Le frère de Census Johnston quitte les Quins et créé la polémique
En novembre dernier, les frères Johnston avaient dominé les Gallois

🔥 Black Friday 🔥

6 mois offerts ! (30 € / an)
En signant le pilier des Quins James Johnston et le flanker des Wasps Billy Vunipola en même temps, les Saracens alimentent les rumeurs concernant d'éventuels manquements à la loi sur la limite des salaires
En signant le pilier droit des Harlequins, James Johnston, les Saracens ont sans doute réalisé un des plus beaux transferts de cette année. Une nouvelle que n’a pas vraiment apprécié le directeur sportif des Quins, Conor O’Shea : « Ce qui me déçoit le plus dans cette affaire, outre le fait de perdre James, c’est que personne aux Saracens n’a daigné nous appeler pour nous dire que le deal allait être annoncé aujourd’hui (lundi). » Lorsque l’on possède un joueur de classe mondiale capable, comme son frère, de retourner la mêlée galloise, on a certainement du mal à l’accepter.

En novembre dernier, les avants samoans avaient en effet mis leurs adversaires au supplice, ne leur laissant aucun répit en mêlée pour finalement l’emporter 26 à 19 au Millennium Stadium. Pour s’attirer les faveurs d’un des meilleurs piliers droit de la planète, il semblerait d’ailleurs que le club de la banlieue nord-ouest de Londres ait aligné les Livres Sterling. « Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour le garder mais nous n’avions pas les finances suffisantes. Enfin…nous les avions mais nous aurions dépassé la limite salariale » confie O’Shea avec dépit.

Une déclaration qui laisse à penser comme l’indique The Guardians, que certaines équipes de Premiership ne seraient pas en règle avec la loi. Selon le journal, plusieurs entraîneurs au sein même de la ligne s’interrogeraient sur la capacité de clubs à engager des joueurs sans lâcher du lest pour rester sous la limite des 5,3 millions d’Euros du salary cap. Des équipes comme les Saracens se permettant de signer Johnston et le flanker des Wasps Billy Vunipola en même temps. En France, la limite a été fixée cette année à 9,5 millions par la LNR, de quoi laisser la possibilité au RCT de se payer les services du pilier des Tigres de Leicester, Martin Castrogiovanni.

Sources : The Telegraph, ESPN Scrum, Planet Rugby

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • TPhib
    51192 points
  • il y a 7 ans

Merci de ton aide, j'avoue qu'au bout d'un moment je n'ai plus trop les yeux en face des trous.

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 7 ans

De rien. Je fais partie de la confrerie des correcteurs d'orthographe ici.
🙂

  • TPhib
    51192 points
  • il y a 7 ans

Merci pour la correction. Je ne suis pas encore tout à fait rétabli de mon mal de ventre pour rester poli 😊

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 7 ans

"daigné" plutot que "dénié", svp, merci !
(4e ligne)

Les Saracens sont les seuls en Angleterre à effectuer une politique de recrutement façon Top14, alors que la plupart de leurs concurrents directs dégraissent au contraire (Northampton, Harlequins, Leicester). C'est vrai que les sarries doivent flirter avec le règlement, car ils sont les seuls à recruter luxe. Ils vont écraser le Premiership l'an prochain, quand on voit les pertes à venir pour les autres clubs (départs de Castrogiovanni/Leicester, Mujati-Tonga'huia/Northampton, Johnston/Harlequins).

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News