La lettre ouverte d'un éducateur de l'Aviron Bayonnais au président du Stade Rochelais
Lettre ouverte au président du Stade Rochelais.
Dominique Duhalde a décidé de sortir du silence pour défendre les jeunes de l'Aviron Bayonnais.

Joueur pendant près de 20 ans, devenu entraîneur et éducateur à l'école de rugby avant de s'occuper des équipes Gaudermen et Alamercery de l'Aviron Bayonnais, Dominique Duhalde est aujourd'hui coordinateur auprès des équipes cadets de la formation basque. "J'assure le lien entre les entraineurs chargés du terrain et les autres composantes de l'association et plus particulièrement avec le responsable de la formation jeunes. J'assure aussi un suivi de nos jeunes sur le plan sportif et médical."

Dominique a choisi d'écrire une lettre à Vincent Merling, président du Stade Rochelais "après quelques nuits tourmentées qui ont aidé à ma réflexion." S'il l'a rend publique, il a envoyé l'original par courrier postal et mail. "La lettre va en désappointer quelques-uns, et en agacer certains, comme elle risque d’en stimuler d’autres, mais elle est sincère et m’a semblé nécessaire vis-à-vis de nos garçons."

La Rochelle, la belle … et la bête(ise)


Alors qu’on nous dit le Rugby hexagonal moribond, il souffle comme un vent de renouveau, qui nous vient de La Rochelle et de son club de Rugby, donnant à tous les amateurs de ce jeu l’envie de suivre le sillage du navire lancé à pleines voiles.


Les spécialistes comme les journalistes, sportifs ou non, évoquent à juste titre un club, ses structures, son public, son président et ses valeurs.


Mais sous les traits qui forcent le respect et l’admiration, autant qu’ils font montre d’exemplarité, il semble que ses fondations, représentées par sa formation avec son encadrement et ses dirigeants, soient en partie gangrenées, alors qu’on pensait ce club épargné.


Le mal nous est apparu à Bayonne ce samedi 2 décembre, sur les coups de 17h30, alors que les cadets Alamercery (moins de 16 ans) de l’Aviron Bayonnais venaient 1 heure plus tôt de battre leurs homologues du Stade Rochelais, dans une rencontre enlevée et dans le respect des règles, sur le score de 50 à 15.


Le mal a pris l’apparence d’un retraité, licencié en tant que dirigeant du Stade Rochelais, et soigneur du jour. Ravi, dégustant un morceau de notre fameux jambon, celui-ci déclarait à la cantonade que le directeur de jeu était retardé dans son vestiaire car ce monsieur venait de poser une réclamation de nature administrative, sur la qualification d’un jeune joueur de 14 ans, évoluant habituellement avec l’équipe des Gaudermen (moins de 15 ans), remplaçant ce jour. Ce dernier avait été retenu dans le groupe suite à la blessure d’un de ses ainés la veille et avait eu le privilège de jouer 20 minutes en fin de rencontre, le score étant acquis à son entrée en jeu (40 à 10 et 6 essais inscrits sur les 8). Le Directeur de jeu interrogé par nos soins ne notait aucune irrégularité pour sa part, d’autant plus que le contrôle de qualification préalable à la rencontre avait été effectué par ses soins et le document ad hoc visé par lui et par les 2 dirigeants de Bayonne et de La Rochelle, eux-mêmes chargés de la rédaction des feuilles de match. Nous n’aurons cependant aucune explication complémentaire de la part du soigneur ayant plié bagages entre temps.


Le 14 décembre, nous sommes convoqués en visioconférence par la Commission des Règlements de la FFR afin que les différentes parties s’expliquent.


Pour notre part, nous évoquons bien entendu le contenu sportif et la victoire méritée de nos jeunes, reconnue par l’ensemble des parties, comme nous reconnaissons un oubli dont la nature est purement administrative, sur un point de règlement totalement nouveau cette saison, qui nécessitait que notre joueur -15 ans Gaudermen soit également inscrit dans la liste avec ses ainés -16 ans Alamercery. Ce nouveau point de règlement n’était pas connu par l’arbitre du jour chargé du contrôle de qualification, ni par ceux que nous avons interrogés depuis d’ailleurs.


Le Stade Rochelais est représenté par 2 personnes (un dirigeant et un responsable sportif). L’argumentation de ces 2 personnes sera simple et sans ombrage : « nous connaissions ce point de règlement et l’avons bien notifié à l’arbitre après la rencontre. La commission doit être exemplaire comme elle l’a été avec nous l’année passée ou malgré notre bonne foi nous avons été sanctionné pour un autre point de règlement » (affaire sans aucun rapport avec l’Aviron Bayonnais). Reprenant même la parole en fin de visioconférence le dirigeant Rochelais insistera : « Après notre expérience malheureuse passée, il ne doit pas y avoir deux poids et deux mesures, la sanction doit être exemplaire pour l’Aviron Bayonnais (sic) ». Dont acte de la seule motivation qui fait l’adage des Rochelais : « le malheur des uns doit faire … Le malheur des autres ». La sanction est maximale : match perdu (-5 points) pour Bayonne et gagné pour La Rochelle (+5 points avec bonus SVP) auxquels s’ajoutent -2 points terrain pour Bayonne (car nous sommes des délinquants ayant sciemment détourné la règle) et une amende financière au bénéfice de la FFR.


Donc nous y voilà, le mal touche bien ce qu’il y a de plus noble dans notre sport sa jeunesse et ses valeurs.


Pour preuve, s’il en fallait une, le principe n° VII extrait de la Charte d’Éthique et de Déontologie du Rugby Français : « Gagner, mais pas à n’importe quel prix !». Jamais les enjeux financiers et la quête de reconnaissance de devraient justifier l’adage « tous les moyens sont bons », en particulier par le recours à la justice, y compris sportive, pour remettre en cause un résultat obtenu sur le terrain. Précisant également que : La victoire se gagne sur le terrain et il faut résoudre les situations de conflit par le dialogue plutôt que par le recours aux instances, et enfin : il faut dénoncer les recours contentieux qui présentent un caractère abusif et antisportif.


Je me rappelle également Mr Merling que vous exprimiez il y a peu de temps des vœux et quelques inquiétudes : « On a tous besoin de retrouver de la sérénité parce que le rugby est un sport de plaisir et de moments forts à partager. C’est un sport professionnel mais il faut garder ces moments de partage. Préservons les valeurs d’équité de notre sport ! Ça fait partie des valeurs fondamentales du Rugby. Je suis très inquiet à l’idée que ces valeurs disparaissent. »


C’est bien dans l’esprit du principe IX de la charte : « Veiller au respect des valeurs » comme de celui de l’article V : « Faire du rugby un vecteur d’éducation, de développement du lien social. »


Avec l’affaire dont je fais état ici, je partage entièrement votre inquiétude, d’autant plus quand cela touche les jeunes et le sport amateur. Notre projet sportif et éducatif doit être empreint d’humilité, de respect et d’équité.


A cette heure, et à quelques jours de Noël, nous avons tous à Bayonne un goût amer dans la bouche, un grand sentiment d’injustice chez nos jeunes à qui nous ne pouvons expliquer que la bêtise de quelques personnes peut ruiner tous les efforts consentis, et que l’exemplarité que nous leur imposons, sur comme en-dehors du terrain, n’est pas dans l’ADN de tous ceux qui œuvrent dans notre milieu du Rugby.


Je me devais par cette lettre ouverte à votre attention Mr Le Président, initiative tout à fait personnelle, de dénoncer ces comportements contraires aux valeurs de notre sport, et à attirer votre attention sur ces faits qui touchent aussi votre club du Stade Rochelais. Pendant ce temps, la justice fédérale va suivre son cours puisque nous ferons appel de la décision de la Commission des Règlements afin de faire valoir notre droit à l’équité sportive. En attendant, nous mobilisons nos garçons sur le seul objectif sportif qui verra les phases de poules se terminer par un déplacement de l’Aviron Bayonnais au Stade Rochelais au printemps prochain.


Je reste à votre disposition, Monsieur le Président, dans un esprit ouvert au dialogue et à la concertation. Mes sincères salutations sportives.


Dominique DUHALDE

Association Aviron Bayonnais Rugby

Coordinateur Sportif Équipes Cadets

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

il y a quand meme un manque flagrant de remise en cause de a part des institutions ... si les arbitres de la rencontres ne sont pas au courant d'un tel point de règlement alors qu'ils dépendent directement de la Fédé c'est que sur ce point cette derniere n'a pas fait convenablement son travail.

Infliger une sanction EXEMPLAIRE est donc stupide et relève d'un manque de discernement ...

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
Amateur
News
News
Vidéos
News
News
News
News