6 Nations. France - Irlande : l'analyse de la presse anglo-saxonne
6 Nations. France - Irlande : l'analyse de la presse anglo-saxonne.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Samedi dernier, l'Irlande a remporté le Tournoi des 6 nations grâce à sa victoire aux dépens du XV de France sur la pelouse du Stade de France (20-22).
Samedi dernier, l'Irlande a remporté le Tournoi des 6 nations grâce à sa victoire aux dépens du XV de France sur la pelouse du Stade de France (20-22). The Irish Independant précise que les « Français ont été Irlandais pour un jour » en célébrant Brian O'Driscoll plus que l'un des leurs lors de son entrée sur le terrain. Cette victoire est « la fin idéale pour Brian O'Driscoll » note la BBC dans une rencontre « tendue » où les Irlandais ont du « batailler dans les rucks » face à une équipe de France « affutée lors des premiers échanges ». Il a fallu que l'Irlande « se fraie un chemin » à l'image de Sexton pour le premier essai du Trèfle. The Independant pointe le fait que les visiteurs « ont su exploiter la piètre défense française » pour marquer à nouveau par Trimble. Wales Onlines rajoute que la France était engluée dans « son jeu stéréotypé » avec « des avants imposants pas vraiment à leur aise en défense ».

Pour Planet Rugby, « l'Irlande pouvait sentir la victoire et beaucoup pensaient qu'elle allait porter le coup de grâce face à des Français totalement désorganisés. » C'était sans compter « sur un moment de classe de Rémi Tales ». Les Français ayant revêtu « leurs costumes de Mousquetaires » l'espace d'un instant. L'Irlande a cependant pu « souffler » en mêlée remarque The Telegraph alors que l'arbitre du match, Steve Walsh, « a remarqué très tôt dans la partie que Thomas Domingo était le maillon faible. »

Le match « n'a pas été joli », pour Planet Rugby, dans le sens où les joueurs se sont envoyés à l'instar « d'un Mathieu Bastareaud qui a tout détruit sur son passage ». On se souvient également de Dimitri Szarzewski avec la pommette sanglante. « En un éclair », l'Irlande a fait la différence à la reprise avec le doublé de Sexton. Elle a aussi « maltraité la France avec ses mauls d'école ». La France a néanmoins « failli souffler la victoire à l'Irlande, mais cela s'est seulement joué sur une passe en-avant ». « Les Bleus se demanderont longtemps ce qui aurait pu se passer si la pénalité manquée de Jean-Marc Doussain avait trouvé le chemin des poteaux adverses. »

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kadova
    31045 points
  • il y a 6 ans

Tu etais au stade, il me semble, Grisou?
Perso, je me fiche bien de ce que pensent les Anglais et autres. J'ai adore l'ambiance, on a fete la victoire de la verte Erin tous ensemble, et de penser a la tete des Anglais a a fin du match, c'etait la cerise sur le gateau.
Sinon, n'oubliez pas que Les Kiss a peut-etre compris le plan de jeu francais, le veinard !

  • Grisou
    17632 points
  • il y a 6 ans

Oui... Enfin, on peut aussi se demander ce qui se serait passé si Sexton avait mis les deux pénalités laissées en route, largement dans ses cordes, alors que Doussain rate la sienne juste après etre rentré...

Tournoi des VI Nations 2015:

Après 5 années d'attente, dont les 2 dernières particulièrement éreintantes, ils l'ont fait !
Impérial dans tous les secteurs du jeu, le XV de France s'adjuge le Grand Chelem avec, cerise sur le pudding, une magnifique victoire à Twickenham. Sereine tout au long du tournoi, "Flamboyant" comme l'ont même titré les journaux anglo-saxons à l'unisson, les Bleus se sont imposés tel un rouleau compresseur.
Ils ont livré un véritable récital tant au niveau des lignes arrières. Bien aidés par un Fofana sur un nuage, égalant le nombre d'essai dans un match et le record du monde du 100m en touche, combinant avec Bastareaud, d'une surprenante dextérité, lui qui se fait appeler "Chistereaud" outre-manche. Le turn-over effectué sur les lignes arrières, avec un Fickou plein de folie, un Mermoz qui finit dans l'équipe type du tournoi, un Huget qui n'oublie pas de mettre des essais (à défaut de se présenter au contrôle anti-dopage encore !), tout va pour le mieux avec Les avants ont bien montré les valeursce jeu qui fait palpiter l'entre-jambe tellement il est lêché !
Les avants n'ont pas laissé leur part aux chiens du reste. Avec un Mach qui s'affirme de plus en plus comme le patron au lancer, lui qui a passé tout son hiver à écouter les précieux conseils de Marinette Pichon, ses efforts sont récompensés et Chouly qui attrape absolument toutes les balles qui passe près de lui. Domingo a littéralement fait exploser toutes les mêlées adverses, bien aidé il est vrai par sa ceinture dorsale, mais quel plaisir de voir autant de puissance, que ce soit dans les rucks mais aussi dans l'agressivité de la défense.
Dusautoir en bon capitaine-sécateur, Parra et Machenaud en sur-forme (QUID de Kockott en juin?), un Plisson qui distribue à merveille le jeu à la main comme une écolière aligne les perles, tous les voyants sont au vert. Avec aucun blessé, une équipe type qui s'est clairement dégagée, une presse Française unanime sur le jeu léché développé par l'équipe, relatant à la fois le génie tactique de PSA et les initiatives des joueurs au talent incommensurable, tout va pour le mieux, comme B.Laporte le dit si bien "Je dois bien avouer qu'on brille de mille feux. On a fait passer les Anglois pour des enfants."


Coupe du Monde 2015

Tout juste auréolée d'un Grand Chelem, l'équipe frappée du coq se dirige vers une coupe du monde où ils sont bien décidés à vaincre cette fameuse chkoumoune, façon Poulidor, et de ramener le trophée extirpé du pays de Sir Johnny, coach des avants du XV de la Rose. Et ça passe par un derby trans-alpin.
Parisse s'est claqué à l'échauffement, ça commence mal pour les Azzuri, et ça finit mal avec 52-3 à la mi-temps. Brunel va dans le vestiaire français et en appelle à l'indulgence, lui qui va reprendre les rênes de Coulommiers en fin d'année. Dulin passe talon, Szarzewski en 10. L'Italie va mieux, la France l'emporte 59-6 au terme d'une deuxième mi-temps virile.
Le deuxième obstacle est aussi un derby : celui du Rhin. Hollande est catégorique, il va bien falloir donner une bonne leçon à ces Schleu qui nous mettent à l'amende au foot et en économie. Des petites phrases s'échappent, la Marseillaise est remplacée par "Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine", bref le derby est bien lancé. Et les Teutons se demerdent bien, ils ont recrutés des anciens de Bundesliga de handbaule, c'est physique, mais c'est pas très discipliné, et pas très technique. 77-6. Score logique mais peu flatteur pour Jacquo, qui se dit qu'il va en chier face aux Boches. BMW annonce officiellement la rupture de son contrat de sponsoring. Dacia est aux aguets. Montebourg félicite les Bleus.
La feuille d'érable est le troisième larron à se présenter aux français. Plus compacte, les Candiens empêchent les français de pratiquer leur jeu par défense rugueuse, mais ont tendance à perdre leurs ballons d'attaque par des en-avants flagrants, lancés à une main. 47-9. On attend les vrais matches là.
France...Irlande ! O'Driscoll a rejoint le staff depuis son triomphe de 2014 au Stade de France. Le tarif maison contre le XV du Trèfle, cette année, c'est 30 points dans la besace. 32-7. Premier essai encaissé. O'Mahonny reçoit un ballon en bout de ligne, 1 contre 1 face à Huget, cadrage débordement, Huget tombe et le 3e latte aplatit et amène le ballon à O'Driscoll. Ouais, complètement rancuniers ces Irlandais.
On y est, 1/4 de finale : Australie.
Les Wallabies entre bien dans le match, mais oublie de défendre, et se font punir en contre. Ça plaque en retard, 2 cartons rouges pour les jaunes, à 25-3, on les voit mal revenir. En fait on s'aperçoit que c'est tous des treizistes, et qu'on commence à prendre la sauce. Il restait que 10 minutes. Ouf. 30-12.
1/2 Finale : Nouvelle-Zélande
La revanche de 2011. THE affiche. Chabal est en tribune à côté de son pote Aly Williams. Mc Caw est sur le banc par choix du coach, qui le trouve beaucoup trop honnête depuis le début de la compétition. Le Haka résonne, les Bleus sortent , les Blacks sont déstabilisés. Carter loupe l'engagement. Mêlée. Départ de Picamoles. Après 4 raffuts, il aplatit entre les perches. Carter pleure, demande à être remplacé. Score final 35-10. On se prend 2 essais, mais ça respire pas la sereinité sur coups de pied côté NZ pour la petite finale.
Finale : Angleterre
La Guerre de Cent Ans. Les Croisades, La bouffe dégueulasse, L'arrogance. Nos meilleurs ennemis se présentent face au XV Napoléonien concocté par notre concessionnaire de sélectionneur. Sur les bons conseils de M.Liévremont (et pour l'audace que diable !) Parra est aligné en 10. Mais il sort au bout de 5 minutes sur blessures suite à un bouchon de ce bon vieux Owen Farell, qui en fait tombait suite à un regroupement. PSA panique, lance Vahaaaaaaaaaaaaaaaaamina en 10. Le bougre n'a pas son casque et il commence à déjouer. La FRance domine mais reste relativement stérile. 6-6 à la pause. PSA change de stratégie, combine, décombine, magouille: pour la première fois il n'a plus le contrôle du match. C'est peine perdue. L'Angleterre tient tête. 11-9 pour la France. Il reste 50 secondes et ce diable de Craig pénalise pour la 47ème fois Domingo pour talonnage intempestif. L'Angleterre joue vite à la main. Mike Brown fait 60 mètres. La défense française attentive est bien revenue. James Haskell panique, tente un drop. Ça passe. 12-11 pour l'Angleterre. Haskell saute dans les bras de Wilko, Dusautoir est élu Homme du match et s'empresse d'aller plaquer M.Joubert. Ça fera 57 plaquages...

  • Fanch
    20475 points
  • il y a 6 ans

La presse anglo saxonne et irlandaise est une presse d'opinion. En Irlande, j'ai même vu des bulletins météo patriotiques (le seul jour du XXème siècle où le soleil brillait en Irlande alors que le reste de l'Europe étant dans une dépression)! Simplement elle ne s'en cache pas et ne fait pas semblant d'être objective contrairement à moult médias français...
En plus dans ces extraits, il y a des arguments difficilement contestables: le jeu stéréotypé des Français me semble une évidence, la défense faible n'est pas loin de la vérité non plus, dire d'ailleurs que Sexton "se fraie un chemin" pour parler d'une porte grande ouverte est excessivement élégant de la part de la BBC. Quant au jeu français, je peux témoigner de la crainte et du respect qu'il inspire dans les îles britanniques quand il ne se perd pas dans une série de percutions libérations tout droit sortie des années 90.

Rappelle-toi de ce que disait la presse de Lièvremont avant et pendant la CDM : tous les noms y sont passés. Au final il l'a presque menée au bout son équipe, et qu'on arrête de dire que ce n'est que grâce aux joueurs. Il a su manager un groupe (un groupe pas toujours facile), c'est ça aussi un coach : alterner le directif et l'autonomie, jouer sur les sentiments et l'orgueil. Fouroux ne faisait pas différemment. Bref, je ne suis pas fan absolu de St-André, mais on verra bien à la prochaine CDM puisque c'est l'objectif affiché. D'ici là, se rappeler que c'est facile de critiquer de son canapé.

@Le Roi Dodo...
tu ne vois que des extraits d'articles, et faut être lucide, la France a montré un pâle visage durant ce tournoi. Il est vrai que le dernier match ne semblait pas (ou moins) "désorganisé".

Après pour répondre sur les mêlées: dans le Midol ils expliquent que Joel Jutge (le boss des arbitres) avait pointé auprès des hommes en noir, suite au match France Angleterre, les irrégularités des piliers français.
Il y a alors eu peut être une légère fixation qui s'est faite sur nos joueurs...

@Le Roi Dodo
Il y a du vrai dans ce que tu dis.
Mais sur l'ensemble de la saison, je peux te promettre que la presse anglo-saxonne n'est pas non plus systématiquement dure avec nous. ll y a bel et bien quelques journalistes sportifs très anti-français, mais globalement ça va. Et le pic de rivalité pendant le tournoi c'est généralement de bonne guerre.
Perso je préfère par exemple regarder les matchs avec des commentaires anglais car ils sont assez souvent plus détachés, pertinents et objectifs.

Je ne dis pas qu'il s'agit d'un complot de la reine vis-à-vis du rugby franchouillard... je dis juste qu'un moment faut arrêter de nous cracher dessus !
Ils mettent en exergue le grand joueur qu'est BOD... certes, mais pas sur ce match ! Il a été muselé et la paire de centre irlandaise n'a (selon moi) pas soutenu la comparaison avec son homologue française !
Comment peut-on être aussi mauvais et faire douter les irlandais qui sont si bons ??? Si à la place Papé, on avait eu un mec avec deux mains, on marquait un essai. Doussain aurait pu mettre 3 points et la victoire n'aurait pas été volée non plus ! On aurait pu avoir une pénalité sur la dernière mêlée et ça aurait été mérité !

Donc, la presse anglo-saxonne est selon moi (toujours) très partiale ! Nous n'avons pas fait le match du siècle, mais la victoire aurait été méritée, au même titre que celle des irlandais... le destin a juste choisi le mauvais côté !

Donc, je continue à dire que BOD sur ce match n'a pas été fabuleux, que la France n'a pas été mauvaise et que les rosbiffs n'ont qu'à s'en prendre à eux-même s'ils n'ont pas fait le grand chelem ! Ils l'ont en travers ? Eh ben tant mieux !

La revu de presse est bien résumé.
Je retiens surtout l'arrêt de la carrière de Monsieur O'Driscoll! quel joueur! je rêve qu'il rechausse les crampons pour la coupe du Monde. Mais je n'ai qu'un rêve....

On sent quand même qu'ils l'ont mauvaise d'avoir perdu le tournoi, ça fait plaisir 😉

@ Bébert la Godasse
Le roi dodo ne parle pas de complot mais juste d'un fait: les journalistes anglo-saxons et plus particulièrement les anglais sont très rarement "😜ro XV de France" mais plutôt "anti XV de France". Et je voie mal comment ne pas lui donner raison!

@ le roi dodo :

ca commence à devenir pénible, ces commentaires tombant systématiquement dans le complotisme !

(je ne dis pas ça uniquement pour toi, il y en a d'autres ici...)

  • MILIOUZ
    10854 points
  • il y a 6 ans

Je les trouvent gentils pour une fois les angliches. De memoire je n'ai jamais vu une equipe aussi affligeante. Et pourtant, hormis à quelques postes ou on peut pinailler, l'equipe avait fiere allure.
On a des joueurs qui passent de tauliers dans leurs club à anodins en Bleu. On ne devient pas mauvais en si peu de temps. Alors oui mas est sur la fin, oui Tales/Plisson sont pas des 10 de classe mondiale, (mais Plisson met Steyn sur le banc quand meme).
Le probleme c'est qu'on demande pas à un gars incapable de conduire une 2cv de gagner un grand prix au volant d'une Ferrari.
Le probleme c'est le staff. Ils sont simplement mauvais.

je pensais que Lievremont avait fait toucher le fond à notre equipe nationale. mais la avec ces 3 gugusses, on est plus dans le "ta touche le fond mais creuse encore", on est carrement dans le forage offshore...

Vite , un Galthié ou meme encore mieux, un Neo zed (vous savez ces gars qui ont toujours 10 ans d'avance sur les autres depuis 100 ans). Des gens avec des idees, du charisme et de la poigne quoi...

"Si la pénalité de Doussain avait trouvé le chemin des poteaux adverses "... Mouhahahahaha!

Je les trouve durs les Angliches ! La France n'a pas réalisé le Tournoi du siècle, mais de là à dire qu'ils étaient totalement désorganisés...
De plus, je suis surpris par l'arbitrage à l'encontre de Thomas Domingo ! Et je le suis encore plus sur la durée du Tournoi à l'encontre de notre mêlée... je trouve les arbitres assez partiaux, tentant de contrer notre seul point réellement fort.
J'ai l'impression que la seule Nation à abattre lors de ce Tournoi et ce, depuis des années, reste la France ! On regroupe l'ensemble des maux de la Terre et ça commence à me fatiguer ! Les irlandais n'ont pas prouvé grand-chose lors de cette rencontre et ont eu de la chance (contrairement aux autres matches vraiment bien maîtrisés)

  • indy
    23083 points
  • il y a 6 ans

Au final une belle sortie pour Brian O'Driscoll avec une victoire dans le tournoi qu'il chipe aux anglais... on se contentera de ça pour se consoler !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News