en 2015
Come on England !

Derniers articles

News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News