Jeux Olympiques : quelles sont les chances de qualification pour France 7 ?
France 7 en mode Jeux Olympiques. Crédit photo : Twitter @Rio2016_en

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le tirage au sort des poules des Jeux Olympiques a été effectué. Quelles sont les chances de nos Bleus ? Voici l'analyse de Jean-Baptiste Gobelet.
Afrique du Sud, Australie, Espagne : l'équipe de France masculine de rugby à 7 connaît ses adversaires pour les prochains Jeux Olympiques ! Comme d'habitude, notre consultant Jean-Baptiste Gobelet analyse l'actualité du Seven et nous explique les clés pour se qualifier en 1/4 de finale... sans oublier de nous présenter les équipes qui feront face aux Bleus.

La qualification

À premiere vue, la poule de la France a l'air très relevé. En comparant avec les deux autres, on se rend compte que celle de la France est la plus abordable pour accéder en 1/4 de FinaleLa poule C (Nouvelle-Zélande, Grande-Bretagne, Kenya et Japon ; ndlr) est certainement la poule la plus relevée d'après les experts mondiaux. Avec seulement une victoire en poule et un Goal average largement positif, la France est sûre de se qualifier en 1/4 des  JO. Le match contre l'Espagne est donc le match clé de ce Jour 1 : une victoire avec un score large assurerait les chances de qualification 

L'Australie apparait comme un match à la portée des Bleus, même si la dernière victoire française remonte à quelques saisons. L'absence de leurs facteurs X peut permettre aux Francais de signer un exploit dès le premier match et lancer leurs Jeux. Le match face aux BlitzBoks sera un indicateur du potentiel des Français à aller chercher une médaille olympique - ou non - en ce week-end des JO.

Tout sera une question de Goal average dans l'attribution des 1/4 de finales : il faudra être méthodique et stratégique pour s'assurer une place en 1/4 et ainsi éviter une grosse écurie du Top 3 dès le lendemain en 1/4. Les calculettes seront de sortie, surtout dans le dernier match. Les Francais ont montré que face aux nations comme l'Argentine, le Kenya, les USA ou la Team GB, ils avaient pris le dessus lors des derniers tournois. Pour rivaliser face au Top3 (Fidji / Afrique du Sud / NZ), leur faudra faire le match parfait et se concentrer dès le Jour 1. Le Jour 2 sera complètement différent.
La France n'est pas dans les favoris, et elle le sait. Sa chance de médaille est infime au vu des saisons passées mais elle existe, comme celle des 12 équipes présentes sur la ligne de départ de Rio 2016. Tous les supporters français souhaitent que cette équipe aillent le plus loin possible aux Jeux : y aller est un rêve pour beaucoup d'entre eux mais réaliser une performance aux jeux serait merveilleux pour les joueurs, notamment ceux qui ont galéré depuis 6 ans.

La suite p. 2 avec l'analyse des adversaires des Tricolores.

Australie :


Les Australiens doivent leurs qualification sur le tournoi de Zone Océanie en Octobre 2015, après avoir raté la qualification olympique du ticket 1 sur la saison 2014-2015. On se souvient de la défaite au tournoi de Tokyo 2015, qui avait laissé passer les Anglais dans le Top 4. Leur nouveau coach Andy Friend a complètement transformé cette equipe d'un point de vue tactique en gardant les memes joueurs et en ajoutant de jeunes talents comme Hutchinson. 

Il a choisi de nommer cette semaine un squad de 16 joueurs pour le camp d'entrainement de preparation olympique à Darwin, avec de nombreux joueurs d'expérience à 7 (Jenkins, Clark, Cusack, Holland, Maalouf, Myers, Parahi, Stannard) :

Cameron Clark (Sydney NSW), Tom Cusack (Canberra ACT), Allan Fa'alava'au (Melbourne VIC), Sam Figg (Sydney NSW), Con Foley (Brisbane QLD), Lewis Holland (Queanbeyan NSW), Henry Hutchison (Sydney NSW), Ed Jenkins (Sydney NSW), Boyd Killingworth (Sydney NSW), Tom Kingston (Sydney NSW), Nick Malouf (Brisbane QLD), Pat McCutcheon (Narromine NSW), Sam Myers (Forbes NSW), Jesse Parahi (Avoca Beach NSW), John Porch (Orange NSW), James Stannard (Brisbane QLD)

Les + :

C'est une equipe qui est très homogène, elle arrive à garder un niveau de jeu très élevé, même sans leurs leaders de jeu. On se souvient de leur victoire en Plate à Wellington avec une equipe composée uniquement de "soi-disant remplaçant" avec quelques jours plus tard, une des plus belles finales de la saison en terme d'intensité à Sydney face aux All Blacks, que les Australiens ont laissé passé a la dernière seconde. La profondeur de banc est un atout pour cette équipe.
Les Australiens sont des athlètes purs, leur force résident beaucoup dans leur capacité d'endurance. Ils peuvent répéter des efforts pendant 14 minutes sans problème. C'est 'équipe la plus organisée et la plus efficace dans la zone de ruck, ils sont capable de contre rucker toutes les équipes du circuit. Ils font un travail incroyable en salle dans la lutte au ballon et la réactivité au sol.

Les - :

La Blessure de leurs pepites. Exit Henry Speight et Pama Fou pour raisons de blessures, les 2 facteurs X de l'équipe. Ce type de joueurs est capable de changer le cours du match. Jeloudev et Nick Cummins sont aussi en délicatesse avec leurs blessures et risquent de voir s'envoler le rêve olympique.

Bilan :

Les Francais auront 2 joueurs en moins à surveiller contre l'Australie. Chaque joueur est redoutable dans la zone de ruck, il faudra les éviter ou les sécuriser au maximum. Les Bleus devront tenir le tempo ou sinon le ralentir pour prendre le contrôle du match.

Afrique du Sud :

C'est l'équipe la plus régulière sur le circuit depuis cinq ans. Ils font partie des grands favoris à l'or olympique. Ils ont récupéré un squad de 36 joueurs au début de saison, dont de nombreuses stars Springboks (de Allende, Kankowski, Habana, Hougaard, de Jongh...) La saison a été plutot bonne avec un gros départ, profitant de l'apport des joueurs de Super 15 jusqu'en février. Le moment marquant de la saison, c'est la demi-finale remportée 31-0 contre les Fidji au Wellington7s : ils ont les armes pour contrer les grosses équipes du circuit.

Les + :

Un des plus gros squads du circuit et des facteurs X comme Speckman, Kolbe, Senatla, De Jongh, Gedul.

Les - :

Le domaine aérien et les coups d'envois. C'est une des plus grosses lacunes de cette equipe, elle se contente de mettre la pression sur ses propres coups d'envois. Ils sont en difficulté sur des profils aériens en zone de contest.

Bilan :

Ce sera pour les Francais le plus gros morceau. Je pense qu'ils laisseront Senatla sur le banc afin d'effectuer un marquage serré sur Vakatawa comme ce fut le cas avec Hougaard au CapeTown7s, ils vont privilégier la défense et les turnovers avec Speckman et Gedul.

Espagne :


C'est l'invité surprise des JO, qui a gagné son ticket grâce au TQO Monaco7s. C'est une équipe du mêe profil que le Brésil : un gros manque de puissance mais un collectif et un jeu tres huilé. Il y a environ six possessions par équipes par match, il faudra en plus d'être réaliste en attaque en réalisant un 100% - largement possible avec Vakatawa - annihiler leurs attaques et récuperer un maximum de ballons.

Les + :

Ils sont très difficile à manœuvrer quand ils ont le ballon, ils ont des joueurs qui peuvent finir les action et conserver le ballon plusieurs phases comme on a pu le voir face aux Samoa. On le voit avec nos différentes confrontations face à eux depuis 4 ans. Les Espagnols ne lâcheront pas le match facilement, ils ont peu de défaites de plus de 20 points.

Bilan :

Les Francais devront vite mettre la main sur le ballon pour ne pas se fatiguer en défense et compter sur leur puissance physique pour breaker très vite. C'est le match de la journée pour les Francais, mais aussi pour les Espagnols ! Ils le joueront sûrement en dernier, les Francais auront leur destin entre leurs mains pour une qualification en 1/4 de Cup.  Ils auront en tête le Goal average nécessaire pour se qualifier. S'il y a beacoup de points à rattraper, il faudra breaker très vite et scorer sur chaque possession et turnover.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Iyhel
    23089 points
  • il y a 4 ans

Franchement les Blitzbokke ça me paraît insurmontable, surtout en poule. Ils ne sont pas bons dans le jeu aérien ? Nous non plus !
Je partage totalement le diagnostic de JB sur la qualité des rucks australiens, alors que c'est là aussi un de nos points faibles.
Franchement, je pense que NZ/Kenya c'était plus à notre portée, Fiji/USA peut-être aussi.
Après, c'est du 7, tout est possible, trois victoires comme trois défaites...

Pis bon, moi, tant que les Fiji gagnent à la fin, hein 😛

  • Iyhel
    23089 points
  • il y a 4 ans
@Iyhel

Ah et puis j'oubliai : on n'a pas vraiment (comme à XV d'ailleurs) cet instinct de tueurs de matches qui aide à enfoncer le clou et faire des cartons donc compter se qualifier aux points, c'est chaud.
On s'est quand même fait sortir deux fois de Cup cette année pour 2 malheureux points de différence, en lâchant des fins de matches - certes, une fois, ça a joué en notre faveur et on a sorti le Canada de 2 points.

  • Iyhel
    23089 points
  • il y a 4 ans
@Iyhel

(et puis je nous trouve un peu légers devant, il est encore temps de naturaliser Selesele !)

Superbe article et explications très claires de JB Gobelet.
Par contre ses références à des calculs de Goal Average pour espérer terminer meilleur troisième me font peur.
Le rugbyman est peu calculateur : cf MHR-CO en demi de Top 14 2014 et plus près de nous (et qui fait toujours mal à mon coeur) ASM-UBB en phase de poule 2016.
Donc le plus simple ne serait-il pas d'en gagner un maximum ?

  • mimi12
    79397 points
  • il y a 4 ans

Il n'y a pas de calculs à faire : si l'équipe veut une médaille, il faudra battre tout le monde !

  • Zejack
    16746 points
  • il y a 4 ans

L'Espagne n'a pas de points faibles ?
ARGH

@Zejack

Nous en avons en trop pour les décrire en un seul article (surtout il s'agit d'une équipe vieillissante et lente, ils ont perdu à deux reprises contre Hong Kong cette année)... Mais nous n'avons rien à perdre non plus.

La plupart de l'équipe laissera le rugby à sept après les JO et personne n'y croyait à leur qualification. De plus, si les femmes brillent auparavant (elles oui sont capables de battre n'importe qui, même si ça reste compliqué) ils joueront encore plus décontractés.

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
Vidéos
News
News
Ecrit par vous !
News
Ecrit par vous !
News