Champions Cup : Clermont-Racing 92, un quart de finale, deux trajectoires différentes
Franciliens et Auvergnats visent une demi-finale

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Alors que le Racing, deuxième du Top 14, se présente à Clermont, les Jaunards, eux, jouent leur saison sur ce match de Champions Cup.

Une saison faite de galères

L’histoire semble se répéter. Après Castres, le Stade Français ou encore le Racing l’an dernier, c’est au tour de l’ASM Clermont Auvergne de connaître la malédiction des saisons qui suivent un titre de champion de France. Une saison galère donc, et une inhabituelle neuvième place en Top 14. Mais les joueurs de Franck Azéma ont tout de même réussi à se qualifier pour les quarts de finale de la Champions Cup, en finissant premiers d’une poule où se trouvaient les doubles tenants du titre, les Saracens, les Ospreys, et Northampton. Le week-end dernier, alors que les retours de blessures de Fofana, Penaud, Lopez, et du général Parra pouvaient laisser espérer un résultat positif à Toulon, les Clermontois sont complètement passés à côté. Pris dans l’engagement, ils ont même établi un record de placages manqués sur un match de Top 14 (49).  

Les places qualificatives pour les phases finales du Top 14 étant désormais lointaines, le club cher à Eric de Cromières joue donc sa saison sur cette compétition, et en particulier sur ce match. Les Jaunards peuvent cependant s’appuyer sur leur expérience (trois finales en cinq ans), ainsi que sur leur solidité à domicile en Coupe d’Europe, car ils n’ont en effet jamais perdu un quart de finale à l’échelon européen au Stade Marcel Michelin. Un sursaut d'orgueil est attendu par l'organigramme clermontois qui, bien qu'ayant rapidement basculé vers ce match, garde en tête le manque d'implication des joueurs lors du déplacement à Mayol. 

RÉSUMÉ VIDÉO. Le RCT surclasse l'ASM 49 à 0 et Chris Ashton égale le record de Napolioni Nalaga

Et si c'était leur tour ? 

Côté francilien en revanche, la saison difficile de l'an passéesemble n'être qu'un mauvais souvenir. Ces dernières semaines ont été plutôt convaincantes d'un point de vue mathématique puisque sur les sept derniers matchs, les Ciel et Blanc en ont remporté cinq, dont deux victoires à l'extérieur, à Castres, et le week-end dernier à Lyon. Il faut rajouter à cela une victoire à domicile contre La Rochelle et une autre dans le derby parisien et cela permet de mesurer la forme actuelle des Racingmen. Seule ombre au tableau, la large défaite à Montpellier le 10 Mars, sur le score fleuve de 41-3. Les hommes de Jacky Lorenzetti possèdent cette année une équipe capable de s'aligner sur les deux tableaux. Preuve en est, s'ils sont deuxièmes du Top 14, les Franciliens ont également fini deuxièmes de leur poule, derrière le Munster mais devant Castres et les Anglais des Leicester Tigers.

Les hommes de Laurent Travers et Laurent Labit auront donc à coeur de relever le défi auvergnat, d'autant plus quand on connait leurs facilités loin de leurs bases (six victoires à l'extérieur, total le plus élevé de notre championnat). Ils pourront également compter sur le retour de leurs internationaux sélectionnés pour le Tournoi des 6 Nations, et sur l'efficacité face aux perches de Maxime Machenaud. Un poste reste cependant en suspend, celui de demi d'ouverture. Si Dan Carter est normalement le titulaire du poste, ses dernières sorties ont eu du mal à convaincre. Pour preuve, le staff francilien a pris l'habitude de le sortir régulièrement en cours de match. Sur les six matchs avant Lyon, Dan Carter avait été titularisé six fois, pour un temps de jeu de 380 minutes, et seulement quinze points marqués au pied. Hésitant dans l'animation, tendre défensivement, et jouant à reculons, la star néo-zélandais semble loin de la forme qui était la sienne lors de son arrivée il y a deux ans et demi. Son départ en fin de saison vers une dernière pige au Japon, dans un championnat moins exigeant physiquement, explique aussi peut être cette impression.

Des choix forts à faire

D'autre part, Carter subit de plus en plus la concurrence de Pat Lambie. Le Sud Africain, arrivé en France en octobre, constitue une vraie option au poste de numéro 10, d'autant que ses dernières prestations plaident pour lui. Sa polyvalence (10,12,15) lui assure un temps de jeu conséquent (14 matchs), mais c'est bien à l'ouverture qu'il a été titularisé lors de la victoire au Stade Gerland de Lyon le week-end dernier. L'encadrement du Racing 92 pourrait donc être tenté de le titulariser à ce poste pour le match contre Clermont, ce qui relèguerait Dan Carter sur le banc. 

Chez les Auvergnats, les retours à la compétition le week-end dernier de joueurs importants comme Wesley Fofana, Morgan Parra, Damian Penaud ou Camille Lopez vont solidifier l'effectif. La question principale, tout comme au Racing 92, se situera au niveau du poste de demi d'ouverture. Rentré à la 67ème minute contre Toulon, Camille Lopez sera-t-il titularisé par Franck Azéma et son staff ? Si son talent, sa complémentarité avec Morgan Parra et les prestations de Luke Mc Alister plaident en sa faveur, l'international tricolore n'a que 13 minutes de jeu dans les jambes. Ce sera à l'encadrement jaune et bleu de trancher. 

Une chose est sûre une équipe française sera en demi-finale de la Champions Cup, en espérant qu'elle ne fera que rejoindre Toulon et La Rochelle. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Iyhel
    22974 points
  • il y a 2 ans

« une dernière pige au Japon, dans un championnat moins exigeant physiquement » moins de commotions, certes, mais pour le cœur et les poumons...

Derniers articles

Arbitrage
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos