Florian Grill : ''Il est urgent d'agir avec des mesures concrètes pour sauver notre sport''
Le président de la Ligue d'Île de France Florian Grill veut agir maintenant.
Membre du Comité directeur de la FFR et président de la Ligue d'Île de France Florian Grill dévoile plusieurs mesures pour sauver le rugby.

Depuis la disparition tragique du jeune trois-quarts centre d'Aurillac Louis Fajfrowski en marge d'un match amical face à Rodez, les commentaires, analyses et avis personnels vont bon train aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les médias. Entre simple constat et bonnes idées, il s'agit de faire le tri d'autant qu'en définitif, ce sont les instances du rugby français et mondial et leurs dirigeants qui auront le dernier mot. S'il sera difficile de révolutionner la discipline, des ajustements, des mesures peuvent être prises pour assurer la sécurité des joueurs et son avenir alors que de plus en plus de parents réfléchissent à retirer leurs enfants des écoles de rugby et que le nombre de licenciés diminue.

Le 31 août prochain se tiendra le premier Comité directeur de la FFR après le décès de Louis Fajfrowski. Pour l'un de ses membres Florian Grill, président de la Ligue d'Île de France, "il est urgent d'agir avec des mesures concrètes pour sauver notre sport. La douleur est encore présente mais ce serait une faute d'attendre pour prendre des décisions." Aussi, le 31 août, il entend bien présenter quelques propositions ou pistes de réflexion "pour lutter contre les commotions cérébrales et la violence". En voici quelques-unes évoquées sur sa page Facebook :

  • De l'École de Rugby aux seniors, prôner un "rugby de mouvement" fait de passes et d'évitements versus un "rugby fait uniquement de collisions". Le rugby de mouvement est notre histoire mais aussi notre avenir. Depuis 4 ans nous nous battons pour l'imposer en Ile de France dans les écoles de rugby, et ça marche. Il faut en faire le projet de jeu de tout notre rugby et pas seulement dans les Écoles de rugby.
  • Interdire et sanctionner durement les plaquages qui ne seraient pas en-dessous de la poitrine.
  • Durcir l'application des règles de l'arbitrage et notamment lors des déblayages dans les rucks.
  • Systématiser dans toutes les catégories des formations au plaquage et notamment en ce qui concerne le placement de la tête lors du plaquage.
  • Interdire les casques qui rassurent et poussent même à plus d'engagement physique, mais ne protègent aucunement des commotions cérébrales.
  • Réfléchir à une limitation du poids total d'une équipe d'une part, mais aussi de son 8 de devant d'autre part, pour éviter le syndrome du "toujours plus physique" avec des avants qui finiront par dépasser les 900 kilos, et des 3/4 qui suivent le même chemin.
  • Mettre en place des catégories de poids chez les jeunes comme c'est le cas dans certains pays à l’étranger (Nouvelle-Zélande).
  • Faire pratiquer le rugby à 5 au plus grand nombre (et notamment aux spectateurs à la fin des rencontres) pour diffuser la culture d’un rugby de passes et d’évitement et montrer le plaisir qu’on peut y prendre tout en faisant comprendre la complexité de l’arbitrage.

Outre ces pistes de réflexions, Florian Grill invite à une plus grande transparence vis-à-vis du nombre de blessure et de commotions subies et ce, dans toutes les catégories, et pas seulement chez les pros ; à communiquer sur les commotions cérébrales, sur le dopage "qui permet d'assumer des charges d'entrainement plus forte ou de progresser physiquement de manière excessive" ; à sensibiliser les joueurs comme les entraîneurs au médical. "Il n'y a pas de fatalité à condition d'affronter les problèmes de front et d'accepter de travailler avec toutes et tous, en acceptant d'écouter ceux qui pensent autrement car le rugby n'appartient à personne." Il rappelle qu'en changeant les règles en mêlée "en tenant bon devant la levée de bouclier de l'époque", les blessures dans ce domaine ont été endiguées. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je vous invite à lire les compte-rendus de Florian Grill sur Facebook après chaque comité directeur de la FFR. C'est souvent objectif, pas dans l'opposition stérile et surtout très instructif sur la manière dont la FFR fonctionne.
Ensuite je ne suis pas toujours d'accord avec lui comme sur toutes ses propositions mais au moins il propose et humainement c'est qqun avec qui on peut discuter.
Si au moins cela permet de ne pas mettre sous le tapis le sujet comme cela a été le cas après le KO d'Ezeala en janvier ou après le décès d'Adrien (Billom) en mai dernier (et oui déjà un décès mais comme c'était en amateur on a oublié).

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News
News